« Envoyé Spécial » : Les femmes brisent le silence dans l’armée française

Capture3Des femmes militaires dénoncent les violences et le harcèlement sexuel au cœur de l’armée française. Les journalistes d’Envoyé spécial ont donné la parole à trois d’entre elles.

Suite à la publication du livre coup de poing « La Guerre invisible«  de Leila Minano et Julia Pascual sur les violences subies par les femmes dans l’armée française, ces révélations ont provoqué une véritable prise de conscience au sein du gouvernement.

« Lutter contre toutes formes de harcèlement »

Fin février, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a dévoilé l’ouverture d’une enquête interne suivi le 15 avril de l’annonce d’une série de mesures…

Armée française : les femmes autorisées à bord des sous-marins

A lire sur Le Monde aujourd’hui:

Voilà bien « une révolution, le dernier bastion tombe », admet un officier de marine. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, devait annoncer mardi 15 avril que les sous-marins français allaient accueillir des femmes dans leurs équipages. Objectif : trois femmes à bord dans trois ans. L’avancée peut paraître minuscule. « La règle d’or, c’est la compétence, souligne-t-on à l’état-major qui a toujours refusé toute discrimination positive. On vérifie que ça fonctionne et on étend si ça marche. »

La suite ici.

 

La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française

La guerre invisibleMiñano Leila et Julia Pascual, La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française, Paris, Les Arènes & Causette, 2014.

L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur ses 230 000 engagés.

En caserne, brigade ou opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels. Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux États-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu de l’ennemi », dénonçait ainsi un rapport interne, en Irak en 2004.

En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta.

« Malgré-elles » : fiction à 20h45 sur France3 le 09/10/2012

Pour ne plus oublier ces vies, Nina Barbier, fille de Malgré-elles, avait publié un livre. Aujourd’hui, elle co-signe une fiction tournée essentiellement en Alsace.

Synopsis
Alice et Lisette ont 17 ans lorsqu’elles sont arrachées de force à leur famille pour collaborer à l’effort de guerre en Allemagne. Après un séjour de six mois dans un camp d’endoctrinement, elles sont toutes les deux placées dans une usine d’armement où elles ont pour tâche de remplir des obus à une cadence inhumaine. Une explosion éclate, elles sont soupçonnées de sabotage et menacées d’être déplacées dans un camp de redressement.

Alice et Lisette se croient sauvées lorsqu’on leur annonce leur transfert pour une maternité. Elles découvrent la réalité des Lebensborn (« fontaines de vie »), et de l’organisation implacable des nazis pour constituer une « race pure ». Ni l’une ni l’autre ne se doute de ce qui les attend…

« Les Malgré-elles » de Nina Barbier aux Editions La Nuée Bleue, 2001, 112 pages, 22 euros

Plus d’infos sur le site de France 3

« Cinéma et Shoah : Portraits de femmes »

Le mémorial de la Shoah organise depuis octobre 2010 un rendez-vous mensuel de deux heures au cours duquel critiques, historiens, philosophes, cinéastes explorent la relation particulière entre le cinéma et l’évocation de la Shoah.

La saison 2012-2013 est consacrée à la thématique  : « Cinéma et Shoah : Portraits de femmes »

Veuillez agrandir votre affichage pour visualiser l’intégralité du programme.

Journée internationale des Femmes : « Femmes en 1ère ligne ? »

A l’occasion de la Journée internationale des femmes, la ville de Mouans-Sartoux (Alpes Maritimes) organise une projection-débat autour de la question suivante : « Femmes en 1ère ligne? »

Sans-titre-copie-6.jpg

Journée internationale des Femmes

Femmes en 1ère ligne ?

Jeudi 8 mars à 20 h

cinéma La strada de Mouans-Sartoux

20 h : Film

Les femmes de l’ombre

de Jean-Paul Salomé

Avec Sophie Marceau, Julie Depardieu, Marie Gillain

Suivi d’un débat avec Elodie Jauneau, spécialisée dans l’engagement militaire des femmes ; Karine Lambert, historienne spécialiste du Genre ; toute deux membres de la Fédération de recherche sur le Genre ; des femmes militaires et Marie-Louise Gourdon, maire-adjointe à la culture de Mouans-Sartoux, Conseillère générale des A M

Renseignements et réservation :

Centre Culturel des Cèdres – B.P 27 – 77 allée des Cèdres, 06370 Mouans Sartoux

centrecultureldescedres@mouans-sartoux.net

http://www.centrecultureldescedres.fr

«Le viol des hommes»: analyse de commentaires

Par Marc Le Pape, sociologue, membre du Crash

Dans la note précédente  «Viols d’hommes en temps de guerre: les hommes aussi», j’ai évoqué l’article de Will Storr, «The rape of men», publié par The Observer le 17 juillet 2011.
L’article est résumé ainsi par la rédaction: «In this harrowing report, Will Storr travels to Uganda to meet traumatised survivors, and reveals how male rape is endemic in many of the world’s conflicts». Au centre du reportage, l’histoire d’un jeune Congolais, violé, au Kivu (RD Congo), par douze hommes d’une bande armée. Il réussit à fuir et se réfugie en Ouganda (à Kampala) où il est pris en charge médicalement par le Refugee Law Project (Makerere University), dont le directeur est un médecin anglais, le docteur Chris Dolan. Interviewé, Dolan met en cause l’usage restrictif de la notion de genre adopté par nombre d’organisations qui considèrent que seules les femmes sont victimes de violences sexuelles. Manifestement Will Storr adhère à cette critique.

