5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire « 1942. Des rafles à la déportation »

 

5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire « 1942. Des rafles à la déportation ».

Pour les 5èmes Rencontres historiques de l’Ecole militaire, le ministère de la Défense et des Anciens Combattants organise, en partenariat avec le Mémorial de la SHOAH, une journée d’étude intitulée « 1942. Des rafles à la déportation ».

Cette journée, qui s’inscrit dans le cadre de la commémoration des rafles et de la déportation des Juifs en 1942, se déroulera le 24 mars prochain, à l’Ecole militaire, amphithéâtre Foch. La table ronde animée par Henry Rousso, directeur de recherche au CNRS, sera suivie d’une projection du film « Elle s’appelait Sarah » réalisé par Gilles Paquet-Brenner.

Renseignements et réservations :  dmpa-colloque.historique@defense.gouv.fr

blog g&g& (2)

blog-g-g--copie-1.jpg

CFP : Children and War – Past and Present

Call for Papers

 

Children and War: Past and Present

 

Second international multidisciplinary conference to be held at the University of Salzburg, Austria, on 10-12 July 2013

 

Organized by the University of Salzburg and the University of Wolverhampton, in association with the United Nations Office of the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict.

 

This conference is planned as a follow-up to the first conference, which took place at the University of Salzburg in 2010. It will continue to build on areas previously investigated, and also open up new fields of academic enquiry.

 

All research proposals which focus on a topic and theme related to ‘Children and War’ are welcome, ranging from the experience of war, flight, displacement and resettlement, to relief, rehabilitation and reintegration work, gender issues, persecution, trafficking, sexual violence, trauma and amnesia, the trans-generational impact of persecution, individual and collective memory, educational issues, films and documentaries, artistic and literary approaches, remembrance and memorials, and questions of theory and methodology. Specific conference themes anticipated are:

– Children as victims, witnesses and participants in armed conflict
– Holocaust, genocide and forced labour
– Deportation and displacement, refugees and asylum seekers
– War crimes, trials and human rights

 

A special focus will be on the ‘Changing nature of armed conflict and its impact on children’. In the past two decades, UN reports, including the 1996 study by Graça Machel and its 10-year review, noted with concern that the character and tactics of armed conflict are changing, creating new and unprecedented threats to children. Characteristics of the changing nature of warfare include the blurring of lines between military and civilian targets, the use of new technologies and the absence of clear battlefields and identifiable opponents. Extensive research is needed to deal with challenges emerging from this context, including the use of children as suicide bombers, the deliberate targeting of traditional safe havens such as schools and hospitals, the detention and prosecution of children associated with armed groups, and terrorism and the use of counter-terrorism measures (for more information, please see the ‘Note by OSRSG-CAAC’ on our web site: http://wlv.ac.uk/childrenandwar2013).

 

Please send an abstract of 200-250 words, together with biographical background information of 50-100 words by 31 July 2012 to: J.D.Steinert@wlv.ac.uk. All proposals are subject to a review process. Successful candidates will be informed in October 2012 and will be asked to send in their papers by the end of April 2013 for distribution among conference participants on a CD. Further information will be made available in due time. The organizers intend to publish a selection of conference papers.

 

Conference language: English.

 

Fee for speakers: EUR 150. The fee includes admission to all panels, lunches, coffee and tea, and evening events.

 

Participants need to secure their own funding to participate in this conference. Depending on the outcome of applications, a limited number of grants to contribute to travel and accommodation costs will be made available for delegates unable to obtain own funding. As these grants will be on a refund-only basis after the conference, delegates are still required to pay the fee, travel and accommodation costs in the first instance.

 

The organising team: Wolfgang Aschauer (Salzburg), John Buckley (Wolverhampton), Helga Embacher (Salzburg), Darek Galasinski (Wolverhampton), Albert Lichtblau (Salzburg), Grazia Prontera (Salzburg), and Johannes-Dieter Steinert (Wolverhampton).

http://wlv.ac.uk/childrenandwar2013

 

Call for Papers « Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities »

Call for Papers « Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities »

Deadline for submissions 15 May 2012

The Languages and Cultures Circle of Manitoba and North Dakota (LCMND) and the University of Manitoba invite to the 2012 interdisciplinary and international conference on

“Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities”

in Winnipeg, Manitoba (Canada), October 11-13, 2012

Keynote Speakers

James Dawes (Macalester College): Dr. Dawes, a scholar of American and Comparative Literature, is Director of the Program in Human Rights and Humanitarianism at Macalester College and specializes in literary and aesthetic theory, international law and human rights, trauma, and war studies. He is the author of That the World May Know: Bearing Witness to Atrocity (Harvard UP 2007) and The Language of War (Harvard UP 2002).

