« Envoyé Spécial » : Les femmes brisent le silence dans l’armée française

Capture3Des femmes militaires dénoncent les violences et le harcèlement sexuel au cœur de l’armée française. Les journalistes d’Envoyé spécial ont donné la parole à trois d’entre elles.

Suite à la publication du livre coup de poing « La Guerre invisible«  de Leila Minano et Julia Pascual sur les violences subies par les femmes dans l’armée française, ces révélations ont provoqué une véritable prise de conscience au sein du gouvernement.

« Lutter contre toutes formes de harcèlement »

Fin février, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a dévoilé l’ouverture d’une enquête interne suivi le 15 avril de l’annonce d’une série de mesures…

Les lois genrées de la guerre

clio hfsClio n° 39 « Les lois genrées de la guerre », sous la direction de Fabrice Virgili

Responsable du numéro : Fabrice Virgili
1914-2014 : en cette année de centenaire, Clio, Femmes, Genre, Histoire portera son regard sur d’autres conflits. Depuis la fin du xxe siècle, leur étude a été renouvelée, d’un côté par une approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. Par ailleurs, la guerre dans l’ex-Yougoslavie, puis le génocide des Tutsis au Rwanda, ont abouti à la constitution de tribunaux internationaux, le TPIY en 1991, puis le TPIR trois ans plus tard. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on dénomme « les lois de la guerre ».

Dossier

  • Philippe Clancier, Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien
  • Sophie Cassagnes-Brouquet, Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle)
  • Mariana Muravyeva, “Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne
  • Régis Schlagdenhauffen, Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945)
  • Alain Blum & Amandine Regamey, Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000)
  • Christine Lévy, Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ?

Regards complémentaires

  • Annette Wieviorka, À propos des femmes dans les procès du nazisme

Actualités de la recherche

  • Françoise Thébaud, Penser les guerres du XXe siècle à partir des femmes et du genre : quarante ans d’historiographie
  • Isabelle Delpla, Les femmes et la justice pénale internationale

Documents

  • Alain Blum & Amandine Regamey, Plainte et enquête autour d’un viol (Lituanie soviétique, 1959)

Témoignage

  • Une communauté de femmes en prison pendant la guerre d’Algérie. Entretien avec Christiane Klapisch-Zuber par Michelle Zancarini-Fournel

Portrait

  • Marie-Claire Hoock-Demarle, Rita Thalmann – pionnière de l’histoire des femmes

Varia

  • Agustina Cepeda, Au temps du Test du crapaud. Justice et avortement (Argentine, mi-XXe siècle)
  • Rémy Pawin, Le genre du bonheur (France, 1945-années 1970)

Clio a lu (consultable sur http://clio.revues.org)

Armée française : les femmes autorisées à bord des sous-marins

A lire sur Le Monde aujourd’hui:

Voilà bien « une révolution, le dernier bastion tombe », admet un officier de marine. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, devait annoncer mardi 15 avril que les sous-marins français allaient accueillir des femmes dans leurs équipages. Objectif : trois femmes à bord dans trois ans. L’avancée peut paraître minuscule. « La règle d’or, c’est la compétence, souligne-t-on à l’état-major qui a toujours refusé toute discrimination positive. On vérifie que ça fonctionne et on étend si ça marche. »

La suite ici.

 

La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française

La guerre invisibleMiñano Leila et Julia Pascual, La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française, Paris, Les Arènes & Causette, 2014.

L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur ses 230 000 engagés.

En caserne, brigade ou opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels. Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux États-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu de l’ennemi », dénonçait ainsi un rapport interne, en Irak en 2004.

En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta.

The place of women in war 1914-2014

La première conférence de Women in War www.womeninwar.org in Sarajevo

Women in war’s first conference www.womeninwar.org  in Sarajevo

with/avec the Gender iInstitute of the University of Sarajevo

The place of women in war 1914-2014

Sarajevo June 7th and 8th 2014.

The Women in War inaugural conference will take place in Sarajevo on June 7th and  8th, with the support of the University of Sarajevo’s Gender department.

2014 marks the centennial of the start of World War One and a greater visibility of women in armed conflict.

As well as the numerous commemorative events and conferences that will be taking place, this centennial is a unique opportunity to assess the experience and consequences of war on women twenty years after the war in the ex-Yugoslav area (1991-1995), with a look towards the past as well as at conflicts of the same period, namely Rwanda.

This conference is the first academic one of its kind to be held in Sarajevo, we invite proposals for papers in the following or related areas. Although the focus is Bosnia, the examples can be taken from other regions of the world.

  • Gender and Armed Conflict
  • Women in and around the Military
  • War time rape
  • Gender and Nationalism
  • Gender and Post-war reconstruction
  • Men, Masculinity and War
  • Gendered Memories of War and Political Violence

Abstracts of max. 350 words should be submitted by April 12 to carolmann33@gmail.com and nermina.trbonja@gmail.com

Authors of abstracts (selected or not) will be informed by May 1st 2014

Keynote speakers:

Cynthia Cockburn (to be confirmed)

Elissa Helms (confirmed) Gender Studies at the Central European University in Budapest, Hungary

Stef Jansen, University of Manchester (to be confirmed)

Les femmes dans l’entre-deux-guerres: 1918-1938 – De l’armistice à une nouvelle avant-guerre, que deviennent les femmes?

cahierCe colloque se déroulera les 18 et 19 septembre 2014 à la Médiathèque d’Orléans.

Les propositions sont à envoyer avant le 20 mars 2014.

Les éditions précédentes ont successivement mis en lumière les femmes du XVIIème, celles de la Belle Epoque et les Savantes femmes; la quatrième édition rendra visibles les femmes de l’entre-deux-guerres.
De 1918 à 1938, de l’armistice à une nouvelle avant-guerre, que deviennent les femmes? Et par quels chemins avancent-elles?
Elles ont investi tous les domaines de l’économie pendant la Grande Guerre. Mais ensuite? Sur les voies multiples des héritages, des appropriations et des conquêtes, nous nous interrogerons sur la diversité des parcours féminins, du cinéma à la médecine, de la littérature à la chanson, de la mode aux sciences et techniques. Au-delà des voies originales et flamboyantes, de la variété des approches, il sera bon de réfléchir sur les contradictions sous-jacentes, les évolutions dynamiques ou avortées, les mythes en devenir, voire la spécificité des créations.
Nous souhaitons que ce colloque fasse connaître des romancières, des artistes,des chercheuses, des techniciennes dont la postérité n’a pas retenu le nom ou que nous connaissons peu. Nous souhaitons aussi que, loin d’un catalogue de monographies, ce colloque favorise la perception de l’entre-deux guerres par le croisement de diverses perspectives: historique, sociologique, esthétique. Ces dernières devraient permettre de mieux percevoir les assises sur lesquelles les générations suivantes de femmes se sont identifiées et construites.
Les propositions de communications et quelques éléments biographiques sont à adresser pour le 20 mars 2014 à: dominique.brechemier@gmail.com et lavalturpin@yahoo.fr

Revue historique des armées, « Aux armes citoyennes! »

couv_rha272-small200
Crédits: SHD / Droits d’auteur © Revue historique des armées

La revue historique des armées a intitulé son dernier numéro « Aux armes citoyennes! ».

Son contenu est disponible en ligne.

Retrouvez ci-dessous son sommaire:

« Femmes et guerres, one person crying »

CaptureLe centre de la mémoire présente : « Femmes et guerres : One person crying, Women and war ».

À l’aide de plus de 90 photographies noir et blanc, Marissa Roth, photoreporter américaine, aborde les effets immédiats et durables de la guerre sur les femmes.

Le voyage de la photographe débute à Novi Sad en Yougoslavie en 1984 et se conclut à Oradour en 2013. Les photographies couvrent une dizaine de conflits mondiaux au long d’une période de travail de 28 années qui commence avec l’histoire personnelle de Marissa Roth en tant que fille de réfugiés de l’Holocauste.

L’exposition inclut des panneaux qui fournissent des références historiques et reviennent sur le déroulement des guerres abordées par la photographe. Un ensemble de projections (témoignages, documentaires), d’ouvrages, d’archives se rapportant aux violences faites aux femmes lors des guerres complète le travail photographique de Marissa Roth.

« Il n’y a pas de sang ni d’armes dans ces images, juste le souvenir de ces vies passées dans un après-guerre sans fin comme toile de fond » Marissa Roth

Dossiers pédagogiques Femmes et guerres

Plus d’infos

Article: Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962) »

 

Elodie Jauneau, « Les ‘mortes pour la France’ et les ‘anciennes combattantes’ : l’autre contingent de l’armée française en guerre (1940-1962), Histoire@Politique, n°18, septembre-décembre 2012.

Résumé:

Parce que les femmes ne sont jamais considérées comme des soldats à part entière – d’abord parce que ce sont des femmes, ensuite parce qu’elles ne sont pas armées – bon nombre d’« héroïnes » de guerres sont ignorées de la mémoire combattante. Évoluant en marge du reste des troupes, elles sont également en marge de l’imaginaire collectif. Et pourtant.

De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, elles sont nombreuses à avoir servi sous les drapeaux et sous l’uniforme, certaines d’entre elles ayant même trouvé la mort. Mais qui se souvient aujourd’hui de ces militaires féminines de la première génération, sinon elles-mêmes et quelques hommes œuvrant pour leur reconnaissance ?

 

« Malgré-elles » : fiction à 20h45 sur France3 le 09/10/2012

Pour ne plus oublier ces vies, Nina Barbier, fille de Malgré-elles, avait publié un livre. Aujourd’hui, elle co-signe une fiction tournée essentiellement en Alsace.

Synopsis
Alice et Lisette ont 17 ans lorsqu’elles sont arrachées de force à leur famille pour collaborer à l’effort de guerre en Allemagne. Après un séjour de six mois dans un camp d’endoctrinement, elles sont toutes les deux placées dans une usine d’armement où elles ont pour tâche de remplir des obus à une cadence inhumaine. Une explosion éclate, elles sont soupçonnées de sabotage et menacées d’être déplacées dans un camp de redressement.

Alice et Lisette se croient sauvées lorsqu’on leur annonce leur transfert pour une maternité. Elles découvrent la réalité des Lebensborn (« fontaines de vie »), et de l’organisation implacable des nazis pour constituer une « race pure ». Ni l’une ni l’autre ne se doute de ce qui les attend…

« Les Malgré-elles » de Nina Barbier aux Editions La Nuée Bleue, 2001, 112 pages, 22 euros

Plus d’infos sur le site de France 3

Vient de paraître. SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?

SNITER Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres?, Paris, Créaphis, 2012.

A travers l’histoire de la statuomanie républicaine de la fin du XIXe siècle, et la prolifération, dans l’espace public, de statues dédiées à des personnages célèbres, Christel Sniter analyse la manière dont la culture politique républicaine fabrique ses représentations de la femme en les indexant le plus souvent au déjà là du grand homme, mais aussi en aménageant une place à l’identité spécifique de l’héroïsme féminin. Ces femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres, honorées pour les mêmes qualités universelles ?
Ou bien ces statues ont-elles été érigées par des féministes dans une dynamique militante, par souci de représentativité et pour compenser un déséquilibre, parce que précisément ce sont des femmes ? Dans quelle volonté de construction d’un imaginaire national ces projets ont-ils été pensés ?

Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet: « Femmes en armes, violence des femmes? » 29 mai

« Le Café de l’Institut Émilie du Châtelet »

  L’Institut Émilie du Châtelet a le plaisir de vous inviter à son « Café »

Mardi 29 mai 2012, 19 h à 21 hRestaurant La Baleine,
Jardin des Plantes, 47 rue Cuvier, 75005 Paris
(Métro : Jussieu ; Bus : 47, 67, 89)

Sur le thème « Femmes en armes, violence des femmes? »,

les échanges interviendront à partir des témoignages de
Elodie Jauneau (historienne, ancienne allocataire de l’IEC)
Danielle Michel-Chich
(traductrice, journaliste et écrivaine)
Moïra Sauvage (journaliste et écrivaine)

Les organisatrices : Monique Halpern, Josiane Gonthier, Nadia Guedri, Raphaëlle Legrand, Hélène Marquié, Evelyne Peyre, Nicole Savey, Anne-Marie Viossat
informations pratiques : 01 71 21 46 28 ; iec@mnhn.fr

Soutenance de thèse « Veuves françaises de la Première Guerre mondiale : statuts, itinéraires et combats »

Lyon, le 26 avril 2012

AVIS DE SOUTENANCE

DE DOCTORAT DE L’UNIVERSITÉ LUMIÈRE LYON 2 HISTOIRE

Peggy BETTE présentera ses travaux en soutenance le :
4 mai 2012 à 13H 30

à l’adresse suivante :
Salle Élise Rivet – Institut des Sciences de l’Homme 14, avenue Berthelot 69007 LYON

La soutenance sera publique.

Titre des travaux École doctorale Section CNU
Équipede recherche Directrice

Membres du jury

  • :  Veuves françaises de la première guerre mondiale. Statuts, itinéraires et combats.
  • :  Sciences sociales
  • :  22 – Histoire/civilisations : mondes modernes
  • :  Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes
  • :  Mme SCHWEITZER Sylvie , Professeur des universités

Nom Qualité Etablissement

Mme SCHWEITZER Sylvie Professeur des universités Université Lyon 2

Mme VOLDMAN Danièle Directrice de recherche émérite C.N.R.S.

M. FARON Olivier Professeur des universités Université Paris 4

Mme BECKER Annette Professeur des universités Université Paris 10

Mme OMNES Catherine Professeur des universités Université de Versailles