Publication et Invitation : Viols en temps de guerre

A l’occasion de la sortie en librairie de Viols en temps de guerre aux éditions Payot, Fabrice Virgili et Raphëlle Branche sont heureux de vous inviter à la présentation du livre par les directeurs de l’ouvrage, avec la participation de plusieurs auteurs. Elle sera suivie d’un débat avec la salle. Jeudi 24 novembre à 18h : Institut historique allemand -8 rue du Parc royal -75003 Paris

9782228907033-1 Le livre

Ce livre pionnier éclaire la place et le sens des viols en temps de guerre. Parce que les victimes étaient majoritairement des civils et des femmes, les viols furent longtemps relégués au second plan, à la marge du champ de bataille. Ils étaient pensés entre butin et repos du guerrier, sans effet sur le cours de la guerre, marquant l’assouvissement de la pulsion sexuelle masculine. Vingt auteurs se penchent ici sur les différents conflits du XXe siècle, des guerres mondiales aux guerres civiles, de la Colombie à la Tchétchénie. Pour la première fois, ils retracent l’histoire de cette violence, en soulignent la complexité et l’ampleur, présentent la diversité des situations, le poids des imaginaires, les conséquences sociales et politiques, mais aussi intimes et émotionnelles. Voir table ci-dessous.

Parution le 2 novembre 2011, 272 pages, 20 €, ISBN : 978-2-228-90703-3

Les auteurs

RAPHAËLLE BRANCHE est historienne et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-1-Panthéon-Sorbonne.

ISABELLE DELPLA est maîtresse de conférences en philosophie à Montpellier III et membre de l’UMR CNRS 5206 Triangle.

ANNE GODFROID prépare une thèse de doctorat, sur l’occupation belge de la Rhénanie. Elle travaille au Musée royal de l’armée et d’histoire militaire à Bruxelles.

JOHN HORNE est professeur d’histoire européenne contemporaine à Trinity College Dublin (TCD) et membre de la Royal Irish Academy.

ADEDIRAN DANIEL IKUOMOLA enseigne la sociologie à l’Université Adekunle Ajasin (Akungba – Akoko, Etat de Ondo, Nigéria).

MAUD JOLY, ancienne pensionnaire de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid), est doctorante au Centre d’Histoire de Sciences-Po (Paris).

PIETER LAGROU enseigne l’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. De 1998 à 2003 il était chercheur à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS).

NAYANIKA MOOKHERJEE est maîtresse de conférences en anthropologie sociale à l’Université de Durham.

REGINA MÜLHAÜSER est historienne, chercheuse à la Fondation pour la promotion de la recherche et de la culture à Hambourg.

MARIANNA G. MURAVYEVA est professeure de droit à l’Université Herzen de Saint-Pétersbourg.

NORMAN M. NAIMARK est professeur d’histoire est-européenne à l’université de Stanford (chaire Robert and Florence McDonnell).

TAL NITSAN est doctorante en anthropologie à l’Université de Colombie britannique et chercheuse au Liu Institute for Global Issues.

DANIEL PALMIERI est chargé de recherches historiques auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

NADINE PUECHGUIRBAL, docteure en sciences politiques, a travaillé en tant que Conseillère Femmes et Guerre pour le Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

AMANDINE REGAMEY est maîtresse de conférences de russe à l’Université Paris-I et chercheuse rattachée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS/CNRS).

ANTOINE RIVIERE, professeur agrégé d’histoire, prépare à l’Université Paris-IV-Sorbonne une thèse de doctorat intitulée « La misère et la faute. Abandon d’enfants et mères abandonneuses à Paris (1880-1920) ».

ALEXANDRE SOUCAILLE est chercheur contractuel au CNRS, Paris. Il a un doctorat d’anthropologie sociale de l’université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

KATHERINE STEFATOS est doctorante en sciences politiques au Goldsmiths College, Université de Londres.

NATALIA SUAREZ BONILLA est docteure en sociologie à l’EHESS et maîtresse de conférences à l’Université del Valle (Cali-Colombie).

FABRICE VIRGILI est historien, directeur de recherche au CNRS (IRICE / Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne).

Table

7 – INTRODUCTION. Écrire l’histoire des viols en temps de guerre, par Raphaëlle Branche, Isabelle Delpla, John Horne, Pieter Lagrou, Daniel Palmieri, Fabrice Virgili

25 – Le viol dans la législation militaire russe moderne (XVIe-XXe siècle), par Marianna G. Muravyeva

43 – La violence sexuelle des soldats allemands pendant la guerre d’anéantissement en Union Soviétique (1941-1945), par Regina Mühlhäuser

55 – La victimisation du corps et la politique du corps : viol et abus sexuel pendant la guerre civile grecque, par Kathrine Stefatos

71 – « Héroïnes de guerre » et hommes oubliés de la guerre de libération du Bangladesh, par Nayanika Mookherjee

83 – Viol, blâme et contrôle social : le cas des enclaves paramilitaires en Colombie, par Natalia Suarez Bonilla

95 – Une fureur « belgica » en Rhénanie occupée : réalité ou fantasme ? (1920-1930), par Anne Godfroid

107 – Pratiques de guerre, terreur et imaginaires : troupes maures et viols durant la Guerre d’Espagne, par Maud Joly

119 – Promettre le viol : milices privées contre guérilla maoïste dans l’État du Bihar (Inde), par Alexandre Soucaille

133 – Le poids des imaginaires : viols et légende des femmes snipers en Tchétchénie, par Amandine Regamey

145 – Lever le silence : nouvelles approches des conséquences du viol en Érythrée, République Démocratique du Congo, Rwanda, Somalie (1994-2008), par

Nadine Puechguirbal

159 – Réponses publiques à un texte académique sur la rareté du viol dans le conflit israélo-palestinien, par Tal Nitsan

177 – La stigmatisation des enfants nés de viols lors de la guerre civile du Nigéria (1967-1970), par Daniel Ikuomola

189 – « Décisions spéciales » : les enfants nés des viols allemands abandonnés à l’Assistance publique pendant la Grande Guerre (1914-1918), par Antoine

Rivière

207 – Russes et Allemands : viols de guerre et mémoires postsoviétiques, par Norman M. Naimark

229 – Notes

261 – Les auteurs

267 – Remerciements

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

Trois parcours, trois combats, un seul genre : des femmes. Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee, Tawakkol Karman. Une présidente, une militante, une journaliste.

Leur point commun : la recherche de la paix. Et, à la clé, le prix Nobel qui lui rend hommage.

Les deux premières ont participé à la pacification du Liberia, en proie à une guerre civile au début des années 2000. Gbowee a initié la «  grève du sexe », tant que les hommes ne renonçaient pas aux violences. Sirleaf, élue démocratiquement, a pris la succession du dictateur Charles Taylor en 2005 et oeuvre pour la réconciliation. Aujourd’hui, le Liberia ne fait plus la guerre et refait l’amour.

Karman, elle, vit au Yémen. Elle a mené, avec d’autres, la révolte entamée en janvier contre le président Saleh. Ce dernier s’accroche toujours au pouvoir, au prix d’une sanglante répression. À travers cette journaliste, c’est tout le printemps arabe qui est salué, de Sidi Bouzid en Tunisie à Homs en Syrie.

Mais en désignant trois femmes, le comité d’Oslo a surtout mis l’accent sur cette moitié de l’humanité porteuse d’espoirs en Afrique, dans le monde arabe et sur les au-tres continents. Par son geste, le jury du Nobel paraphrase en quelque sorte Aragon : « La femme est l’avenir de l’homme ».

C’est déjà le pari fait par certaines banques de microcrédit. Leur sensibilité serait-elle aussi bénéfique en politique ? En Birmanie, Aung San Suu Kyi, Prix Nobel 1991, tient la dragée haute à la junte au pouvoir.

La guerre n’est pas la tasse de thé de ces dames, dit-on. L’art militaire, en effet, à en considérer ses auteurs, est essentiellement une affaire d’hommes.

Les troupes comptent plus de lieutenants que de « lieutenantes ». Le sexe dit faible ne représente que 15 % du personnel militaire en France.

Le combat serait alors masculin et la paix féminine. Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait. Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes. Une répartition mal représentée par le prix Nobel de la paix, qui ne compte que quinze femmes parmi ses lauréats depuis 1901.

La guerre des sexes n’a cependant pas sa place dans la bienfaisance. L’époque ne sourit pas aux Nobel de la paix, qui ont perdu, il y a dix jours, Wangari Maathai (2004). Si Madame Aung San retrouve un peu de liberté ces derniers mois, Liu Xiaobo (2010) subit la répression chinoise au fond de sa cellule. Et le dalaï lama (1989) se voit refuser l’entrée en Afrique du Sud pour fêter l’anniversaire de Desmond Tutu (1984).

Qu’elle soit portée par un homme ou une femme, la liberté dérange. Raison de plus pour continuer à la partager.

Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait.

Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes.