« Envoyé Spécial » : Les femmes brisent le silence dans l’armée française

Capture3Des femmes militaires dénoncent les violences et le harcèlement sexuel au cœur de l’armée française. Les journalistes d’Envoyé spécial ont donné la parole à trois d’entre elles.

Suite à la publication du livre coup de poing « La Guerre invisible«  de Leila Minano et Julia Pascual sur les violences subies par les femmes dans l’armée française, ces révélations ont provoqué une véritable prise de conscience au sein du gouvernement.

« Lutter contre toutes formes de harcèlement »

Fin février, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a dévoilé l’ouverture d’une enquête interne suivi le 15 avril de l’annonce d’une série de mesures…

Les lois genrées de la guerre

clio hfsClio n° 39 « Les lois genrées de la guerre », sous la direction de Fabrice Virgili

Responsable du numéro : Fabrice Virgili
1914-2014 : en cette année de centenaire, Clio, Femmes, Genre, Histoire portera son regard sur d’autres conflits. Depuis la fin du xxe siècle, leur étude a été renouvelée, d’un côté par une approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. Par ailleurs, la guerre dans l’ex-Yougoslavie, puis le génocide des Tutsis au Rwanda, ont abouti à la constitution de tribunaux internationaux, le TPIY en 1991, puis le TPIR trois ans plus tard. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on dénomme « les lois de la guerre ».

Dossier

  • Philippe Clancier, Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien
  • Sophie Cassagnes-Brouquet, Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle)
  • Mariana Muravyeva, “Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne
  • Régis Schlagdenhauffen, Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945)
  • Alain Blum & Amandine Regamey, Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000)
  • Christine Lévy, Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ?

Regards complémentaires

  • Annette Wieviorka, À propos des femmes dans les procès du nazisme

Actualités de la recherche

  • Françoise Thébaud, Penser les guerres du XXe siècle à partir des femmes et du genre : quarante ans d’historiographie
  • Isabelle Delpla, Les femmes et la justice pénale internationale

Documents

  • Alain Blum & Amandine Regamey, Plainte et enquête autour d’un viol (Lituanie soviétique, 1959)

Témoignage

  • Une communauté de femmes en prison pendant la guerre d’Algérie. Entretien avec Christiane Klapisch-Zuber par Michelle Zancarini-Fournel

Portrait

  • Marie-Claire Hoock-Demarle, Rita Thalmann – pionnière de l’histoire des femmes

Varia

  • Agustina Cepeda, Au temps du Test du crapaud. Justice et avortement (Argentine, mi-XXe siècle)
  • Rémy Pawin, Le genre du bonheur (France, 1945-années 1970)

Clio a lu (consultable sur http://clio.revues.org)

Armée française : les femmes autorisées à bord des sous-marins

A lire sur Le Monde aujourd’hui:

Voilà bien « une révolution, le dernier bastion tombe », admet un officier de marine. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, devait annoncer mardi 15 avril que les sous-marins français allaient accueillir des femmes dans leurs équipages. Objectif : trois femmes à bord dans trois ans. L’avancée peut paraître minuscule. « La règle d’or, c’est la compétence, souligne-t-on à l’état-major qui a toujours refusé toute discrimination positive. On vérifie que ça fonctionne et on étend si ça marche. »

La suite ici.

 

La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française

La guerre invisibleMiñano Leila et Julia Pascual, La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française, Paris, Les Arènes & Causette, 2014.

L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur ses 230 000 engagés.

En caserne, brigade ou opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels. Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux États-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu de l’ennemi », dénonçait ainsi un rapport interne, en Irak en 2004.

En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta.

Revue historique des armées, « Aux armes citoyennes! »

couv_rha272-small200
Crédits: SHD / Droits d’auteur © Revue historique des armées

La revue historique des armées a intitulé son dernier numéro « Aux armes citoyennes! ».

Son contenu est disponible en ligne.

Retrouvez ci-dessous son sommaire:

CFP: De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés

The return from war. Women, natives and ethnic minorities: crossed perspectives

81e Congrès de l’Acfas

81st Acfas congress

*  *  *
Publié le jeudi 20 décembre 2012 par Elsa Zotian
RÉSUMÉ
Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires ? Du point de vue historique et contemporain, ce colloque s’intéressera en particulier aux groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire. Les femmes, les autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ? L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.
ANNONCE

Argumentaire

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques) des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane et Moses, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du XXe siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective ?
Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.

Axe 1 : L’expérience sociale de l’armée et l’épreuve du retour

Quels rapports les vétérans entretiennent-ils désormais avec les institutions sociales desquelles leur mission ou la garnison les a tenus éloignés ? Comment après avoir fait l’expérience sociale de l’institution militaire et de la guerre construisent-ils leur identité personnelle, leur identité collective et appréhendent-ils l’Autre ? Nous privilégierons dans cet axe, les contributions qui mettent l’accent d’une part sur la manière dont l’expérience de l’armée colore et influence les épreuves (Martuccelli, 2006) auxquelles sont confrontées les vétérans au retour de la guerre et d’autre part sur la reconstruction identitaire des individus (Wieviorka, 2005). Les femmes, les Autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ?

Axe 2 : La place des vétérans dans l’historiographie militaire et le récit national

On s’interrogera ici de manière plus large sur la place qu’occupent ces vétérans minoritaires dans l’armée dans l’historiographie militaire et la construction de la mémoire collective. En quoi la participation de ces groupes aux grands conflits mondiaux du XXe siècle leur a-t-elle permis de sortir de l’invisibilité ou d’acquérir un nouveau statut social ? Au Canada par exemple, quels sont les enjeux qui entourent la reconnaissance de ces groupes dans l’histoire militaire ? L’intérêt pour la place des femmes, des Autochtones ou des minorités ethniques éclairent ainsi les mutations de l’institution militaire dont la fonction n’est plus d’être au service de la nation, mais à l’image de celle-ci (Winslow, 2003). Cette reconnaissance des vétérans permet-elle pour autant la reconnaissance plus large des groupes auxquels ils appartiennent ?
Le retour à la vie civile dans les périodes de post-conflits a fait l’objet de nombreuses recherches tant sur le point historique que contemporain, mais au Québec, il demeure un objet mal connu. À ce titre, on pourra s’interroger sur les rapports que les minorités nationales entretiennent avec leurs vétérans. La question des Autochtones nous intéressera particulièrement dans la mesure où s’ils constituent une population minoritaire au sein de l’armée le nombre d’engagés volontaires fut et est bien plus nombreux comparativement à la population canadienne toutes proportions gardées.

Conditions de soumission

La proposition comportera un titre (180 signes espaces compris), un résumé de 1500 signes (espaces compris) et cinq mots-clefs au maximum.
Veuillez également indiquer votre prénom, nom, statut, affiliation, courriel et coordonnées.
Les critères d’évaluation porteront sur la qualité de la réflexion scientifique proposée; la pertinence scientifique et / ou sociale du sujet présenté.
Merci d’envoyer vos propositions à Brieg Capitaine (briegc@ehess.fr)

avant le 25 janvier.

Un courriel de confirmation de réception vous sera envoyé, mentionnant les dates de réponse du comité d’évaluation.
Le colloque se tiendra la 7 mai 2013 à l’Université Laval, Québec (QC).

Responsables scientifiques

  • Brieg Capitaine Ph.D.
Chercheur postdoctoral
Chercheur associé au CADIS (EHESS-CNRS)
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales
Université du Québec en Outaouais
briegc@ehess.fr
(1) 819 595 3900 (2051)
 
  • Thibault Martin Ph.D.
Professeur et Titulaire,
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales
Université du Québec en Outaouais
Thibault.martin@uqo.ca
(1) 819 595 3900 (2210)

Bibliographie

  • Bucaille L. (2006), « Introduction. Récits de l’après-conflit », Revue internationale des sciences sociales, vol. 3, n° 189, p. 459-466.
  • Crocq L. (1999), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris : Odile Jacob.
  • Macfarlane J. et J. Moses (2005) « Le son d’un autre tambour : la culture autochtone et les forces armées canadiennes, 1939-2002 »,Revue militaire canadienne, n° 2, p. 25-32.
  • Martin T. (2009) « L’expérience d’Eddy Weetaltuk dans le contexte de la participation des Autochtones aux guerres canadiennes » dans Weetaltuk E., E9-422. Un nuit de la toundra à la guerre de Corée, Paris : Carnet Nord, 2009. p. 331-384.
  • Martuccelli D. (2006) Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris : Armand Colin.
  • Wieviorka M. (2005) « Les problèmes de la reconstruction identitaire », Le Coq-Héron, n° 180, p. 122-131.
  • Winslow D. (2003) « La société canadienne et son armée de terre »,Revue militaire canadienne, hiver 2003-2004, p. 11-24.
LIEUX
  • 844 Rue Paradis, Sainte-Foy
    Quebec City, Canada (G1V 4J5)
DATES
  • vendredi 25 janvier 2013
MOTS-CLÉS
  • vétérans, guerre, minorités, épreuves, histoire militaire, témoignages
CONTACTS
  • Brieg Capitaine
    courriel : briegc [at] ehess [dot] fr
URLS DE RÉFÉRENCE
SOURCE DE L’INFORMATION
  • Brieg Capitaine
    courriel : briegc [at] ehess [dot] fr
POUR CITER CETTE ANNONCE
« De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés », Appel à contribution , Calenda, Publié le jeudi 20 décembre 2012,http://calenda.org/233106

Vient de paraître: Irène Eulriet, Women and the Military in Europe Comparing Public Cultures

Although the participation of women in the military has been the subject of attention in the social sciences since the 1970s, there has been no specific focus on this issue within the context of the
European Union. The aim of this book is to redress this imbalance. Exploring the policies adopted in the United Kingdom, Germany and France over the past 20 years, it situates them in the unique
context of the European Union. Through a survey of the political and legal dimensions of the wider recruitment of women into a professional milieu that has long remained a male stronghold, Irène
Eulriet traces variations between the three countries back to differences in their public cultures. In doing so, she exposes the complex frameworks within which national military institutions operate
and shows, on the basis of her European findings, that patterns of women’s military participation vary in shape and content beyond what is commonly assumed.

 

Article: Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962) »

 

Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962), Histoire@Politique, n°18, septembre-décembre 2012.

Résumé:

Parce que les femmes ne sont jamais considérées comme des soldats à part entière – d’abord parce que ce sont des femmes, ensuite parce qu’elles ne sont pas armées – bon nombre d’« héroïnes » de guerres sont ignorées de la mémoire combattante. Évoluant en marge du reste des troupes, elles sont également en marge de l’imaginaire collectif. Et pourtant.

De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, elles sont nombreuses à avoir servi sous les drapeaux et sous l’uniforme, certaines d’entre elles ayant même trouvé la mort. Mais qui se souvient aujourd’hui de ces militaires féminines de la première génération, sinon elles-mêmes et quelques hommes œuvrant pour leur reconnaissance ?

 

Cycle « Violences de guerre » – 1er octobre 2012: Regina Mühlhäuser: « Conquêtes » Violences sexuelles et relations intimes : les soldats allemands en URSS (1941-1945)

Le livre sera présenté par l’auteure, Regina Mühlhäuser, et discuté par Elissa Mailänder, professeure associée en histoire contemporaine à Sciences Po (CHSP).

Lundi 1er octobre 2012, 17h-18h30
Sciences Po, salle de conférences,
rez-de-chaussée
56, rue Jacob, 75006 Paris

Contact :
ransinan(AT)ciera.fr ou
carole.gautier(AT)sciences-po.fr

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

« Le livre de Regina Mühlhäuser sur la violence de guerre porte bien au-delà de la Seconde guerre mondiale. Les exemples du camp d’Abu Graib ou des viols de masse pendant la guerre de Yougoslavie démontrent que le sujet est toujours d’actualité. » Harald Welzer, Deutschland Radio Kultur

Les crimes sexuels commis par les troupes d’occupation allemandes en Union soviétique pendant la Seconde guerre mondiale correspondent à un phénomène extrêmement répandu, quoique jamais exploré par la recherche jusqu’à présent. Regina Mühlhäuser analyse les violences sexuelles et le large spectre des pratiques hétérosexuelles des membres de la Wehrmacht et de la SS, – prostitution, bordels militaires, sexe en échange de nourriture ou de protection, relations intimes consenties pouvant conduire à des demandes d’autorisation de mariage. En même temps, elle situe ces pratiques dans le cadre plus large des représentations de la masculinité et de la sexualité qui prévalaient à l’époque. Le travail de Regina Mühlhäuser apporte une nouvelle pierre à la connaissance des politiques sexuelles national-socialistes, notamment dans le contexte du front de l’Est. Il constitue une étape incontournable dans la compréhension des interactions entre masculinité, violence et sexualité en temps de guerre.

Journée internationale des Femmes : « Femmes en 1ère ligne ? »

A l’occasion de la Journée internationale des femmes, la ville de Mouans-Sartoux (Alpes Maritimes) organise une projection-débat autour de la question suivante : « Femmes en 1ère ligne? »

Sans-titre-copie-6.jpg

Journée internationale des Femmes

Femmes en 1ère ligne ?

Jeudi 8 mars à 20 h

cinéma La strada de Mouans-Sartoux

20 h : Film

Les femmes de l’ombre

de Jean-Paul Salomé

Avec Sophie Marceau, Julie Depardieu, Marie Gillain

Suivi d’un débat avec Elodie Jauneau, spécialisée dans l’engagement militaire des femmes ; Karine Lambert, historienne spécialiste du Genre ; toute deux membres de la Fédération de recherche sur le Genre ; des femmes militaires et Marie-Louise Gourdon, maire-adjointe à la culture de Mouans-Sartoux, Conseillère générale des A M

Renseignements et réservation :

Centre Culturel des Cèdres – B.P 27 – 77 allée des Cèdres, 06370 Mouans Sartoux

centrecultureldescedres@mouans-sartoux.net

http://www.centrecultureldescedres.fr

Enlisting Masculinity: The Construction of Gender in U.S. Military Recruiting Advertising During the All-Volunteer Force

BROWN Melissa T., Enlisting Masculinity: The Construction of Gender in U.S. Military Recruiting Advertising During the All-Volunteer Force, Oxford University Press, 2012.

Mot de l’éditeur :

– First published study to explore the content of volunteer-force recruitment advertising

– Analyzes more than 300 print advertisements published between the early 1970s and 2007

Enlisting Masculinity explores how the U.S. military branches have deployed gender and, in particular, ideas about masculinity to sell military service to potential recruits. Military service has strong historical ties to masculinity, but conscription ended during a period when masculinity was widely perceived to be in crisis and women’s roles were expanding. The central question the book asks is whether, in the era of the all-volunteer force, masculinity is the underlying basis of military recruiting appeals and, if so, in what forms? It also asks how women fit into the gendering of service. Based on an analysis of more than 300 print advertisements published between the early 1970s and 2007, as well as television commercials, recruiting websites, and media coverage of recruiting, the book argues that masculinity is still a foundation of the appeals, but each branch deploys various constructions of masculinity that serve its particular personnel needs and culture, with conventional martial masculinity being only one among them. While the Marines rely almost exclusively on a traditional, warrior form of masculinity, the Army, Navy, and Air Force draw on various strands of masculinity that are in circulation in the wider culture. The inclusion of a few token women in recruiting advertisements has become routine, but the representations of service make it clear that men are the primary audience and combat is their exclusive domain. Although most Americans believe they can ignore the military in the era of the all-volunteer force, when it comes to popular culture and ideas about gender, the military is not a thing apart from society, and military recruiting materials are implicated in our broader conceptions of masculinity and of military service.

Sans titre-copie-4Chapters:

Chapter 1: Introduction
Chapter 2: Concepts and Context: Masculinity, Citizenship, and the Creation of the AVF
Chapter 3: The Army
Chapter 4: The Navy
Chapter 5: The Marine Corps
Chapter 6: The Air Force
Chapter 7: Recruiting a Volunteer Force in Wartime
Chapter 8: Conclusion

A paraître : Yashka, journal d’une femme combattante

Stéphane Audoin-Rouzeau, Nicolas Werth, Yashka, journal d’une femme combattante, Paris, Armand Colin, 2012.

9782200275167-V.jpg Mot de l’éditeur :

Voici le récit du destin extraordinaire de Yashka, simple paysanne russe qui s’est engagée dans l’armée du Tsar dès le début de la Première Guerre mondiale. Lorsque survient la révolution de mars 1917, elle obtient du gouvernement provisoire de créer un bataillon de femmes placé sous son commandement. 
Si certains font d’elle une haute figure du féminisme, Yashka aspire seulement à sauver sa « Sainte Russie » et à faire honte aux hommes qui ont renoncé à se battre dans l’espoir d’une paix séparée. Pourtant, lors de la dernière offensive de l’armée russe, le «bataillon de la mort» conduit par Yashka se fait massacrer en pure perte. 
Dans la guerre civile qui s’annonce, elle s’engage du côté de la contre-révolution. Les événements la poussent à quitter la Russie et à rejoindre l’Amérique afin d’y effectuer une tournée de propagande pour les «blancs». C’est là qu’elle rencontre Isaac Levine, un exilé russe à qui elle raconte son histoire. Publié en 1919, ce récit était tombé dans l’oubli. Stéphane Audoin- Rouzeau et Nicolas Werth le ressuscitent en soulignant la véracité et la portée historique de ce texte exceptionnel.

Sommaire :

Première partie : La Guerre
1. Mon engagement
2. Dans la zone de mort
3. Blessée et paralysée
4. Huit heures aux mains de l’ennemi
Deuxième partie : La Révolution
5. La révolution au front
6. J’organise le bataillon de la mort
7. L’affaire du comité
8. Le bataillon au front
9. En mission chez Kornilov
10. L’armée devient une bande de sauvages
Troisième partie : La Terreur
11. Le triomphe du bolchevisme
12. En face de Lénine et de Trotsky
13. Prise au piège
14. Sauvée par miracle
15. Je quitte la Russie

Allocation de thèse en histoire militaire et de la Défense de l’IRSEM 2012

Allocation de thèse en histoire militaire et de la Défense de l’IRSEM 2012

clôture des inscriptions le 15 février 2012

Conditions de candidature

L’IRSEM attribue pour l’année 2012, 10 allocations de thèses en histoire militaire et de la défense, allouées sur critère d’excellence, qui s’adressent à de jeunes chercheurs engagés dans une thèse inscrite dans cette discipline.

1 – Le montant annuel de l’allocation est de 10 000 € par allocataire. Peut être allocataire tout doctorant ayant déposé un dossier dûment complété dans les délais impartis par l’appel à candidature.

Les allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM s’adressent en priorité à des doctorants non-salariés.

Les candidatures de doctorants salariés seront examinées par le Conseil scientifique de la recherche historique de la défense qui tiendra compte de la nature de l’emploi et du temps de travail mensuel consacré à cette (ou ces) activité(s) salariée(s).

Ces allocations sont exclusives de toute autre aide à la recherche. Le cas échéant, les candidats doivent s’engager sur l’honneur à n’accepter qu’une seule de ces allocations.

Le montant de l’allocation est imposable et non assujetti au versement de charges sociales. L’allocation ne donne pas droit à des indemnités de chômage. A la demande expresse du bénéficiaire, l’IRSEM peut délivrer une attestation d’attribution d’une allocation de recherche.

2 Les allocations de thèse de l’IRSEM sont ouvertes à tout candidat inscrit en thèse au moment du dépôt du dossier de candidature. Les candidats en début de thèse seront privilégiés.

3 – Peuvent faire acte de candidature :

• Tout doctorant, sans distinction de nationalité, inscrit dans une université française et rattaché à un laboratoire français.

• Tout doctorant de nationalité française dans une université étrangère. Il peut exister une co-direction de thèse avec une autre université française ou étrangère.

4 Les dossiers de candidature sont soumis au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense, dont l’IRSEM assure le secrétariat, qui décide de l’attribution de ces allocations.

Les dossiers de candidature sont évalués et sélectionnés suivant les critères suivants :

• La valeur scientifique du projet de thèse

• L’intérêt de la recherche pour la défense

• La valeur du candidat

• La valeur du laboratoire d’accueil et la qualité de l’encadrement

5 – L’allocation est attribuée pour une durée d’un an. Elle peut être renouvelée deux fois, sur demande explicite du candidat. Le renouvellement n’étant pas automatique, le candidat doit établir chaque année un nouveau dossier de candidature comprenant un état des travaux effectués depuis sa précédente demande ; ce dossier est soumis une nouvelle fois au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense qui évaluera l’évolution du travail du candidat.

6 – Chaque candidat ainsi que son directeur de thèse sont officiellement informés par courrier de la décision prise par le Conseil scientifique de la recherche historique de la défense.

7 – Un contrat de recherche est adressé par l’IRSEM à chaque bénéficiaire de l’allocation. Ce contrat est nominatif.

8 – Ce contrat est signé, d’une part, par l’allocataire, et d’autre part, par les autorités du ministère de la défense. Lorsque toutes les parties ont visé le contrat, ce dernier est notifié à l’allocataire qui en accuse réception. Ce contrat définit notamment les obligations imposées à l’allocataire.

9 – Le paiement intervient en deux versements après remise par l’allocataire des travaux exigés dans le contrat :

–  Un acompte de 5 000 € en juillet de l’année de candidature, après la remise un mois après la notification du contrat, par le doctorant, d’un état de l’avancement de la thèse sous la forme d’un plan, d’une note méthodologique et d’une bibliographie,

–  Le solde, de 5 000 €, en fin d’année de l’année de candidature, après la remise au 30 septembre 2012, par le doctorant, d’un volume de la thèse de 60 pages minimum ainsi qu’un point historiographique (pour les doctorants en première année) ou un compte rendu d’ouvrage (pour les autres doctorants).

Ce point historiographique ou le compte rendu d’ouvrage, destinés à être publiée dans les publications de l’IRSEM seront définis avec la direction scientifique de l’IRSEM et selon les thématiques de recherche du doctorant.

Un échéancier de remise de ces travaux est fourni au moment de la notification du contrat.

Les travaux demandés, justifiant le paiement de l’allocation, doivent être rédigés en français ou en anglais, selon les besoins de l’IRSEM et en accord avec le doctorant.

Il est explicitement rappelé que les deux versements n’interviennent que si le bénéficiaire a rempli toutes les obligations inscrites dans le contrat.

10 – L’allocataire s’engage également à prendre part aux activités scientifiques et académiques de l’IRSEM,

– à participer au Séminaire Jeunes Chercheurs de l’IRSEM,

– à rédiger des notes, des fiches ou des articles pour les productions scientifiques de l’IRSEM,

– à présenter ses travaux dans le cadre des diverses activités mises en place par l’IRSEM,

– à mentionner le titre « Doctorant allocataire de l’IRSEM » dans toute publication et toute communication scientifique,

– à déposer un exemplaire de sa thèse au Bureau des Etudes et de la Recherche doctorale de l’IRSEM et au Centre de documentation de l’Ecole militaire, une fois celle-ci soutenue,

– à mentionner l’aide qu’il a reçue de l’IRSEM en cas de publication de sa thèse

Calendrier

• Décembre 2011 : Début de la campagne Allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM

• 15 février 2012 : Date limite de dépôt des dossiers de candidature (envoi des dossiers par voie postale – cachet de la poste faisant foi – ET voie électronique) • Avril 2012 : Commission de sélection des allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM

• Avril 2012 : Nomination des doctorants et Notification des contrats doctoraux

Remise par le doctorant d’un état de l’avancement de la thèse sous la forme d’un plan, d’une note méthodologique et d’une bibliographie

• Mai 2012 : Paiement de la première tranche

• 30 septembre 2012 : Remise par le doctorant d’un volume de la thèse de 60 pages minimum ainsi qu’un point historiographique (pour les doctorants en première année) ou un compte rendu d’ouvrage (pour les autres doctorants).

• Novembre 2012 : Paiement du solde

Pièces à joindre au dossier de candidature

Joindre impérativement (version papier et électronique) :

• le dossier de candidature dûment complété

• un curriculum vitae détaillé du candidat

• une liste des publications et des travaux du candidat

• un curriculum vitae détaillé du ou des directeur(s) de thèse

• une lettre d’appréciation rédigée et signée par le ou les directeur(s) de thèse

• un relevé d’identité bancaire ou postal / ou références bancaires avec un numéro d’IBAN et le logo de la banque

1) pour une première demande d’allocation de thèse  :

–  une copie de l’ensemble des diplômes avec relevés de notes du master 1 et 2 (version papier uniquement)

–  une attestation d’inscription en thèse (version papier uniquement)

–  un exemplaire du mémoire du master 2 (version papier uniquement)

2) pour un renouvellement de l’allocation de thèse :

–  une note (15 pages) de l’état d’avancement des travaux

Agreement elusive on women in combat

Rowan Scarborough :  » Agreement elusive on women in combat « ,

The Washington Times, 17 novembre 2011.

Top defense officials are grappling to find a unified position on whether to allow women in direct ground combat, as the Pentagon prepares a landmark report to Congress on the military’s coed future.

In the wake of two wars in which women have exchanged fire with the enemy, the Pentagon is being pressed to scrap the ban on women serving below the brigade level in units whose main mission is direct ground combat. That means women may not be infantry members or Green Berets.

« It is the subject of ongoing discussions but not yet fully resolved, » a senior Pentagon official said when asked whether Army Gen. Martin E. Dempsey, chairman of the Joint Chiefs of Staff, has a recommendation for Defense Secretary Leon E. Panetta.

The chiefs and Mr. Panetta are being pressed to present their views now because Congress passed a bill ordering the services to conduct a review and submit it this year.

Asked for Mr. Panetta’s position, a second defense official said: « I think the secretary is still weighing the ultimate recommendations that are being worked, and the report is not complete. So I’m not sure I can add to that at this point. »

Because the exclusion is a policy, not a law, Mr. Panetta could lift the restrictions on all or some jobs after notifying Congress.

The Obama administration needed congressional approval to remove the codified ban on open gays in the ranks, which happened Sept. 20.

Army Gen. Raymond T. Odierno, a Joint Chiefs member, has gone on record as saying he wants some restrictions lifted. He said he disagreed with the Army’s report, which was completed before he became chief and was submitted to Mr. Panetta. It apparently recommends the status quo.

On the WUSA-TV program « This Week in Defense News, » Gen. Odierno said female intelligence and signal officers, for example, should be able to serve below the brigade level in combat battalions.

« We need them there. We need their talent, » the Army chief said. « This is about managing talent. We have incredibly talented females who should be in those positions. So I have to work toward us taking a better look at that.

« We have work to do within the [Defense Department] to get them to recognize and change. We did not get there at this time in this report, and I’m focused on this and I’m going to spend some time on it. »

Lire la suite ici