WWW Virtual Library Women’s History

WWW Virtual Library Women’s History

About this Library
The main purposes of this virtual library are to list women’s history institutions and organizations, locate archival and library collections, and provide links to Internet resources on women’s history. In addition, also included are a list of women’s studies journals and a few comprehensive link collections useful as a starting point for searching the Internet for women’s studies in general.

Plusieurs rubriques dont : Aviation & Space,Men-Masculinity,Military

Un aperçu de la rubrique « Military »

American Women and the World War II Experience This guide serves as an introduction to online and print sources covering the experiences of American women during World War II. By Jennifer Broberg, at the University of Illinois at Urbana-Champaign.

Cantinières and Vivandières of the French Army Cantinières and vivandières were women who served as official auxiliary personnel to French (and other) army combat units from early modern times until about the time of World War One. Their official task was to sell food and drink to the soldiers of their regiment to supplement the always inadequate army rations. On this site Thomas Cardoza provides information about cantinières and vivandières focusing specifically on cantinières and vivandières of the French army, but also on cantinières and vivandières from other countries and cantinières serving such non-military entities as the sapeurs-pompiers (firefighters).

Kenau Simonsdochter Hasselaer (1526-1588) Biography of Kenau Hasselaer, business woman and legendary defender of the city of Haarlem against Spanish troops (1572-1573). Text, in Dutch, by Els Kloek.

Minerva Center An educational foundation for the study of women and the military and women in war. Runs H-MINERVA Discussion Network, published Minerva: Quarterly Report on Women and the Military a journal now renamed Women and War; launching the Minerva Society for the Study of Women and War (MSSWW) in 2007. The website features bibliographies of women and the military in history.

Minerva Journal of Women and War A multidisciplinary journal which welcomes submissions pertaining to the relationship of women to war and the role of gender in the armed services around the world. This new journal replaces Minerva: Quarterly Report on Women and the Military.

Of Love and War This online version of an Australian War Memorial exhibition looks at the impact of war on the lives of Australian servicemen and women, the lovers they left behind or those they met while serving. Visitors can contribute using Flickr Commons and a Blog.

Oorlogsliefdekind Nederlands-Indië – Indonesië (‘War Love Child’). During the Indonesian war of independence, Dutch soldiers had relationships with Indonesian girls and fathered children with them. After Indonesia gained independence, and the troops went home an unknown number of Dutch-Indonesian children stayed behind with their mothers in the new Indonesia. Read about these children, their mothers and fathers. The texts are in Dutch but English and Indonesian versions will be provided.

The American Experience: Fly Girls Website devoted to the Women Airforce Service Pilots (WASPS), who signed up to fly with the U.S. military during World War II. Wives, mothers, actresses and debutantes joined the test-piloted aircraft, ferried planes and logged 60 million miles in the air. The site contains interview transcripts, a bibliography, transcrips of documents and letters, a WASP timeline 1937-1979, maps, and other resources.

Women Warriors of Japan. The Role of the Arms-Bearing Women in Japanese History Online article by Ellis Amdur.

Women’s Services, First World War A Research Guide from the UK National Archives.

Voicing Conflict: Women and 20th Century Warfare / Les Voix du conflit : femmes et guerres au XXème siècle

« Voicing Conflict: Women and 20th Century Warfare / Les Voix du conflit : femmes et guerres au XXème siècle », Miranda, n°2, juillet 2010

 

Sommaire du numéro

Introduction. Karen MESCHIA

Front Line Voices / Voix sur la ligne de front

X-Ray Vision: Women Photograph War. Margaret R. HIGONNET

W.A.A.C.s : Crossing the line in the Great War. Claire BOWEN

Roles in Conflict: The Woman War Reporter. Maggie ALLISON

Home Front Voices / Voix du Home Front

New Slants on Gender and Power Relations in British Second World War Films. Elizabeth de CACQUERAY

« Careless Talk »: Word Shortage in Elizabeth Bowen’s Wartime Writing. Céline MAGOT

« A secret at the heart of darkness opening up » : de Little Eden-A Child at War (1978) à Journey to Nowhere (2008), les mots de la guerre ou les batailles du silence dans l’écriture autobiographique d’Eva Figes. Nathalie VINCENT-ARNAUD

Naomi the Poet and Nella the Housewife: Finding a Space to Write from. The Wartime Diaries of Naomi Mitchison and Nella Last. Karen MESCHIA

Conflict, Power and Gender in Women’s Memories of the Second World War: a Mass-Observation Study. Penny SUMMERFIELD

Voices for Peace / Voix pour la paix

Woman as Peacemaker or the Ambivalent Politics of Myth. Cyril SELZNER

Les Filles d’Athéna et des Amazones en Amérique. Nicole OLLIER

When Women Write the First Poem: Louise Driscoll and the « war poem scandal ». Jennifer KILGORE-CARADEC

H.D. and the Angelus Militans. Suzanne HOBSON

Articles hors-thème / Occasional papers

Nation and National Identity in Susan Glaspell’s Inheritors (1921). Emeline JOUVE

Self-Dispossessing Possessors. Businessmen and Salesmen in Eugene O’Neill’s Fictional America. Annalisa BRUGNOLI

An American Tragedy: Memory and History in Eugene O’Neill’s A Touch of the Poet and Mourning Becomes Electra. Aurélie SANCHEZ

Recensions / Reviews

Martin J.S. Rudwick, Worlds Before Adam: The Reconstruction of Geohistory in the Age of Reform. Laurence TALAIRACH-VIELMAS

Susan Redington Bobby (ed.), Fairy Tales Reimagined: Essays on New Retellings. Sylvie MAUREL

Ralph O’Connor, The Earth on Show: Fossils and the Poetics of Popular Science, 1802–1856. Laurence TALAIRACH-VIELMAS

Les acteurs non-étatiques dans les conflits armés

Revue Aspects, n° 4, décembre 2010

SOMMAIRE

I. BOULEVERSEMENTS CATÉGORIELS

Julie Saada : Les « combattants illégaux » : ennemis du genre humain ? Contre-terrorisme en démocratie et malléabilité du droit

Marie Goupy : La notion de « criminalisation » de l’ennemi dans la Théorie du partisan de Carl Schmitt

Laurent Sermet : La notion de « conflit armé interne » : problématique autour de l’objet et des sujets

II. ACTEURS INÉDITS

Rut Diamint : Conflits armés et États défaillants

Edgardo Manero : De la perception de la guerre en temps linéaire au relativisme stratégique. La conséquence logique d’un regard comparatif

Marguerite Rollinde : Genre et conflit. Femmes victimes, femmes actrices

III. VERS DE NOUVELLES RESPONSABILITÉS

Sabrina Meddour : Le droit international face au recrutement d’enfants dans les conflits armés

Carolina Vergel Tovar : Voir ou ne pas voir la guerre : le cas colombien

Delphine Loupsans : La place des ONG dans la mécanique décisionnelle préparant et orientant l’utilisation de la force armée en RDC et au Tchad-RCA

Kakwanzi-Kezaabu Rosemary : « Women and girls and the conflict in Uganda »

Women and girls and the conflict in Uganda

Violence against women and girls has gained international recognition as a serious social and human rights concern affecting all societies.  However, during conflict violence against women and girls is exacerbated.

Increasingly the victims of war are women and children.  Men, women, girls and boys are all subjected to physical and sexual torture, however, many studies indicate that war rape is more frequently committed against females.  This statistic could be due to the reluctance of men to come forward and report cases of rape and sodomy or could be a result of an institutional bias among the mass media and civic organizations that frequently focus on female victims.  Regardless, the figures for women being raped during conflict are staggering, particularly in Africa. Nearly half a million women were raped during the genocide in Rwanda. In Darfur, some estimates show that 10,00 girls and women have been raped each year since 2003.  Between 50,000 and 64,000 internally displaced women in Sierra Leone during the war were sexually attacked by combatants.  In the Democratic Republic of Congo approximately 500,000 women have been raped throughout the last decade of conflict there.  Although rape of women is well documented, laws protecting civilians in armed conflict have tended to overlook sexual assaults on women.  According to Kelly Dawn, the laws of war perpetuated the attitude that sexual assaults on women are less significant crimes, not worthy of prosecution.  However, over the last two decades significant steps have been taken by the International Criminal Court to change this view.  More and more trials regarding war crimes and crimes against humanity are including convictions of rape and sexual violence.  When committed with the intent to destroy in whole or in part of a target group, rape can also be considered a crime of genocide.

