Création d’une liste de diffusion sur l’Algérie

Pour celles et ceux qui travaillent sur l’Algérie à l’époque coloniale et/ou sur la guerre d’indépendance algérienne, une liste de diffusion vient d’être créée, afin de centraliser les informations relatives à l’actualité de la recherche sur ces questions. Elle est accessible en cliquant sur le lien suivant: http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/de-colonisation.algerie

N’hésitez pas à vous y inscrire et à y poster vos annonces de parution, colloques, journées d’études, séminaires, soutenances, etc., en passant par l’adresse suivante: de-colonisation.algerie@rezo.net

Revue historique des armées, « Aux armes citoyennes! »

couv_rha272-small200
Crédits: SHD / Droits d’auteur © Revue historique des armées

La revue historique des armées a intitulé son dernier numéro « Aux armes citoyennes! ».

Son contenu est disponible en ligne.

Retrouvez ci-dessous son sommaire:

CFP : Mémoires algériennes en transmission : histoires, narration et performances postcoloniales

CFP : Mémoires algériennes en transmission : histoires, narration et performances postcoloniales

15-16 novembre 2012 MMSH, Aix-en-Provence

La colonisation et la guerre d’Algérie incarnent deux moments centraux de l’engouement mémoriel contemporain et s’inscrivent dans le rapport présentiste à un héritage historique dont l’écriture n’a pas su ou n’a pas encore pu trouver une expression apaisée et dépassionnée qui caractérise nos sociétés. Exemplaires à plus d’un titre, ces chronotopes mémoriels ne sont pas seulement associés aux guerres de mémoire (Liauzu 2000 ; Stora, 2010) et aux relations difficiles que les sociétés entretiennent avec leur passé et leur présent. Ils fournissent aussi une clé de lecture de la dialectique des affrontements, des tensions et des ajustements anachroniques que le passé produit dans le présent. Ilsdémultiplient mais surtout transnationalisent les figures du témoin, de la victime, et dans une moindre mesure celle du bourreau, ainsi que leurs narrations et leurs revendications.La mise en écriture des expériences passées relève ainsi d’une entreprise de pacification mémorielle instable, voire chimérique.

En France, la pluralité passionnelle des points de vue a fait l’objet, depuis les travaux pionniers de B. Stora (1991), d’un intérêt foisonnant de la part d’historiens, sociologues et anthropologues, engagés d’une part à retracer la parabole des mémoires algériennes dans l’espace public et médiatique français (Harbi, Stora, 2004) et d’autre part à relever les rapports complexes qu’elles entretiennent au sein du récit national et des relations franco- algériennes (Branche, 2005; Bucaille, 2010). Les recherches menées s’attachent principalement à retracer les généalogies collectives et familiales (Baussant, 2002 ; Fabbiano, 2011 ; Dosse, 2012), à discuter les usages publics et politiques des mémoires collectives (Savarese, 2008), les exigences de reconnaissance (Bancel, Blanchard, 2008 ; Thénault, 2005) avancées par les différents groupes (essentiellement harkis, pieds-noirs, immigrés, anciens combattants français et algériens, militants politiques…), les interrogations que l’enseignement de l’histoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie soulèvent (Falaize, 2010). L’(im)possibilité d’une écriture franco-algérienne de l’histoire (Dayan Rosenman, Valensi, 2004), l’éclatement des lieux et des récits de mémoire en Méditerranée (Crivello, 2010), les frictions autour de la commémoration et de la célébration des groupes de mémoire qui butent sur une narration partagée et ne s’accordent pas sur les dates à retenir, les tentatives maladroites d’institutionnalisation de la mémoire nationale de la colonisation sont encore d’autres dimensions mises en lumière.

Dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, ce colloque se propose de croiser les regards algérien et français autour de la pluralité des mémoires algériennes : pieds- noirs, juifs, harkis, tsiganes, émigrés, immigrés, anciens combattants – appelés, réservistes et engagés – messalistes, militants du FLN, militants politiques – chrétiens libéraux, communistes, socialistes, berbéristes – militants de la droite extrême – OAS, courants politiques Algérie française. L’objectif est de déplacer la réflexion du terrain hypermédiatisé et événementiel des revendications politiques à celui des transmissions intergénérationnelles et des recompositions mémorielles d’acteurs anonymes, héritiers d’un passé dont ils deviennent les témoins indirects. Le dialogue de chercheurs d’horizons différents (histoire, sociologie, anthropologie, sciences politiques, géographie, littérature, visual studies, colonial et postocolonial studies) contribuera, dans une perspective transdisciplinaire, à cartographier des deux côtés de la Méditerranée les mouvements et les singularités des narrations mémorielles des nouvelles générations ainsi que, le cas échéant, leurs points de contact ou de friction avec les récits collectifs (locaux, nationaux, transnationaux) véhiculés dans l’espace public et dans les univers associatif et artistique. En discutant et en historicisant les rapports ambigus et postcoloniaux entre mémoire individuelle et mémoire collective, il s’agira dès lors d’aller au-delà d’une approche essentialisée de la mémoire collective en tant que réalité aux traits autonomes pour s’intéresser aux individualités qui la façonnent et à leur travail d’arrangements, d’agencements, de branchements à chaque fois dynamique et sans cesse renouvelé. Relever le caractère dialectique, anachronique, hybride et parfois contradictoire des discours mémoriels des acteurs permettra de renouveler l’approche des mémoires collectives algériennes, en mettant à l’épreuve la lecture uniforme et cloisonnée qui en est donnée.

