The place of women in war 1914-2014

La première conférence de Women in War www.womeninwar.org in Sarajevo

Women in war’s first conference www.womeninwar.org  in Sarajevo

with/avec the Gender iInstitute of the University of Sarajevo

The place of women in war 1914-2014

Sarajevo June 7th and 8th 2014.

The Women in War inaugural conference will take place in Sarajevo on June 7th and  8th, with the support of the University of Sarajevo’s Gender department.

2014 marks the centennial of the start of World War One and a greater visibility of women in armed conflict.

As well as the numerous commemorative events and conferences that will be taking place, this centennial is a unique opportunity to assess the experience and consequences of war on women twenty years after the war in the ex-Yugoslav area (1991-1995), with a look towards the past as well as at conflicts of the same period, namely Rwanda.

This conference is the first academic one of its kind to be held in Sarajevo, we invite proposals for papers in the following or related areas. Although the focus is Bosnia, the examples can be taken from other regions of the world.

  • Gender and Armed Conflict
  • Women in and around the Military
  • War time rape
  • Gender and Nationalism
  • Gender and Post-war reconstruction
  • Men, Masculinity and War
  • Gendered Memories of War and Political Violence

Abstracts of max. 350 words should be submitted by April 12 to carolmann33@gmail.com and nermina.trbonja@gmail.com

Authors of abstracts (selected or not) will be informed by May 1st 2014

Keynote speakers:

Cynthia Cockburn (to be confirmed)

Elissa Helms (confirmed) Gender Studies at the Central European University in Budapest, Hungary

Stef Jansen, University of Manchester (to be confirmed)

Les femmes dans l’entre-deux-guerres: 1918-1938 – De l’armistice à une nouvelle avant-guerre, que deviennent les femmes?

cahierCe colloque se déroulera les 18 et 19 septembre 2014 à la Médiathèque d’Orléans.

Les propositions sont à envoyer avant le 20 mars 2014.

Les éditions précédentes ont successivement mis en lumière les femmes du XVIIème, celles de la Belle Epoque et les Savantes femmes; la quatrième édition rendra visibles les femmes de l’entre-deux-guerres.
De 1918 à 1938, de l’armistice à une nouvelle avant-guerre, que deviennent les femmes? Et par quels chemins avancent-elles?
Elles ont investi tous les domaines de l’économie pendant la Grande Guerre. Mais ensuite? Sur les voies multiples des héritages, des appropriations et des conquêtes, nous nous interrogerons sur la diversité des parcours féminins, du cinéma à la médecine, de la littérature à la chanson, de la mode aux sciences et techniques. Au-delà des voies originales et flamboyantes, de la variété des approches, il sera bon de réfléchir sur les contradictions sous-jacentes, les évolutions dynamiques ou avortées, les mythes en devenir, voire la spécificité des créations.
Nous souhaitons que ce colloque fasse connaître des romancières, des artistes,des chercheuses, des techniciennes dont la postérité n’a pas retenu le nom ou que nous connaissons peu. Nous souhaitons aussi que, loin d’un catalogue de monographies, ce colloque favorise la perception de l’entre-deux guerres par le croisement de diverses perspectives: historique, sociologique, esthétique. Ces dernières devraient permettre de mieux percevoir les assises sur lesquelles les générations suivantes de femmes se sont identifiées et construites.
Les propositions de communications et quelques éléments biographiques sont à adresser pour le 20 mars 2014 à: dominique.brechemier@gmail.com et lavalturpin@yahoo.fr

« Femmes et guerres, one person crying »

CaptureLe centre de la mémoire présente : « Femmes et guerres : One person crying, Women and war ».

À l’aide de plus de 90 photographies noir et blanc, Marissa Roth, photoreporter américaine, aborde les effets immédiats et durables de la guerre sur les femmes.

Le voyage de la photographe débute à Novi Sad en Yougoslavie en 1984 et se conclut à Oradour en 2013. Les photographies couvrent une dizaine de conflits mondiaux au long d’une période de travail de 28 années qui commence avec l’histoire personnelle de Marissa Roth en tant que fille de réfugiés de l’Holocauste.

L’exposition inclut des panneaux qui fournissent des références historiques et reviennent sur le déroulement des guerres abordées par la photographe. Un ensemble de projections (témoignages, documentaires), d’ouvrages, d’archives se rapportant aux violences faites aux femmes lors des guerres complète le travail photographique de Marissa Roth.

« Il n’y a pas de sang ni d’armes dans ces images, juste le souvenir de ces vies passées dans un après-guerre sans fin comme toile de fond » Marissa Roth

Dossiers pédagogiques Femmes et guerres

Plus d’infos

Conference: The Gender Dimensions of Armed Violence

Conference: The Gender Dimensions of Armed Violence

lundi 25 février 2013, 09:15-18:00

The Gender Dimensions of Armed Violence

Auditorium Jacques-Freymond, 132 rue de Lausanne

The gender dimensions of social conflict, armed violence and peacebuilding are multifaceted and complex. Quantitative research has demonstrated a strong correlation between levels of gender inequality and war, suggesting that women’s subordination and vulnerability is a significant predictor of armed violence. Women and girls often bear the brunt of violence, insecurity and impoverishment. Consequently, women tend to be portrayed as passive victims whose agency in social conflict remains ignored. Yet, the war-related transformation of gender roles offers women opportunities of economic empowerment and political leadership that is often reversed once violent conflict ends, leaving women again in a state of insecurity. The exploratory workshop panels are organised around three main questions: (1) How is gender (equality) linked to armed conflict? (2) How and why is violence against civilians gendered? (3) What role does gender play in processes of violence prevention and peacebuilding?

Programme

9:15 Welcome

  • Elisabeth  Prügl, The Graduate Institute, Director of the Programme on Gender and Global Change
  • Jana Krause, The Graduate Institute and German Institute of Global and Area Studies

9:45-11:45 Panel 1: Gender Equality and Armed Conflict

Chair: Rahel Kunz, Université de Lausanne

  • Cynthia Cockburn, City University London
  • Theodora-Ismene Gizelis, University of Essex
  • Marsha Henry, London School of Economics and Political Science
  • Åshild Kolås, Peace Research Institute Oslo

Discussants: Daisy Onyge, Port Harcourt University; Elisabeth Prügl, The Gradute Institute

12:00 Lunch

13:30-15:30 Panel 2: The Gender Dimensions of Violence against Civilians

Chair: Bina d’Costa, Australian National University

  • Maria Stern, University of Gothenburg
  • Ragnhild Nordaas, Peace Research Institute Oslo
  • Meghan Foster Lynch, Temple University
  • Laura Sjoberg, University of Florida

Discussants: Keith Krause, The Graduate Institute, Small Arms Suvey and Centre on Conflict, Peacebuilding and Development; Arifah Rahmawati, Gadjah Mada University

15:30 Coffee Break

16:00-18:00 Panel 3: The Gender Dimensions of Violence Prevention and Peacebuilding

Chair: Anna Alvazzi del Frate, Small Arms Survey

  • Carol Cohn, University of Massachusetts
  • Susanne Buckley-Zistel, Philipps Universität Marburg
  • Antonia Potter Prentice, European Peacebuilding Liaison Office
  • Donna Pankhurst, University of Bradford

Discussants: Wening Udasmoro; Gadjah Mada University; Mimidoo Achakpa, WREP Abuja

This event is organised by the Programme on Gender and Global Change in collaboration with

CFP: De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés

The return from war. Women, natives and ethnic minorities: crossed perspectives

81e Congrès de l’Acfas

81st Acfas congress

*  *  *
Publié le jeudi 20 décembre 2012 par Elsa Zotian
RÉSUMÉ
Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires ? Du point de vue historique et contemporain, ce colloque s’intéressera en particulier aux groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire. Les femmes, les autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ? L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.
ANNONCE

Argumentaire

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques) des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane et Moses, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du XXe siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective ?
Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.

Axe 1 : L’expérience sociale de l’armée et l’épreuve du retour

Quels rapports les vétérans entretiennent-ils désormais avec les institutions sociales desquelles leur mission ou la garnison les a tenus éloignés ? Comment après avoir fait l’expérience sociale de l’institution militaire et de la guerre construisent-ils leur identité personnelle, leur identité collective et appréhendent-ils l’Autre ? Nous privilégierons dans cet axe, les contributions qui mettent l’accent d’une part sur la manière dont l’expérience de l’armée colore et influence les épreuves (Martuccelli, 2006) auxquelles sont confrontées les vétérans au retour de la guerre et d’autre part sur la reconstruction identitaire des individus (Wieviorka, 2005). Les femmes, les Autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ?

Axe 2 : La place des vétérans dans l’historiographie militaire et le récit national

On s’interrogera ici de manière plus large sur la place qu’occupent ces vétérans minoritaires dans l’armée dans l’historiographie militaire et la construction de la mémoire collective. En quoi la participation de ces groupes aux grands conflits mondiaux du XXe siècle leur a-t-elle permis de sortir de l’invisibilité ou d’acquérir un nouveau statut social ? Au Canada par exemple, quels sont les enjeux qui entourent la reconnaissance de ces groupes dans l’histoire militaire ? L’intérêt pour la place des femmes, des Autochtones ou des minorités ethniques éclairent ainsi les mutations de l’institution militaire dont la fonction n’est plus d’être au service de la nation, mais à l’image de celle-ci (Winslow, 2003). Cette reconnaissance des vétérans permet-elle pour autant la reconnaissance plus large des groupes auxquels ils appartiennent ?
Le retour à la vie civile dans les périodes de post-conflits a fait l’objet de nombreuses recherches tant sur le point historique que contemporain, mais au Québec, il demeure un objet mal connu. À ce titre, on pourra s’interroger sur les rapports que les minorités nationales entretiennent avec leurs vétérans. La question des Autochtones nous intéressera particulièrement dans la mesure où s’ils constituent une population minoritaire au sein de l’armée le nombre d’engagés volontaires fut et est bien plus nombreux comparativement à la population canadienne toutes proportions gardées.

Conditions de soumission

La proposition comportera un titre (180 signes espaces compris), un résumé de 1500 signes (espaces compris) et cinq mots-clefs au maximum.
Veuillez également indiquer votre prénom, nom, statut, affiliation, courriel et coordonnées.
Les critères d’évaluation porteront sur la qualité de la réflexion scientifique proposée; la pertinence scientifique et / ou sociale du sujet présenté.
Merci d’envoyer vos propositions à Brieg Capitaine (briegc@ehess.fr)

avant le 25 janvier.

Un courriel de confirmation de réception vous sera envoyé, mentionnant les dates de réponse du comité d’évaluation.
Le colloque se tiendra la 7 mai 2013 à l’Université Laval, Québec (QC).

Responsables scientifiques

  • Brieg Capitaine Ph.D.
Chercheur postdoctoral
Chercheur associé au CADIS (EHESS-CNRS)
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales
Université du Québec en Outaouais
briegc@ehess.fr
(1) 819 595 3900 (2051)
 
  • Thibault Martin Ph.D.
Professeur et Titulaire,
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales
Université du Québec en Outaouais
Thibault.martin@uqo.ca
(1) 819 595 3900 (2210)

Bibliographie

  • Bucaille L. (2006), « Introduction. Récits de l’après-conflit », Revue internationale des sciences sociales, vol. 3, n° 189, p. 459-466.
  • Crocq L. (1999), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris : Odile Jacob.
  • Macfarlane J. et J. Moses (2005) « Le son d’un autre tambour : la culture autochtone et les forces armées canadiennes, 1939-2002 »,Revue militaire canadienne, n° 2, p. 25-32.
  • Martin T. (2009) « L’expérience d’Eddy Weetaltuk dans le contexte de la participation des Autochtones aux guerres canadiennes » dans Weetaltuk E., E9-422. Un nuit de la toundra à la guerre de Corée, Paris : Carnet Nord, 2009. p. 331-384.
  • Martuccelli D. (2006) Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris : Armand Colin.
  • Wieviorka M. (2005) « Les problèmes de la reconstruction identitaire », Le Coq-Héron, n° 180, p. 122-131.
  • Winslow D. (2003) « La société canadienne et son armée de terre »,Revue militaire canadienne, hiver 2003-2004, p. 11-24.
LIEUX
  • 844 Rue Paradis, Sainte-Foy
    Quebec City, Canada (G1V 4J5)
DATES
  • vendredi 25 janvier 2013
MOTS-CLÉS
  • vétérans, guerre, minorités, épreuves, histoire militaire, témoignages
CONTACTS
  • Brieg Capitaine
    courriel : briegc [at] ehess [dot] fr
URLS DE RÉFÉRENCE
SOURCE DE L’INFORMATION
  • Brieg Capitaine
    courriel : briegc [at] ehess [dot] fr
POUR CITER CETTE ANNONCE
« De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés », Appel à contribution , Calenda, Publié le jeudi 20 décembre 2012,http://calenda.org/233106