Lire la suite ici.

About the author

Rosemary Kakwanzi-Kezaabu has been passionate about gender issues since she began her studies in sociology at university.  This led her to pursue a Master’s degree in Women and Gender Studies.  Although she currently works for Uganda’s tax collection agency she has not forgotten her passion. In her spare time she volunteers for the organizations: Action for Development, Sustainable Development Initiative and Development Alternatives.

NJOKI Nelly : « Sexual Violence and Conflict: Finding forgiveness in spite of the pain »

Nelly Njoki : « Sexual Violence and Conflict: Finding forgiveness in spite of the pain »

This post is the second post by Nelly Njoki as part of the Gender Across Bordersevent for the 16 Days of Activism Against Gender Violence.

Anna (not her real name) speaks softly as she tells her story of pain and forgiveness.  Sometimes she is barely audible. Anna lives in Mathare, an informal settlement on the outskirts of Nairobi, the capital of Kenya. For more than 20 years communities co-existed. However, that changed in 2007/ 2008 during Kenya’s post-election violence. Inadequate housing, unemployment, poor sanitation, inadequate social services, insecurity, social fragmentation and poverty characterize life in Mathare. Due to frustration and desperation, idle youth often turn to crime and violence in order to make a living.  They readily welcome any opportunity of earning some money, even if that means becoming “thugs for hire”.  That they did, during the inter-communal violence that gripped Kenya, following elections in 2007. It was then, the night of elections; Anna tells me ever so quietly, that her life changed.

I was home with my family. We prayed that the tension evident in the community due to elections would diminish.  But it did not.

After the polls were announced, there was an outpouring of people in the streets, mainly male youth threatening to kill anyone who they perceived as the “other”. A gang of them knocked on our door but even before we could open, they had broken into the house. They seemed either drunk on high on drugs. But it didn’t matter. They were after my family.

Lire la suite ici.

About the author

Nelly Njoki holds Bachelors in Law (LL.B) from Moi University and is completing her MA in Armed Conflict and Peace Studies at the University of Nairobi.  Nelly has worked with grassroots organizations in Kenya on peacebuilding and human rights specifically focusing on women and youth.  She has extensive know-how, experience and networks from her participation in conferences including as a delegate to the UN Commission on Status of Women in New York as a notable young woman peace builder of Africa.  Nelly also volunteers with Make Every Woman Count, where this article was originally published. 

Exposition – « Onze femmes » : destins de femmes face à la Guerre

Exposition « Onze femmes » : destins de femmes face à la Guerre

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) vous donne rendez-vous sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour l’exposition « 2001 – 2011, Onze femmes », du 16 au 27 novembre.

En 2001, le photographe britannique Nick Danziger, World Press Award 2004, réalisait, à la demande du CICR, onze portraits en noir et blanc de femmes victimes d’un conflit armé, projet baptisé « Femmes face à la guerre ». Ces dernières prêtèrent leur image pour incarner la problématique universelle des femmes dans la guerre et des protections particulières qu’offre le droit international humanitaire.

Que sont-elles devenues dix ans plus tard ?

Lire la suite ici.

L’exposition est accompagnée d’un livre « 11 femmes face à la guerre » paru en septembre aux Éditions Lieux-Dits (192 pages, format 29×31, 45 €).

Les femmes-soldats du contingent français en Afganistan

Les femmes-soldats du contingent français en Afganistan

Qui sont ces femmes soldats, ces 5% du contingent qui partent en Afghanistan ? Elles sont environ 200. La première surprise, c’est leur jeunesse et toutes ont demandé à partir. Un reportage d’Emmanuelle Eyles pour Marie-Claire. Elles sont environ 200 et  Emmanuelle Eyles en a rencontré une petite poignée, par l’intermédiaire du service de presse de l’armée.  La première surprise a été leur jeunesse. Elles ont 23, 27, 29 ans. Elles ont toutes signé très jeunes, vers 17 ans, sans hésitation et avec passion. Aujourd’hui, elles n’ont pas 30 ans et n’hésitent pas à partir six mois à plus de 35.000 kms de chez elles faire l’expérience du feu. Beaucoup d’entre elles sont des mamans et ont une vie de famille « tout à fait normale » quand elles sont en France. Emission à (ré)écouter sur le site de France Info.