Les communications attendues présenteront des recherches avancées ou en cours sur les enjeux de la transmission intergénérationnelle et de l’appropriation de la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie de la part des descendant-e-s des acteurs historiques. Elles pourront s’inscrire dans une des thématiques, non limitatives, indiquées ci-dessous et seront attentives à mettre en perspective les narrations mémorielles individuelles et les situations collectives de production et performance.

Les contextes mémoriels

La transmission et la narration mémorielles des acteurs ne sauraient se comprendre en dehors de la gestion mémorielle française et algérienne, qui oppose une situation d’aphasie à un détournement épique hypercélébré. Dans quelles mesures les modalités de transmission et d’appropriation du passé au sein des familles, des générations et des fratries se révèlent-elles imprégnées par ce paradoxe de l’expérience historique ? Et comment la mise en récit du passé restitue, le cas échéant, la plasticité offusquée par la réécriture cristallisée de l’histoire de part et d’autre de la Méditerranée ?

Les généalogies mémorielles

La narration mémorielle de la période coloniale n’est pas indépendante de la relation plus extensive que les acteurs entretiennent au passé familial et collectif, à sa profondeur historique, à ses blessures ainsi qu’à sa transmissibilité. A partir de récits assez souvent fragmentaires, comment les héritiers du système colonial construisent le regard qu’ils portent sur l’histoire et plus particulièrement sur le moment de la guerre ? Quelles sont les sources qu’ils privilégient et qu’ils mobilisent ? Comment se structurent des trajectoires mémorielles et quelle place trouvent-elles au sein des prises de parole publiques ?

Les pratiques mémorielles

Au-delà d’une représentation passionnée de mémoires antagonistes qui ravivent les séquelles du passé, des acteurs œuvrent au quotidien pour un dépassement des frontières et des clivages. Comment au sein des mêmes espaces de résidence est-il vécu l’héritage colonial par des individus appartenant à des groupes qui furent en opposition (par exemple : harkis et immigrés algériens, immigrés algériens et pieds-noirs)? Quelle forme est susceptible de prendre, dans le devenir postcolonial, la traduction quotidienne d’un passé assumé par procuration ?

Les performances mémorielles

Les mondes associatif et artistique ont, depuis les années quatre-vingt, joué un rôle important dans le travail de remémoration collective et de transmission des événements liés à la colonisation et à la guerre d’Algérie dans l’espace public. Quels récits ont-il contribué à façonner ? Emerge-t-il une narration partagée par l’ensemble des figures historiques engagées ou au contraire se réaffirme-t-il une vision nationale et qui plus est partielle et partiale qui ne saurait respecter la pluralité des points de vue ? Comment au sein des mises en scène mémorielles sont gérées les questions, parfois épineuses, liées aux espace-temps de la commémoration ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication ne devront pas dépasser les 400 mots et devront comporter les éléments suivants :

– Titre de la communication

– Auteur

– Appartenance institutionnelle

Date limite de réception des propositions : 10 avril 2012 (acceptation des propositions début mai 2012), à envoyer à Giulia Fabbiano (gfabbiano@hotmail.com)

Dates du colloque : 15 et 16 novembre 2012
Lieu du colloque : MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence

Comité d’organisation

GIULIA FABBIANO, Docteure en anthropologie et en sociologie, Postdoctorante EHESS- CADIS, chercheuse associée à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative, (Idemec) – Université de Provence.

NASSIM AMROUCHE, Doctorant à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative, (Idemec) – Université de Provence.

ABDERAHMEN MOUMEN, Docteur en histoire, chercheur associé au Centre de recherches historiques sur les sociétés méditerranéennes (CRHiSM) – Université de Perpignan.

Comité scientifique

MICHELE BAUSSANT (LESC, Université de Paris 10) ; MARYLINE CRIVELLO, (TELEMME, Université de Provence) ; CLAIRE ELDRIDGE (Université de Southampton, Grande-Bretagne) ; GILLES MANCERON (LDH, Paris) ; AMAR MOHAND AMER (CRASC, Oran) ; ABDERRAHMANE MOUSSAOUI (IDEMEC, Université de Provence) ; HASSAN REMAOUN (CRASC, Oran) ; BENOIT FALAIZE (Université de Cergy Pontoise/Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Paris).

Références bibliographiques sélectives

Liauzu Claude, 2000, « Décolonisations, guerres de mémoires et histoire », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXVII, pp. 25-45.

Bancel Nicolas, Blanchard Pascal, 2008, « La colonisation : du débat sur la guerre d’Algérie au discours de Dakar », in Blanchard Pascal et Veyrat-Masson Isabelle, Les guerres de mémoires. La France et son histoire. Enjeux politiques, controverses historiques, stratégies médiatiques, Paris, La Découverte, pp. 137-154.

Baussant Michèle, 2002, Pieds-noirs, mémoires d’exils, Paris, Stock.

Branche Raphaëlle, 2005, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, Seuil.

Bucaille Laetitia, 2010, Le pardon et la rancœur, Paris, Payot.

Crivello Maryline (dir.), 2010, Les échelles de la mémoire en Méditerranée, Arles. Actes Sud.

Dayan Rosenman Anny et Valensi Lucette (dir.), 2004, La guerre d’Algérie dans la mémoire et l’imaginaire, Paris, Bouchene.

Dosse Florence, 2012, Les héritiers du silence. Enfants d’appelés en Algérie, Paris, Stock, 2012.

Fabbiano Giulia, 2011, « Mémoires postalgériennes : la guerre d’Algérie entre héritage et emprunts », in Grandjean Geoffrey et Jamin Gérôme (dir.), La concurrence mémorielle, Paris, Armand Colin, pp. 131-147.

Falaize Benoît (dir.), 2010, « L’enseignement de l’histoire à l’épreuve du postcolonial. Entre histoire et mémoires », in Bancel Nicolas, Bernault Florence, Blanchard Pascal, Boubeker Ahmed, Mbembe Achille, Vergès Françoise (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, pp. 279-292.

Harbi Mohammed, Stora Benjamin (dir.), 2004, La guerre d’Algérie. 1954-2004 la fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont.

Savarese Eric (dir.), 2008, L’Algérie dépassionnée. Au-delà du tumulte des mémoires, Paris, Editions Syllepse.

Stora Benjamin, 1991, La gangrène ou l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte.

Stora Benjamin, 2010, « Entre la France et l’Algérie, le traumatisme (post)colonial des années 2000», in Bancel Nicolas, Bernault Florence, Blanchard Pascal, Boubeker Ahmed, Mbembe Achille, Vergès Françoise (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, pp. 328-343.

Thénault Sylvie, 2005, « France-Algérie. Pour un traitement commun du passé de la guerre d’indépendance », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 85, pp. 119-128.

La Guerre d’Algérie : images et représentations

À la fois source et agent de l’histoire, qui témoigne et met en scène, se frotte au réel et nourrit les imaginaires, le cinéma dans sa diversité est à l’honneur de ce programme. Il réunit, à l’occasion du 50e anniversaire de la fin des combats, fictions et documentaires, films militants, archives militaires et images amateurs, produits depuis cinq décennies sur la guerre d’Algérie.

Du 24 janvier au 2 février 2012 au Forum des Images.

Présentation de l’évènement.

Temps forts de l’évènement.

Publication et Invitation : Viols en temps de guerre

A l’occasion de la sortie en librairie de Viols en temps de guerre aux éditions Payot, Fabrice Virgili et Raphëlle Branche sont heureux de vous inviter à la présentation du livre par les directeurs de l’ouvrage, avec la participation de plusieurs auteurs. Elle sera suivie d’un débat avec la salle. Jeudi 24 novembre à 18h : Institut historique allemand -8 rue du Parc royal -75003 Paris

9782228907033-1 Le livre

Ce livre pionnier éclaire la place et le sens des viols en temps de guerre. Parce que les victimes étaient majoritairement des civils et des femmes, les viols furent longtemps relégués au second plan, à la marge du champ de bataille. Ils étaient pensés entre butin et repos du guerrier, sans effet sur le cours de la guerre, marquant l’assouvissement de la pulsion sexuelle masculine. Vingt auteurs se penchent ici sur les différents conflits du XXe siècle, des guerres mondiales aux guerres civiles, de la Colombie à la Tchétchénie. Pour la première fois, ils retracent l’histoire de cette violence, en soulignent la complexité et l’ampleur, présentent la diversité des situations, le poids des imaginaires, les conséquences sociales et politiques, mais aussi intimes et émotionnelles. Voir table ci-dessous.

Parution le 2 novembre 2011, 272 pages, 20 €, ISBN : 978-2-228-90703-3

Les auteurs

RAPHAËLLE BRANCHE est historienne et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-1-Panthéon-Sorbonne.

ISABELLE DELPLA est maîtresse de conférences en philosophie à Montpellier III et membre de l’UMR CNRS 5206 Triangle.

ANNE GODFROID prépare une thèse de doctorat, sur l’occupation belge de la Rhénanie. Elle travaille au Musée royal de l’armée et d’histoire militaire à Bruxelles.

JOHN HORNE est professeur d’histoire européenne contemporaine à Trinity College Dublin (TCD) et membre de la Royal Irish Academy.

ADEDIRAN DANIEL IKUOMOLA enseigne la sociologie à l’Université Adekunle Ajasin (Akungba – Akoko, Etat de Ondo, Nigéria).

MAUD JOLY, ancienne pensionnaire de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid), est doctorante au Centre d’Histoire de Sciences-Po (Paris).

PIETER LAGROU enseigne l’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. De 1998 à 2003 il était chercheur à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS).

NAYANIKA MOOKHERJEE est maîtresse de conférences en anthropologie sociale à l’Université de Durham.

REGINA MÜLHAÜSER est historienne, chercheuse à la Fondation pour la promotion de la recherche et de la culture à Hambourg.

MARIANNA G. MURAVYEVA est professeure de droit à l’Université Herzen de Saint-Pétersbourg.

NORMAN M. NAIMARK est professeur d’histoire est-européenne à l’université de Stanford (chaire Robert and Florence McDonnell).

TAL NITSAN est doctorante en anthropologie à l’Université de Colombie britannique et chercheuse au Liu Institute for Global Issues.

DANIEL PALMIERI est chargé de recherches historiques auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

NADINE PUECHGUIRBAL, docteure en sciences politiques, a travaillé en tant que Conseillère Femmes et Guerre pour le Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

AMANDINE REGAMEY est maîtresse de conférences de russe à l’Université Paris-I et chercheuse rattachée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS/CNRS).

ANTOINE RIVIERE, professeur agrégé d’histoire, prépare à l’Université Paris-IV-Sorbonne une thèse de doctorat intitulée « La misère et la faute. Abandon d’enfants et mères abandonneuses à Paris (1880-1920) ».

ALEXANDRE SOUCAILLE est chercheur contractuel au CNRS, Paris. Il a un doctorat d’anthropologie sociale de l’université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

KATHERINE STEFATOS est doctorante en sciences politiques au Goldsmiths College, Université de Londres.

NATALIA SUAREZ BONILLA est docteure en sociologie à l’EHESS et maîtresse de conférences à l’Université del Valle (Cali-Colombie).

FABRICE VIRGILI est historien, directeur de recherche au CNRS (IRICE / Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne).

Table

7 – INTRODUCTION. Écrire l’histoire des viols en temps de guerre, par Raphaëlle Branche, Isabelle Delpla, John Horne, Pieter Lagrou, Daniel Palmieri, Fabrice Virgili

25 – Le viol dans la législation militaire russe moderne (XVIe-XXe siècle), par Marianna G. Muravyeva

43 – La violence sexuelle des soldats allemands pendant la guerre d’anéantissement en Union Soviétique (1941-1945), par Regina Mühlhäuser

55 – La victimisation du corps et la politique du corps : viol et abus sexuel pendant la guerre civile grecque, par Kathrine Stefatos

71 – « Héroïnes de guerre » et hommes oubliés de la guerre de libération du Bangladesh, par Nayanika Mookherjee

83 – Viol, blâme et contrôle social : le cas des enclaves paramilitaires en Colombie, par Natalia Suarez Bonilla

95 – Une fureur « belgica » en Rhénanie occupée : réalité ou fantasme ? (1920-1930), par Anne Godfroid

107 – Pratiques de guerre, terreur et imaginaires : troupes maures et viols durant la Guerre d’Espagne, par Maud Joly

119 – Promettre le viol : milices privées contre guérilla maoïste dans l’État du Bihar (Inde), par Alexandre Soucaille

133 – Le poids des imaginaires : viols et légende des femmes snipers en Tchétchénie, par Amandine Regamey

145 – Lever le silence : nouvelles approches des conséquences du viol en Érythrée, République Démocratique du Congo, Rwanda, Somalie (1994-2008), par

Nadine Puechguirbal

159 – Réponses publiques à un texte académique sur la rareté du viol dans le conflit israélo-palestinien, par Tal Nitsan

177 – La stigmatisation des enfants nés de viols lors de la guerre civile du Nigéria (1967-1970), par Daniel Ikuomola

189 – « Décisions spéciales » : les enfants nés des viols allemands abandonnés à l’Assistance publique pendant la Grande Guerre (1914-1918), par Antoine

Rivière

207 – Russes et Allemands : viols de guerre et mémoires postsoviétiques, par Norman M. Naimark

229 – Notes

261 – Les auteurs

267 – Remerciements