Vient de paraître: Irène Eulriet, Women and the Military in Europe Comparing Public Cultures

Although the participation of women in the military has been the subject of attention in the social sciences since the 1970s, there has been no specific focus on this issue within the context of the
European Union. The aim of this book is to redress this imbalance. Exploring the policies adopted in the United Kingdom, Germany and France over the past 20 years, it situates them in the unique
context of the European Union. Through a survey of the political and legal dimensions of the wider recruitment of women into a professional milieu that has long remained a male stronghold, Irène
Eulriet traces variations between the three countries back to differences in their public cultures. In doing so, she exposes the complex frameworks within which national military institutions operate
and shows, on the basis of her European findings, that patterns of women’s military participation vary in shape and content beyond what is commonly assumed.

 

Article: Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962) »

 

Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962), Histoire@Politique, n°18, septembre-décembre 2012.

Résumé:

Parce que les femmes ne sont jamais considérées comme des soldats à part entière – d’abord parce que ce sont des femmes, ensuite parce qu’elles ne sont pas armées – bon nombre d’« héroïnes » de guerres sont ignorées de la mémoire combattante. Évoluant en marge du reste des troupes, elles sont également en marge de l’imaginaire collectif. Et pourtant.

De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, elles sont nombreuses à avoir servi sous les drapeaux et sous l’uniforme, certaines d’entre elles ayant même trouvé la mort. Mais qui se souvient aujourd’hui de ces militaires féminines de la première génération, sinon elles-mêmes et quelques hommes œuvrant pour leur reconnaissance ?

 

« Malgré-elles » : fiction à 20h45 sur France3 le 09/10/2012

Pour ne plus oublier ces vies, Nina Barbier, fille de Malgré-elles, avait publié un livre. Aujourd’hui, elle co-signe une fiction tournée essentiellement en Alsace.

Synopsis
Alice et Lisette ont 17 ans lorsqu’elles sont arrachées de force à leur famille pour collaborer à l’effort de guerre en Allemagne. Après un séjour de six mois dans un camp d’endoctrinement, elles sont toutes les deux placées dans une usine d’armement où elles ont pour tâche de remplir des obus à une cadence inhumaine. Une explosion éclate, elles sont soupçonnées de sabotage et menacées d’être déplacées dans un camp de redressement.

Alice et Lisette se croient sauvées lorsqu’on leur annonce leur transfert pour une maternité. Elles découvrent la réalité des Lebensborn (« fontaines de vie »), et de l’organisation implacable des nazis pour constituer une « race pure ». Ni l’une ni l’autre ne se doute de ce qui les attend…

« Les Malgré-elles » de Nina Barbier aux Editions La Nuée Bleue, 2001, 112 pages, 22 euros

Plus d’infos sur le site de France 3

CFP: Représenter la Grande Guerre : les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920) – Essays in French Literature and Culture (EFLaC)

Appel à contributions

 

Essays in French Literature and Culture (EFLaC), rédactrice en chef : Hélène Jaccomard, The University of Western Australia

 

Numéro sur la Grande Guerre – « Représenter la Grande Guerre : les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920) »

 

Coordonnateur du numéro : Gary D. Mole, Université Bar-Ilan, Israël

 

L’année 2014 marquera le centenaire de la conflagration qui déclencha la Première Guerre mondiale. La revue Essays in French Literature and Culture souhaite participer au programme commémoratif que la France envisage pour cette grande échéance mémorielle en publiant un numéro spécial sur la production littéraire, artistique, et culturelle contemporaine de la Grande Guerre. Sans vouloir minimiser l’importance de la production littéraire et cinématographique des dernières décennies et l’impact qu’elle a eu sur l’imaginaire collectif du conflit, nous cherchons à revenir sur les diverses formes de création artistique et culturelle issues de l’époque de la guerre même (en nous bornant à tout écrit ou de création effectué entre 1914 et 1920). Or, dans le contexte de la France, cette production—des civils comme des combattants—s’est souvent vu cantonner dans des catégories trop étroites (patriotisme, propagande de guerre, pacifisme, réalité du combat) ou diviser formellement dans des extrêmes : d’une part une production se bornant aux cadres littéraires et artistiques traditionnels, largement hérités du XIXe siècle, et d’autre part une production faisant avancer les techniques et les formes artistiques en s’inscrivant dans le courant moderne, expérimental et avant-gardiste. La réalité est que les quatre ans du conflit ont vu une vaste production dans le champ artistique qui ne se laisse aucunement réduire à ces visions dualistes de la création et de la réaction à la guerre.

C’est pourquoi, à l’instar de recherches récentes (parmi lesquelles, citons : Nancy Sloan Goldberg sur l’écriture des femmes, Nicolas Beaupré sur les écrits des combattants français et allemands, Pierre Schoentjes sur la fiction, Laurence Campa sur la poésie, Philippe Dagen sur la peinture, Laurent Veray sur le cinéma), nous voudrions inviter des contributions qui sortent des sentiers critiques battus (Barbusse, Dorgelès, Apollinaire, Cendrars, le dadaïsme…) et qui évitent les polarisations historiographiques telles celles sur la « culture de guerre » et la « culture de paix » qui ont récemment opposé de manière parfois houleuse les historiens culturels affiliés à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne aux historiens sociologiques du CRID (Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918). Aussi, nous ne privilégierons aucun genre, aucune forme littéraire ou plastique, aucune tendance ou approche méthodologique et théorique. Toutefois, nous nous intéresserons particulièrement aux études portant sur les sujets suivants (ayant trait à la représentation de la guerre ou à son impact) :

·         les témoignages (inédits ou négligés) du front ou de l’arrière

·         la fiction et la poésie considérées comme occultées par l’historiographie littéraire

·         la dramaturgie dans toutes ses formes

·         l’écriture des combattants français par-delà le front occidental

·         l’écriture des femmes, des enfants, des Juifs, des Musulmans

·         l’écriture issue de tout ressortissant des colonies françaises mobilisées dans la guerre

·         toute production contestataire des versions « officielles » de la guerre

·         le champ visuel et plastique compris dans son sens le plus large (peinture, dessin, sculpture, documentaire, cinéma)

Veuillez faire parvenir votre proposition de contribution (maximum 300 mots) ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique (avec nom, affiliation et adresse courriel) en un document Word, au coordonnateur du numéro, Gary D. Mole : molega@biu.ac.il avant le 31 décembre 2012. Les propositions seront étudiées par le Comité scientifique et les décisions communiquées avant le 31 mars 2013. Les articles sélectionnés (en français ou en anglais) ne dépasseront pas les 5000 mots (notes et bibliographie comprises), devront suivre la feuille de style de la revue, et seront à envoyer avant le 30 septembre 2013 pour une publication destinée à coïncider avec le début du centième anniversaire de la guerre en novembre 2014.

Une courte section Varia est aussi envisagée pour toute contribution à caractère créatif portant sur la commémoration de la Grande Guerre.

EFLaC est une revue internationale à comité de lecture, incluse dans Ulrecht et le Thomson Reuters Index. La revue est aussi disponible en ligne par l’entremise de e-Informit.

Pour toute autre information sur la revue EFLaC, veuillez visiter : « http://www.humanities.uwa.edu.au/research/european-languages/essays-in-french-literature-and-culture »

 

 

Call for Article Proposals

 

Essays in French Literature and Culture (EFLaC), General Editor: Hélène Jaccomard, The University of Western Australia

 

Issue on the Great War – «Représenter la Grande Guerre: les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920)»

 

Guest Editor: Gary D. Mole, Bar-Ilan University, Israel

 

2014 will mark the centenary of the events that led to the beginning of the First World War. The journal Essays in French Literature and Culture would like to be part of the commemorations that France is planning for the event by publishing a special issue on the literary, artistic, and cultural production contemporaneous with the war. While not underestimating the importance of recent literary texts and films and the impact they have had on the collective imagination of the conflict, we would like to revisit the varied forms of artistic and cultural creation that actually accompanied the war (limiting ourselves to any creative work produced between 1914 and 1920). In the specific French context, this production, by both civilians and combatants, has often been confined to rigid categories (patriotism, war propaganda, pacifism, the reality of combat) or divided formally into extremes: on the one hand works framed within literary and artistic tradition, mainly inherited from the 19th century, and on the other works employing techniques and artistic forms linked to general trends in modernism, experimentation, and the avant-garde. The truth is that the four long years of conflict saw a vast production in the artistic field irreducible to such dualistic visions of the creation inspired by the war.

