Les lois genrées de la guerre

clio hfsClio n° 39 « Les lois genrées de la guerre », sous la direction de Fabrice Virgili

Responsable du numéro : Fabrice Virgili
1914-2014 : en cette année de centenaire, Clio, Femmes, Genre, Histoire portera son regard sur d’autres conflits. Depuis la fin du xxe siècle, leur étude a été renouvelée, d’un côté par une approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. Par ailleurs, la guerre dans l’ex-Yougoslavie, puis le génocide des Tutsis au Rwanda, ont abouti à la constitution de tribunaux internationaux, le TPIY en 1991, puis le TPIR trois ans plus tard. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on dénomme « les lois de la guerre ».

Dossier

  • Philippe Clancier, Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien
  • Sophie Cassagnes-Brouquet, Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle)
  • Mariana Muravyeva, “Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne
  • Régis Schlagdenhauffen, Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945)
  • Alain Blum & Amandine Regamey, Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000)
  • Christine Lévy, Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ?

Regards complémentaires

  • Annette Wieviorka, À propos des femmes dans les procès du nazisme

Actualités de la recherche

  • Françoise Thébaud, Penser les guerres du XXe siècle à partir des femmes et du genre : quarante ans d’historiographie
  • Isabelle Delpla, Les femmes et la justice pénale internationale

Documents

  • Alain Blum & Amandine Regamey, Plainte et enquête autour d’un viol (Lituanie soviétique, 1959)

Témoignage

  • Une communauté de femmes en prison pendant la guerre d’Algérie. Entretien avec Christiane Klapisch-Zuber par Michelle Zancarini-Fournel

Portrait

  • Marie-Claire Hoock-Demarle, Rita Thalmann – pionnière de l’histoire des femmes

Varia

  • Agustina Cepeda, Au temps du Test du crapaud. Justice et avortement (Argentine, mi-XXe siècle)
  • Rémy Pawin, Le genre du bonheur (France, 1945-années 1970)

Clio a lu (consultable sur http://clio.revues.org)

La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française

La guerre invisibleMiñano Leila et Julia Pascual, La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française, Paris, Les Arènes & Causette, 2014.

L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur ses 230 000 engagés.

En caserne, brigade ou opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels. Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux États-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu de l’ennemi », dénonçait ainsi un rapport interne, en Irak en 2004.

En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta.

Revue historique des armées, « Aux armes citoyennes! »

couv_rha272-small200
Crédits: SHD / Droits d’auteur © Revue historique des armées

La revue historique des armées a intitulé son dernier numéro « Aux armes citoyennes! ».

Son contenu est disponible en ligne.

Retrouvez ci-dessous son sommaire:

Entre Lutte Armée Et Féminisme: Quelques Reflexions À Propos Des Femmes Combattantes En Colombie (The Armed Struggle and Feminism: Some Insights About Women Combatants in Colombia)

Carolina Vergel Tovar


Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F

December 17, 2012

Revista Derecho del Estado No. 29, 2012
Abstract:
Cet article aborde la question de la situation de femmes combattantes à partir du cas colombien. En reprenant ce que les femmes démobilisées disent, ce que l’on dit d’elles ou ce qu’on leur fait dire, l’analyse proposée vise à exposer les difficultés propres au contexte colombien dans le contexte où la compréhension de cette problématique peut sembler utile à une politique de démobilisation non discriminatoire, ainsi qu’à la mise en oeuvre des mesures du droit international de promotion et de protection des femmes à l’occasion des confrontations armées.

This article adresses the situation of women in combat in Colombia. Based on what the demobilized women say, what it has been said about them, or what they are told to say, the proposed analysis intends to show the difficulties that arose in the understanding of these issues in the Colombian context. Thus, it can be useful for a non discriminatory demobilized policy, as well as for implementing measures in the international law for the promotion and protection of women under the armed conflict.

Disponible sur:
http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2190456

Note: Downloadable document is in French.

Number of Pages in PDF File: 31

Keywords: Women condition, army, feminism, human international law, equality men-women

Vient de paraître: Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme

Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme. Avant-propos de Jules Falquet, Paris, Editions iXe, 2012.

Mot de l’éditrice:

Pionnière des études sur le rôle et la place des femmes dans la famille et dans la société, féministe de la première heure, Andrée Michel est l’une des rares, en France, à travailler sur l’articulation du pouvoir d’État avec le puissant lobby de l’armement. Elle analyse la « culture de guerre » qui en découle en prenant en compte les dimensions de la classe et du sexe, ce qui l’amène à qualifier l’industrie de l’armement de « formation sociale aggravée du patriarcat ». Un modèle qui a pour conséquences inéluctables une extension des conflits armés et une aggravation des pauvretés qui frappent les hommes comme les femmes mais stigmatisent durablement les secondes. Les viols de guerre et la prostitution au service des armées ne sont que les exemples les plus connus, les plus frappants, des violences exercées à leur encontre.

Composé en deux parties – « la guerre contre les femmes » et « résistances féministes » – le recueil Féminisme et Antimilitarisme rassemble, à côté d’articles de fond publiés dès les années 1980, les textes inédits d’interventions dans des colloques internationaux, notamment en Colombie, à l’invitation d’organisations féministes.

Vient de paraître: Irène Eulriet, Women and the Military in Europe Comparing Public Cultures

Although the participation of women in the military has been the subject of attention in the social sciences since the 1970s, there has been no specific focus on this issue within the context of the
European Union. The aim of this book is to redress this imbalance. Exploring the policies adopted in the United Kingdom, Germany and France over the past 20 years, it situates them in the unique
context of the European Union. Through a survey of the political and legal dimensions of the wider recruitment of women into a professional milieu that has long remained a male stronghold, Irène
Eulriet traces variations between the three countries back to differences in their public cultures. In doing so, she exposes the complex frameworks within which national military institutions operate
and shows, on the basis of her European findings, that patterns of women’s military participation vary in shape and content beyond what is commonly assumed.

 

Article: Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962) »

 

Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962), Histoire@Politique, n°18, septembre-décembre 2012.

Résumé:

Parce que les femmes ne sont jamais considérées comme des soldats à part entière – d’abord parce que ce sont des femmes, ensuite parce qu’elles ne sont pas armées – bon nombre d’« héroïnes » de guerres sont ignorées de la mémoire combattante. Évoluant en marge du reste des troupes, elles sont également en marge de l’imaginaire collectif. Et pourtant.

De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, elles sont nombreuses à avoir servi sous les drapeaux et sous l’uniforme, certaines d’entre elles ayant même trouvé la mort. Mais qui se souvient aujourd’hui de ces militaires féminines de la première génération, sinon elles-mêmes et quelques hommes œuvrant pour leur reconnaissance ?

 

Cycle « Violences de guerre » – 1er octobre 2012: Regina Mühlhäuser: « Conquêtes » Violences sexuelles et relations intimes : les soldats allemands en URSS (1941-1945)

Le livre sera présenté par l’auteure, Regina Mühlhäuser, et discuté par Elissa Mailänder, professeure associée en histoire contemporaine à Sciences Po (CHSP).

Lundi 1er octobre 2012, 17h-18h30
Sciences Po, salle de conférences,
rez-de-chaussée
56, rue Jacob, 75006 Paris

Contact :
ransinan(AT)ciera.fr ou
carole.gautier(AT)sciences-po.fr

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

« Le livre de Regina Mühlhäuser sur la violence de guerre porte bien au-delà de la Seconde guerre mondiale. Les exemples du camp d’Abu Graib ou des viols de masse pendant la guerre de Yougoslavie démontrent que le sujet est toujours d’actualité. » Harald Welzer, Deutschland Radio Kultur

Les crimes sexuels commis par les troupes d’occupation allemandes en Union soviétique pendant la Seconde guerre mondiale correspondent à un phénomène extrêmement répandu, quoique jamais exploré par la recherche jusqu’à présent. Regina Mühlhäuser analyse les violences sexuelles et le large spectre des pratiques hétérosexuelles des membres de la Wehrmacht et de la SS, – prostitution, bordels militaires, sexe en échange de nourriture ou de protection, relations intimes consenties pouvant conduire à des demandes d’autorisation de mariage. En même temps, elle situe ces pratiques dans le cadre plus large des représentations de la masculinité et de la sexualité qui prévalaient à l’époque. Le travail de Regina Mühlhäuser apporte une nouvelle pierre à la connaissance des politiques sexuelles national-socialistes, notamment dans le contexte du front de l’Est. Il constitue une étape incontournable dans la compréhension des interactions entre masculinité, violence et sexualité en temps de guerre.

Vient de paraître. SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?

SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?, Paris, Créaphis, 2012.

A travers l’histoire de la statuomanie républicaine de la fin du XIXe siècle, et la prolifération, dans l’espace public, de statues dédiées à des personnages célèbres, Christel Sniter analyse la manière dont la culture politique républicaine fabrique ses représentations de la femme en les indexant le plus souvent au déjà là du grand homme, mais aussi en aménageant une place à l’identité spécifique de l’héroïsme féminin. Ces femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres, honorées pour les mêmes qualités universelles ?
Ou bien ces statues ont-elles été érigées par des féministes dans une dynamique militante, par souci de représentativité et pour compenser un déséquilibre, parce que précisément ce sont des femmes ? Dans quelle volonté de construction d’un imaginaire national ces projets ont-ils été pensés ?