CFP: Représenter la Grande Guerre : les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920) – Essays in French Literature and Culture (EFLaC)

Appel à contributions

 

Essays in French Literature and Culture (EFLaC), rédactrice en chef : Hélène Jaccomard, The University of Western Australia

 

Numéro sur la Grande Guerre – « Représenter la Grande Guerre : les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920) »

 

Coordonnateur du numéro : Gary D. Mole, Université Bar-Ilan, Israël

 

L’année 2014 marquera le centenaire de la conflagration qui déclencha la Première Guerre mondiale. La revue Essays in French Literature and Culture souhaite participer au programme commémoratif que la France envisage pour cette grande échéance mémorielle en publiant un numéro spécial sur la production littéraire, artistique, et culturelle contemporaine de la Grande Guerre. Sans vouloir minimiser l’importance de la production littéraire et cinématographique des dernières décennies et l’impact qu’elle a eu sur l’imaginaire collectif du conflit, nous cherchons à revenir sur les diverses formes de création artistique et culturelle issues de l’époque de la guerre même (en nous bornant à tout écrit ou de création effectué entre 1914 et 1920). Or, dans le contexte de la France, cette production—des civils comme des combattants—s’est souvent vu cantonner dans des catégories trop étroites (patriotisme, propagande de guerre, pacifisme, réalité du combat) ou diviser formellement dans des extrêmes : d’une part une production se bornant aux cadres littéraires et artistiques traditionnels, largement hérités du XIXe siècle, et d’autre part une production faisant avancer les techniques et les formes artistiques en s’inscrivant dans le courant moderne, expérimental et avant-gardiste. La réalité est que les quatre ans du conflit ont vu une vaste production dans le champ artistique qui ne se laisse aucunement réduire à ces visions dualistes de la création et de la réaction à la guerre.

C’est pourquoi, à l’instar de recherches récentes (parmi lesquelles, citons : Nancy Sloan Goldberg sur l’écriture des femmes, Nicolas Beaupré sur les écrits des combattants français et allemands, Pierre Schoentjes sur la fiction, Laurence Campa sur la poésie, Philippe Dagen sur la peinture, Laurent Veray sur le cinéma), nous voudrions inviter des contributions qui sortent des sentiers critiques battus (Barbusse, Dorgelès, Apollinaire, Cendrars, le dadaïsme…) et qui évitent les polarisations historiographiques telles celles sur la « culture de guerre » et la « culture de paix » qui ont récemment opposé de manière parfois houleuse les historiens culturels affiliés à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne aux historiens sociologiques du CRID (Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918). Aussi, nous ne privilégierons aucun genre, aucune forme littéraire ou plastique, aucune tendance ou approche méthodologique et théorique. Toutefois, nous nous intéresserons particulièrement aux études portant sur les sujets suivants (ayant trait à la représentation de la guerre ou à son impact) :

·         les témoignages (inédits ou négligés) du front ou de l’arrière

·         la fiction et la poésie considérées comme occultées par l’historiographie littéraire

·         la dramaturgie dans toutes ses formes

·         l’écriture des combattants français par-delà le front occidental

·         l’écriture des femmes, des enfants, des Juifs, des Musulmans

·         l’écriture issue de tout ressortissant des colonies françaises mobilisées dans la guerre

·         toute production contestataire des versions « officielles » de la guerre

·         le champ visuel et plastique compris dans son sens le plus large (peinture, dessin, sculpture, documentaire, cinéma)

Veuillez faire parvenir votre proposition de contribution (maximum 300 mots) ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique (avec nom, affiliation et adresse courriel) en un document Word, au coordonnateur du numéro, Gary D. Mole : molega@biu.ac.il avant le 31 décembre 2012. Les propositions seront étudiées par le Comité scientifique et les décisions communiquées avant le 31 mars 2013. Les articles sélectionnés (en français ou en anglais) ne dépasseront pas les 5000 mots (notes et bibliographie comprises), devront suivre la feuille de style de la revue, et seront à envoyer avant le 30 septembre 2013 pour une publication destinée à coïncider avec le début du centième anniversaire de la guerre en novembre 2014.

Une courte section Varia est aussi envisagée pour toute contribution à caractère créatif portant sur la commémoration de la Grande Guerre.

EFLaC est une revue internationale à comité de lecture, incluse dans Ulrecht et le Thomson Reuters Index. La revue est aussi disponible en ligne par l’entremise de e-Informit.

Pour toute autre information sur la revue EFLaC, veuillez visiter : « http://www.humanities.uwa.edu.au/research/european-languages/essays-in-french-literature-and-culture »

 

 

Call for Article Proposals

 

Essays in French Literature and Culture (EFLaC), General Editor: Hélène Jaccomard, The University of Western Australia

 

Issue on the Great War – «Représenter la Grande Guerre: les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920)»

 

Guest Editor: Gary D. Mole, Bar-Ilan University, Israel

 

2014 will mark the centenary of the events that led to the beginning of the First World War. The journal Essays in French Literature and Culture would like to be part of the commemorations that France is planning for the event by publishing a special issue on the literary, artistic, and cultural production contemporaneous with the war. While not underestimating the importance of recent literary texts and films and the impact they have had on the collective imagination of the conflict, we would like to revisit the varied forms of artistic and cultural creation that actually accompanied the war (limiting ourselves to any creative work produced between 1914 and 1920). In the specific French context, this production, by both civilians and combatants, has often been confined to rigid categories (patriotism, war propaganda, pacifism, the reality of combat) or divided formally into extremes: on the one hand works framed within literary and artistic tradition, mainly inherited from the 19th century, and on the other works employing techniques and artistic forms linked to general trends in modernism, experimentation, and the avant-garde. The truth is that the four long years of conflict saw a vast production in the artistic field irreducible to such dualistic visions of the creation inspired by the war.

Following on from recent research (amongst others: Nancy Sloan Goldberg on women’s writing, Nicolas Beaupré on writings by French and German combatants, Pierre Schoentjes on fiction, Laurence Campa on poetry, Philippe Dagen on painting, Laurent Veray on film), we would like to invite contributions which stray from beaten critical paths (Barbusse, Dorgelès, Apollinaire, Cendrars, Dadaism…) and avoid historiographical polarizations such as those concerning «war culture» and «peace culture» which have marked the sometimes heated debates between the cultural historians linked to the Historial de la Grande Guerre in Péronne and the sociological historians from the CRID (Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918). We will therefore be open to all genres, all literary or plastic forms, all methodological or theoretical approaches. We will, however, be particularly interested in studies on the following subjects (as long as they deal with the representation of the war or its impact):

·         eye-witness accounts (either unpublished, unusual or critically neglected) from the front or the homefront

·         fiction and poetry neglected by literary historiography

·         theatre, spectacle, performance

·         writings by French soldiers other than on the Western Front

·         writing by women, children, Jews, Muslims

·         writing from any of the French colonies mobilized in the war

·         any creative production contesting «official» versions of the war

·         the visual and plastic field in its widest sense (painting, drawing, sculpture, documentaries, films)

Please send proposals (300 words maximum) as well as a short bio-bibliographical sketch (including name, affiliation, and e-mail address) in a Word document, to the Guest Editor for the issue, Gary D. Mole: molega@biu.ac.il before 31 December 2012. Proposals will be assessed by members of the editorial board and decisions communicated to authors before 31 March 2013. Selected articles (in French or in English) should be no longer that 5,000 words (including notes and bibliography), should follow the house style of the journal, and should reach the Guest Editor by 30 September 2013 for publication to coincide with the beginning of the centenary of the war in November 2014.

A short section Varia is also envisaged for any creative written work concerning the commemoration of the Great War.

EFLaC is an international peer-reviewed journal cited in Ulrecht and the Thomson Reuters Index. The journal is also available on-line through e-Informit.

For further information on the journal EFLaC, please visit: «http://www.humanities.uwa.edu.au/research/european-languages/essays-in-french-literature-and-culture»

Sexual Violence in armed conflicts: interdisciplinary perspectives

Sexual Violence in armed conflicts: interdisciplinary perspectives

Jeudi 5 juillet | 17h00

Introduction: Elissa Mailänder, Centre d’histoire de Sciences Po

Chair & Moderation: Claire Andrieu, Centre d’histoire de Sciences Po

Examination of a War Crime: Hagiang (French Indochina) march 1945
Fabrice Virgili, Directeur de recherche, UMR IRICE-CNRS

Framing Sexual Violence in Armed Conflict: What We (May) Fail to See
Pascale Bos, Associate Professor, The University of Texas, Austin

Between Analysis and Politics
Gabi Mischkowski, Program Advisor on Gender Justice, medica mondiale

The Idea of an international, interdisciplinary Research Network
Regina Mühlhäuser, Researcher, Hamburg Institute for Social Research

The International Research Group « Sexual Violence in Armed Conflict » was founded in October 2010 in Hamburg. It aims to bring together empirical and theoretical studies focusing on sexual violence in different theaters of armed conflict in a series of workshops and conferences. Historians, legal scholars, sociologists, philosophers, psychologists, experts in cultural studies, and human rights activists develop common research questions and a framework for comparison, present and discuss their work, and explore opportunities for cooperation.

Seminar organized by the Centre d’Histoire de Sciences Po, the UMR « Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe », the Online Encyclopedia of Mass Violences and the Hamburg Institute for Social Research.

Responsable : Elissa Mailänder, Centre d’histoire de Sciences Po

LIEU: CERI – 56 rue Jacob, 75006 Paris

+ d’infos

Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet: « Femmes en armes, violence des femmes? » 29 mai

« Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet »

  L’Institut Émilie du Châtelet a le plaisir de vous inviter à son « Café »

Mardi 29 mai 2012, 19 h à 21 hRestaurant La Baleine,
Jardin des Plantes, 47 rue Cuvier, 75005 Paris
(Métro : Jussieu ; Bus : 47, 67, 89)

Sur le thème « Femmes en armes, violence des femmes? »,

les échanges interviendront à partir des témoignages de
Elodie Jauneau (historienne, ancienne allocataire de l’IEC)
Danielle Michel-Chich
(traductrice, journaliste et écrivaine)
Moïra Sauvage (journaliste et écrivaine)

Les organisatrices : Monique Halpern, Josiane Gonthier, Nadia Guedri, Raphaëlle Legrand, Hélène Marquié, Evelyne Peyre, Nicole Savey, Anne-Marie Viossat
informations pratiques : 01 71 21 46 28 ; iec@mnhn.fr

Cycle de Rencontres : Violences de guerre

La guerre a changé d’apparence. En s’appuyant sur les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, des États renversent des gouvernements et transforment des sociétés – le monde doit être en paix. Pourtant, les populations concernées ressentent colère et amertume. La mort de civils tués dans les combats ne peut plus être ignorée et classée pudiquement dans la catégorie des dommages collatéraux. Le questionnement sur le sens et le but de ces interventions armées se fait de plus en plus pressant. Quelle violence est acceptable ? Laquelle est interdite ? Pourquoi les civils non impliqués dans ces conflits doivent-ils être protégés ? Selon quels critères la notion de protection doit-elle être définie et que se passe-t-il lorsqu’elle n’est plus respectée ?

Le CIERA, le Centre d’histoire de Sciences Po, la Fondation Maison des sciences de l’homme, en partenariat avec les éditions Hamburger Edition (Hamburger Institut für Sozialforschung) vous invitent à découvrir l’actualité allemande de la production scientifique en sciences humaines et sociales.

Gerd Hankel
Tötungsverbot im Krieg – « Interdit de tuer ! » Les dommages collatéraux des conflits armés et le droit international
lundi 4 juin 2012

Regina Mühlhäuser
Eroberungen – Violences sexuelles et relations intimes. Les soldats allemands en URSS (1941-1945)
lundi 1er octobre 2012

Bernd Greiner
Krieg ohne Fronten – Les États-Unis et la guerre du Vietnam
lundi 3 décembre 2012

Contact :
ransinan@ciera.fr ou
carole.gautier@sciences-po.fr

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

Journée d’Etudes : Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb et au Moyen-Orient (Paris, 20 juin 2012)

Laboratoire SEDET

Groupe de recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient (GREMAMO)

Université Paris 7 Diderot –

Journée d’Etudes

Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb

et au Moyen-Orient  (Paris, 20 juin 2012)

 

Si les réfugiés et les déplacés suite à des conflits, internes ou externes, ne sont pas un phénomène nouveau, leur recrudescence liée aux situations de violence, notamment au cours de ces dernières décennies où l’on compte plus de 16 millions de réfugiés actuellement recensés dans le monde[1],  interpelle non seulement la communauté internationale mais également la communauté scientifique qui doit réfléchir et s’interroger sur cette propension et les conséquences induites.

