Article: Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962) »

 

Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962), Histoire@Politique, n°18, septembre-décembre 2012.

Résumé:

Parce que les femmes ne sont jamais considérées comme des soldats à part entière – d’abord parce que ce sont des femmes, ensuite parce qu’elles ne sont pas armées – bon nombre d’« héroïnes » de guerres sont ignorées de la mémoire combattante. Évoluant en marge du reste des troupes, elles sont également en marge de l’imaginaire collectif. Et pourtant.

De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, elles sont nombreuses à avoir servi sous les drapeaux et sous l’uniforme, certaines d’entre elles ayant même trouvé la mort. Mais qui se souvient aujourd’hui de ces militaires féminines de la première génération, sinon elles-mêmes et quelques hommes œuvrant pour leur reconnaissance ?

 

« Malgré-elles » : fiction à 20h45 sur France3 le 09/10/2012

Pour ne plus oublier ces vies, Nina Barbier, fille de Malgré-elles, avait publié un livre. Aujourd’hui, elle co-signe une fiction tournée essentiellement en Alsace.

Synopsis
Alice et Lisette ont 17 ans lorsqu’elles sont arrachées de force à leur famille pour collaborer à l’effort de guerre en Allemagne. Après un séjour de six mois dans un camp d’endoctrinement, elles sont toutes les deux placées dans une usine d’armement où elles ont pour tâche de remplir des obus à une cadence inhumaine. Une explosion éclate, elles sont soupçonnées de sabotage et menacées d’être déplacées dans un camp de redressement.

Alice et Lisette se croient sauvées lorsqu’on leur annonce leur transfert pour une maternité. Elles découvrent la réalité des Lebensborn (« fontaines de vie »), et de l’organisation implacable des nazis pour constituer une « race pure ». Ni l’une ni l’autre ne se doute de ce qui les attend…

« Les Malgré-elles » de Nina Barbier aux Editions La Nuée Bleue, 2001, 112 pages, 22 euros

Plus d’infos sur le site de France 3

CFP: Représenter la Grande Guerre : les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920) – Essays in French Literature and Culture (EFLaC)

Appel à contributions

 

Essays in French Literature and Culture (EFLaC), rédactrice en chef : Hélène Jaccomard, The University of Western Australia

 

Numéro sur la Grande Guerre – « Représenter la Grande Guerre : les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920) »

 

Coordonnateur du numéro : Gary D. Mole, Université Bar-Ilan, Israël

 

L’année 2014 marquera le centenaire de la conflagration qui déclencha la Première Guerre mondiale. La revue Essays in French Literature and Culture souhaite participer au programme commémoratif que la France envisage pour cette grande échéance mémorielle en publiant un numéro spécial sur la production littéraire, artistique, et culturelle contemporaine de la Grande Guerre. Sans vouloir minimiser l’importance de la production littéraire et cinématographique des dernières décennies et l’impact qu’elle a eu sur l’imaginaire collectif du conflit, nous cherchons à revenir sur les diverses formes de création artistique et culturelle issues de l’époque de la guerre même (en nous bornant à tout écrit ou de création effectué entre 1914 et 1920). Or, dans le contexte de la France, cette production—des civils comme des combattants—s’est souvent vu cantonner dans des catégories trop étroites (patriotisme, propagande de guerre, pacifisme, réalité du combat) ou diviser formellement dans des extrêmes : d’une part une production se bornant aux cadres littéraires et artistiques traditionnels, largement hérités du XIXe siècle, et d’autre part une production faisant avancer les techniques et les formes artistiques en s’inscrivant dans le courant moderne, expérimental et avant-gardiste. La réalité est que les quatre ans du conflit ont vu une vaste production dans le champ artistique qui ne se laisse aucunement réduire à ces visions dualistes de la création et de la réaction à la guerre.

C’est pourquoi, à l’instar de recherches récentes (parmi lesquelles, citons : Nancy Sloan Goldberg sur l’écriture des femmes, Nicolas Beaupré sur les écrits des combattants français et allemands, Pierre Schoentjes sur la fiction, Laurence Campa sur la poésie, Philippe Dagen sur la peinture, Laurent Veray sur le cinéma), nous voudrions inviter des contributions qui sortent des sentiers critiques battus (Barbusse, Dorgelès, Apollinaire, Cendrars, le dadaïsme…) et qui évitent les polarisations historiographiques telles celles sur la « culture de guerre » et la « culture de paix » qui ont récemment opposé de manière parfois houleuse les historiens culturels affiliés à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne aux historiens sociologiques du CRID (Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918). Aussi, nous ne privilégierons aucun genre, aucune forme littéraire ou plastique, aucune tendance ou approche méthodologique et théorique. Toutefois, nous nous intéresserons particulièrement aux études portant sur les sujets suivants (ayant trait à la représentation de la guerre ou à son impact) :

·         les témoignages (inédits ou négligés) du front ou de l’arrière

·         la fiction et la poésie considérées comme occultées par l’historiographie littéraire

·         la dramaturgie dans toutes ses formes

·         l’écriture des combattants français par-delà le front occidental

·         l’écriture des femmes, des enfants, des Juifs, des Musulmans

·         l’écriture issue de tout ressortissant des colonies françaises mobilisées dans la guerre

·         toute production contestataire des versions « officielles » de la guerre

·         le champ visuel et plastique compris dans son sens le plus large (peinture, dessin, sculpture, documentaire, cinéma)

Veuillez faire parvenir votre proposition de contribution (maximum 300 mots) ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique (avec nom, affiliation et adresse courriel) en un document Word, au coordonnateur du numéro, Gary D. Mole : molega@biu.ac.il avant le 31 décembre 2012. Les propositions seront étudiées par le Comité scientifique et les décisions communiquées avant le 31 mars 2013. Les articles sélectionnés (en français ou en anglais) ne dépasseront pas les 5000 mots (notes et bibliographie comprises), devront suivre la feuille de style de la revue, et seront à envoyer avant le 30 septembre 2013 pour une publication destinée à coïncider avec le début du centième anniversaire de la guerre en novembre 2014.

Une courte section Varia est aussi envisagée pour toute contribution à caractère créatif portant sur la commémoration de la Grande Guerre.

EFLaC est une revue internationale à comité de lecture, incluse dans Ulrecht et le Thomson Reuters Index. La revue est aussi disponible en ligne par l’entremise de e-Informit.

Pour toute autre information sur la revue EFLaC, veuillez visiter : « http://www.humanities.uwa.edu.au/research/european-languages/essays-in-french-literature-and-culture »

 

 

Call for Article Proposals

 

Essays in French Literature and Culture (EFLaC), General Editor: Hélène Jaccomard, The University of Western Australia

 

Issue on the Great War – «Représenter la Grande Guerre: les écrivains et les artistes face à l’épreuve (1914-1920)»

 

Guest Editor: Gary D. Mole, Bar-Ilan University, Israel

 

2014 will mark the centenary of the events that led to the beginning of the First World War. The journal Essays in French Literature and Culture would like to be part of the commemorations that France is planning for the event by publishing a special issue on the literary, artistic, and cultural production contemporaneous with the war. While not underestimating the importance of recent literary texts and films and the impact they have had on the collective imagination of the conflict, we would like to revisit the varied forms of artistic and cultural creation that actually accompanied the war (limiting ourselves to any creative work produced between 1914 and 1920). In the specific French context, this production, by both civilians and combatants, has often been confined to rigid categories (patriotism, war propaganda, pacifism, the reality of combat) or divided formally into extremes: on the one hand works framed within literary and artistic tradition, mainly inherited from the 19th century, and on the other works employing techniques and artistic forms linked to general trends in modernism, experimentation, and the avant-garde. The truth is that the four long years of conflict saw a vast production in the artistic field irreducible to such dualistic visions of the creation inspired by the war.

Following on from recent research (amongst others: Nancy Sloan Goldberg on women’s writing, Nicolas Beaupré on writings by French and German combatants, Pierre Schoentjes on fiction, Laurence Campa on poetry, Philippe Dagen on painting, Laurent Veray on film), we would like to invite contributions which stray from beaten critical paths (Barbusse, Dorgelès, Apollinaire, Cendrars, Dadaism…) and avoid historiographical polarizations such as those concerning «war culture» and «peace culture» which have marked the sometimes heated debates between the cultural historians linked to the Historial de la Grande Guerre in Péronne and the sociological historians from the CRID (Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918). We will therefore be open to all genres, all literary or plastic forms, all methodological or theoretical approaches. We will, however, be particularly interested in studies on the following subjects (as long as they deal with the representation of the war or its impact):

·         eye-witness accounts (either unpublished, unusual or critically neglected) from the front or the homefront

·         fiction and poetry neglected by literary historiography

·         theatre, spectacle, performance

·         writings by French soldiers other than on the Western Front

·         writing by women, children, Jews, Muslims

·         writing from any of the French colonies mobilized in the war

·         any creative production contesting «official» versions of the war

·         the visual and plastic field in its widest sense (painting, drawing, sculpture, documentaries, films)

Please send proposals (300 words maximum) as well as a short bio-bibliographical sketch (including name, affiliation, and e-mail address) in a Word document, to the Guest Editor for the issue, Gary D. Mole: molega@biu.ac.il before 31 December 2012. Proposals will be assessed by members of the editorial board and decisions communicated to authors before 31 March 2013. Selected articles (in French or in English) should be no longer that 5,000 words (including notes and bibliography), should follow the house style of the journal, and should reach the Guest Editor by 30 September 2013 for publication to coincide with the beginning of the centenary of the war in November 2014.

A short section Varia is also envisaged for any creative written work concerning the commemoration of the Great War.

EFLaC is an international peer-reviewed journal cited in Ulrecht and the Thomson Reuters Index. The journal is also available on-line through e-Informit.

For further information on the journal EFLaC, please visit: «http://www.humanities.uwa.edu.au/research/european-languages/essays-in-french-literature-and-culture»