Alison Landsberg (George Mason University): Dr. Landsberg, a scholar in History and Art History, specializes in memory studies and U.S. history, including early cinema, race and self-making, museums and the installation of memory. She is the author of Prosthetic Memory: The Transformation of American Remembrance in the Age of Mass Culture (Columbia UP 2004)

Jill Scott (Queen’s University): Dr. Scott, a scholar of German and Comparative Literature, specializes in studies in conflict resolution, forgiveness and reconciliation, the social dynamics of mourning and grief, transitional and restorative justice, as well as in law and literature. She is the author of A Poetics of Forgiveness (Palgrave 2010) and of Electra after Freud (Cornell UP 2005).

The conference encourages papers which seek to understand how to represent war, racial and ethnic conflict, genocide and other atrocities, terrorism and human rights can be expressed, represented and remembered. Possible topics include:

  • collective, national, and transnational memory of war and violent conflicts
  • the representation and remembrance of wars and genocides from antiquity to the present
  • the remembrance of the Holocaust and World War II (its influence on the representation of other wars and genocides)
  • the representation of human rights and human rights violations
  • indigenous rights and right violations / indigenous genocide
  • relation between representation and transitional / restorative justice
  • learning through representation
  • aspects of witnessing, victimhood, and perpetratorship
  • expression of individual and collective trauma
  • knowledge and truth about conflicts and atrocities: possibilities and limitations
  • authenticity in representing conflicts and atrocities
  • immersive experiences of violence and atrocities

Papers are welcomed that discuss representations in literature, film, photography, museums, memorial culture, architecture, autobiography, the Internet and other digital media, oral and written history, everyday practices and rituals.

Scholars from all disciplines across the Humanities and Social Sciences are invited to participate in the conference. Sessions will be organized in English and French. As per LCMND tradition, papers on other topics will be considered.

Graduate students are welcome. The conference organizers intend to establish a small travel grant fund for graduate students on a competitive basis (approx. $200 per student).

Selected papers will be invited to contribute to a publication after the conference.

Please submit your proposal electronically to jaeger@umanitoba.ca by 15 May 2012. It should contain the title and an approx. 250-300-word abstract of the paper you are proposing; your name, institutional affiliation, and email address; and a brief statement (no more than 100 words) listing your academic background and publications.

There will be an anonymous peer-review of all proposals by an interdisciplinary committee of University of Manitoba and University of Winnipeg experts. Participants will be notified by 15 June 2012.

All inquiries and submissions should be sent to:

Dr. Stephan Jaeger, Department of German and Slavic Studies, University of Manitoba, jaeger@umanitoba.ca

Conference venue: University of Manitoba (Fort Garry Campus) and Inn at the Forks (conference hotel), right next to the building of the Canadian Museum for Human Rights

The Conference will begin on Thursday early evening (Oct. 11) with a keynote address and end on Saturday (Oct. 13) around 3:30 p.m.

Conference Committee

-Adina Balint-Babos (French Studies, University of Winnipeg)
-Elena Baraban (Slavic Studies, University of Manitoba)
-Catherine Chatterley (History, University of Manitoba)
Stephan Jaeger (German Studies, University of Manitoba), chair / LCMND President
-Adam Muller (English and Comparative Literature and Film, University of Manitoba)
-Andrew Woolford (Sociology, University of Manitoba)

Conference Website

Colloque : Nouveaux apports sur l’implication de la France dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Colloque

Nouveaux apports sur l’implication de la France

dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Organisé par France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations (FRG-EJR) sous le patronage de Jean-Claude LEFORT, ancien député et vice président  de la mission d’information parlementaire sur le Rwanda, et de Géraud de Geouffre de La Pradelle, professeur de droit et juriste international.

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h (entrée libre)

Espace Jean Dame 17, Rue Léopold Bellan 75002 Paris

Métro  :  Sentier

Table-ronde pour poursuivre les recherches

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP, 13  boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Métro : Strasbourg-Saint-Denis

Depuis la Commission d’enquête citoyenne (CEC) de 2004, aucune rencontre d’importance n’a  fait le point sur l’implication de la France dans le génocide des Tutsi en 1994. Pourtant d’importants apports ont été faits depuis : côté français avec, par exemple, la diffusion de documents provenant d’archives de l’Élysée, côté rwandais avec la publication des travaux des commissions Mucyo et Mutsinzi. D’autres documents ou témoignages, provenant du TPIR, d’autres procédures judiciaires ou de travaux de chercheurs, ont été publiés. Les écrits ou interviews de militaires français, qui s’attachent à dénier toute responsabilité dans ces événements sanglants, apportent également parfois  des informations inédites.

Le peu d’intérêt suscité par ces apports, tant dans les médias où sévit un négationnisme d’une virulence inconnue jusqu’alors, que dans la recherche universitaire, nous a incité à réunir historiens, journalistes, juristes, parlementaires, militants des Droits de l’homme, pour exposer le résultat de leurs travaux, confronter leurs conclusions et relancer le débat.

Le colloque vise à présenter les faits nouveaux concernant l’implication de l’appareil d’État français dans la préparation et la perpétration du génocide, et à récapituler les charges qui pèsent sur les responsables français. Il se propose aussi d’analyser comment l’application de la doctrine française de la guerre révolutionnaire et l’adhésion des autorités politiques et militaires françaises au  racisme anti-tutsi, fondement de l’État Rwandais depuis 1959, ont pu mener la France à soutenir l’extermination programmée des Tutsi rwandais. Il s’interrogera sur les manoeuvres de l’État français pour éluder sa responsabilité et les perspectives judiciaires possibles des plaintes en France de victimes du génocide. Il discutera de la situation matérielle, physique et morale des rescapés et de la manière dont ils pourraient obtenir le versement de réparations par la France.

Enfin il s’interrogera sur le silence de tous les candidats à l’élection présidentielle à propos de la participation de l’appareil d’État français à ce génocide ; il discutera des modalités qui permettraient de remettre dans le débat public la question des errements criminels de l’État français et des moyens d’y mettre un terme.

Programme provisoire

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h

1. Enquêtes

a. État des lieux et enquêtes en cours

– Bilan de la Commission d’Enquête citoyenne créée en 2004 et éléments nouveaux, par Emmanuel Cattier, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– Les indices de préparation du génocide, par Jean-François Dupaquier, journaliste, ancien rédacteur en chef au Quotidien de Paris et à L’Événement du Jeudi, Expert auprès du Tribunal Pénal pour le Rwanda, auteur de L’agenda du génocide, Ed. Karthala.

– « La guerre totale et très cruelle » du général Quesnot, par Jacques Morel, Membre de FRG-EJR, auteur de La France au coeur du génocide des Tutsi Ed. Izuba-L’Esprit Frappeur.

– Le criminologue Robardey, pistes d’enquête sur les listes françaises du génocide, par Bruno Boudiguet, Éditeur, membre  de FRG-EJR, collaborateur de la Revue La Nuit Rwandaise.

– Regard d’un journaliste engagé (sujet à préciser), par Jean Chatain, journaliste à L’Humanité.

– Retour à Bisesero : Les enseignements d’un complément d’enquête, par Jean-Luc Galabert, psychologue, éditeur, auteur de  Les enfants d’Imana. Histoire sociale et culturelle du Rwanda ancien, Ed. Izuba.

– La mort de François de Grossouvre et le Rwanda, par François Graner, physicien, Institut Curie, Paris.

b. Témoignages : quelle place dans la hiérarchie des preuves ?

– Témoignage de Pauline Kayitare, rescapée, auteur de Tu leur diras que tu es Hutu, André Versaille éditeur.

– Témoignage de Eric Nzabihimana, survivant de la résistance des Tutsi à Bisesero.

– Les enseignements d’un recueil de témoignages, par Cécile Grenier, réalisatrice, scénariste de la bande dessinée Rwanda 1994, résultat de plusieurs années de recherches dont 6 mois d’enquête au Rwanda.

– Faire face au négationnisme francophone, par Jean Mukimbiri, docteur de l’Université catholique de Louvain et conseiller en médiation, auteur de L’envers absolu de la médiation : quelle restauration après l’irrémédiable ? ed. Sion, et Représentations littéraires et orientations Interprétatives d’un Génocide en Afrique, UCL, 2007

2. Justice

– Les plaintes de femmes Tutsi contre des soldats de l’opération Turquoise, par Annie Faure, médecin pneumologue, à l’hôpital de Gahini à l’Est du Rwanda pendant le génocide, auteur de Blessures d’humanitaire, Balland, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– L’affaire de l’ETO ou l’abandon aux génocidaires des réfugiés de l’École Technique Officielle par les troupes belges de la MINUAR : Les enseignements d’un procès, par Philippe Lardinois, avocat au barreau de Bruxelles, défenseur de parties civiles rwandaises.

– La justice face à l’implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda, interview filmée de Géraud de la Pradelle.

– Structures idéologiques, doctrinales et organisationnelles du génocide des Tutsi : quelle spécificité, quelle place dans l’histoire et le droit des crimes d’État et de masse ? Par Gabriel Périès, docteur en sciences Politiques et David Servenay, journaliste, co-auteurs de Une guerre noire enquête sur les origines du génocide rwandais, ed La Découverte.

3. Réparations

Présentation du travail de la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (au Rwanda) dans le plaidoyer pour les rescapés  par Yolande Mukagasana (à confirmer)

Etat des lieux et perspectives de réparations pour les rescapés : table ronde avec Yolande Mukagasana et des acteurs de la solidarité avec les rescapés du génocide : Tito Mugrefya, psychologue, fondateur de l’association Mpore ; Roland Junod, enseignant à l’école des Hautes études de Genève, fondateur de l’association Les amis de Bisesero ; Bruce Clarke, artiste plasticien, membre de l’association Appui-Rwanda.

4. Synthèse

Les responsabilités françaises, individuelles et collectives, à l’épreuve des faits.

Table ronde avec Michel Sitbon, Jean-François Dupaquier, Jacques Morel

En guise de conclusion : Perspectives pour faire avancer les enquêtes, la justice et les réparations

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP (Coordination des intermittents et précaires)13 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

(Métro Strasbourg-Saint-Denis)

Table-ronde pour poursuivre les recherches

La table-ronde du Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30 proposera à toutes les personnes intéressées de débattre des « Perspectives et actions à mener pour la reconnaissance des responsabilités dans l’organisation et la mise en œuvre du génocide des Tutsi du Rwanda, pour la justice et les réparations envers les rescapés »

Cette table-ronde s’inscrit dans la poursuite de l’appel rédigé après le colloque de Genève organisé par France-Rwanda Génocide, la Communauté rwandaise de Suisse et Ibuka Suisse où a été acté la création d’un « Réseau International pour la Justice après le génocide des Tutsi du Rwanda. » dont les objectifs seraient :

• de poursuivre et démultiplier le travail de recueil des témoignages des rescapés et des témoins des crimes de génocide ;

• de soutenir les initiatives de recueil de témoignages entreprises au Rwanda;

• de protéger et de soutenir les témoins en créant un réseau de soutien et en démultipliant des parrainages ;

• de mettre en valeur les témoignages recueillis, par leur traduction, leur recension, leur indexation, le travail de recoupement aux fins de pouvoir être utilisés pour la reconnaissance des crimes, l’ouverture de poursuites judiciaires contre les génocidaires et l’exigence de réparations pour les rescapés et familles de victimes,  notamment de la part de l’État français ;

• d’identifier les gisements d’informations exploitables et de rendre possible leur accès et leur utilisation ;

• de poursuivre le travail de recensement des victimes du génocide ;

• de défendre le principe de préservation et d’accessibilité des archives du TPIR et de leur transfert au Rwanda après la cessation des activités du tribunal d’Arusha ;

• d’identifier les réseaux négationnistes et de lutter contre leurs entreprises.

L’association « France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations », organisatrice du colloque vise à :

–  réunir les informations nécessaires à la manifestation de la vérité sur la participation de la France à ce génocide ;

–  amener les dirigeants français, présumés responsables dans l’exécution du génocide des Tutsi du Rwanda en 1994 à répondre de leurs actes devant toute juridiction compétente.

–  aider les rescapés et les ayant-droits des victimes de ce génocide à obtenir  des réparations, en particulier de la part de l’État français .

En réunissant chercheurs de diverses disciplines, militants, citoyens en quête de vérité et de justice FRG-EJR souhaite favoriser leur mise en réseau, pour que le silence, le mensonge et l’oubli ne soit pas le seul linceul des victimes du génocide des Tutsi du Rwanda.

http://www.francerwandagenocide.org

http://www.demosphere.eu/node/26611