Enlisting Masculinity: The Construction of Gender in U.S. Military Recruiting Advertising During the All-Volunteer Force

BROWN Melissa T., Enlisting Masculinity: The Construction of Gender in U.S. Military Recruiting Advertising During the All-Volunteer Force, Oxford University Press, 2012.

Mot de l’éditeur :

– First published study to explore the content of volunteer-force recruitment advertising

– Analyzes more than 300 print advertisements published between the early 1970s and 2007

Enlisting Masculinity explores how the U.S. military branches have deployed gender and, in particular, ideas about masculinity to sell military service to potential recruits. Military service has strong historical ties to masculinity, but conscription ended during a period when masculinity was widely perceived to be in crisis and women’s roles were expanding. The central question the book asks is whether, in the era of the all-volunteer force, masculinity is the underlying basis of military recruiting appeals and, if so, in what forms? It also asks how women fit into the gendering of service. Based on an analysis of more than 300 print advertisements published between the early 1970s and 2007, as well as television commercials, recruiting websites, and media coverage of recruiting, the book argues that masculinity is still a foundation of the appeals, but each branch deploys various constructions of masculinity that serve its particular personnel needs and culture, with conventional martial masculinity being only one among them. While the Marines rely almost exclusively on a traditional, warrior form of masculinity, the Army, Navy, and Air Force draw on various strands of masculinity that are in circulation in the wider culture. The inclusion of a few token women in recruiting advertisements has become routine, but the representations of service make it clear that men are the primary audience and combat is their exclusive domain. Although most Americans believe they can ignore the military in the era of the all-volunteer force, when it comes to popular culture and ideas about gender, the military is not a thing apart from society, and military recruiting materials are implicated in our broader conceptions of masculinity and of military service.

Sans titre-copie-4Chapters:

Chapter 1: Introduction
Chapter 2: Concepts and Context: Masculinity, Citizenship, and the Creation of the AVF
Chapter 3: The Army
Chapter 4: The Navy
Chapter 5: The Marine Corps
Chapter 6: The Air Force
Chapter 7: Recruiting a Volunteer Force in Wartime
Chapter 8: Conclusion

«Le viol des hommes»: analyse de commentaires

Par Marc Le Pape, sociologue, membre du Crash

Dans la note précédente  «Viols d’hommes en temps de guerre: les hommes aussi», j’ai évoqué l’article de Will Storr, «The rape of men», publié par The Observer le 17 juillet 2011.
L’article est résumé ainsi par la rédaction: «In this harrowing report, Will Storr travels to Uganda to meet traumatised survivors, and reveals how male rape is endemic in many of the world’s conflicts». Au centre du reportage, l’histoire d’un jeune Congolais, violé, au Kivu (RD Congo), par douze hommes d’une bande armée. Il réussit à fuir et se réfugie en Ouganda (à Kampala) où il est pris en charge médicalement par le Refugee Law Project (Makerere University), dont le directeur est un médecin anglais, le docteur Chris Dolan. Interviewé, Dolan met en cause l’usage restrictif de la notion de genre adopté par nombre d’organisations qui considèrent que seules les femmes sont victimes de violences sexuelles. Manifestement Will Storr adhère à cette critique.

LA SUITE ICI

CFP – Veteran Identities: One Hundred Years of the First World War

Special issue of the Journal of War and Culture Studies (autumn/winter 2013):

Veteran Identities: One Hundred Years of the First World War

The end of the twentieth century saw a renewed critical and artistic interest in cultural representations and memories of the First World War, reflected in a plethora of films and novels in Britain and France, for example, a vast range of academic studies, and the creation of several research centres devoted to this conflict alone. At the beginning of this century, and as the war passed from living memory into History, nations became transfixed by the figure of the last veteran. Debates as to how to commemorate his passing preoccupied both politicians and the press. The figure of the veteran thus became the figure around which the memory of this war increasingly crystallised. As its hundredth anniversary draws near, this issue of the Journal of War and Culture Studies will explore the ways in which various cultures have portrayed veterans of the First World War, but also the varied ways in which veterans have represented themselves. It therefore seeks papers that study the representation of the First World War veteran or veterans’ self-representation from a variety of nations and cultural source material, including, but not limited to, literature, memoirs, film, photography, art, music and song. Authors may want to consider the social or political ends that such representations serve, as well as the diverse individuals who sought to claim veteran status, including not only ex-combatants, but also women, non-combatant men and those mobilised from colonies.

Deadline for receipt of contributions: 1st May 2013.
All articles should be 5,000–6,000 words in length, and follow the Intellect style guide, available online at: Intellect Style Guide
Articles should be sent as e-mail attachments to Helena Scott: H.Scott@westminster.ac.uk. For further information about this issue, please contact one of the editors: Dr Martin Hurcombe (M.J.Hurcombe@bristol.ac.uk) or Prof Alison Fell (a.s.fell@leeds.ac.uk).

Publication et Invitation : Viols en temps de guerre

A l’occasion de la sortie en librairie de Viols en temps de guerre aux éditions Payot, Fabrice Virgili et Raphëlle Branche sont heureux de vous inviter à la présentation du livre par les directeurs de l’ouvrage, avec la participation de plusieurs auteurs. Elle sera suivie d’un débat avec la salle. Jeudi 24 novembre à 18h : Institut historique allemand -8 rue du Parc royal -75003 Paris

9782228907033-1 Le livre

Ce livre pionnier éclaire la place et le sens des viols en temps de guerre. Parce que les victimes étaient majoritairement des civils et des femmes, les viols furent longtemps relégués au second plan, à la marge du champ de bataille. Ils étaient pensés entre butin et repos du guerrier, sans effet sur le cours de la guerre, marquant l’assouvissement de la pulsion sexuelle masculine. Vingt auteurs se penchent ici sur les différents conflits du XXe siècle, des guerres mondiales aux guerres civiles, de la Colombie à la Tchétchénie. Pour la première fois, ils retracent l’histoire de cette violence, en soulignent la complexité et l’ampleur, présentent la diversité des situations, le poids des imaginaires, les conséquences sociales et politiques, mais aussi intimes et émotionnelles. Voir table ci-dessous.

Parution le 2 novembre 2011, 272 pages, 20 €, ISBN : 978-2-228-90703-3

Les auteurs

RAPHAËLLE BRANCHE est historienne et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-1-Panthéon-Sorbonne.

ISABELLE DELPLA est maîtresse de conférences en philosophie à Montpellier III et membre de l’UMR CNRS 5206 Triangle.

ANNE GODFROID prépare une thèse de doctorat, sur l’occupation belge de la Rhénanie. Elle travaille au Musée royal de l’armée et d’histoire militaire à Bruxelles.

JOHN HORNE est professeur d’histoire européenne contemporaine à Trinity College Dublin (TCD) et membre de la Royal Irish Academy.

ADEDIRAN DANIEL IKUOMOLA enseigne la sociologie à l’Université Adekunle Ajasin (Akungba – Akoko, Etat de Ondo, Nigéria).

MAUD JOLY, ancienne pensionnaire de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid), est doctorante au Centre d’Histoire de Sciences-Po (Paris).

PIETER LAGROU enseigne l’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. De 1998 à 2003 il était chercheur à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS).

NAYANIKA MOOKHERJEE est maîtresse de conférences en anthropologie sociale à l’Université de Durham.

REGINA MÜLHAÜSER est historienne, chercheuse à la Fondation pour la promotion de la recherche et de la culture à Hambourg.

MARIANNA G. MURAVYEVA est professeure de droit à l’Université Herzen de Saint-Pétersbourg.

NORMAN M. NAIMARK est professeur d’histoire est-européenne à l’université de Stanford (chaire Robert and Florence McDonnell).

TAL NITSAN est doctorante en anthropologie à l’Université de Colombie britannique et chercheuse au Liu Institute for Global Issues.

DANIEL PALMIERI est chargé de recherches historiques auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

NADINE PUECHGUIRBAL, docteure en sciences politiques, a travaillé en tant que Conseillère Femmes et Guerre pour le Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

AMANDINE REGAMEY est maîtresse de conférences de russe à l’Université Paris-I et chercheuse rattachée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS/CNRS).

ANTOINE RIVIERE, professeur agrégé d’histoire, prépare à l’Université Paris-IV-Sorbonne une thèse de doctorat intitulée « La misère et la faute. Abandon d’enfants et mères abandonneuses à Paris (1880-1920) ».

ALEXANDRE SOUCAILLE est chercheur contractuel au CNRS, Paris. Il a un doctorat d’anthropologie sociale de l’université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

KATHERINE STEFATOS est doctorante en sciences politiques au Goldsmiths College, Université de Londres.

NATALIA SUAREZ BONILLA est docteure en sociologie à l’EHESS et maîtresse de conférences à l’Université del Valle (Cali-Colombie).

FABRICE VIRGILI est historien, directeur de recherche au CNRS (IRICE / Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne).

Table

7 – INTRODUCTION. Écrire l’histoire des viols en temps de guerre, par Raphaëlle Branche, Isabelle Delpla, John Horne, Pieter Lagrou, Daniel Palmieri, Fabrice Virgili

25 – Le viol dans la législation militaire russe moderne (XVIe-XXe siècle), par Marianna G. Muravyeva

43 – La violence sexuelle des soldats allemands pendant la guerre d’anéantissement en Union Soviétique (1941-1945), par Regina Mühlhäuser

55 – La victimisation du corps et la politique du corps : viol et abus sexuel pendant la guerre civile grecque, par Kathrine Stefatos

71 – « Héroïnes de guerre » et hommes oubliés de la guerre de libération du Bangladesh, par Nayanika Mookherjee

83 – Viol, blâme et contrôle social : le cas des enclaves paramilitaires en Colombie, par Natalia Suarez Bonilla

95 – Une fureur « belgica » en Rhénanie occupée : réalité ou fantasme ? (1920-1930), par Anne Godfroid

107 – Pratiques de guerre, terreur et imaginaires : troupes maures et viols durant la Guerre d’Espagne, par Maud Joly

119 – Promettre le viol : milices privées contre guérilla maoïste dans l’État du Bihar (Inde), par Alexandre Soucaille

133 – Le poids des imaginaires : viols et légende des femmes snipers en Tchétchénie, par Amandine Regamey

145 – Lever le silence : nouvelles approches des conséquences du viol en Érythrée, République Démocratique du Congo, Rwanda, