A paraître : Basch Françoise, Ilona, ma mère et moi Une famille juive sous l’Occupation. 1940-1944

Basch Françoise, Ilona, ma mère et moi Une famille juive sous l’Occupation. 1940-1944, Paris, Ixe, 2012, 128 p.

Mot de l’éditeur :

« C’est aux femmes de ma famille, tout particulièrement à ma mère, que j’ai voulu ici rendre justice. Ce texte tente de retracer leur parcours courageux – et, j’ose le mot, leurs exploits au fil des années de guerre, ainsi que leur influence sur mon propre destin », écrit Françoise Basch en conclusion de ce récit personnel et lucide. Enfant pendant la Deuxième Guerre mondiale, Françoise Basch a vécu l’exode, l’absence de son père, une vie de lycéenne à Lyon où s’étaient réfugiés ses grands-parents, Ilona et Victor Basch, et les rencontres toujours trop brèves avec sa mère, Marianne, médecin, obligée de s’installer deux cents kilomètres plus au sud. En 1944, l’assassinat d’Ilona et de Victor par la Milice convainc Marianne d’organiser la fuite de ses deux enfants vers la Suisse.

Pour ce livre voulu en hommage à Marianne, qui assura leur survie à tous en ces temps périlleux et à Ilona, figure féminine plus traditionnelle, Françoise Basch a puisé dans les correspondances familiales en confrontant ce qu’elles restituent de la réalité à ses souvenirs d’enfance. Son travail de mémoire exigeant rend justice à ces femmes, qui en « héroïnes ordinaires » surent déployer d’immenses ressources d’ingéniosité, de courage et d’ironie face au brutal rétrécissement de leurs horizons.

Contribution à l’histoire du genre par l’évocation précise des rôles nouveaux alors assumés par les femmes, Ilona, ma mère et moi revient aussi sur la complexité du rapport personnel à la judéité. 

Mots-clés : guerre et genrecorrespondances privées2e guerre mondiale

Un viol toutes les 3 heures dans l’armée américaine

Un viol toutes les 3 heures dans l’armée américaine

Le problème du viol dans l’armée américaine a longtemps été passé sous silence et continue d’ailleurs à l’être, raconte le quotidien britannique The Guardian, pointant la présence d’une culture de l’ignorance et de la confidentialité chez les militaires. 

C’est l’histoire de Kate Weber, violée, après un bal, par un officier qui l’avait conduite vers l’issue de secours d’un bâtiment pour soi-disant lui parler de son travail; c’est aussi celle de Rick Tringale, qui a subi un viol collectif dans son dortoir lors de ses premières semaines d’entraînement. On estime que 37% des agressions sexuelles dans l’armée sont commises sur des soldats. Pour Mic Hunter, auteur de l’essai Honor Betrayed: Sexual Abuse in America’s Military, cité par Newsweek, ce sont bien souvent des héterosexuels qui commettent ce type d’agressions, non par pulsion sexuelle, mais pour «remettre les gens à leur place». Dans ce cas, «l’agression sexuelle n’est pas une question de sexe, mais de violence».

Lire la suite ici

Exposition : « la Chair de la guerre, une histoire de femmes »

À la Sorbonne, exposition la Chair de la guerre, une histoire de femmes

Article d’André Balbo

La Chair de la guerre, une histoire de femmes, l’exposition d’Yvelyne Wood, se tiendra à la Sorbonne du 5 janvier au 14 avril 2012, sous le patronage du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), agence de l’ONU pour les réfugiés.

Elle s’ancre dans l’histoire intime des femmes en temps de guerre. En effet, qu’elles en soient actrices ou victimes, les femmes vivent la guerre de l’intérieur, de gré ou de force.

La chair, c’est donc celle des femmes, exposées à la barbarie humaine. Cela passe tout d’abord par la destruction du foyer, de la maison et de la famille, puis par l’exil forcé et le viol, utilisé partout à travers le monde, comme une véritable arme de guerre.

Parcours initiatique, l’exposition met en lumière le vécu des femmes pendant la guerre, grâce à des témoignages individuels de femmes et des matériaux chargés d’histoire, caractéristiques du travail d’Yvelyne Wood : métal, rails de chemin de fer, vêtements, vidéo, archives de guerre. On traverse les guerres contemporaines depuis la Seconde Guerre mondiale pour arriver à l’installation TPIY qui quitte délibérément l’échelle humaine pour prendre une dimension monumentale et évoquer l’ampleur des crimes de guerre commis contre les femmes. Lire la suite ici

André Balbo

Sources : Yvelyne Wood, HCR, TPIY, galerie Soufflot, galerie Saint-Jacques de l’Université Panthéon-Sorbonne

Les femmes-soldats du contingent français en Afganistan

Les femmes-soldats du contingent français en Afganistan

Qui sont ces femmes soldats, ces 5% du contingent qui partent en Afghanistan ? Elles sont environ 200. La première surprise, c’est leur jeunesse et toutes ont demandé à partir. Un reportage d’Emmanuelle Eyles pour Marie-Claire. Elles sont environ 200 et  Emmanuelle Eyles en a rencontré une petite poignée, par l’intermédiaire du service de presse de l’armée.  La première surprise a été leur jeunesse. Elles ont 23, 27, 29 ans. Elles ont toutes signé très jeunes, vers 17 ans, sans hésitation et avec passion. Aujourd’hui, elles n’ont pas 30 ans et n’hésitent pas à partir six mois à plus de 35.000 kms de chez elles faire l’expérience du feu. Beaucoup d’entre elles sont des mamans et ont une vie de famille « tout à fait normale » quand elles sont en France. Emission à (ré)écouter sur le site de France Info.

Emmanuelle Eyles, « Femmes de guerre : elles ont fait l’Afghanistan »,

Marie-Claire.

Elles n’ont pas 30 ans et déjà essuyé les tirs de roquette des talibans. Pour elles, partir dans le « bourbier afghan » était un choix. A l’hôpital militaire ou sur les postes avancés en pleine montagne, ces soldates ont vécu l’épreuve du feu. Elles nous racontent.

En Afghanistan, 5% des effectifs français sont des femmes.

Quatre mille soldats français en décousent sur le terrain avec les insurgés en Afghanistan. « Soldats » ou « soldates », car 5 % des effectifs sont des femmes, souvent jeunes. Depuis 2000, au sein de l’Armée, les femmes ont accès à tous les postes. Elles sont sur la base centrale de soutien logistique, à Kaboul, à l’hôpital militaire de la capitale et sur les deux postes avancés en pleine montagne, dans les régions de Kapisa et de Surobi, sous responsabilité française.

Pour en savoir plus : Femmes de guerre : elles ont fait l’Afghanistan – Marie Claire

Exposition – « Onze femmes » : destins de femmes face à la Guerre

Exposition « Onze femmes » : destins de femmes face à la Guerre

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) vous donne rendez-vous sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour l’exposition « 2001 – 2011, Onze femmes », du 16 au 27 novembre.

En 2001, le photographe britannique Nick Danziger, World Press Award 2004, réalisait, à la demande du CICR, onze portraits en noir et blanc de femmes victimes d’un conflit armé, projet baptisé « Femmes face à la guerre ». Ces dernières prêtèrent leur image pour incarner la problématique universelle des femmes dans la guerre et des protections particulières qu’offre le droit international humanitaire.

Que sont-elles devenues dix ans plus tard ?

Lire la suite ici.

L’exposition est accompagnée d’un livre « 11 femmes face à la guerre » paru en septembre aux Éditions Lieux-Dits (192 pages, format 29×31, 45 €).

NJOKI Nelly : « Sexual Violence and Conflict: Finding forgiveness in spite of the pain »

Nelly Njoki : « Sexual Violence and Conflict: Finding forgiveness in spite of the pain »

This post is the second post by Nelly Njoki as part of the Gender Across Bordersevent for the 16 Days of Activism Against Gender Violence.

Anna (not her real name) speaks softly as she tells her story of pain and forgiveness.  Sometimes she is barely audible. Anna lives in Mathare, an informal settlement on the outskirts of Nairobi, the capital of Kenya. For more than 20 years communities co-existed. However, that changed in 2007/ 2008 during Kenya’s post-election violence. Inadequate housing, unemployment, poor sanitation, inadequate social services, insecurity, social fragmentation and poverty characterize life in Mathare. Due to frustration and desperation, idle youth often turn to crime and violence in order to make a living.  They readily welcome any opportunity of earning some money, even if that means becoming “thugs for hire”.  That they did, during the inter-communal violence that gripped Kenya, following elections in 2007. It was then, the night of elections; Anna tells me ever so quietly, that her life changed.

I was home with my family. We prayed that the tension evident in the community due to elections would diminish.  But it did not.

After the polls were announced, there was an outpouring of people in the streets, mainly male youth threatening to kill anyone who they perceived as the “other”. A gang of them knocked on our door but even before we could open, they had broken into the house. They seemed either drunk on high on drugs. But it didn’t matter. They were after my family.

Lire la suite ici.

About the author

Nelly Njoki holds Bachelors in Law (LL.B) from Moi University and is completing her MA in Armed Conflict and Peace Studies at the University of Nairobi.  Nelly has worked with grassroots organizations in Kenya on peacebuilding and human rights specifically focusing on women and youth.  She has extensive know-how, experience and networks from her participation in conferences including as a delegate to the UN Commission on Status of Women in New York as a notable young woman peace builder of Africa.  Nelly also volunteers with Make Every Woman Count, where this article was originally published. 

Kakwanzi-Kezaabu Rosemary : « Women and girls and the conflict in Uganda »

Women and girls and the conflict in Uganda

Violence against women and girls has gained international recognition as a serious social and human rights concern affecting all societies.  However, during conflict violence against women and girls is exacerbated.

Increasingly the victims of war are women and children.  Men, women, girls and boys are all subjected to physical and sexual torture, however, many studies indicate that war rape is more frequently committed against females.  This statistic could be due to the reluctance of men to come forward and report cases of rape and sodomy or could be a result of an institutional bias among the mass media and civic organizations that frequently focus on female victims.  Regardless, the figures for women being raped during conflict are staggering, particularly in Africa. Nearly half a million women were raped during the genocide in Rwanda. In Darfur, some estimates show that 10,00 girls and women have been raped each year since 2003.  Between 50,000 and 64,000 internally displaced women in Sierra Leone during the war were sexually attacked by combatants.  In the Democratic Republic of Congo approximately 500,000 women have been raped throughout the last decade of conflict there.  Although rape of women is well documented, laws protecting civilians in armed conflict have tended to overlook sexual assaults on women.  According to Kelly Dawn, the laws of war perpetuated the attitude that sexual assaults on women are less significant crimes, not worthy of prosecution.  However, over the last two decades significant steps have been taken by the International Criminal Court to change this view.  More and more trials regarding war crimes and crimes against humanity are including convictions of rape and sexual violence.  When committed with the intent to destroy in whole or in part of a target group, rape can also be considered a crime of genocide.

Lire la suite ici.

About the author

Rosemary Kakwanzi-Kezaabu has been passionate about gender issues since she began her studies in sociology at university.  This led her to pursue a Master’s degree in Women and Gender Studies.  Although she currently works for Uganda’s tax collection agency she has not forgotten her passion. In her spare time she volunteers for the organizations: Action for Development, Sustainable Development Initiative and Development Alternatives.

Violence Against Women in Post-Conflict

Violence Against Women in Post-Conflict

By Lyric Thompson, Amnesty USA’s Women’s Human Rights Coordination Group

Today we conclude our 16 Days of Activism Against Gender Violence blog series. Over the campaign, we’ve explored militarism and gender violence as related to such issues as small arms proliferation; women’s human rights defenders; and the uprisings in the Middle East and North Africa. It is fitting that we close the campaign with a look at some of the enduring elements of gender violence that continue after peace is officially declared, as we look toward a new year that will hopefully bring peace, equality and justice for all to a world rocked by revolution and social change.

We have explored the brutal effects of war when it comes to violence against women in countries in active conflict such as the Democratic Republic of Congo (DRC), Afghanistan and Iraq.  War brings with it a culture of violence that now claims more civilian victims than combatants, the majority of those women and children. Yet to assume that with the declaration of peace comes an immediate cessation of violence would be incorrect; for women, the militarization of gender relations that accompanies war often results in higher incidence of violence after conflict.

Lire la suite ici.

Branche Raphaëlle, « Le passé colonial de l’armée française peut-il être donné en exemple ? »

Branche Raphaëlle, « Le passé colonial de l’armée française peut-il être donné en exemple ? », Le Monde, 2 décembre 2011.

Comment commémorer la fin de la guerre d’Algérie ? Cette question délicate, que beaucoup se posent depuis plusieurs mois, semble avoir été résolue de la manière la plus maladroite.

Quelques jours après le 11-Novembre, le ministre de la défense a annoncé que le général Marcel Bigeard, combattant de la France libre et résistant, officier en Indochine puis en Algérie, allait entrer aux Invalides. Par cette décision exceptionnelle, il va rejoindre, dans ce panthéon militaire, une pléiade de généraux d’Empire et la plupart des Maréchaux de France de la première et de la seconde guerre mondiale.

La cérémonie interviendra sans doute en 2012. Elle s’inscrit donc, d’ores et déjà, dans le calendrier commémoratif de la guerre d’Algérie. Pour motiver cette décision du gouvernement français, on invoque le refus des autorités vietnamiennes d’accéder au dernier souhait du général défunt que ses cendres soient dispersées au-dessus du champ de bataille de Diên Biên Phu. Les Invalides, comme solution de rechange, comme sépulture de substitution : qui pourrait le croire ? La décision est si importante dans l’ordre de la symbolique militaire et nationale qu’on ne peut se satisfaire d’une telle explication.

Lire la suite ici

Le Musée de la Grande Guerre vient d’être inauguré à Meaux

Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux : un Musée d’Histoire et de Société

Un nouveau regard sur l’un des conflits majeurs du XXe siècle, la Première Guerre mondiale, pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui.

Fort d’une collection unique en Europe, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux proposera une vision nouvelle du premier conflit mondial [ 1914-1918 ], à travers une scénographie innovante illustrant les grandes mutations et bouleversements de la société qui en ont découlé. Un patrimoine exceptionnel à transmettre aux nouvelles générations. Un musée d’histoire et de société, pour découvrir des épreuves passées, mieux comprendre la société d’aujourd’hui et construire le monde de demain.

1

 » Le Musée de la Grande guerre, 7.000 m2 pour ne pas oublier », Le Nouvel Observateur, 11 noveùbre 2011.

THIOLAY Boris, « Inauguration du Musée de la Grande Guerre », L’Express, 11 novembre 2011

SALMI Nadia, « Mon grand-père était un soldat allemand, et ma mère une enfant de la honte »

SALMI Nadia, « Mon grand-père était un soldat allemand, et ma mère une enfant de la honte », sur le site du NovelObs

On a beau coloriser les images d’Hitler, il est une vision de la Seconde guerre mondiale qui est plus rare : celle des femmes tondues à la Libération, coupables d’avoir fauté avec l’ennemi. Difficile de vivre avec un tel poids, comme l’explique Nadia Salmi pour Le Plus et dans son livre « Des étoiles sombres dans le ciel ».

Ce n’est qu’à la mort de ma grand-mère, en 2005, que j’ai pu briser le secret porté par ma mère pendant 60 ans : elle était la fille d’un soldat allemand, prisonnier en France pendant la Seconde guerre mondiale.

J’entreprends alors de retrouver la trace de mon grand-père. Je veux savoir qui il est, ce qu’il fait, est-il encore en vie ? On n’avale pas le non-dit, on le subit. Jusqu’à l’écœurement. Par sa faute, ma mère est le fruit d’un péché originel et moi, le ver obligé de tisser la toile de la vérité. Le grand absent. Le point d’interrogation que je souhaite transformer en exclamation.

Vivre avec un fantôme

J’envoie des mails en anglais à des administrations allemandes, en m’appuyant sur les adresses postales contenues dans ses lettres, seuls indices que j’avais de lui. Après quelques échanges, je le retrouve enfin, alors que pendant 60 ans, ce « Hans K. » n’a été qu’un mystère, un inconnu, un simple nom.

J’apprends qu’il est décédé en 1962, soit quand ma mère avait 15 ans. Elle a vécu toute sa vie avec un fantôme. Je fais ces recherches pour trouver des réponses, je me retrouve avec davantage de questions. Je ne saurai jamais s’il avait entrepris des démarches de son côté pour retrouver ma mère. J’apprends que sa femme, en Allemagne, attend un deuxième enfant au moment même où ma grand-mère était enceinte.

Lire la suite ici

Viols en temps de guerre: les hommes aussi

Par Marc Le Pape, sociologue, membre du comité scientifique du Crash (Centre de Réflexion sur l’Action et les Savoirs Humanitaires)

Depuis le début des années 2000, plusieurs chercheurs de langue anglaise posent régulièrement la question suivante: pourquoi les organisations d’aide internationales (agences des Nations unies et ONG) prêtent-elles si peu attention aux viols d’hommes et de garçons commis dans des situations de conflit armé?

En fait, le désintérêt n’est pas aussi systématique que ces chercheurs le déclarent. Ces viols en temps de guerre ont été évoqués par Amnesty international et Human Rights Watch; le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies a organisé une discussion sur ce sujet en juin 2008, au cours de laquelle un bilan a été dressé et des recommandations définies à l’adresse des chercheurs, en particulier celle-ci: trouver une perspective de recherche qui évite de réduire les hommes au statut de violeurs…

Lire la suite ici sur le blog « Issues de secours – Quels enjeux pour l’humanitaire ? »