Vient de paraître: SAUVAGE Moïra, Guerrières! A la rencontre du sexe fort, Paris, Actes Sud, 2012

GUERRIÈRES !

Le phénomène est mondial : les femmes sont de plus en plus nombreuses au sein des armées, des polices, des guérillas et des gangs, jusque sur les rings de boxe. L’agressivité, le port d’arme et le droit de tuer ne sont plus réservés aux hommes. Quelles sont les raisons et les conséquences de ce changement profond de nos sociétés ?

Après avoir travaillé longtemps sur les femmes victimes de violences, Moïra Sauvage change de perspective. Ce passionnant essai nous permet de comprendre la complexité de la violence féminine, son enracinement dans l’histoire et les mythes qui l’entourent.

Dans un deuxième temps, l’auteur va à la rencontre, sur plusieurs continents, de femmes de divers horizons pour leur donner la parole. Elles racontent leur rapport à la force physique, à la violence et au combat. Mais aussi comment, guerrières sans armes, les militantes utilisent leur force intérieure pour essayer de changer le monde.

Née à Dublin d’un père irlandais et d’une mère française, Moïra Sauvage est journaliste. Elle a été pendant six ans responsable de la commission Femmes d’Amnesty International France, où elle a collaboré à la publication du rapport Les Violences envers les femmes en France : une affaire d’Etat (éditions Autrement, 2006). Elle est l’auteur d’un essai : Les Aventures de ce fabuleux vagin (Calmann-Lévy, 2008).

Actes Sud, Questions de société

Vient de paraître. Viol(s) comme arme de guerre

FARGNOLI Vanessa, viol(s) comme arme de guerre, Paris, L’Harmattan, 2012.

Comment le viol a-t-il été qualifié d’arme de guerre et construit dans la catégorie de crime contre l’humanité ? Ce livre analyse cette forme de mobilisation autour du viol afin de mieux cerner les tensions qu’elles suscitent et qui les traversent. Il tente aussi de traiter du viol comme une problématique qui va au-delà du simple contexte de guerre.

Site de L’Harmattan

Enlisting Masculinity: The Construction of Gender in U.S. Military Recruiting Advertising During the All-Volunteer Force

BROWN Melissa T., Enlisting Masculinity: The Construction of Gender in U.S. Military Recruiting Advertising During the All-Volunteer Force, Oxford University Press, 2012.

Mot de l’éditeur :

– First published study to explore the content of volunteer-force recruitment advertising

– Analyzes more than 300 print advertisements published between the early 1970s and 2007

Enlisting Masculinity explores how the U.S. military branches have deployed gender and, in particular, ideas about masculinity to sell military service to potential recruits. Military service has strong historical ties to masculinity, but conscription ended during a period when masculinity was widely perceived to be in crisis and women’s roles were expanding. The central question the book asks is whether, in the era of the all-volunteer force, masculinity is the underlying basis of military recruiting appeals and, if so, in what forms? It also asks how women fit into the gendering of service. Based on an analysis of more than 300 print advertisements published between the early 1970s and 2007, as well as television commercials, recruiting websites, and media coverage of recruiting, the book argues that masculinity is still a foundation of the appeals, but each branch deploys various constructions of masculinity that serve its particular personnel needs and culture, with conventional martial masculinity being only one among them. While the Marines rely almost exclusively on a traditional, warrior form of masculinity, the Army, Navy, and Air Force draw on various strands of masculinity that are in circulation in the wider culture. The inclusion of a few token women in recruiting advertisements has become routine, but the representations of service make it clear that men are the primary audience and combat is their exclusive domain. Although most Americans believe they can ignore the military in the era of the all-volunteer force, when it comes to popular culture and ideas about gender, the military is not a thing apart from society, and military recruiting materials are implicated in our broader conceptions of masculinity and of military service.

Sans titre-copie-4Chapters:

Chapter 1: Introduction
Chapter 2: Concepts and Context: Masculinity, Citizenship, and the Creation of the AVF
Chapter 3: The Army
Chapter 4: The Navy
Chapter 5: The Marine Corps
Chapter 6: The Air Force
Chapter 7: Recruiting a Volunteer Force in Wartime
Chapter 8: Conclusion

Gender, Sex and the Postnational Defense – Militarism and Peacekeeping

KRONSELL Anika, Gender, Sex and the Postnational Defense, Militarism and Peacekeeping, Oxford University Press, 2012.

Mot de l’éditeur : 

– Puts UN SCR 1325 into a larger conversation about human security, the post-national defense and militaries doing peacekeeping activities

– Based on extensive case study material, much of which has never been published in English

– Shows that increasing gender parity in the military is a more achievable task than increasing women’s participation

Scholars have argued that the end of the Cold War and the War on Terror have radically changed the context of war and defense, diminished the role of nation-states in favor of multi-lateral defense activities, and placed a new focus on human security. In addition to the traditional act of war-making, peacekeeping and nation-building have emerged as important defense strategies among wealthy, liberal-democratic nations. Per UN Security Council Resolution 1325, adopted in 2000, all member nations must consider the needs of women and girls during repatriation, resettlement, and post-conflict reconstruction efforts. Kronsell’s book looks at the way that a post-national defense influenced by SC 1325 and focused on human security affects gender relations in militaries. Interestingly, despite the successful implementation of gender mainstreaming in training, the number of women involved in military peacekeeping remains low. Contradicting much of the gender mainstreaming literature, Kronsell shows that increasing gender parity in the military is a more achievable task than increasing women’s participation.

Employing a feminist constructivist institutional approach, her book questions whether <« feminism> » must always be equated with peace and anti-militarism, if military violence committed with the purpose of enhancing human security can be performed according to a feminist ethics, and if military institutions can ever be gender neutral. Kronsell builds her theoretical argument on a case study of Sweden and the E.U.

Sans-titre-copie-5.jpg

Chapters :

Introduction
Chapter One: Mothers, Soldiers and Nation in the ‘Neutral’ Defense
Chapter Two: Gender, Sexuality and Institutions of Hegemonic Masculinity
Chapter Three: The Post-National Defense and the Cosmopolitan Military
Chapter Four: Post-national Peacekeeping and the Construction of Sex and Gender
Chapter Five: Defense and Military Governance in the EU: A cosmopolitan military in the making?
Chapter Six: Conclusions

Vient de paraître : Pierre-Emmanuel Dufayel, Un convoi de femmes, 1944-1945

Pierre-Emmanuel Dufayel, Un convoi de femmes, 1944-1945,

Paris, Editions Vendémiaire, 2011.

vende3.jpg

Le 31 janvier 1944, sur le quai de la gare de Compiègne, un millier de femmes attendent. Membres d’organisations secrètes, proches de résistants, passantes raflées dans la rue, prostituées soupçonnées d’avoir voulu contaminer l’armée allemande, elles forment un convoi à destination de Ravensbrück. Dès lors, leur identité se résumera à un simple matricule.

Internées dans les « quartiers allemands » du fort de Romainville ou du camp de Royallieu, où la solidarité seule était gage de survie, où « parler en silence » et chanter la Marseillaise participait d’une forme ténue de résistance collective, elles pénètrent ensemble dans l’enfer de Ravensbrück…. La suite ici.

A paraître : Yashka, journal d’une femme combattante

Stéphane Audoin-Rouzeau, Nicolas Werth, Yashka, journal d’une femme combattante, Paris, Armand Colin, 2012.

9782200275167-V.jpg Mot de l’éditeur :

Voici le récit du destin extraordinaire de Yashka, simple paysanne russe qui s’est engagée dans l’armée du Tsar dès le début de la Première Guerre mondiale. Lorsque survient la révolution de mars 1917, elle obtient du gouvernement provisoire de créer un bataillon de femmes placé sous son commandement. 
Si certains font d’elle une haute figure du féminisme, Yashka aspire seulement à sauver sa « Sainte Russie » et à faire honte aux hommes qui ont renoncé à se battre dans l’espoir d’une paix séparée. Pourtant, lors de la dernière offensive de l’armée russe, le «bataillon de la mort» conduit par Yashka se fait massacrer en pure perte. 
Dans la guerre civile qui s’annonce, elle s’engage du côté de la contre-révolution. Les événements la poussent à quitter la Russie et à rejoindre l’Amérique afin d’y effectuer une tournée de propagande pour les «blancs». C’est là qu’elle rencontre Isaac Levine, un exilé russe à qui elle raconte son histoire. Publié en 1919, ce récit était tombé dans l’oubli. Stéphane Audoin- Rouzeau et Nicolas Werth le ressuscitent en soulignant la véracité et la portée historique de ce texte exceptionnel.

Sommaire :

Première partie : La Guerre
1. Mon engagement
2. Dans la zone de mort
3. Blessée et paralysée
4. Huit heures aux mains de l’ennemi
Deuxième partie : La Révolution
5. La révolution au front
6. J’organise le bataillon de la mort
7. L’affaire du comité
8. Le bataillon au front
9. En mission chez Kornilov
10. L’armée devient une bande de sauvages
Troisième partie : La Terreur
11. Le triomphe du bolchevisme
12. En face de Lénine et de Trotsky
13. Prise au piège
14. Sauvée par miracle
15. Je quitte la Russie