Emmanuelle Eyles, « Femmes de guerre : elles ont fait l’Afghanistan »,

Marie-Claire.

Elles n’ont pas 30 ans et déjà essuyé les tirs de roquette des talibans. Pour elles, partir dans le « bourbier afghan » était un choix. A l’hôpital militaire ou sur les postes avancés en pleine montagne, ces soldates ont vécu l’épreuve du feu. Elles nous racontent.

En Afghanistan, 5% des effectifs français sont des femmes.

Quatre mille soldats français en décousent sur le terrain avec les insurgés en Afghanistan. « Soldats » ou « soldates », car 5 % des effectifs sont des femmes, souvent jeunes. Depuis 2000, au sein de l’Armée, les femmes ont accès à tous les postes. Elles sont sur la base centrale de soutien logistique, à Kaboul, à l’hôpital militaire de la capitale et sur les deux postes avancés en pleine montagne, dans les régions de Kapisa et de Surobi, sous responsabilité française.

Pour en savoir plus : Femmes de guerre : elles ont fait l’Afghanistan – Marie Claire

Exposition : « la Chair de la guerre, une histoire de femmes »

À la Sorbonne, exposition la Chair de la guerre, une histoire de femmes

Article d’André Balbo

La Chair de la guerre, une histoire de femmes, l’exposition d’Yvelyne Wood, se tiendra à la Sorbonne du 5 janvier au 14 avril 2012, sous le patronage du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), agence de l’ONU pour les réfugiés.

Elle s’ancre dans l’histoire intime des femmes en temps de guerre. En effet, qu’elles en soient actrices ou victimes, les femmes vivent la guerre de l’intérieur, de gré ou de force.

La chair, c’est donc celle des femmes, exposées à la barbarie humaine. Cela passe tout d’abord par la destruction du foyer, de la maison et de la famille, puis par l’exil forcé et le viol, utilisé partout à travers le monde, comme une véritable arme de guerre.

Parcours initiatique, l’exposition met en lumière le vécu des femmes pendant la guerre, grâce à des témoignages individuels de femmes et des matériaux chargés d’histoire, caractéristiques du travail d’Yvelyne Wood : métal, rails de chemin de fer, vêtements, vidéo, archives de guerre. On traverse les guerres contemporaines depuis la Seconde Guerre mondiale pour arriver à l’installation TPIY qui quitte délibérément l’échelle humaine pour prendre une dimension monumentale et évoquer l’ampleur des crimes de guerre commis contre les femmes. Lire la suite ici

André Balbo

Sources : Yvelyne Wood, HCR, TPIY, galerie Soufflot, galerie Saint-Jacques de l’Université Panthéon-Sorbonne

SALMI Nadia, « Mon grand-père était un soldat allemand, et ma mère une enfant de la honte »

SALMI Nadia, « Mon grand-père était un soldat allemand, et ma mère une enfant de la honte », sur le site du NovelObs

On a beau coloriser les images d’Hitler, il est une vision de la Seconde guerre mondiale qui est plus rare : celle des femmes tondues à la Libération, coupables d’avoir fauté avec l’ennemi. Difficile de vivre avec un tel poids, comme l’explique Nadia Salmi pour Le Plus et dans son livre « Des étoiles sombres dans le ciel ».

Ce n’est qu’à la mort de ma grand-mère, en 2005, que j’ai pu briser le secret porté par ma mère pendant 60 ans : elle était la fille d’un soldat allemand, prisonnier en France pendant la Seconde guerre mondiale.

J’entreprends alors de retrouver la trace de mon grand-père. Je veux savoir qui il est, ce qu’il fait, est-il encore en vie ? On n’avale pas le non-dit, on le subit. Jusqu’à l’écœurement. Par sa faute, ma mère est le fruit d’un péché originel et moi, le ver obligé de tisser la toile de la vérité. Le grand absent. Le point d’interrogation que je souhaite transformer en exclamation.

