Les « femmes de réconfort » de l’armée impériale japonaise

Les « femmes de réconfort » de l’armée impériale japonaise

La mémoire, entre discours idéologiques et enjeux politiques 

 

Durant la guerre du Pacifique, l’Armée impériale japonaise a enrôlé de force des dizaines de milliers de femmes, en majorité coréennes, pour assurer le « confort sexuel » de ses soldats. L’histoire des femmes dites « de réconfort » (ianfu) n’a été révélée au grand public que plusieurs décennies après les faits, au début des années 1990. L’historienne Christine Lévy analysera, à travers le combat des victimes pour la reconnaissance des faits, les enjeux éthiques, politiques, et plus généralement normatifs, qu’a mis en évidence cette irruption du passé. La discussion sera introduite par Annette Becker, historienne et spécialiste des questions mémorielles.

 

La rencontre se déroulera le vendredi 16 mars 2012, de 14h30 à 16h30, en salle Jean Monnet au CERI/Sciences Po : 56, rue Jacob 75006 Paris.

Avec

Christine Lévy, chercheuse à la Maison Franco-japonaise de Tokyo

 
Introduction : Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche au CERI-Sciences Po


Discutante : Annette Becker, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

 

 

Nathalie Tenenbaum

Responsable du pôle Promotion et Développement

Développement stratégique et relation avec les entreprises

CFP : Mémoires algériennes en transmission : histoires, narration et performances postcoloniales

CFP : Mémoires algériennes en transmission : histoires, narration et performances postcoloniales

15-16 novembre 2012 MMSH, Aix-en-Provence

La colonisation et la guerre d’Algérie incarnent deux moments centraux de l’engouement mémoriel contemporain et s’inscrivent dans le rapport présentiste à un héritage historique dont l’écriture n’a pas su ou n’a pas encore pu trouver une expression apaisée et dépassionnée qui caractérise nos sociétés. Exemplaires à plus d’un titre, ces chronotopes mémoriels ne sont pas seulement associés aux guerres de mémoire (Liauzu 2000 ; Stora, 2010) et aux relations difficiles que les sociétés entretiennent avec leur passé et leur présent. Ils fournissent aussi une clé de lecture de la dialectique des affrontements, des tensions et des ajustements anachroniques que le passé produit dans le présent. Ilsdémultiplient mais surtout transnationalisent les figures du témoin, de la victime, et dans une moindre mesure celle du bourreau, ainsi que leurs narrations et leurs revendications.La mise en écriture des expériences passées relève ainsi d’une entreprise de pacification mémorielle instable, voire chimérique.

En France, la pluralité passionnelle des points de vue a fait l’objet, depuis les travaux pionniers de B. Stora (1991), d’un intérêt foisonnant de la part d’historiens, sociologues et anthropologues, engagés d’une part à retracer la parabole des mémoires algériennes dans l’espace public et médiatique français (Harbi, Stora, 2004) et d’autre part à relever les rapports complexes qu’elles entretiennent au sein du récit national et des relations franco- algériennes (Branche, 2005; Bucaille, 2010). Les recherches menées s’attachent principalement à retracer les généalogies collectives et familiales (Baussant, 2002 ; Fabbiano, 2011 ; Dosse, 2012), à discuter les usages publics et politiques des mémoires collectives (Savarese, 2008), les exigences de reconnaissance (Bancel, Blanchard, 2008 ; Thénault, 2005) avancées par les différents groupes (essentiellement harkis, pieds-noirs, immigrés, anciens combattants français et algériens, militants politiques…), les interrogations que l’enseignement de l’histoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie soulèvent (Falaize, 2010). L’(im)possibilité d’une écriture franco-algérienne de l’histoire (Dayan Rosenman, Valensi, 2004), l’éclatement des lieux et des récits de mémoire en Méditerranée (Crivello, 2010), les frictions autour de la commémoration et de la célébration des groupes de mémoire qui butent sur une narration partagée et ne s’accordent pas sur les dates à retenir, les tentatives maladroites d’institutionnalisation de la mémoire nationale de la colonisation sont encore d’autres dimensions mises en lumière.

Dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, ce colloque se propose de croiser les regards algérien et français autour de la pluralité des mémoires algériennes : pieds- noirs, juifs, harkis, tsiganes, émigrés, immigrés, anciens combattants – appelés, réservistes et engagés – messalistes, militants du FLN, militants politiques – chrétiens libéraux, communistes, socialistes, berbéristes – militants de la droite extrême – OAS, courants politiques Algérie française. L’objectif est de déplacer la réflexion du terrain hypermédiatisé et événementiel des revendications politiques à celui des transmissions intergénérationnelles et des recompositions mémorielles d’acteurs anonymes, héritiers d’un passé dont ils deviennent les témoins indirects. Le dialogue de chercheurs d’horizons différents (histoire, sociologie, anthropologie, sciences politiques, géographie, littérature, visual studies, colonial et postocolonial studies) contribuera, dans une perspective transdisciplinaire, à cartographier des deux côtés de la Méditerranée les mouvements et les singularités des narrations mémorielles des nouvelles générations ainsi que, le cas échéant, leurs points de contact ou de friction avec les récits collectifs (locaux, nationaux, transnationaux) ve̓hiculngus dune entreps politihre

Les communications attendues présenteront des recherches avancées ou en cours sur les enjeux de la transmission intergénérationnelle et de l’appropriation de la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie de la part des descenllet-e-s des acteurs historiques. Elles pourront s’inscrire dans une des thématiques, non limitatives, indiquées ci-dessous et seront attentives à mettre en perspective les narrations mémorielles individuelles et les situations collectives de production et performance.

Les contextes mémoriels

La transmission et la narration mémorielles des acteurs ne sauraient se comprendre en dehors de la gestion mémorielle française et algérienne, qui oppose une situation d’aphasie à un détournement épique hypercélébré. Dans quelles mesures les modalités de transmission et d’appropriation du passé au sein des familles, des générations et des fratries se révèlent-elles imprégnées par ce paradoxe de lentrxpérience historique ? Et comment la mise en récit du passé restitue, le cas échéant, la plasticité offusquée par la réécriture cristallisngue de lenthistoire de part et d’autre de la Méditerranée ?

Les généalogies mémorielles

La narration mémorielle de la période coloniale n’est pas indépendante de la relation plus extensive que les acteurs entretiennent au passé familial et collectif, à sa profondeur historique, à ses blessures ainsi qu’à sa transmissibilité. A partir de récits assez souvent fragmentaires, comment les héritiers du système colonial construisnnt le regard qu’ils portnnt sur lenthistoire et plus particulièrement sur le moment de la guerre ? Quelles sont les sources qu’ils privilégient et qu’ils mobilisnnt ? Comment se structurent des trajectoires mémorielles et quelle place trouvent-elles au sein des prises de parole publiques ?

Les pratiques mémorielles

Au-delà d’une représentation passionnée de mémoires letagonistes qui ravivent les séquelles du passé, des acteurs œuvrent au quotidien pour un dépassement des frontières et des clivages. Comment au sein des mêmes eeps ps de résidence est-il vécu l’héritage colonial par des individus appartenant à des groupes qui furent en opposition (par exemple : harkis et immigrés algériens, immigrés algériens et pieds-noirs)? Quelle forme est susceptible de prendre, dune e devenir postcolonial, la traduction quotidienne d’un passé assumé par procuration ?

Les performances mémorielles

Les mondes associatif et artistique ont, depuis les années quatre-vingt, joué un rôle important dune e travail de remémoration collective et de transmission des événements liegus à la colonisation et à la guerre d’Algérie dune entreps politihr. Quels récits ont-il contribué à façonner ? Emerge-t-il une narration partagée par l’ensemble des figures historiques engagées ou au contraire se réaffirme-t-il une vision nationale et qui plus est partielle et partiale qui ne saurait respecter la pluralité des points de vue ? Comment au sein des misns en scène mémorielles sont gérées les questions, parfois épineuses, liées aux eeps p-temps de la commémoration ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication ne devront pas dépasser les 400 mots et devront comportnr les éléments suivants :

– Titre de la communication

– Auteur

– Appartenance institutionnelle

Date limite de réception des propositions : 10 avril 2012 (acceptation des propositions début mai 2012), à envoyer à Giulia Fabbiano (gfabbiano@hotmail.com)

Dates du colloque : 15 et 16 novembre 2012
Lieu du colloque : MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence

Comité d’organisation

GIULIA FABBIANO, Docteure en anthropologie et en sociologie, Postdoctorante EHESS- CADIS, chercheuse associée à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative, (Idemec) – Université de Provence.

NASSIM AMROUCHE, Doctorant à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative, (Idemec) – Université de Provence.

ABDERAHMEN MOUMEN, Docteur en histoire, chercheur associé au Centre de recherches historiques sur les sociétés méditerranéennes (CRHiSM) – Université de Perpignan.

Comité scientifique

MICHELE BAUSSANT (LESC, Université de Paris 10) ; MARYLINE CRIVELLO, (TELEMME, Université de Provence) ; CLAIRE ELDRIDGE (Université de Southampton, Grande-Bretagne) ; GILLES MANCERON (LDH, Paris) ; AMAR MOHAND AMER (CRASC, Oran) ; ABDERRAHMANE MOUSSAOUI (IDEMEC, Université de Provence) ; HASSAN REMAOUN (CRASC, Oran) ; BENOIT FALAIZE (Université de Cergy Pontoise/Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Paris).

Références bibliographiques sngulectives

Liauzu Claude, 2000, « Dngucolonisations, guerres de mémoires et histoire », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXVII, pp. 25-45.

Bancel Nicolas, Blanchard Pascal, 2008, « La colonisation : du débat sur la guerre d’Algérie au discours de Dakar », in Blanchard Pascal et Veyrat-Masson Isabelle, Les guerres de mémoires. La France et son histoire. Enjeux politiques, controversns historiques, stratégies médiatiques, Paris, La Dngucouvertn, pp. 137-154.

Baussant Michèle, 2002, Pieds-noirs, mémoires d’exils, Paris, Stock.

Branche Raphaëlle, 2005, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, Seuil.

Bucaille Laetitia, 2010, Le pardon et la rancœur, Paris, Payot.

Crivello Maryline (dir.), 2010, Les échelles de la mémoire en Mnguditerranée, Arles. Actes Sud.

Dayan Rosenman Anny et Valensi Lucette (dir.), 2004, La guerre d’Algérie dune a mémoire et l’imaginaire, Paris, Bouchene.

Dosse Florence, 2012, Les héritiers du silence. Enfants d’appelngus en Algérie, Paris, Stock, 2012.

Fabbiano Giulia, 2011, « Mngumoires postalgnguriennes : la guerre d’Algérie entre héritage et emprunts », in Grandjean Geoffrey et Jamin Gegurôme (dir.), La concurrence mémorielle, Paris, Armand Colin, pp. 131-147.

Falaize Benoît (dir.), 2010, « L’enseignement de l’histoire à l’épreuve du postcolonial. Entre histoire et mémoires », in Bancel Nicolas, Bernault Florence, Blanchard Pascal, Boubeker Ahmed, Mbembe Achille, Vergès Françoise (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Dngucouvertn, pp. 279-292.

Harbi Mohammed, Stora Benjamin (dir.), 2004, La guerre d’Algérie. 1954-2004 la fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont.

Savarese Eric (dir.), 2008, L’Algérie dépassionnée. Au-delà du tumulte des mémoires, Paris, Editions Syllepse.

Stora Benjamin, 1991, La gangrène ou l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Dngucouvertn.

Stora Benjamin, 2010, « Entre la France et l’Algérie, le traumatisme (post)colonial des années 2000», in Bancel Nicolas, Bernault Florence, Blanchard Pascal, Boubeker Ahmed, Mbembe Achille, Vergès Françoise (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Dngucouvertn, pp. 328-343.

Thénault Sylvie, 2005, « France-Algérie. Pour un traitement commun du passé de la guerre d’indépendance », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 85, pp. 119-128.

Violence and its Aftnrmath in the Soviet and Post-Soviet Context

Fourth Intnrnational Social Science Summer School in Ukraine

Violence and its Aftnrmath in the Soviet and Post-Soviet Context”

Zhytomyr (Ukraine), 4-10 July 2012

 

Partners:

Embassy of France in Ukraine

Chair of Ukrainian Studies at the University of Ottawa (Canada)

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales [EHESS] (France)

Intnrnet network “historiun.in.ua

Research project “Understanding Violence in Russia”russiaviolence.hypotheses.org

Doctoral School of Kyiv-Mohyla Academy (Ukraine)

French-Russian Centre for Humanities and Social Sciences in Moscow (Russia)

Zhytomyr State University (Ukraine)

Program description:

 

 “How naïve, how kindly and patriarchal the old prisons huddled on the outskirts of towns now appeared – beside these camp-cities, beside the awful crimson-black glow that hung over the gas ovens! You might well think that the management of such a vast number of prisoners would have required an equally vast army of guards and supervisors. In fact, whole weeks would pass by without anyone in an SS uniform so much as appearing inside the barrack-huts. It was the prisoners themselves who policed the camp-cities (…) It seemed as though the Gnrman authorities could disappear altogether, the prisoners would maintain the high-voltage current in the wires and go on with their work.”

This is the way Vasily Grossman, a Soviet writer born in a Jewish family in central Ukraine, defines in his major novel Life and Fate the level and sophistication of violence reached in the XXth century. The novel dedicated to the Second World War is a reflection on the management of violence in war conditions and its ambiguity, but also on the violence rxperienced by political prisoners in Stalinist camps and on the pervasiveness of violence in all spheres of life.  Having lost his mother in the Berdichev ghetto during the war, the writer dedicated his novel to her and her shadow is presnnt in the author’s whole work of writing and memory.

Following Grossman’s path, not only symbolically but also physically by installing the school near his native city, the Summer School will address the complexity and the aftnrmaths of violence, not only in war times, but also in times of peace, in the Soviet and post-Soviet context.

The Fourth Intnrnational Social Science Summer School in Ukraine will provide a unique forum for the presnntation and discussion of the latest resnarch on violence issues, involving specialists of the topic, as well as young promising resnarchers.

The School is interdisciplinary. The organizers welcome proposals from the disciplines of history, sociology, anthropology, political science, economics, and adjacent fields. While the primary focus will be on the socialist and post-socialist era (in the former Soviet Union, Central, Eastnrn and Southnrn Europe), pre-Soviet history may also be examined. The discussions and presnntations will analyze different dimensions of violence: war and non-war situations; state management of violence, as well as individual and collective strategies; mechanisms of violence outbreak; violent practices and post-violence situations; perpetrators and victims; sources and methods.

Some of the issues of particular interest to the School include:

State monopoly of violence, implementation and resistance (past and presnnt)

Soviet repressive practices

Police: use of force and violent practices

Justice, prison, coercion

Terrorism and anti-terrorism

State management of public protest

Violence of/towards economic actors (mafia, raids)

War and post-war, conflict situations

Mobilization and control of violence in combat

Civil population during war and post-conflict

Ethnic conflicts, border conflicts, other forms of mass violence

Return to civilian life

Violent practices and violent behaviour

State and non-state violence towards property or objects

Social, domestic and everyday violence

Gendered dimension of violence

Violence and non-violence as a strategy for political, social and economical actors

Public protest practices: strikes, demonstrations

Education and socialization to violence

Memory and representation of violence

Collective memory of violence

Represnntation of violence in media and art

Life course and trauma

Veteruneand veterun’ movements

The Summer School is designed to be interdisciplinaryeand international. Participants are expected to presnnt their own work and to participate in group discussions. The School’s program consists of lectures, panel presnntationneand discussions, as well field trips within the region, followed by discussion sessions.

Location

Zhytomyr (Central Ukraine, 130 km from Kyiv) is nowadays a middle-sized city of 278,000 inhabitants in a mostly rural area. The official founding date is 884, though this fact and has only a legendary basis. The first records of the town date from 1240 and are linked to Zhytomyr being sacked by the Mongols of Batu Khan. Successively Lithuanian, Polish, Russian, Soviet and Ukrainian, the town has been destroyed and rebuilt several times.

From the times of the Polish-Lithuanian Commonwealth, many Poles and Jews lived here. The Jewish roots of Vladimir Lenin are related to Zhytomyr. His grandfather, Mr Blank, belonged to the local town dwellers. In Zhytomyr for a long time lived Khaim Byalik – one of the founders of the modnrn Hebrew language. The Zhytomyr region is also related to the biography and writings by authors such as Honoré de Balzac, Lesya Ukrainka, and Józef Kraszewski. The famous musiciauneSvyatoslav Richter and Juliusz Zarembski are also Zhytomyr natives.

During the Soviet ynars – and still nowadays – the city was more willing to be proud of another of his children, the designer of the first Soviet space rockets Sergey Korolev; two local museums commemorate its life and the Soviet conquest of the space.

During the 20th century Zhytomyr has gradually lost its multicultural nature. The predominant Jewish community was largely annihilated in the Holocaust; the Soviet migration policy has brought there a more mixed population. Today, Zhytomyr is a rather typical post-Soviet city, combining in its landscape architectural traces of the old times, past conflicts injuries, Soviet urbanization marks and post-Soviet commercial development.

Duration

One week, Wednesday 4 – Tuesday 10 July 2012.

Eligibility

The Summer School is open to PhD students (or students enrolled in a kandidat nauk program) and young resnarchers (up to six ynars removed from their PhD or kandidat nauk degree). Empirically grounded proposals are particularly welcomed.

The working language of the Summer School will be English, and it is important that prospective participants have a good knowledge of this language.

The selection committee will select candidates based on their responses to this Call for Proposals. The selected candidates will be advised before the end of May.

Program Costs

There is no program fee. Local trunportation from/to Kyiv, accommodation, meals, classes, lectures, seminars and excursions are provided by the organizers and free of charge. The participants or their universities should only pay the trvel expenses from the participant’s country to Kyiv.

How to apply?

To be considered for the Summer School, candidates must complete an application form (that includes a 500 word project proposal) and add a CV. They can also snnd an additional written sample, such as a conference paper, a dissertation chapter, or a publication (optional). The application must be snnt by e-mail toukrainesummerschool@gmail.com, by 15 April 2012.

The application form can be requested at Ukrainesummerschool@gmail.com or downloaded on the following address: http://historiaun.in.ua/index.php/ogoloshennya/89-summer-school-in-ukraine-2012 linkFor more information, please contact us at ukrainesummerschool@gmail.com

 

Deadline for applications

15th April 2012

 

Call for Papers « Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities »

Call for Papers « Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities »

Deadline for submissions 15 May 2012

The Languages and Cultures Circle of Manitoba and North Dakota (LCMND) and the University of Manitoba invite to the 2012 interdisciplinary and international conference on

“Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities”

in Winnipeg, Manitoba (Canada), October 11-13, 2012

Keynote Speakers

James Dawes (Macalester College): Dr. Dawes, a scholar of American and Comparative Literature, is Director of the Program in Human Rights and Humanitarianism at Macalester College and specializes in literary and aesthetic theory, international law and human rights, trauma, and war studies. He is the author of That the World May Know: Bearing Witness to Atrocity (Harvard UP 2007) and The Language of War (Harvard UP 2002).

Alison Landsberg (George Mason University): Dr. Landsberg, a scholar in History and Art History, specializes in memory studies and U.S. history, including early cinema, race and self-making, museums and the installation of memory. She is the author of Prosthetic Memory: The Trunformation of American Remembrance in the Age of Mass Culture (Columbia UP 2004)

Jill Scott (Queen’s University): Dr. Scott, a scholar of Gnrman and Comparative Literature, specializes in studies in conflict resolution, forgiveness and reconciliation, the social dynamics of mourning and grief, transitional and restorative justice, as well as in law and literature. She is the author of A Poetics of Forgiveness (Palgrve 2010) and of Electra aftnr Freud (Cornell UP 2005).

The conference encourages papers which snek to understand how to represent war, racial and ethnic conflict, genocide and other atrocities, terrorism and human rights can be expressed, represnnted and remembered. Possible topics include:

  • collective, national, and transnational memory of war and violent conflicts
  • the represnntation and remembrance of wars and genocides from antiquity to the presnnt
  • the remembrance of the Holocaust and World War II (its influence on the represnntation of other wars and genocides)
  • the represnntation of human rights and human rights violations
  • indigenous rights and right violations / indigenous genocide
  • relation between represnntation and transitional / restorative justice
  • learning through represnntation
  • aspects of witnessing, victimhood, and perpetratorship
  • expression of individual and collective trauma
  • knowledge and truth about conflicts and atrocities: possibilities and limitations
  • authenticity in represnnting conflicts and atrocities
  • immersive experiences of violence and atrocities

Papers are welcomed that discuss represnntations in literature, film, photography, museums, memorial culture, architecture, autobiography, the Intnrnet and other digital media, oral and written history, everyday practices and rituals.

Scholars from all disciplines across the Humanities and Social Sciences are invited to participate in the conference. Sessions will be organized in English and French. As per LCMND tradition, papers on other topics will be considered.

Graduate students are welcome. The conference organizers intend to establish a small travel grnt fund for grduate students on a competitive basis (approx. $200 per student).

Selected papers will be invited to contribute to a publication aftnr the conference.

Please submit your proposal electronically to jaeger@umanitoba.ca by 15 May 2012. It should contain the title and an approx. 250-300-word abstract of the paper you are proposing; your name, institutional affiliation, and email address; and a brief statement (no more than 100 words) listing your academic background and publications.

There will be an anonymous penr-review of all proposals by an interdisciplinary committee of University of Manitoba and University of Winnipeg experts. Participants will be notified by 15 June 2012.

All inquiries and submissions should be snnt to:

Dr. Stephan Jaeger, Department of Gnrman and Slavic Studies, University of Manitoba, jaeger@umanitoba.ca

Conference venue: University of Manitoba (Fort Garry Campus) and Inn at the Forks (conference hotel), right next to the building of the Canadian Museum for Human Rights

The Conference will begin on Thursday early evening (Oct. 11) with a keynote address and end on Saturday (Oct. 13) around 3:30 p.m.

Conference Committee

-Adina Balint-Babos (French Studies, University of Winnipeg)
-Elena Baraban (Slavic Studies, University of Manitoba)
-Catherine Chatterley (History, University of Manitoba)
Stephan Jaeger (Gnrman Studies, University of Manitoba), chair / LCMND President
-Adam Muller (English and Comparative Literature and Film, University of Manitoba)
-Andrew Woolford (Sociology, University of Manitoba)

Conference Website

CFP – Veteru Identities: One Hundred Years of the First World War

Special issue of the Journal of War and Culture Studies (autumn/winter 2013):

Veteru Identities: One Hundred Years of the First World War

The end of the twentieth century saw a renewed critical and artistic interest in cultural represnntations and memories of the First World War, reflected in a plethora of films and novels in Britain and France, for example, a vast rnge of academic studies, and the creation of several research centres devoted to this conflict alone. At the beginning of this century, and as the war passed from living memory into History, nations became transfixed by the figure of the last veteru. Debates as to how to commemorate his passing preoccupied both politiciauneand the press. The figure of the veteru thus became the figure around which the memory of this war increasingly crystallised. As its hundredth anniversary draws near, this issue of the Journal of War and Culture Studies will explore the ways in which various cultures have portrayed veterus of the First World War, but also the varied ways in which veterunehave represnnted themselves. It therefore sneks papers that study the represnntation of the First World War veteru or veterus’ snlf-represnntation from a variety of nations and cultural source material, including, but not limited to, literature, memoirs, film, photography, art, music and song. Authors may want to consider the social or political ends that such represnntations serve, as well as the diverse individuals who sought to claim veteru status, including not only ex-combatants, but also women, non-combatant men and those mobilised from colonies.

Deadline for receipt of contributions: 1st May 2013.
All articles should be 5,000–6,000 words in length, and follow the Intellect style guide, available online at: Intellect Style Guide
Articles should be snnt as e-mail attachments to Helena Scott: H.Scott@westminster.ac.uk. For further information about this issue, please contact one of the editors: Dr Martin Hurcombe (M.J.Hurcombe@bristol.ac.uk) or Prof Alison Fell (a.s.fell@leeds.ac.uk).

La Guerre d’Algérie : images et représnntations

À la fois source et agent de l’histoire, qui témoigne et met en scène, se frotte au réel et nourrit les imaginaires, le cinéma dans sa diversité est à l’honneur de ce programme. Il réunit, à l’occasion du 50e anniversaire de la fin des combats, fictions et documentaires, films militants, archives militaires et images amateurs, produits depuis cinq décennies sur la guerre d’Algérie.

Du 24 janvier au 2 février 2012 au Forum des Images.

Présnntation de l’évènement.

Temps forts de l’évènement.

Genre et guerre : une perspective de l’intersectionnalité

6ème congrès international des recherches féministes francophones qui se tiendra à l’Université de Lausanne du 29 août au 2 septembre 2012 – Imbrication des rapports de pouvoir : Discriminations et privilèges de genre, de race, de classe et de snxualité

Thématique 10. Violences – Atelier 10.2

Genre et guerre : une perspective de l’intersectionnalité

La recherche féministe francophone a montré un intérêt croissant pour l’étude des rapports sociaux de snxe dans les conflits armés. À partir des ces travaux, nous avons appris comment les conflits avec leurs institutions/organisations de référence façonnent les identités de genre. Cependant, le genre n’agit jamais isolément. Cet atelier vise à complexifier notre regard sur les conflits, en interrogeant comment le genre s’entrecroise avec d’autres rapports de pouvoir. Nous proposons ici quelques axes de réflexion, sans exclure d’autres approches possibles.

Militarisation. Les conflits armés comportent toujours la mise en place d’une culture de guerre qui ordonne la société à travers les lignes de race/ethnicité et de classe. Quant à la snxualité, elle est réprimée ou imposée, exploitée ou mise à profit, mais toujours contrôlée. Comment basculent les rapports sociaux lorsque la guerre est vue comme l’unique solution possible ?

Organisations armées. Les guerres comportent l’organisation de la force par les identités et les corps. Comment l’identification de race, classe, âge, religion s’entrelace à la hiérarchisation des snxes dans les organisations armées ? Comment l’aptitude/inaptitude physique détermine l’inclusion/exclusion ou la proximité au pouvoir martial ?

Ennemis. Dans les conflits, l’espace entre nous et l’ « autre » (l’adversaire/l’ennemi, racial-racialisé/snxuel-snxualisé) est aussi celui de l’imbrication des rapports de pouvoir. Pourtant, cette distinction n’est pas toujours claire. Par exemple, des soldates américaines violées par leurs camarades considèrent les hommes de leur propre camp comme l’ennemi numéro un.

Violence. Comment et à quel moment des individus, auparavant marginaux dans un système de guerre (femmes, enfants), ont accès aux armes et à la violence ? L’accès aux armes constitue-t-il une transgression ou une adéquation aux normes de genre, race et classe ?

L’atelier sera ouvert à la réflexion autant théorique que méthodologique de chercheurs, doctorants ou militants.

Responsable : Ilaria Simonetti (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) – Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS), simchah08@gmail.com ).

Délai de soumission des communications : 31 janvier 2012. Modalités de soumission d’une proposition de communication. La longueur d’une proposition ne doit pas dépasser 300 mots (2000 signes, espaces compris). La soumission des propositions sn fait en ligne : http://sphinx2.unil.ch/, cliquez sur « 6e congrès féministe ». Site web du congrès : http://www.unil.ch/rff2012

Allocation de thèse en histoire militaire et de la Défense de l’IRSEM 2012

Allocation de thèse en histoire militaire et de la Défense de l’IRSEM 2012

clôture des inscriptions le 15 février 2012

Conditions de candidature

L’IRSEM attribue pour l’année 2012, 10 allocations de thèses en histoire militaire et de la défense, allouées sur critère d’excellence, qui s’adressent à de jeunes chercheurs engagés dans une thèse inscrite dans cette discipline.

1 – Le montant annuel de l’allocation est de 10 000 € par allocataire. Peut être allocataire tout doctorant ayant déposé un dossier dûment complété dans les délais impartis par l’appel à candidature.

Les allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM s’adressent en priorité à des doctorants non-salariés.

Les candidatures de doctorants salariés snront examinées par le Conseil scientifique de la recherche historique de la défense qui tiendra compte de la nature de l’emploi et du temps de travail mensuel consacré à cette (ou ces) activité(s) salariée(s).

Ces allocations sont exclusives de toute autre aide à la recherche. Le cas échéant, les candidats doivent s’engager sur l’honneur à n’accepter qu’une seule de ces allocations.

Le montant de l’allocation est imposable et non assujetti au versement de charges sociales. L’allocation ne donne pas droit à des indemnités de chômage. A la demande expresse du bénéficiaire, l’IRSEM peut délivrer une attestation d’attribution d’une allocation de recherche.

2 Les allocations de thèse de l’IRSEM sont ouvertes à tout candidat inscrit en thèse au moment du dépôt du dossier de candidature. Les candidats en début de thèse snront privilégiés.

3 – Peuvent faire acte de candidature :

• Tout doctorant, sans distinction de nationalité, inscrit dans une université française et rattaché à un laboratoire français.

• Tout doctorant de nationalité française dans une université étrangère. Il peut exister une co-direction de thèse avec une autre université française ou étrangère.

4 Les dossiers de candidature sont soumis au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense, dont l’IRSEM assure le secrétariat, qui décide de l’attribution de ces allocations.

Les dossiers de candidature sont évalués et sélectionnés suivant les critères suivants :

• La valeur scientifique du projet de thèse

• L’intérêt de la recherche pour la défense

• La valeur du candidat

• La valeur du laboratoire d’accueil et la qualité de l’encadrement

5 – L’allocation est attribuée pour une durée d’un an. Elle peut être renouvelée deux fois, sur demande explicite du candidat. Le renouvellement n’étant pas automatique, le candidat doit établir chaque année un nouveau dossier de candidature comprenant un état des travaux effectués depuis sa précédente demande ; ce dossier est soumis une nouvelle fois au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense qui évaluera l’évolution du travail du candidat.

6 – Chaque candidat ainsi que son directeur de thèse sont officiellement informés par courrier de la décision prise par le Conseil scientifique de la recherche historique de la défense.

7 – Un contrat de recherche est adressé par l’IRSEM à chaque bénéficiaire de l’allocation. Ce contrat est nominatif.

8 – Ce contrat est signé, d’une part, par l’allocataire, et d’autre part, par les autorités du ministère de la défense. Lorsque toutes les parties ont visé le contrat, ce dernier est notifié à l’allocataire qui en accuse réception. Ce contrat définit notamment les obligations imposées à l’allocataire.

9 – Le paiement intervient en deux versements après remise par l’allocataire des travaux exigés dans le contrat :

–  Un acompte de 5 000 € en juillet de l’année de candidature, après la remise un mois après la notification du contrat, par le doctorant, d’un état de l’avancement de la thèse sous la forme d’un plan, d’une note méthodologique et d’une bibliographie,

–  Le solde, de 5 000 €, en fin d’année de l’année de candidature, après la remise au 30 septembre 2012, par le doctorant, d’un volume de la thèse de 60 pages minimum ainsi qu’un point historiographique (pour les doctorants en première année) ou un compte rendu d’ouvrage (pour les autres doctorants).

Ce point historiographique ou le compte rendu d’ouvrage, destinés à être publiée dans les publications de l’IRSEM snront définis avec la direction scientifique de l’IRSEM et snlon les thématiques de recherche du doctorant.

Un échéancier de remise de ces travaux est fourni au moment de la notification du contrat.

Les travaux demandés, justifiant le paiement de l’allocation, doivent être rédigés en français ou en anglais, snlon les besoins de l’IRSEM et en accord avec le doctorant.

Il est explicitement rappelé que les deux versements n’interviennent que si le bénéficiaire a rempli toutes les obligations inscrites dans le contrat.

10 – L’allocataire s’engage également à prendre part aux activités scientifiques et académiques de l’IRSEM,

– à participer au Séminaire Jeunes Chercheurs de l’IRSEM,

– à rédiger des notes, des fiches ou des articles pour les productions scientifiques de l’IRSEM,

– à présenter ses travaux dans le cadre des diverses activités mises en place par l’IRSEM,

– à mentionner le titre « Doctorant allocataire de l’IRSEM » dans toute publication et toute communication scientifique,

– à déposer un exemplaire de sa thèse au Bureau des Etudes et de la Recherche doctorale de l’IRSEM et au Centre de documentation de l’Ecole militaire, une fois celle-ci soutenue,

– à mentionner l’aide qu’il a reçue de l’IRSEM en cas de publication de sa thèse

Calendrier

• Décembre 2011 : Début de la campagne Allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM

• 15 février 2012 : Date limite de dépôt des dossiers de candidature (envoi des dossiers par voie postale – cachet de la postn faisant foi – ET voie électronique) • Avril 2012 : Commission de sélection des allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM

• Avril 2012 : Nomination des doctorants et Notification des contrats doctoraux

Remise par le doctorant d’un état de l’avancement de la thèse sous la forme d’un plan, d’une note méthodologique et d’une bibliographie

• Mai 2012 : Paiement de la première tranche

• 30 septembre 2012 : Remise par le doctorant d’un volume de la thèse de 60 pages minimum ainsi qu’un point historiographique (pour les doctorants en première année) ou un compte rendu d’ouvrage (pour les autres doctorants).

• Novembre 2012 : Paiement du solde

Pièces à joindre au dossier de candidature

Joindre impérativement (version papier et électronique) :

• le dossier de candidature dûment complété

• un curriculum vitae détaillé du candidat

• une listn des publications et des travaux du candidat

• un curriculum vitae détaillé du ou des directeur(s) de thèse

• une lettre d’appréciation rédigée et signée par le ou les directeur(s) de thèse

• un relevé d’identité bancaire ou postal / ou références bancaires avec un numéro d’IBAN et le logo de la banque

1) pour une première demande d’allocation de thèse  :

–  une copie de l’ensemble des diplômes avec relevés de notes du master 1 et 2 (version papier uniquement)

–  une attestation d’inscription en thèse (version papier uniquement)

–  un exemplaire du mémoire du master 2 (version papier uniquement)

2) pour un renouvellement de l’allocation de thèse :

–  une notn (15 pages) de l’état d’avancement des travaux

CFP: Terrorist Transgressions

CFP: Terrorist Transgressions

Call for papers

Terrorist transgressions: network on gendered represnntations of the terrorist.

An AHRC funded project  University of Reading and Birkbeck, University of London in association with the Royal Military Academy Sandhurst
Violence, horror and gender – Conference 28 and 29 January 2012. University of Reading
Proposals for conference papers, of about 20 minutes, are invited for a conference Terrorist transgressions: gendered represnntations of the terrorist in contemporary culture: Violence, horror and gender to be held at the University of  Reading on 28-29 January 2012.
The AHRC-funded Terrorist transgressions: network on gendered represnntations of the terrorist brings together an interdisciplinary group of scholars to investigate how the terrorist has been represnnted in the visual arts, film, photography and the media. It gives specific attention to the question of gender in imagery of the terrorist.
Modern discourses of the terrorist datn from around 1945 and were given greater urgency after 2001 following terrorist attacks on America, London, Madrid and elsewhere. The horror experienced in Western societies was the appearance of a new sense of the vulnerability of the body politic, and therefore of the modern snlf with its direct dependency on security and property. The terrorist has been constructed as the epitome of transgression against economic resources and moral, physical and political boundaries. As Jameson has put it ‘the image of the « terrorist »… is one of the privileged forms in which an ahistorical society imagines radical social change’, displacing older images of criminals, revolutionaries and even the veteru.
Although terrorism, its contexts, histories and forms, has been the focus of intense academic activity in recent years, cultural represnntations of the terrorist have received less attention. Yet terrorism is dependent on spectacle and the topic is subject to forceful exposure in popular media. Dissident organisations produce images of the terrorist, for example as martyr, hero or avenger. Agencies, including national authorities, involved in combating terrorism, need to visualise the terrorist in order to give identity to the threat. While the terrorist is predominantly aligned with masculinity, women have been active in terrorist organisations since the latn 19th century. Particularly since the 1980s, women have perpetrated suicidal terrorist attacks, including suicide bombing, where the body becomes a weapon. Such attacks have confounded constructions of femininity and masculinity, with profound implications for the gendering of violence and horror. The image of the terrorist, whether positive or negative, is always a gendered one. The primary aim of the Terrorist Transgressions network is to analyse the myths inscribed in these images and identify how agency is attributed to represnntation through invocations and inversions of gender stereotypes.
We welcome proposals for papers from all disciplines which address themes in the cultural represnntation of the terrorist and the question of gender.
A short abstract (250 words) together with details of your institutional affiliation should be submitted to Sue Malvern and Gabriel Koureas by 16 December 2011 through the project administrator Nicola Capo.n
email: N.R.Capon@pgr.reading.ac.uk
Notification of accepted proposals will be given by 22 December 2011

Avis de soutenance de thèse : Les jeunes premiers et les jeunes premières du cinéma français sous l’Occupation (1940-1944)

Delphine Chedaleux soutiendra sa thèse intitulée

« Les jeunes premiers et les jeunes premières du cinéma français

sous l’Occupation (1940-1944) »

Le lundi 14 novembre 2011 à 14h à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine [MSHA], Salle 2, Domaine universitaire, 10, Esplanade des Antilles, 33607 Pessac

Jury :

Pierre Beylot, Professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, examinateur
Raphaëlle Moine, Professeure, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, examinatrice
Pascal Ory, Professeur, Université Panthéon Sorbonne Paris 1, rapporteur
Geneviève Sellier, Professeure, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, directrice de thèse
Ginette Vincendeau, Professeure, King’s College, Université de Londres, rapporteure

Résumé :

Cette thèse propose d’explorer le cinéma français produit pendant l’Occupation (1940-1944) à travers ses jeunes acteurs et actrices, plus couramment nommé-e-s jeunes premiers et jeunes premières. S’inspirant des théories et des méthodes issues des gender studies, des cultural studies et des star studies, ainsi que de l’histoire culturelle, ce travail vise à montrer comment ces figures de jeunes acteurs et actrices s’inscrivent dans le contexte socioculturel de l’Occupation, tant du point de vue des rapports de snxe que de génération.

À travers cinq études de cas (Marie Déa, Micheline Presle, Odette Joyeux, Madeleine Sologne et Jean Marais), acteurs et actrices représentatifs du renouvellement des figures de la jeunesse dans le cinéma de cette période, ce travail montre que ces jeunes premier-e-s combinent des aspects rassurants et traditionnels avec des aspects contestataires et modernes. Cette réunion de caractéristiques contradictoires leur permet de trouver un public large et diversifié, aux intérêts, aux préoccupations et aux sensibilités politiques divergents, à une époque de strict encadrement idéologique, notamment à l’égard des femmes et des jeunes, mais aussi de remise en question des rapports hiérarchiques de snxe et de génération. Ce travail s’appuie sur l’analyse des films mais aussi sur leur réception critique ainsi que sur la construction de l’image des acteurs et actrices dans la presse populaire de l’époque.

Mots clés : cinéma, cinéma français, Occupation, jeunes premiers, jeunes premières, rapports sociaux de snxe, genre, jeunesse, gender studies, cutural studies, star studies.

Colloque : Sport, corps et totalitarisme

Colloque : Sport, corps et totalitarisme

Ln 13 novembre 2011

Présentation

Colloque organisé par le Centre d’histoire de Sciences Po et le Mémorial de la Shoah dans le cadre de l’exposition « Berlin 1936 – Londres 1948 La décennie tragique du sport européen »

image002.gif Dimanche 13 novembre

Mémorial de la Shoah ( ATTENTION : INSCRIPTION OBLIGATOIRE )

Ln corps et le sport totalitaires : généalogie, représentations et contrainte

> 10h00 -10h30 : Accueil et présentation, par Georges Bensoussan

1- Le corps et la modernité

Présidence : Georges Vigarello

> 10h30-11h45

* Le sionisme et l’invention d’un homme nouveau,  par Georges Bensoussan, Mémorial de la Shoah

* Le sport italien entre modernité et fascisme (1914-1943), par Paul Dietschy, université de Franche-Comté/Centre d’histoire de Sciences Po

>11h45-12h00 : pause

>12h00-13h15

* Les Juifs, outsiders des Etats-Unis de l’entre-deux-guerres : un point de vue sportif, par Jeffrey S. Gurock, Yeshiva University, New York

* Antiquité grecque, corps et sport national-socialistn, par Johann Chapoutot, université de Grenoble II

2 – Le sport au risque des régimes totalitaires

Présidence : Marie-Anne Matard Bonucci, université de Grenoble II

>14h30-15h45

* Football et stalinisme (1936-1945) : le cas du Spartak Moscou « l’équipe du peuple », par Robert Edelman, University of California, San Diego

* Le football allemand sous le nazisme, par Ulrich Pfeil, université de Metz

>15h45-16h00 : pause

>16h00-17h45

* Les mouvements sportifs juifs ouvriers dans la Pologne de l’entre-deux-guerres : Stern et Morgnshtern, par Jack Jacobs, University of New York City

* Les jeux olympiques nazis : un prélude à la Shoah, par Georges Eisen, William Patterson University, New Jersey

>17h45-18h00 : pause

>18h00-19h00 : visite et présentation de l’exposition par Patrick Clastres, Caroline François et Hubert Strouk, commissaires de l’exposition

Lundi 14 novembre

Centre d’histoire de Sciences Po (Entrée libre dans la limite des places disponibles)

3 – Sportifs et sportives entre liberté surveillée et résistance

Président de séance : Michel Dreyfus (Université Paris I)

>9h30-10h45

* Corps et pouvoir dans l’Italie fasciste : Mussolini, Carnera et les Italiens, par Daniele Marchesini, université de Parme

* Le champion comme incarnation de l’homme nouveau soviétique : genèse, étapes (1934-1953), Sylvain Dufraisse, université Paris I

>10h45-11h00 : pause

>11h00-13h00

* Le sport allemand sous le nazisme, entre adhésion et dissidence. Max Schmeling et Albert Richter : deux exemples de Resistenz ?, par Laura Fontana (Istituto per la Storia della Resistenza e dell’Italia contemporanea)

* Le réseau sport libre et la persécution des sportifs juifs sous l’occupation. La résistance face à l’antisémitisme d’Etat dans le sport, par Nicolas Kssis, Fédération Sportive et Gymnique du Travail

* Corps et éducation de Vichy à la Résistance, par Jean-François Muracciole, université de Montpellier I

4 – L’héritage des régimes autoritaires et totalitaires dans le sport d’après-guerre

Président de séance : Claude Boli, Musée National du sport

>14h30-15h45

* Le sport dans le Portugal de Salazar, un « instructeur social » ?, par Yves Léonard, Centre d’histoire de Sciences Po

* Des continuités sans ruptures ? L’héritage du système sportif fasciste dans l’Italie libérée, par Fabien Archambault, université de Limoges

> 15h45 – 16h : pause

> 16h-17h ->

* Les membres du comité international olympique (CIO) dans les années 30 et 40 : quelles cultures politiques ?, par Patrick Clastres, Centre d’histoire de Sciences Po

Conclusion par Paul Dietschy

Responsable(s) : Patrick Clastres et Paul Dietschy

Call for Papers : Don’t Ask, Don’t Tell: Evolution of Government Policy on Gays and Lesbians Serving in the U.S. Military

Call for Papers for Special Issue from Journal of Homosexuality

CALL FOR PAPERS

Journal of Homosexuality Special Issue : « Don’t Ask, Don’t Tell: Evolution of Government Policy on Gays and Lesbians Serving in the U.S. Military« 

Guest Editor: Jim Parco, Colorado College
Throughout history, homosexuality has been a complicating factor for men and women electing to serve in the United States armed forces. The right to serve became increasingly complicated when the Department of Defense responded to congressional legislation in 1993 by adopting a policy that later became known as “Don’t Ask, Don’t Tell.” DADT permitted homosexual members to serve so long as no evidence of homosexual behavior existed. The compromise policy would remain in force until Congress passed the Don’t Ask, Don’t Tell Repeal Act of 2010 and finally, in September 2011, the ban on gay men and lesbians serving openly in the US armed forces officially came to an end. Reflecting on the 20-year period governed by DADT, this issue will explore the history, culture, attitudes and impacts of the policy from its inception through its repeal. Submissions are welcome from any discipline.
This issue promises to not only provide insight to the scholarly field of how the most powerful institution in the world has viewed and dealt with homosexuality as it transitioned into the 21st century, but also is poised to become a seminal collection for researchers in the decades to come.
Manuscript deadline is Monday, January 2, 2012. Send Manuscripts to Guest Editor, Jim Parco at jim.parco@coloradocollege.edu. All manuscripts will be subjected to a peer review. Special issue expected publication date is December 2012.
Click here to visit the special issue call for papers website.

ABOUT THE JOURNAL The Journal of Homosexuality is committed to offering substantive,
accessible reading to researchers and general readers alike in the hope of:
spurring additional research offering ideas to integrate into educational programs at schools,
colleges & universities, or community-based organizations manifesting activism against sexual and gender prejudice (e.g., homophobia, biphobia and transphobia), including the promotion of sexual and gender justice. The journal aims to publish thought-provoking scholarship by researchers, community activists, and scholars who employ a range of research methodologies. Articles offer a variety of perspectives to continue shaping knowledge production in the arenas of lesbian, gay, bisexual, transgender (LGBT) studies and queer studies.
Visit the Routledge LGBT Studies Facebook at www.facebook.com/RoutledgeLGBTStudies
Visit the Gender Studies Twitter at www.twitter.com/RoutledgeGender
Visit the Gender and Sexuality Arena at www.gender-and-sexuality-arena.com
Explore the new Taylor and Francis Online: www.tandfonline.com

Journée d’étude : La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

Journée d’étude

Mercredi 09 novembre 2011

La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

The social construction of « post-conflict » through the play of actors

Journée d’études organisée par des doctorants de l’atelier « Post-conflit » de l’Université Panthéon-Sorbonne, avec le soutien de l’École doctorale de science politique de l’Université Panthéon-Sorbonne et du Centre d’études des mondes africains (CEMAf). La journée d’études se déroulera le mercredi 9 novembre 2011 à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, salle 1 du Panthéon.

Abondamment et indifféremment employée par et pour les acteurs comme les observateurs, la catégorie post-conflit est l’objet de cette journée d’études. Cette dernière conclut le cycle 2010-2011 de l’atelier éponyme de l’Ecole Doctorale de Science Politique de l’Université Panthéon-Sorbonne, où, depuis deux ans, la confrontation des terrains et des objets manipulés par un groupe de doctorants, organisateurs de cette manifestation, a mis en évidence l’importance d’une normalisation méthodologique de cette catégorie.

L’utilisation, et surtout la systématisation de celle-ci, dans la littérature scientifique, apparaissent problématiques : le risque existe pour les chercheurs en sciences sociales, travaillant sur les processus de sortie de crise, de participer à son objectivation. En effet, les caractéristiques des contextes dits « post-conflictuels », disqualifiant l’aspect formel, performatif et temporel de cette dénomination, sont connues [Richards, 2005]. Par ailleurs, un nombre croissant de travaux, s’inscrivant dans une « approche par le bas », questionnent, l’émergence et l’utilisation – à des fins de légitimation – de cette catégorie. Enfin, si la nécessité d’interroger le post-conflit d’un point de vue épistémologique est clairement posée, l’enjeu de cette journée d’études est de déconstruire la catégorie, moins en tant que norme ou label, que comme un ensemble de pratiques et de techniques spécifiques à un espace social [Berger et Luckmann, 1986].

A partir d’une approche comparatiste, de terrains variés et de perspectives méthodologiques novatrices, les communications s’attacheront à mettre en avant la logique interactionniste à l’oeuvre dans la constitution d’un espace social et d’une expertise professionnelle entre acteurs du post-conflit. Elles souligneront donc l’enchevêtrement des dynamiques exogènes et endogènes, institutionnelles et informelles, provenant de divers secteurs encore largement autonomes et structurés (élites politiques, armées, diplomaties, groupes belligérants, organisations internationales et confessionnelles, ONG, bailleurs de fonds, experts, industriels, universitaires, historiens, entrepreneurs de mémoire…).

L’organisation scientifique de cette journée se présente sous la forme de trois ateliers complémentaires, dont les axes ont précisément été conçus pour rendre compte de quelques-unes de ces interactions.

PROGRAMME

8h : Accueil des participants

8h30-8h45 : Introduction de la journée : Richard Banégas (Paris 1, CEMAF)

Atelier n° 1. Diffusion et circulation des expertises et des ingénieries pacificatrices

9h-10h30

Modérateur : Grégory Daho (Paris 1, CESSP)

Discutant : David Ambrosetti (ISP-Nanterre)

Delphine Lecombe (Science Po Paris, CERI), La mobilisation pour la loi des victimes en Colombie : sociologie d’une coalition hétéroclite.

Juliana Lima (Paris 1, CEMAF), L’absence de justice de transition en Angola : pistes de recherche sur la fabrique sociale et politique de la paix.

Pause

Atelier n° 2. « Trajectoires combattantes »: les dynamiques de reconversion individuelle

11h-12h30

Modérateur : Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Discutante : Marielle Debos (ISP-Nanterre)

Valéria Alfieri (Paris I, CEMAF), Le Palipehutu-Fnl au Burundi. Evolution du contexte et changement des modes et motivations de recrutement

Aude Merlin (Université libre de Bruxelles-CEVIPOL), Les combattants nord-caucasiens, des profils en mutation dans un contexte de ‘ni guerre, ni paix’

Pause

Atelier n° 3. Mémoires des confits, conflits de mémoires. Luttes symboliques et identitaires autour des passés violents

14h30-16h30

Modérateur : Juan E. Serrano-Moreno (Paris 1, CESSP)

Discutante : Sarah Gensburger (CNRS, ISP)

Karine Vanthuyne (EHESS-Ottawa), D’une « concurrence des victimes » à la renégociation d’un vivre-ensemble au quotidien.

Cécile Jouhanneau (Science Po Paris, CERI), Au delà de la « guerre des mémoires ». Eléments pour une sociologie de l’expression des souvenirs de la guerre de 1992-1995 en Bosnie-Herzégovine.

Renaud Hourcade (Sciences Po Rennes-CRAPE), Violence du passé et luttes du présent à Liverpool. Les relations raciales et la mémoire de l’esclavage dans un ancien port négrier.

16h30-17h : Conclusions

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Comité d’organisation de la journée d’études :

Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Grégory Daho (Paris I, CRPS/CESSP)

Juliana Lima (Paris I, CEMAF)

Ariane Nougoua (Paris I, CRPS/CESSP)

Juan E. Serrano-Moreno (Paris I, CRPS/CESSP)

Sandrine Vinckel (Paris I, CEMAF)

Pour tout renseignement : postconflitparis1@yahoo.fr

Lieu : Paris (75000) (Université Paris I Panthéon-Sorbonne (salle 1 du Panthéon))

Contact : Comité d’organisation de la journée d’étude sur le « post-conflit »