Le Maghreb et le Moyen-Orient ne font pas exception, bien au contraire, et le phénomène, même s’il est ancien, s’est accéléré.

En effet, dès 1920, le démantèlement de l’Empire ottoman par les grandes puissances provoque l’écartèlement des Kurdes entre plusieurs pays de la région (Turquie, Iran, Irak et Syrie)  et ils deviennent même réfugiés sur leur propre territoire.

A la suite de la guerre israélo-arabe de 1948, les Palestiniens se réfugient au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Cisjordanie et  à Gaza mais nombreux également sont ceux qui s’exilent dans d’autres pays [2].

La guerre de libération algérienne qui a duré 7 ans va amener des milliers de réfugiés dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie. Quelques décades  plus tard, lors de la « décennie noire » (1992-2002), des milliers d’Algériens se réfugient à l’étranger parce que menacés par le GIA ou l’AIS. Même à l’intérieur du pays, des familles entières quittent leur village ou leur douar pour s’exiler en périphérie des grandes villes, dans des conditions souvent précaires, espérant une sécurité plus grande.

Les différentes guerres israélo-arabes (1969, 1973), la guerre du Liban (1975), puis les guerres du Golfe (1991, 2003) ont produit leurs lots de déplacés et fragilisé plus encore la situation des réfugiés palestiniens dans ces pays.

De même, la « Marche verte »  marocaine au Sahara occidental en 1975, ancienne colonie restituée par l’Espagne la même année, a généré là aussi son contingent de réfugiés dans des camps (sud algérien).

Les récentes « révolutions » en Tunisie, en Egypte, la guerre en Libye (2011), ont -elles aussi- vu des déplacements de population importants et la Tunisie, tout particulièrement, a eu à gérer des flux de réfugiés, de nationalités différentes, dans un contexte local déjà très perturbé.

Ce sont ces situations complexes et douloureuses qui méritent d’être questionnées, car si les conflits eux-mêmes et le théâtre des opérations ont fait l’objet d’une couverture médiatique parfois surabondante, la situation économique et sociale des réfugiés, leur statut et leur devenir sont restés peu ou pas abordés.

Cette Journée d’Etudes est pluridisciplinaire (histoire, géographie, droit, sciences politiques, sociologie, économie) et internationale. Y seront présentés, dans le temps long, des études de cas au Maghreb et au Moyen-Orient.

 

Les coordinateurs,

Chantal Chanson-Jabeur et Sid-Ahmed Souiah


[1] Cf. Amnesty International,  Réfugiés, un scandale planétaire, 10 propositions pour sortir de l’impasse, Paris, éd. Autrement, janvier 2012

[2] J.P. Chagnollaud, S.A. Souiah, Atlas des Palestiniens, Un peuple en quête d’un Etat, Paris, éd. Autrement, février 2011

Soutenance de thèse « Veuves françaises de la Première Guerre mondiale : statuts, itinéraires et combats »

Lyon, le 26 avril 2012

AVIS DE SOUTENANCE

DE DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ LUMIÈRE LYON 2 HISTOIRE

Peggy BETTE présentera ses travaux en soutenance le :
4 mai 2012 à 13H 30

à l’adresse suivante :
Salle Élise Rivet – Institut des Sciences de l’Homme 14, avenue Berthelot 69007 LYON

La soutenance sera publique.

Titre des travaux École doctorale Section CNU
Équipede recherche Directrice

Membres du jury

  • :  Veuves françaises de la première guerre mondiale. Statuts, itinéraires et combats.
  • :  Sciences sociales
  • :  22 – Histoire/civilisations : mondes modernes
  • :  Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes
  • :  Mme SCHWEITZER Sylvie , Professeur des universités

Nom Qualité Etablissement

Mme SCHWEITZER Sylvie Professeur des universités Université Lyon 2

Mme VOLDMAN Danièle Directrice de recherche émérite C.N.R.S.

