Journée d’étude : La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

Journée d’étude

Mercredi 09 novembre 2011

La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

The social construction of « post-conflict » through the play of actors

Journée d’études organisée par des doctorants de l’atelier « Post-conflit » de l’Université Panthéon-Sorbonne, avec le soutien de l’École doctorale de science politique de l’Université Panthéon-Sorbonne et du Centre d’études des mondes africains (CEMAf). La journée d’études se déroulera le mercredi 9 novembre 2011 à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, salle 1 du Panthéon.

Abondamment et indifféremment employée par et pour les acteurs comme les observateurs, la catégorie post-conflit est l’objet de cette journée d’études. Cette dernière conclut le cycle 2010-2011 de l’atelier éponyme de l’Ecole Doctorale de Science Politique de l’Université Panthéon-Sorbonne, où, depuis deux ans, la confrontation des terrains et des objets manipulés par un groupe de doctorants, organisateurs de cette manifestation, a mis en évidence l’importance d’une normalisation méthodologique de cette catégorie.

L’utilisation, et surtout la systématisation de celle-ci, dans la littérature scientifique, apparaissent problématiques : le risque existe pour les chercheurs en sciences sociales, travaillant sur les processus de sortie de crise, de participer à son objectivation. En effet, les caractéristiques des contextes dits « post-conflictuels », disqualifiant l’aspect formel, performatif et temporel de cette dénomination, sont connues [Richards, 2005]. Par ailleurs, un nombre croissant de travaux, s’inscrivant dans une « approche par le bas », questionnent, l’émergence et l’utilisation – à des fins de légitimation – de cette catégorie. Enfin, si la nécessité d’interroger le post-conflit d’un point de vue épistémologique est clairement posée, l’enjeu de cette journée d’études est de déconstruire la catégorie, moins en tant que norme ou label, que comme un ensemble de pratiques et de techniques spécifiques à un espace social [Berger et Luckmann, 1986].

A partir d’une approche comparatiste, de terrains variés et de perspectives méthodologiques novatrices, les communications s’attacheront à mettre en avant la logique interactionniste à l’oeuvre dans la constitution d’un espace social et d’une expertise professionnelle entre acteurs du post-conflit. Elles souligneront donc l’enchevêtrement des dynamiques exogènes et endogènes, institutionnelles et informelles, provenant de divers secteurs encore largement autonomes et structurés (élites politiques, armées, diplomaties, groupes belligérants, organisations internationales et confessionnelles, ONG, bailleurs de fonds, experts, industriels, universitaires, historiens, entrepreneurs de mémoire…).

L’organisation scientifique de cette journée se présente sous la forme de trois ateliers complémentaires, dont les axes ont précisément été conçus pour rendre compte de quelques-unes de ces interactions.

PROGRAMME

8h : Accueil des participants

8h30-8h45 : Introduction de la journée : Richard Banégas (Paris 1, CEMAF)

Atelier n° 1. Diffusion et circulation des expertises et des ingénieries pacificatrices

9h-10h30

Modérateur : Grégory Daho (Paris 1, CESSP)

Discutant : David Ambrosetti (ISP-Nanterre)

Delphine Lecombe (Science Po Paris, CERI), La mobilisation pour la loi des victimes en Colombie : sociologie d’une coalition hétéroclite.

Juliana Lima (Paris 1, CEMAF), L’absence de justice de transition en Angola : pistes de recherche sur la fabrique sociale et politique de la paix.

Pause

Atelier n° 2. « Trajectoires combattantes »: les dynamiques de reconversion individuelle

11h-12h30

Modérateur : Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Discutante : Marielle Debos (ISP-Nanterre)

Valéria Alfieri (Paris I, CEMAF), Le Palipehutu-Fnl au Burundi. Evolution du contexte et changement des modes et motivations de recrutement

Aude Merlin (Université libre de Bruxelles-CEVIPOL), Les combattants nord-caucasiens, des profils en mutation dans un contexte de ‘ni guerre, ni paix’

Pause

Atelier n° 3. Mémoires des confits, conflits de mémoires. Luttes symboliques et identitaires autour des passés violents

14h30-16h30

Modérateur : Juan E. Serrano-Moreno (Paris 1, CESSP)

Discutante : Sarah Gensburger (CNRS, ISP)

Karine Vanthuyne (EHESS-Ottawa), D’une « concurrence des victimes » à la renégociation d’un vivre-ensemble au quotidien.

Cécile Jouhanneau (Science Po Paris, CERI), Au delà de la « guerre des mémoires ». Eléments pour une sociologie de l’expression des souvenirs de la guerre de 1992-1995 en Bosnie-Herzégovine.

Renaud Hourcade (Sciences Po Rennes-CRAPE), Violence du passé et luttes du présent à Liverpool. Les relations raciales et la mémoire de l’esclavage dans un ancien port négrier.

16h30-17h : Conclusions

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Comité d’organisation de la journée d’études :

Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Grégory Daho (Paris I, CRPS/CESSP)

Juliana Lima (Paris I, CEMAF)

Ariane Nougoua (Paris I, CRPS/CESSP)

Juan E. Serrano-Moreno (Paris I, CRPS/CESSP)

Sandrine Vinckel (Paris I, CEMAF)

Pour tout renseignement : postconflitparis1@yahoo.fr

Lieu : Paris (75000) (Université Paris I Panthéon-Sorbonne (salle 1 du Panthéon))

Contact : Comité d’organisation de la journée d’étude sur le « post-conflit »

Gender Profile of the Conflict in the Democratic Republic of the Congo

Les Congolaises, premières touchées par le conflit en RDC

Article disponible sur le site de l’Egalite des hommes et des femmes en Francophonie

Le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) publie un rapport intitulé Gender Profile of the Conflict in the Democratic Republic of the Congo, sur les conséquences du conflit congolais sur les femmes. Débuté en 1996 et officiellement terminé en 2003, les femmes en paient encore fréquemment les frais, en étant toujours aujourd’hui victimes d’abus, notamment sexuels. Par ailleurs, leurs droits sont bafoués quotidiennement.

Un rapport de juin 2002 dénonce l’utilisation des violences sexuelles à l’encontre des femmes comme véritable « arme de guerre », utilisée par la plupart des forces armées impliquées dans le conflit congolais : soldats de l’armée nationale congolaise, soldats rwandais, combattants des groupes rebelles, combattants Maï-Maï, groupes rebelles rwandais, burundais, tous ont eu massivement recours au viol… Lire la suite ici

Colloque : Nouveaux apports sur l’implication de la France dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Colloque

Nouveaux apports sur l’implication de la France

dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Organisé par France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations (FRG-EJR) sous le patronage de Jean-Claude LEFORT, ancien député et vice président  de la mission d’information parlementaire sur le Rwanda, et de Géraud de Geouffre de La Pradelle, professeur de droit et juriste international.

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h (entrée libre)

Espace Jean Dame 17, Rue Léopold Bellan 75002 Paris

Métro  :  Sentier

Table-ronde pour poursuivre les recherches

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP, 13  boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Métro : Strasbourg-Saint-Denis

Depuis la Commission d’enquête citoyenne (CEC) de 2004, aucune rencontre d’importance n’a  fait le point sur l’implication de la France dans le génocide des Tutsi en 1994. Pourtant d’importants apports ont été faits depuis : côté français avec, par exemple, la diffusion de documents provenant d’archives de l’Élysée, côté rwandais avec la publication des travaux des commissions Mucyo et Mutsinzi. D’autres documents ou témoignages, provenant du TPIR, d’autres procédures judiciaires ou de travaux de chercheurs, ont été publiés. Les écrits ou interviews de militaires français, qui s’attachent à dénier toute responsabilité dans ces événements sanglants, apportent également parfois  des informations inédites.

Le peu d’intérêt suscité par ces apports, tant dans les médias où sévit un négationnisme d’une virulence inconnue jusqu’alors, que dans la recherche universitaire, nous a incité à réunir historiens, journalistes, juristes, parlementaires, militants des Droits de l’homme, pour exposer le résultat de leurs travaux, confronter leurs conclusions et relancer le débat.

Le colloque vise à présenter les faits nouveaux concernant l’implication de l’appareil d’État français dans la préparation et la perpétration du génocide, et à récapituler les charges qui pèsent sur les responsables français. Il se propose aussi d’analyser comment l’application de la doctrine française de la guerre révolutionnaire et l’adhésion des autorités politiques et militaires françaises au  racisme anti-tutsi, fondement de l’État Rwandais depuis 1959, ont pu mener la France à soutenir l’extermination programmée des Tutsi rwandais. Il s’interrogera sur les manoeuvres de l’État français pour éluder sa responsabilité et les perspectives judiciaires possibles des plaintes en France de victimes du génocide. Il discutera de la situation matérielle, physique et morale des rescapés et de la manière dont ils pourraient obtenir le versement de réparations par la France.

Enfin il s’interrogera sur le silence de tous les candidats à l’élection présidentielle à propos de la participation de l’appareil d’État français à ce génocide ; il discutera des modalités qui permettraient de remettre dans le débat public la question des errements criminels de l’État français et des moyens d’y mettre un terme.

Programme provisoire

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h

1. Enquêtes

a. État des lieux et enquêtes en cours

– Bilan de la Commission d’Enquête citoyenne créée en 2004 et éléments nouveaux, par Emmanuel Cattier, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– Les indices de préparation du génocide, par Jean-François Dupaquier, journaliste, ancien rédacteur en chef au Quotidien de Paris et à L’Événement du Jeudi, Expert auprès du Tribunal Pénal pour le Rwanda, auteur de L’agenda du génocide, Ed. Karthala.

– « La guerre totale et très cruelle » du général Quesnot, par Jacques Morel, Membre de FRG-EJR, auteur de La France au coeur du génocide des Tutsi Ed. Izuba-L’Esprit Frappeur.

– Le criminologue Robardey, pistes d’enquête sur les listes françaises du génocide, par Bruno Boudiguet, Éditeur, membre  de FRG-EJR, collaborateur de la Revue La Nuit Rwandaise.

– Regard d’un journaliste engagé (sujet à préciser), par Jean Chatain, journaliste à L’Humanité.

– Retour à Bisesero : Les enseignements d’un complément d’enquête, par Jean-Luc Galabert, psychologue, éditeur, auteur de  Les enfants d’Imana. Histoire sociale et culturelle du Rwanda ancien, Ed. Izuba.

– La mort de François de Grossouvre et le Rwanda, par François Graner, physicien, Institut Curie, Paris.

b. Témoignages : quelle place dans la hiérarchie des preuves ?

– Témoignage de Pauline Kayitare, rescapée, auteur de Tu leur diras que tu es Hutu, André Versaille éditeur.

– Témoignage de Eric Nzabihimana, survivant de la résistance des Tutsi à Bisesero.

– Les enseignements d’un recueil de témoignages, par Cécile Grenier, réalisatrice, scénariste de la bande dessinée Rwanda 1994, résultat de plusieurs années de recherches dont 6 mois d’enquête au Rwanda.

– Faire face au négationnisme francophone, par Jean Mukimbiri, docteur de l’Université catholique de Louvain et conseiller en médiation, auteur de L’envers absolu de la médiation : quelle restauration après l’irrémédiable ? ed. Sion, et Représentations littéraires et orientations Interprétatives d’un Génocide en Afrique, UCL, 2007

2. Justice

– Les plaintes de femmes Tutsi contre des soldats de l’opération Turquoise, par Annie Faure, médecin pneumologue, à l’hôpital de Gahini à l’Est du Rwanda pendant le génocide, auteur de Blessures d’humanitaire, Balland, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– L’affaire de l’ETO ou l’abandon aux génocidaires des réfugiés de l’École Technique Officielle par les troupes belges de la MINUAR : Les enseignements d’un procès, par Philippe Lardinois, avocat au barreau de Bruxelles, défenseur de parties civiles rwandaises.

– La justice face à l’implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda, interview filmée de Géraud de la Pradelle.

– Structures idéologiques, doctrinales et organisationnelles du génocide des Tutsi : quelle spécificité, quelle place dans l’histoire et le droit des crimes d’État et de masse ? Par Gabriel Périès, docteur en sciences Politiques et David Servenay, journaliste, co-auteurs de Une guerre noire enquête sur les origines du génocide rwandais, ed La Découverte.

3. Réparations

Présentation du travail de la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (au Rwanda) dans le plaidoyer pour les rescapés  par Yolande Mukagasana (à confirmer)

Etat des lieux et perspectives de réparations pour les rescapés : table ronde avec Yolande Mukagasana et des acteurs de la solidarité avec les rescapés du génocide : Tito Mugrefya, psychologue, fondateur de l’association Mpore ; Roland Junod, enseignant à l’école des Hautes études de Genève, fondateur de l’association Les amis de Bisesero ; Bruce Clarke, artiste plasticien, membre de l’association Appui-Rwanda.

4. Synthèse

Les responsabilités françaises, individuelles et collectives, à l’épreuve des faits.

Table ronde avec Michel Sitbon, Jean-François Dupaquier, Jacques Morel

En guise de conclusion : Perspectives pour faire avancer les enquêtes, la justice et les réparations

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP (Coordination des intermittents et précaires)13 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

(Métro Strasbourg-Saint-Denis)

Table-ronde pour poursuivre les recherches

La table-ronde du Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30 proposera à toutes les personnes intéressées de débattre des « Perspectives et actions à mener pour la reconnaissance des responsabilités dans l’organisation et la mise en œuvre du génocide des Tutsi du Rwanda, pour la justice et les réparations envers les rescapés »

Cette table-ronde s’inscrit dans la poursuite de l’appel rédigé après le colloque de Genève organisé par France-Rwanda Génocide, la Communauté rwandaise de Suisse et Ibuka Suisse où a été acté la création d’un « Réseau International pour la Justice après le génocide des Tutsi du Rwanda. » dont les objectifs seraient :

• de poursuivre et démultiplier le travail de recueil des témoignages des rescapés et des témoins des crimes de génocide ;

• de soutenir les initiatives de recueil de témoignages entreprises au Rwanda;

• de protéger et de soutenir les témoins en créant un réseau de soutien et en démultipliant des parrainages ;

• de mettre en valeur les témoignages recueillis, par leur traduction, leur recension, leur indexation, le travail de recoupement aux fins de pouvoir être utilisés pour la reconnaissance des crimes, l’ouverture de poursuites judiciaires contre les génocidaires et l’exigence de réparations pour les rescapés et familles de victimes,  notamment de la part de l’État français ;

• d’identifier les gisements d’informations exploitables et de rendre possible leur accès et leur utilisation ;

• de poursuivre le travail de recensement des victimes du génocide ;

• de défendre le principe de préservation et d’accessibilité des archives du TPIR et de leur transfert au Rwanda après la cessation des activités du tribunal d’Arusha ;

• d’identifier les réseaux négationnistes et de lutter contre leurs entreprises.

L’association « France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations », organisatrice du colloque vise à :

–  réunir les informations nécessaires à la manifestation de la vérité sur la participation de la France à ce génocide ;

–  amener les dirigeants français, présumés responsables dans l’exécution du génocide des Tutsi du Rwanda en 1994 à répondre de leurs actes devant toute juridiction compétente.

–  aider les rescapés et les ayant-droits des victimes de ce génocide à obtenir  des réparations, en particulier de la part de l’État français .

En réunissant chercheurs de diverses disciplines, militants, citoyens en quête de vérité et de justice FRG-EJR souhaite favoriser leur mise en réseau, pour que le silence, le mensonge et l’oubli ne soit pas le seul linceul des victimes du génocide des Tutsi du Rwanda.

http://www.francerwandagenocide.org

http://www.demosphere.eu/node/26611