LA SUITE ICI

Agreement elusive on women in combat

Rowan Scarborough :  » Agreement elusive on women in combat « ,

The Washington Times, 17 novembre 2011.

Top defense officials are grappling to find a unified position on whether to allow women in direct ground combat, as the Pentagon prepares a landmark report to Congress on the military’s coed future.

In the wake of two wars in which women have exchanged fire with the enemy, the Pentagon is being pressed to scrap the ban on women serving below the brigade level in units whose main mission is direct ground combat. That means women may not be infantry members or Green Berets.

« It is the subject of ongoing discussions but not yet fully resolved, » a senior Pentagon official said when asked whether Army Gen. Martin E. Dempsey, chairman of the Joint Chiefs of Staff, has a recommendation for Defense Secretary Leon E. Panetta.

The chiefs and Mr. Panetta are being pressed to present their views now because Congress passed a bill ordering the services to conduct a review and submit it this year.

Asked for Mr. Panetta’s position, a second defense official said: « I think the secretary is still weighing the ultimate recommendations that are being worked, and the report is not complete. So I’m not sure I can add to that at this point. »

Because the exclusion is a policy, not a law, Mr. Panetta could lift the restrictions on all or some jobs after notifying Congress.

The Obama administration needed congressional approval to remove the codified ban on open gays in the ranks, which happened Sept. 20.

Army Gen. Raymond T. Odierno, a Joint Chiefs member, has gone on record as saying he wants some restrictions lifted. He said he disagreed with the Army’s report, which was completed before he became chief and was submitted to Mr. Panetta. It apparently recommends the status quo.

On the WUSA-TV program « This Week in Defense News, » Gen. Odierno said female intelligence and signal officers, for example, should be able to serve below the brigade level in combat battalions.

« We need them there. We need their talent, » the Army chief said. « This is about managing talent. We have incredibly talented females who should be in those positions. So I have to work toward us taking a better look at that.

« We have work to do within the [Defense Department] to get them to recognize and change. We did not get there at this time in this report, and I’m focused on this and I’m going to spend some time on it. »

Lire la suite ici

La Colombie théâtre d’impunité pour les auteurs de violences sexuelles

Les violences sexuelles contre les femmes constituent une pratique habituelle, généralisée, systématique et invisible du conflit armé colombien » Cour constitutionnelle de Colombie (2008).
Agissez pour mettre fin l’impunité !  « Ici en Colombie, les rapports avec les autorités sont très compliqués. On ne parle pas des viols qui ont lieu dans le cadre de la guerre, du conflit interne qui se déroule ici. On ne parle que des morts et de la criminalité mais ils ne reconnaissent pas les violences sexuelles commises dans le contexte du conflit armé.

La suite ici

Women as a Force for Peace

Women and girls are uniquely and disproportionately affected by armed conflict. In modern warfare, an estimated 90% of the casualties are civilians, and 75% of these are women and children.

Women are 80% of all refugees and displaced persons. Rape and sexual violence targeting women and girls are routinely used not only to terrorize women, but as strategic tools of war and instruments of genocide.

Importantly, women and girls are not only victims of war; they are also powerful peace-builders whose efforts to prevent conflict and secure peace have been critical, yet largely unrecognized, under-resourced, and not integrated into formal peace processes.

« Women, Peace and Security » encapsulates three areas of women’s experience of war: protection, participation, and prevention.

LIRE LA SUITE ICI

Anniversaire de la résolution des Nations Unies sur la protection des femmes en situation de conflit.

Le 31 octobre 2000, le Conseil de Sécurité des Nations Unies adoptait la Résolution 1325 sur la protection des femmes en situation de conflit.

Les femmes sont en effet les premières cibles lors des conflits, mais elles restent pourtant exclues des processus de négociations ainsi que des processus de paix.

En Afghanistan, en République Démocratique du Congo, en Somalie, ainsi que dans de nombreux pays, cette résolution est couramment bafouée, et de nombreuses femmes continuent d’être victimes de violences basées sur le genre, telles que des viols ou d’autres formes de violences physiques ou morales.

