Les lois genrées de la guerre

clio hfsClio n° 39 « Les lois genrées de la guerre », sous la direction de Fabrice Virgili

Responsable du numéro : Fabrice Virgili
1914-2014 : en cette année de centenaire, Clio, Femmes, Genre, Histoire portera son regard sur d’autres conflits. Depuis la fin du xxe siècle, leur étude a été renouvelée, d’un côté par une approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. Par ailleurs, la guerre dans l’ex-Yougoslavie, puis le génocide des Tutsis au Rwanda, ont abouti à la constitution de tribunaux internationaux, le TPIY en 1991, puis le TPIR trois ans plus tard. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on dénomme « les lois de la guerre ».

Dossier

  • Philippe Clancier, Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien
  • Sophie Cassagnes-Brouquet, Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle)
  • Mariana Muravyeva, “Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne
  • Régis Schlagdenhauffen, Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945)
  • Alain Blum & Amandine Regamey, Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000)
  • Christine Lévy, Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ?

Regards complémentaires

  • Annette Wieviorka, À propos des femmes dans les procès du nazisme

Actualités de la recherche

  • Françoise Thébaud, Penser les guerres du XXe siècle à partir des femmes et du genre : quarante ans d’historiographie
  • Isabelle Delpla, Les femmes et la justice pénale internationale

Documents

  • Alain Blum & Amandine Regamey, Plainte et enquête autour d’un viol (Lituanie soviétique, 1959)

Témoignage

  • Une communauté de femmes en prison pendant la guerre d’Algérie. Entretien avec Christiane Klapisch-Zuber par Michelle Zancarini-Fournel

Portrait

  • Marie-Claire Hoock-Demarle, Rita Thalmann – pionnière de l’histoire des femmes

Varia

  • Agustina Cepeda, Au temps du Test du crapaud. Justice et avortement (Argentine, mi-XXe siècle)
  • Rémy Pawin, Le genre du bonheur (France, 1945-années 1970)

Clio a lu (consultable sur http://clio.revues.org)

The place of women in war 1914-2014

La première conférence de Women in War www.womeninwar.org in Sarajevo

Women in war’s first conference www.womeninwar.org  in Sarajevo

with/avec the Gender iInstitute of the University of Sarajevo

The place of women in war 1914-2014

Sarajevo June 7th and 8th 2014.

The Women in War inaugural conference will take place in Sarajevo on June 7th and  8th, with the support of the University of Sarajevo’s Gender department.

2014 marks the centennial of the start of World War One and a greater visibility of women in armed conflict.

As well as the numerous commemorative events and conferences that will be taking place, this centennial is a unique opportunity to assess the experience and consequences of war on women twenty years after the war in the ex-Yugoslav area (1991-1995), with a look towards the past as well as at conflicts of the same period, namely Rwanda.

This conference is the first academic one of its kind to be held in Sarajevo, we invite proposals for papers in the following or related areas. Although the focus is Bosnia, the examples can be taken from other regions of the world.

  • Gender and Armed Conflict
  • Women in and around the Military
  • War time rape
  • Gender and Nationalism
  • Gender and Post-war reconstruction
  • Men, Masculinity and War
  • Gendered Memories of War and Political Violence

Abstracts of max. 350 words should be submitted by April 12 to carolmann33@gmail.com and nermina.trbonja@gmail.com

Authors of abstracts (selected or not) will be informed by May 1st 2014

Keynote speakers:

Cynthia Cockburn (to be confirmed)

Elissa Helms (confirmed) Gender Studies at the Central European University in Budapest, Hungary

Stef Jansen, University of Manchester (to be confirmed)

Revue historique des armées, « Aux armes citoyennes! »

couv_rha272-small200
Crédits: SHD / Droits d’auteur © Revue historique des armées

La revue historique des armées a intitulé son dernier numéro « Aux armes citoyennes! ».

Son contenu est disponible en ligne.

Retrouvez ci-dessous son sommaire:

Article: Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962) »

 

Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962), Histoire@Politique, n°18, septembre-décembre 2012.

Résumé:

Parce que les femmes ne sont jamais considérées comme des soldats à part entière – d’abord parce que ce sont des femmes, ensuite parce qu’elles ne sont pas armées – bon nombre d’« héroïnes » de guerres sont ignorées de la mémoire combattante. Évoluant en marge du reste des troupes, elles sont également en marge de l’imaginaire collectif. Et pourtant.

De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, elles sont nombreuses à avoir servi sous les drapeaux et sous l’uniforme, certaines d’entre elles ayant même trouvé la mort. Mais qui se souvient aujourd’hui de ces militaires féminines de la première génération, sinon elles-mêmes et quelques hommes œuvrant pour leur reconnaissance ?

 

Sexual Violence in armed conflicts: interdisciplinary perspectives

Sexual Violence in armed conflicts: interdisciplinary perspectives

Jeudi 5 juillet | 17h00

Introduction: Elissa Mailänder, Centre d’histoire de Sciences Po

Chair & Moderation: Claire Andrieu, Centre d’histoire de Sciences Po

Examination of a War Crime: Hagiang (French Indochina) march 1945
Fabrice Virgili, Directeur de recherche, UMR IRICE-CNRS

Framing Sexual Violence in Armed Conflict: What We (May) Fail to See
Pascale Bos, Associate Professor, The University of Texas, Austin

Between Analysis and Politics
Gabi Mischkowski, Program Advisor on Gender Justice, medica mondiale

The Idea of an international, interdisciplinary Research Network
Regina Mühlhäuser, Researcher, Hamburg Institute for Social Research

The International Research Group « Sexual Violence in Armed Conflict » was founded in October 2010 in Hamburg. It aims to bring together empirical and theoretical studies focusing on sexual violence in different theaters of armed conflict in a series of workshops and conferences. Historians, legal scholars, sociologists, philosophers, psychologists, experts in cultural studies, and human rights activists develop common research questions and a framework for comparison, present and discuss their work, and explore opportunities for cooperation.

Seminar organized by the Centre d’Histoire de Sciences Po, the UMR « Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe », the Online Encyclopedia of Mass Violences and the Hamburg Institute for Social Research.

Responsable : Elissa Mailänder, Centre d’histoire de Sciences Po

LIEU: CERI – 56 rue Jacob, 75006 Paris

+ d’infos

Journée d’Etudes : Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb et au Moyen-Orient (Paris, 20 juin 2012)

Laboratoire SEDET

Groupe de recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient (GREMAMO)

Université Paris 7 Diderot –

Journée d’Etudes

Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb

et au Moyen-Orient  (Paris, 20 juin 2012)

 

Si les réfugiés et les déplacés suite à des conflits, internes ou externes, ne sont pas un phénomène nouveau, leur recrudescence liée aux situations de violence, notamment au cours de ces dernières décennies où l’on compte plus de 16 millions de réfugiés actuellement recensés dans le monde[1],  interpelle non seulement la communauté internationale mais également la communauté scientifique qui doit réfléchir et s’interroger sur cette propension et les conséquences induites.

Le Maghreb et le Moyen-Orient ne font pas exception, bien au contraire, et le phénomène, même s’il est ancien, s’est accéléré.

En effet, dès 1920, le démantèlement de l’Empire ottoman par les grandes puissances provoque l’écartèlement des Kurdes entre plusieurs pays de la région (Turquie, Iran, Irak et Syrie)  et ils deviennent même réfugiés sur leur propre territoire.

A la suite de la guerre israélo-arabe de 1948, les Palestiniens se réfugient au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Cisjordanie et  à Gaza mais nombreux également sont ceux qui s’exilent dans d’autres pays [2].

La guerre de libération algérienne qui a duré 7 ans va amener des milliers de réfugiés dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie. Quelques décades  plus tard, lors de la « décennie noire » (1992-2002), des milliers d’Algériens se réfugient à l’étranger parce que menacés par le GIA ou l’AIS. Même à l’intérieur du pays, des familles entières quittent leur village ou leur douar pour s’exiler en périphérie des grandes villes, dans des conditions souvent précaires, espérant une sécurité plus grande.

Les différentes guerres israélo-arabes (1969, 1973), la guerre du Liban (1975), puis les guerres du Golfe (1991, 2003) ont produit leurs lots de déplacés et fragilisé plus encore la situation des réfugiés palestiniens dans ces pays.

De même, la « Marche verte »  marocaine au Sahara occidental en 1975, ancienne colonie restituée par l’Espagne la même année, a généré là aussi son contingent de réfugiés dans des camps (sud algérien).

Les récentes « révolutions » en Tunisie, en Egypte, la guerre en Libye (2011), ont -elles aussi- vu des déplacements de population importants et la Tunisie, tout particulièrement, a eu à gérer des flux de réfugiés, de nationalités différentes, dans un contexte local déjà très perturbé.

Ce sont ces situations complexes et douloureuses qui méritent d’être questionnées, car si les conflits eux-mêmes et le théâtre des opérations ont fait l’objet d’une couverture médiatique parfois surabondante, la situation économique et sociale des réfugiés, leur statut et leur devenir sont restés peu ou pas abordés.

Cette Journée d’Etudes est pluridisciplinaire (histoire, géographie, droit, sciences politiques, sociologie, économie) et internationale. Y seront présentés, dans le temps long, des études de cas au Maghreb et au Moyen-Orient.

 

Les coordinateurs,

Chantal Chanson-Jabeur et Sid-Ahmed Souiah


[1] Cf. Amnesty International,  Réfugiés, un scandale planétaire, 10 propositions pour sortir de l’impasse, Paris, éd. Autrement, janvier 2012

[2] J.P. Chagnollaud, S.A. Souiah, Atlas des Palestiniens, Un peuple en quête d’un Etat, Paris, éd. Autrement, février 2011

American Women Artists in Wartime, 1776-2010

Paula E. Calvin and Deborah A. Deacon, American Women Artists in Wartime, 1776-2010, Mc Farland, 2011, 222 p.

51RYClQ-b1L._SS500_-copie-1.jpg About the Book

For generations, men have left their homes and families to defend their country while their wives, mothers and daughters remained safely at home, outwardly unaffected. A closer examination reveals that women have always been directly impacted by war. In the last few years, they have actively participated on the front lines.

This book tells the story of the women who documented the impact of war on their lives through their art. It includes works by professional artists and photographers, combat artists, ordinary women who documented their military experiences, and women who worked in a variety of types of needlework. Taken together, these images explore the female consciousness in wartime.

Plus d’infos ici

Anniversaire de la résolution des Nations Unies sur la protection des femmes en situation de conflit.

Le 31 octobre 2000, le Conseil de Sécurité des Nations Unies adoptait la Résolution 1325 sur la protection des femmes en situation de conflit.

Les femmes sont en effet les premières cibles lors des conflits, mais elles restent pourtant exclues des processus de négociations ainsi que des processus de paix.

En Afghanistan, en République Démocratique du Congo, en Somalie, ainsi que dans de nombreux pays, cette résolution est couramment bafouée, et de nombreuses femmes continuent d’être victimes de violences basées sur le genre, telles que des viols ou d’autres formes de violences physiques ou morales.

A l’occasion du 31 octobre, plusieurs actions sont menées pour soutenir les droits des femmes en situation de conflit. Au Royaume-Uni par exemple, CARE organise au sein du réseau britannique Gender Action for Peace and Security (GAPS), une veillée à la bougie en soutien aux femmes d’Afghanistan en partenariat avec le réseau afghan Afghan Women Network (AWN). 10 ans après le début de l’intervention militaire dans le pays, une conférence internationale se tiendra le 5 décembre prochain à Bonn (Allemagne) pour discuter du futur de l’Afghanistan. Transition, engagement sur le long terme, paix et la réconciliation, seront les thèmes à l’ordre du jour de cette conférence. CARE est très engagé à travers plusieurs coalitions (notamment en Afghanistan, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni) pour que les droits des afghans, et notamment les droits des femmes afghanes, ne soient pas laissés de côté lors des négociations de la conférence de Bonn.

Source : Site du CARE, association de solidarité internationale, non confessionnelle et apolitique, qui regroupe 14 associations nationales travaillant ensemble à la mise en œuvre de plus de 1000 projets d’urgence et de développement dans près de 70 pays en Afrique, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.