Following on from recent research (amongst others: Nancy Sloan Goldberg on women’s writing, Nicolas Beaupré on writings by French and German combatants, Pierre Schoentjes on fiction, Laurence Campa on poetry, Philippe Dagen on painting, Laurent Veray on film), we would like to invite contributions which stray from beaten critical paths (Barbusse, Dorgelès, Apollinaire, Cendrars, Dadaism…) and avoid historiographical polarizations such as those concerning «war culture» and «peace culture» which have marked the sometimes heated debates between the cultural historians linked to the Historial de la Grande Guerre in Péronne and the sociological historians from the CRID (Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918). We will therefore be open to all genres, all literary or plastic forms, all methodological or theoretical approaches. We will, however, be particularly interested in studies on the following subjects (as long as they deal with the representation of the war or its impact):

·         eye-witness accounts (either unpublished, unusual or critically neglected) from the front or the homefront

·         fiction and poetry neglected by literary historiography

·         theatre, spectacle, performance

·         writings by French soldiers other than on the Western Front

·         writing by women, children, Jews, Muslims

·         writing from any of the French colonies mobilized in the war

·         any creative production contesting «official» versions of the war

·         the visual and plastic field in its widest sense (painting, drawing, sculpture, documentaries, films)

Please send proposals (300 words maximum) as well as a short bio-bibliographical sketch (including name, affiliation, and e-mail address) in a Word document, to the Guest Editor for the issue, Gary D. Mole: molega@biu.ac.il before 31 December 2012. Proposals will be assessed by members of the editorial board and decisions communicated to authors before 31 March 2013. Selected articles (in French or in English) should be no longer that 5,000 words (including notes and bibliography), should follow the house style of the journal, and should reach the Guest Editor by 30 September 2013 for publication to coincide with the beginning of the centenary of the war in November 2014.

A short section Varia is also envisaged for any creative written work concerning the commemoration of the Great War.

EFLaC is an international peer-reviewed journal cited in Ulrecht and the Thomson Reuters Index. The journal is also available on-line through e-Informit.

For further information on the journal EFLaC, please visit: «http://www.humanities.uwa.edu.au/research/european-languages/essays-in-french-literature-and-culture»

Cycle « Violences de guerre » – 1er octobre 2012: Regina Mühlhäuser: « Conquêtes » Violences sexuelles et relations intimes : les soldats allemands en URSS (1941-1945)

Le livre sera présenté par l’auteure, Regina Mühlhäuser, et discuté par Elissa Mailänder, professeure associée en histoire contemporaine à Sciences Po (CHSP).

Lundi 1er octobre 2012, 17h-18h30
Sciences Po, salle de conférences,
rez-de-chaussée
56, rue Jacob, 75006 Paris

Contact :
ransinan(AT)ciera.fr ou
carole.gautier(AT)sciences-po.fr

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

« Le livre de Regina Mühlhäuser sur la violence de guerre porte bien au-delà de la Seconde guerre mondiale. Les exemples du camp d’Abu Graib ou des viols de masse pendant la guerre de Yougoslavie démontrent que le sujet est toujours d’actualité. » Harald Welzer, Deutschland Radio Kultur

Les crimes sexuels commis par les troupes d’occupation allemandes en Union soviétique pendant la Seconde guerre mondiale correspondent à un phénomène extrêmement répandu, quoique jamais exploré par la recherche jusqu’à présent. Regina Mühlhäuser analyse les violences sexuelles et le large spectre des pratiques hétérosexuelles des membres de la Wehrmacht et de la SS, – prostitution, bordels militaires, sexe en échange de nourriture ou de protection, relations intimes consenties pouvant conduire à des demandes d’autorisation de mariage. En même temps, elle situe ces pratiques dans le cadre plus large des représentations de la masculinité et de la sexualité qui prévalaient à l’époque. Le travail de Regina Mühlhäuser apporte une nouvelle pierre à la connaissance des politiques sexuelles national-socialistes, notamment dans le contexte du front de l’Est. Il constitue une étape incontournable dans la compréhension des interactions entre masculinité, violence et sexualité en temps de guerre.

« Cinéma et Shoah : Portraits de femmes »

Le mémorial de la Shoah organise depuis octobre 2010 un rendez-vous mensuel de deux heures au cours duquel critiques, historiens, philosophes, cinéastes explorent la relation particulière entre le cinéma et l’évocation de la Shoah.

La saison 2012-2013 est consacrée à la thématique  : « Cinéma et Shoah : Portraits de femmes »

Veuillez agrandir votre affichage pour visualiser l’intégralité du programme.

Sexual Violence in armed conflicts: interdisciplinary perspectives

Sexual Violence in armed conflicts: interdisciplinary perspectives

Jeudi 5 juillet | 17h00

Introduction: Elissa Mailänder, Centre d’histoire de Sciences Po

Chair & Moderation: Claire Andrieu, Centre d’histoire de Sciences Po

Examination of a War Crime: Hagiang (French Indochina) march 1945
Fabrice Virgili, Directeur de recherche, UMR IRICE-CNRS

Framing Sexual Violence in Armed Conflict: What We (May) Fail to See
Pascale Bos, Associate Professor, The University of Texas, Austin

Between Analysis and Politics
Gabi Mischkowski, Program Advisor on Gender Justice, medica mondiale

The Idea of an international, interdisciplinary Research Network
Regina Mühlhäuser, Researcher, Hamburg Institute for Social Research

The International Research Group « Sexual Violence in Armed Conflict » was founded in October 2010 in Hamburg. It aims to bring together empirical and theoretical studies focusing on sexual violence in different theaters of armed conflict in a series of workshops and conferences. Historians, legal scholars, sociologists, philosophers, psychologists, experts in cultural studies, and human rights activists develop common research questions and a framework for comparison, present and discuss their work, and explore opportunities for cooperation.

Seminar organized by the Centre d’Histoire de Sciences Po, the UMR « Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe », the Online Encyclopedia of Mass Violences and the Hamburg Institute for Social Research.

Responsable : Elissa Mailänder, Centre d’histoire de Sciences Po

LIEU: CERI – 56 rue Jacob, 75006 Paris

+ d’infos

Vient de paraître. SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?

SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?, Paris, Créaphis, 2012.

A travers l’histoire de la statuomanie républicaine de la fin du XIXe siècle, et la prolifération, dans l’espace public, de statues dédiées à des personnages célèbres, Christel Sniter analyse la manière dont la culture politique républicaine fabrique ses représentations de la femme en les indexant le plus souvent au déjà là du grand homme, mais aussi en aménageant une place à l’identité spécifique de l’héroïsme féminin. Ces femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres, honorées pour les mêmes qualités universelles ?
Ou bien ces statues ont-elles été érigées par des féministes dans une dynamique militante, par souci de représentativité et pour compenser un déséquilibre, parce que précisément ce sont des femmes ? Dans quelle volonté de construction d’un imaginaire national ces projets ont-ils été pensés ?

Vient de paraître: SAUVAGE Moïra, Guerrières! A la rencontre du sexe fort, Paris, Actes Sud, 2012

GUERRIÈRES !

Le phénomène est mondial : les femmes sont de plus en plus nombreuses au sein des armées, des polices, des guérillas et des gangs, jusque sur les rings de boxe. L’agressivité, le port d’arme et le droit de tuer ne sont plus réservés aux hommes. Quelles sont les raisons et les conséquences de ce changement profond de nos sociétés ?

Après avoir travaillé longtemps sur les femmes victimes de violences, Moïra Sauvage change de perspective. Ce passionnant essai nous permet de comprendre la complexité de la violence féminine, son enracinement dans l’histoire et les mythes qui l’entourent.

Dans un deuxième temps, l’auteur va à la rencontre, sur plusieurs continents, de femmes de divers horizons pour leur donner la parole. Elles racontent leur rapport à la force physique, à la violence et au combat. Mais aussi comment, guerrières sans armes, les militantes utilisent leur force intérieure pour essayer de changer le monde.

Née à Dublin d’un père irlandais et d’une mère française, Moïra Sauvage est journaliste. Elle a été pendant six ans responsable de la commission Femmes d’Amnesty International France, où elle a collaboré à la publication du rapport Les Violences envers les femmes en France : une affaire d’Etat (éditions Autrement, 2006). Elle est l’auteur d’un essai : Les Aventures de ce fabuleux vagin (Calmann-Lévy, 2008).

Actes Sud, Questions de société

Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet: « Femmes en armes, violence des femmes? » 29 mai

« Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet »

  L’Institut Émilie du Châtelet a le plaisir de vous inviter à son « Café »

Mardi 29 mai 2012, 19 h à 21 hRestaurant La Baleine,
Jardin des Plantes, 47 rue Cuvier, 75005 Paris
(Métro : Jussieu ; Bus : 47, 67, 89)

Sur le thème « Femmes en armes, violence des femmes? »,

les échanges interviendront à partir des témoignages de
Elodie Jauneau (historienne, ancienne allocataire de l’IEC)
Danielle Michel-Chich
(traductrice, journaliste et écrivaine)
Moïra Sauvage (journaliste et écrivaine)

Les organisatrices : Monique Halpern, Josiane Gonthier, Nadia Guedri, Raphaëlle Legrand, Hélène Marquié, Evelyne Peyre, Nicole Savey, Anne-Marie Viossat
informations pratiques : 01 71 21 46 28 ; iec@mnhn.fr

Cycle de Rencontres : Violences de guerre

La guerre a changé d’apparence. En s’appuyant sur les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, des États renversent des gouvernements et transforment des sociétés – le monde doit être en paix. Pourtant, les populations concernées ressentent colère et amertume. La mort de civils tués dans les combats ne peut plus être ignorée et classée pudiquement dans la catégorie des dommages collatéraux. Le questionnement sur le sens et le but de ces interventions armées se fait de plus en plus pressant. Quelle violence est acceptable ? Laquelle est interdite ? Pourquoi les civils non impliqués dans ces conflits doivent-ils être protégés ? Selon quels critères la notion de protection doit-elle être définie et que se passe-t-il lorsqu’elle n’est plus respectée ?

Le CIERA, le Centre d’histoire de Sciences Po, la Fondation Maison des sciences de l’homme, en partenariat avec les éditions Hamburger Edition (Hamburger Institut für Sozialforschung) vous invitent à découvrir l’actualité allemande de la production scientifique en sciences humaines et sociales.

Gerd Hankel
Tötungsverbot im Krieg – « Interdit de tuer ! » Les dommages collatéraux des conflits armés et le droit international
lundi 4 juin 2012

Regina Mühlhäuser
Eroberungen – Violences sexuelles et relations intimes. Les soldats allemands en URSS (1941-1945)
lundi 1er octobre 2012

Bernd Greiner
Krieg ohne Fronten – Les États-Unis et la guerre du Vietnam
lundi 3 décembre 2012

Contact :
ransinan@ciera.fr ou
carole.gautier@sciences-po.fr

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

Journée d’Etudes : Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb et au Moyen-Orient (Paris, 20 juin 2012)

Laboratoire SEDET

Groupe de recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient (GREMAMO)

Université Paris 7 Diderot –

Journée d’Etudes

Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb

et au Moyen-Orient  (Paris, 20 juin 2012)

 

Si les réfugiés et les déplacés suite à des conflits, internes ou externes, ne sont pas un phénomène nouveau, leur recrudescence liée aux situations de violence, notamment au cours de ces dernières décennies où l’on compte plus de 16 millions de réfugiés actuellement recensés dans le monde[1],  interpelle non seulement la communauté internationale mais également la communauté scientifique qui doit réfléchir et s’interroger sur cette propension et les conséquences induites.

Le Maghreb et le Moyen-Orient ne font pas exception, bien au contraire, et le phénomène, même s’il est ancien, s’est accéléré.

En effet, dès 1920, le démantèlement de l’Empire ottoman par les grandes puissances provoque l’écartèlement des Kurdes entre plusieurs pays de la région (Turquie, Iran, Irak et Syrie)  et ils deviennent même réfugiés sur leur propre territoire.

A la suite de la guerre israélo-arabe de 1948, les Palestiniens se réfugient au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Cisjordanie et  à Gaza mais nombreux également sont ceux qui s’exilent dans d’autres pays [2].

La guerre de libération algérienne qui a duré 7 ans va amener des milliers de réfugiés dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie. Quelques décades  plus tard, lors de la « décennie noire » (1992-2002), des milliers d’Algériens se réfugient à l’étranger parce que menacés par le GIA ou l’AIS. Même à l’intérieur du pays, des familles entières quittent leur village ou leur douar pour s’exiler en périphérie des grandes villes, dans des conditions souvent précaires, espérant une sécurité plus grande.