Vivre avec un fantôme

J’envoie des mails en anglais à des administrations allemandes, en m’appuyant sur les adresses postales contenues dans ses lettres, seuls indices que j’avais de lui. Après quelques échanges, je le retrouve enfin, alors que pendant 60 ans, ce « Hans K. » n’a été qu’un mystère, un inconnu, un simple nom.

J’apprends qu’il est décédé en 1962, soit quand ma mère avait 15 ans. Elle a vécu toute sa vie avec un fantôme. Je fais ces recherches pour trouver des réponses, je me retrouve avec davantage de questions. Je ne saurai jamais s’il avait entrepris des démarches de son côté pour retrouver ma mère. J’apprends que sa femme, en Allemagne, attend un deuxième enfant au moment même où ma grand-mère était enceinte.

Lire la suite ici

Le Musée de la Grande Guerre vient d’être inauguré à Meaux

Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux : un Musée d’Histoire et de Société

Un nouveau regard sur l’un des conflits majeurs du XXe siècle, la Première Guerre mondiale, pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui.

Fort d’une collection unique en Europe, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux proposera une vision nouvelle du premier conflit mondial [ 1914-1918 ], à travers une scénographie innovante illustrant les grandes mutations et bouleversements de la société qui en ont découlé. Un patrimoine exceptionnel à transmettre aux nouvelles générations. Un musée d’histoire et de société, pour découvrir des épreuves passées, mieux comprendre la société d’aujourd’hui et construire le monde de demain.

1

 » Le Musée de la Grande guerre, 7.000 m2 pour ne pas oublier », Le Nouvel Observateur, 11 noveùbre 2011.

THIOLAY Boris, « Inauguration du Musée de la Grande Guerre », L’Express, 11 novembre 2011

Branche Raphaëlle, « Le passé colonial de l’armée française peut-il être donné en exemple ? »

Branche Raphaëlle, « Le passé colonial de l’armée française peut-il être donné en exemple ? », Le Monde, 2 décembre 2011.

Comment commémorer la fin de la guerre d’Algérie ? Cette question délicate, que beaucoup se posent depuis plusieurs mois, semble avoir été résolue de la manière la plus maladroite.

Quelques jours après le 11-Novembre, le ministre de la défense a annoncé que le général Marcel Bigeard, combattant de la France libre et résistant, officier en Indochine puis en Algérie, allait entrer aux Invalides. Par cette décision exceptionnelle, il va rejoindre, dans ce panthéon militaire, une pléiade de généraux d’Empire et la plupart des Maréchaux de France de la première et de la seconde guerre mondiale.

La cérémonie interviendra sans doute en 2012. Elle s’inscrit donc, d’ores et déjà, dans le calendrier commémoratif de la guerre d’Algérie. Pour motiver cette décision du gouvernement français, on invoque le refus des autorités vietnamiennes d’accéder au dernier souhait du général défunt que ses cendres soient dispersées au-dessus du champ de bataille de Diên Biên Phu. Les Invalides, comme solution de rechange, comme sépulture de substitution : qui pourrait le croire ? La décision est si importante dans l’ordre de la symbolique militaire et nationale qu’on ne peut se satisfaire d’une telle explication.

Lire la suite ici

Viols en temps de guerre: les hommes aussi

Par Marc Le Pape, sociologue, membre du comité scientifique du Crash (Centre de Réflexion sur l’Action et les Savoirs Humanitaires)

Depuis le début des années 2000, plusieurs chercheurs de langue anglaise posent régulièrement la question suivante: pourquoi les organisations d’aide internationales (agences des Nations unies et ONG) prêtent-elles si peu attention aux viols d’hommes et de garçons commis dans des situations de conflit armé?

En fait, le désintérêt n’est pas aussi systématique que ces chercheurs le déclarent. Ces viols en temps de guerre ont été évoqués par Amnesty international et Human Rights Watch; le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies a organisé une discussion sur ce sujet en juin 2008, au cours de laquelle un bilan a été dressé et des recommandations définies à l’adresse des chercheurs, en particulier celle-ci: trouver une perspective de recherche qui évite de réduire les hommes au statut de violeurs…

Lire la suite ici sur le blog « Issues de secours – Quels enjeux pour l’humanitaire ? »