M. FARON Olivier Professeur des universités Université Paris 4

Mme BECKER Annette Professeur des universités Université Paris 10

Mme OMNES Catherine Professeur des universités Université de Versailles

5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire « 1942. Des rafles à la déportation »

 

5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire « 1942. Des rafles à la déportation ».

Pour les 5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire, le ministère de la Défense et des Anciens Combattants organise, en partenariat avec le Mémorial de la SHOAH, une journée d’étude intitulée « 1942. Des rafles à la déportation ».

Cette journée, qui s’inscrit dans le cadre de la commémoration des rafles et de la déportation des Juifs en 1942, se déroulera le 24 mars prochain, à l’Ecole militaire, amphithéâtre Foch. La table ronde animée par Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS, sera suivie d’une projection du film « Elle s’appelait Sarah » réalisé par Gilles Paquet-Brenner.

Renseignements et réservations :  dmpa-colloque.historique@defense.gouv.fr

blog g&g& (2)

blog-g-g--copie-1.jpg

CFP : Children and War – Past and Present

Call for Papers

 

Children and War: Past and Present

 

Second international multidisciplinary conference to be held at the University of Salzburg, Austria, on 10-12 July 2013

 

Organized by the University of Salzburg and the University of Wolverhampton, in association with the United Nations Office of the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict.

 

This conference is planned as a follow-up to the first conference, which took place at the University of Salzburg in 2010. It will continue to build on areas previously investigated, and also open up new fields of academic enquiry.

 

All research proposals which focus on a topic and theme related to ‘Children and War’ are welcome, ranging from the experience of war, flight, displacement and resettlement, to relief, rehabilitation and reintegration work, gender issues, persecution, trafficking, sexual violence, trauma and amnesia, the trans-generational impact of persecution, individual and collective memory, educational issues, films and documentaries, artistic and literary approaches, remembrance and memorials, and questions of theory and methodology. Specific conference themes anticipated are:

– Children as victims, witnesses and participants in armed conflict
– Holocaust, genocide and forced labour
– Deportation and displacement, refugees and asylum seekers
– War crimes, trials and human rights

 

A special focus will be on the ‘Changing nature of armed conflict and its impact on children’. In the past two decades, UN reports, including the 1996 study by Graça Machel and its 10-year review, noted with concern that the character and tactics of armed conflict are changing, creating new and unprecedented threats to children. Characteristics of the changing nature of warfare include the blurring of lines between military and civilian targets, the use of new technologies and the absence of clear battlefields and identifiable opponents. Extensive research is needed to deal with challenges emerging from this context, including the use of children as suicide bombers, the deliberate targeting of traditional safe havens such as schools and hospitals, the detention and prosecution of children associated with armed groups, and terrorism and the use of counter-terrorism measures (for more information, please see the ‘Note by OSRSG-CAAC’ on our web site: http://wlv.ac.uk/childrenandwar2013).

 

Please send an abstract of 200-250 words, together with biographical background information of 50-100 words by 31 July 2012 to: J.D.Steinert@wlv.ac.uk. All proposals are subject to a review process. Successful candidates will be informed in October 2012 and will be asked to send in their papers by the end of April 2013 for distribution among conference participants on a CD. Further information will be made available in due time. The organizers intend to publish a selection of conference papers.

 

Conference language: English.

 

Fee for speakers: EUR 150. The fee includes admission to all panels, lunches, coffee and tea, and evening events.

 

Participants need to secure their own funding to participate in this conference. Depending on the outcome of applications, a limited number of grants to contribute to travel and accommodation costs will be made available for delegates unable to obtain own funding. As these grants will be on a refund-only basis after the conference, delegates are still required to pay the fee, travel and accommodation costs in the first instance.

 

The organising team: Wolfgang Aschauer (Salzburg), John Buckley (Wolverhampton), Helga Embacher (Salzburg), Darek Galasinski (Wolverhampton), Albert Lichtblau (Salzburg), Grazia Prontera (Salzburg), and Johannes-Dieter Steinert (Wolverhampton).

http://wlv.ac.uk/childrenandwar2013