Les différentes guerres israélo-arabes (1969, 1973), la guerre du Liban (1975), puis les guerres du Golfe (1991, 2003) ont produit leurs lots de déplacés et fragilisé plus encore la situation des réfugiés palestiniens dans ces pays.

De même, la « Marche verte »  marocaine au Sahara occidental en 1975, ancienne colonie restituée par l’Espagne la même année, a généré là aussi son contingent de réfugiés dans des camps (sud algérien).

Les récentes « révolutions » en Tunisie, en Egypte, la guerre en Libye (2011), ont -elles aussi- vu des déplacements de population importants et la Tunisie, tout particulièrement, a eu à gérer des flux de réfugiés, de nationalités différentes, dans un contexte local déjà très perturbé.

Ce sont ces situations complexes et douloureuses qui méritent d’être questionnées, car si les conflits eux-mêmes et le théâtre des opérations ont fait l’objet d’une couverture médiatique parfois surabondante, la situation économique et sociale des réfugiés, leur statut et leur devenir sont restés peu ou pas abordés.

Cette Journée d’Etudes est pluridisciplinaire (histoire, géographie, droit, sciences politiques, sociologie, économie) et internationale. Y seront présentés, dans le temps long, des études de cas au Maghreb et au Moyen-Orient.

 

Les coordinateurs,

Chantal Chanson-Jabeur et Sid-Ahmed Souiah


[1] Cf. Amnesty International,  Réfugiés, un scandale planétaire, 10 propositions pour sortir de l’impasse, Paris, éd. Autrement, janvier 2012

[2] J.P. Chagnollaud, S.A. Souiah, Atlas des Palestiniens, Un peuple en quête d’un Etat, Paris, éd. Autrement, février 2011

Soutenance de thèse « Veuves françaises de la Première Guerre mondiale : statuts, itinéraires et combats »

Lyon, le 26 avril 2012

AVIS DE SOUTENANCE

DE DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ LUMIÈRE LYON 2 HISTOIRE

Peggy BETTE présentera ses travaux en soutenance le :
4 mai 2012 à 13H 30

à l’adresse suivante :
Salle Élise Rivet – Institut des Sciences de l’Homme 14, avenue Berthelot 69007 LYON

La soutenance sera publique.

Titre des travaux École doctorale Section CNU
Équipede recherche Directrice

Membres du jury

  • :  Veuves françaises de la première guerre mondiale. Statuts, itinéraires et combats.
  • :  Sciences sociales
  • :  22 – Histoire/civilisations : mondes modernes
  • :  Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes
  • :  Mme SCHWEITZER Sylvie , Professeur des universités

Nom Qualité Etablissement

Mme SCHWEITZER Sylvie Professeur des universités Université Lyon 2

Mme VOLDMAN Danièle Directrice de recherche émérite C.N.R.S.

M. FARON Olivier Professeur des universités Université Paris 4

Mme BECKER Annette Professeur des universités Université Paris 10

Mme OMNES Catherine Professeur des universités Université de Versailles

Vient de paraître. Viol(s) comme arme de guerre

FARGNOLI Vanessa, viol(s) comme arme de guerre, Paris, L’Harmattan, 2012.

Comment le viol a-t-il été qualifié d’arme de guerre et construit dans la catégorie de crime contre l’humanité ? Ce livre analyse cette forme de mobilisation autour du viol afin de mieux cerner les tensions qu’elles suscitent et qui les traversent. Il tente aussi de traiter du viol comme une problématique qui va au-delà du simple contexte de guerre.

Site de L’Harmattan

5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire « 1942. Des rafles à la déportation »

 

5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire « 1942. Des rafles à la déportation ».

Pour les 5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire, le ministère de la Défense et des Anciens Combattants organise, en partenariat avec le Mémorial de la SHOAH, une journée d’étude intitulée « 1942. Des rafles à la déportation ».

Cette journée, qui s’inscrit dans le cadre de la commémoration des rafles et de la déportation des Juifs en 1942, se déroulera le 24 mars prochain, à l’Ecole militaire, amphithéâtre Foch. La table ronde animée par Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS, sera suivie d’une projection du film « Elle s’appelait Sarah » réalisé par Gilles Paquet-Brenner.

Renseignements et réservations :  dmpa-colloque.historique@defense.gouv.fr

blog g&g& (2)

blog-g-g--copie-1.jpg