A l’occasion du 31 octobre, plusieurs actions sont menées pour soutenir les droits des femmes en situation de conflit. Au Royaume-Uni par exemple, CARE organise au sein du réseau britannique Gender Action for Peace and Security (GAPS), une veillée à la bougie en soutien aux femmes d’Afghanistan en partenariat avec le réseau afghan Afghan Women Network (AWN). 10 ans après le début de l’intervention militaire dans le pays, une conférence internationale se tiendra le 5 décembre prochain à Bonn (Allemagne) pour discuter du futur de l’Afghanistan. Transition, engagement sur le long terme, paix et la réconciliation, seront les thèmes à l’ordre du jour de cette conférence. CARE est très engagé à travers plusieurs coalitions (notamment en Afghanistan, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni) pour que les droits des afghans, et notamment les droits des femmes afghanes, ne soient pas laissés de côté lors des négociations de la conférence de Bonn.

Source : Site du CARE, association de solidarité internationale, non confessionnelle et apolitique, qui regroupe 14 associations nationales travaillant ensemble à la mise en œuvre de plus de 1000 projets d’urgence et de développement dans près de 70 pays en Afrique, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.

Cürük – The Pink Report, d’ Ulrike Böhnisch

Cürük – The Pink Report, d’ Ulrike  Böhnisch

Documentaire :  Allemagne – Turquie / VO Turc & Allemand sous-titré Français,  2010, Couleur, 75 min

curuk.png L’armée turque considère l’homosexualité comme un désordre mental et réforme les jeunes hommes gays du service militaire, mais exige également un diagnostic médical psychologique et des procédures humiliantes. Çürük (Pourris) raconte les histoires de plusieurs hommes homosexuels, qui ont fait divers choix : certains ont préféré nier leur homosexualité engendrant ainsi souffrances et graves traumatismes, d’autres ont fait leur coming out, et enfin certains ont choisi de s’installer à Berlin. Ce documentaire expose l’un des plus grands tabous de Turquie en recueillant les récits de ces jeunes hommes obligés de cacher leurs visages par manque de liberté d’expression. La réalisatrice a filmé leurs mains, ou des détails de leurs corps afin de symboliser la détresse intérieure de ces sans visage qui n’ont pas la possibilité de révéler leur véritable identité. 

Née à Leipzig, Ulrike Böhnisch a vécu en Équateur, au Pérou, en France, en Espagne et en Turquie. En 2008 et 2009, elle a étudié à l’Université Bilgi d’Istanbul où elle a réalisé le film d’animation Disabled (Dienstunfähig) qui traite du même sujet que Çürük 

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

Trois parcours, trois combats, un seul genre : des femmes. Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee, Tawakkol Karman. Une présidente, une militante, une journaliste.

Leur point commun : la recherche de la paix. Et, à la clé, le prix Nobel qui lui rend hommage.

Les deux premières ont participé à la pacification du Liberia, en proie à une guerre civile au début des années 2000. Gbowee a initié la «  grève du sexe », tant que les hommes ne renonçaient pas aux violences. Sirleaf, élue démocratiquement, a pris la succession du dictateur Charles Taylor en 2005 et oeuvre pour la réconciliation. Aujourd’hui, le Liberia ne fait plus la guerre et refait l’amour.

Karman, elle, vit au Yémen. Elle a mené, avec d’autres, la révolte entamée en janvier contre le président Saleh. Ce dernier s’accroche toujours au pouvoir, au prix d’une sanglante répression. À travers cette journaliste, c’est tout le printemps arabe qui est salué, de Sidi Bouzid en Tunisie à Homs en Syrie.

Mais en désignant trois femmes, le comité d’Oslo a surtout mis l’accent sur cette moitié de l’humanité porteuse d’espoirs en Afrique, dans le monde arabe et sur les au-tres continents. Par son geste, le jury du Nobel paraphrase en quelque sorte Aragon : « La femme est l’avenir de l’homme ».

C’est déjà le pari fait par certaines banques de microcrédit. Leur sensibilité serait-elle aussi bénéfique en politique ? En Birmanie, Aung San Suu Kyi, Prix Nobel 1991, tient la dragée haute à la junte au pouvoir.

La guerre n’est pas la tasse de thé de ces dames, dit-on. L’art militaire, en effet, à en considérer ses auteurs, est essentiellement une affaire d’hommes.

Les troupes comptent plus de lieutenants que de « lieutenantes ». Le sexe dit faible ne représente que 15 % du personnel militaire en France.

Le combat serait alors masculin et la paix féminine. Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait. Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes. Une répartition mal représentée par le prix Nobel de la paix, qui ne compte que quinze femmes parmi ses lauréats depuis 1901.

La guerre des sexes n’a cependant pas sa place dans la bienfaisance. L’époque ne sourit pas aux Nobel de la paix, qui ont perdu, il y a dix jours, Wangari Maathai (2004). Si Madame Aung San retrouve un peu de liberté ces derniers mois, Liu Xiaobo (2010) subit la répression chinoise au fond de sa cellule. Et le dalaï lama (1989) se voit refuser l’entrée en Afrique du Sud pour fêter l’anniversaire de Desmond Tutu (1984).

Qu’elle soit portée par un homme ou une femme, la liberté dérange. Raison de plus pour continuer à la partager.

Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait.

Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes.