Vient de paraître. SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?

SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?, Paris, Créaphis, 2012.

A travers l’histoire de la statuomanie républicaine de la fin du XIXe siècle, et la prolifération, dans l’espace public, de statues dédiées à des personnages célèbres, Christel Sniter analyse la manière dont la culture politique républicaine fabrique ses représentations de la femme en les indexant le plus souvent au déjà là du grand homme, mais aussi en aménageant une place à l’identité spécifique de l’héroïsme féminin. Ces femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres, honorées pour les mêmes qualités universelles ?
Ou bien ces statues ont-elles été érigées par des féministes dans une dynamique militante, par souci de représentativité et pour compenser un déséquilibre, parce que précisément ce sont des femmes ? Dans quelle volonté de construction d’un imaginaire national ces projets ont-ils été pensés ?

Vient de paraître: SAUVAGE Moïra, Guerrières! A la rencontre du sexe fort, Paris, Actes Sud, 2012

GUERRIÈRES !

Le phénomène est mondial : les femmes sont de plus en plus nombreuses au sein des armées, des polices, des guérillas et des gangs, jusque sur les rings de boxe. L’agressivité, le port d’arme et le droit de tuer ne sont plus réservés aux hommes. Quelles sont les raisons et les conséquences de ce changement profond de nos sociétés ?

Après avoir travaillé longtemps sur les femmes victimes de violences, Moïra Sauvage change de perspective. Ce passionnant essai nous permet de comprendre la complexité de la violence féminine, son enracinement dans l’histoire et les mythes qui l’entourent.

Dans un deuxième temps, l’auteur va à la rencontre, sur plusieurs continents, de femmes de divers horizons pour leur donner la parole. Elles racontent leur rapport à la force physique, à la violence et au combat. Mais aussi comment, guerrières sans armes, les militantes utilisent leur force intérieure pour essayer de changer le monde.

Née à Dublin d’un père irlandais et d’une mère française, Moïra Sauvage est journaliste. Elle a été pendant six ans responsable de la commission Femmes d’Amnesty International France, où elle a collaboré à la publication du rapport Les Violences envers les femmes en France : une affaire d’Etat (éditions Autrement, 2006). Elle est l’auteur d’un essai : Les Aventures de ce fabuleux vagin (Calmann-Lévy, 2008).

Actes Sud, Questions de société

Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet: « Femmes en armes, violence des femmes? » 29 mai

« Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet »

  L’Institut Émilie du Châtelet a le plaisir de vous inviter à son « Café »

Mardi 29 mai 2012, 19 h à 21 hRestaurant La Baleine,
Jardin des Plantes, 47 rue Cuvier, 75005 Paris
(Métro : Jussieu ; Bus : 47, 67, 89)

Sur le thème « Femmes en armes, violence des femmes? »,

les échanges interviendront à partir des témoignages de
Elodie Jauneau (historienne, ancienne allocataire de l’IEC)
Danielle Michel-Chich
(traductrice, journaliste et écrivaine)
Moïra Sauvage (journaliste et écrivaine)

Les organisatrices : Monique Halpern, Josiane Gonthier, Nadia Guedri, Raphaëlle Legrand, Hélène Marquié, Evelyne Peyre, Nicole Savey, Anne-Marie Viossat
informations pratiques : 01 71 21 46 28 ; iec@mnhn.fr

Cycle de Rencontres : Violences de guerre

La guerre a changé d’apparence. En s’appuyant sur les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, des États renversent des gouvernements et transforment des sociétés – le monde doit être en paix. Pourtant, les populations concernées ressentent colère et amertume. La mort de civils tués dans les combats ne peut plus être ignorée et classée pudiquement dans la catégorie des dommages collatéraux. Le questionnement sur le sens et le but de ces interventions armées se fait de plus en plus pressant. Quelle violence est acceptable ? Laquelle est interdite ? Pourquoi les civils non impliqués dans ces conflits doivent-ils être protégés ? Selon quels critères la notion de protection doit-elle être définie et que se passe-t-il lorsqu’elle n’est plus respectée ?

Le CIERA, le Centre d’histoire de Sciences Po, la Fondation Maison des sciences de l’homme, en partenariat avec les éditions Hamburger Edition (Hamburger Institut für Sozialforschung) vous invitent à découvrir l’actualité allemande de la production scientifique en sciences humaines et sociales.

Gerd Hankel
Tötungsverbot im Krieg – « Interdit de tuer ! » Les dommages collatéraux des conflits armés et le droit international
lundi 4 juin 2012

Regina Mühlhäuser
Eroberungen – Violences sexuelles et relations intimes. Les soldats allemands en URSS (1941-1945)
lundi 1er octobre 2012

Bernd Greiner
Krieg ohne Fronten – Les États-Unis et la guerre du Vietnam
lundi 3 décembre 2012

Contact :
ransinan@ciera.fr ou
carole.gautier@sciences-po.fr

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

Journée d’Etudes : Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb et au Moyen-Orient (Paris, 20 juin 2012)

Laboratoire SEDET

Groupe de recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient (GREMAMO)

Université Paris 7 Diderot –

Journée d’Etudes

Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb

et au Moyen-Orient  (Paris, 20 juin 2012)

 

Si les réfugiés et les déplacés suite à des conflits, internes ou externes, ne sont pas un phénomène nouveau, leur recrudescence liée aux situations de violence, notamment au cours de ces dernières décennies où l’on compte plus de 16 millions de réfugiés actuellement recensés dans le monde[1],  interpelle non seulement la communauté internationale mais également la communauté scientifique qui doit réfléchir et s’interroger sur cette propension et les conséquences induites.

Le Maghreb et le Moyen-Orient ne font pas exception, bien au contraire, et le phénomène, même s’il est ancien, s’est accéléré.

En effet, dès 1920, le démantèlement de l’Empire ottoman par les grandes puissances provoque l’écartèlement des Kurdes entre plusieurs pays de la région (Turquie, Iran, Irak et Syrie)  et ils deviennent même réfugiés sur leur propre territoire.

A la suite de la guerre israélo-arabe de 1948, les Palestiniens se réfugient au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Cisjordanie et  à Gaza mais nombreux également sont ceux qui s’exilent dans d’autres pays [2].

La guerre de libération algérienne qui a duré 7 ans va amener des milliers de réfugiés dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie. Quelques décades  plus tard, lors de la « décennie noire » (1992-2002), des milliers d’Algériens se réfugient à l’étranger parce que menacés par le GIA ou l’AIS. Même à l’intérieur du pays, des familles entières quittent leur village ou leur douar pour s’exiler en périphérie des grandes villes, dans des conditions souvent précaires, espérant une sécurité plus grande.

Les différentes guerres israélo-arabes (1969, 1973), la guerre du Liban (1975), puis les guerres du Golfe (1991, 2003) ont produit leurs lots de déplacés et fragilisé plus encore la situation des réfugiés palestiniens dans ces pays.

De même, la « Marche verte »  marocaine au Sahara occidental en 1975, ancienne colonie restituée par l’Espagne la même année, a généré là aussi son contingent de réfugiés dans des camps (sud algérien).

Les récentes « révolutions » en Tunisie, en Egypte, la guerre en Libye (2011), ont -elles aussi- vu des déplacements de population importants et la Tunisie, tout particulièrement, a eu à gérer des flux de réfugiés, de nationalités différentes, dans un contexte local déjà très perturbé.

Ce sont ces situations complexes et douloureuses qui méritent d’être questionnées, car si les conflits eux-mêmes et le théâtre des opérations ont fait l’objet d’une couverture médiatique parfois surabondante, la situation économique et sociale des réfugiés, leur statut et leur devenir sont restés peu ou pas abordés.

Cette Journée d’Etudes est pluridisciplinaire (histoire, géographie, droit, sciences politiques, sociologie, économie) et internationale. Y seront présentés, dans le temps long, des études de cas au Maghreb et au Moyen-Orient.

 

Les coordinateurs,

Chantal Chanson-Jabeur et Sid-Ahmed Souiah


[1] Cf. Amnesty International,  Réfugiés, un scandale planétaire, 10 propositions pour sortir de l’impasse, Paris, éd. Autrement, janvier 2012

[2] J.P. Chagnollaud, S.A. Souiah, Atlas des Palestiniens, Un peuple en quête d’un Etat, Paris, éd. Autrement, février 2011

Soutenance de thèse « Veuves françaises de la Première Guerre mondiale : statuts, itinéraires et combats »

Lyon, le 26 avril 2012

AVIS DE SOUTENANCE

DE DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ LUMIÈRE LYON 2 HISTOIRE

Peggy BETTE présentera ses travaux en soutenance le :
4 mai 2012 à 13H 30

à l’adresse suivante :
Salle Élise Rivet – Institut des Sciences de l’Homme 14, avenue Berthelot 69007 LYON

La soutenance sera publique.

Titre des travaux École doctorale Section CNU
Équipede recherche Directrice

Membres du jury

  • :  Veuves françaises de la première guerre mondiale. Statuts, itinéraires et combats.
  • :  Sciences sociales
  • :  22 – Histoire/civilisations : mondes modernes
  • :  Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes
  • :  Mme SCHWEITZER Sylvie , Professeur des universités

Nom Qualité Etablissement

Mme SCHWEITZER Sylvie Professeur des universités Université Lyon 2

Mme VOLDMAN Danièle Directrice de recherche émérite C.N.R.S.

M. FARON Olivier Professeur des universités Université Paris 4

Mme BECKER Annette Professeur des universités Université Paris 10

Mme OMNES Catherine Professeur des universités Université de Versailles