Vient de paraître: Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme

Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme. Avant-propos de Jules Falquet, Paris, Editions iXe, 2012.

Mot de l’éditrice:

Pionnière des études sur le rôle et la place des femmes dans la famille et dans la société, féministe de la première heure, Andrée Michel est l’une des rares, en France, à travailler sur l’articulation du pouvoir d’État avec le puissant lobby de l’armement. Elle analyse la « culture de guerre » qui en découle en prenant en compte les dimensions de la classe et du sexe, ce qui l’amène à qualifier l’industrie de l’armement de « formation sociale aggravée du patriarcat ». Un modèle qui a pour conséquences inéluctables une extension des conflits armés et une aggravation des pauvretés qui frappent les hommes comme les femmes mais stigmatisent durablement les secondes. Les viols de guerre et la prostitution au service des armées ne sont que les exemples les plus connus, les plus frappants, des violences exercées à leur encontre.

Composé en deux parties – « la guerre contre les femmes » et « résistances féministes » – le recueil Féminisme et Antimilitarisme rassemble, à côté d’articles de fond publiés dès les années 1980, les textes inédits d’interventions dans des colloques internationaux, notamment en Colombie, à l’invitation d’organisations féministes.

Vient de paraître: Irène Eulriet, Women and the Military in Europe Comparing Public Cultures

Although the participation of women in the military has been the subject of attention in the social sciences since the 1970s, there has been no specific focus on this issue within the context of the
European Union. The aim of this book is to redress this imbalance. Exploring the policies adopted in the United Kingdom, Germany and France over the past 20 years, it situates them in the unique
context of the European Union. Through a survey of the political and legal dimensions of the wider recruitment of women into a professional milieu that has long remained a male stronghold, Irène
Eulriet traces variations between the three countries back to differences in their public cultures. In doing so, she exposes the complex frameworks within which national military institutions operate
and shows, on the basis of her European findings, that patterns of women’s military participation vary in shape and content beyond what is commonly assumed.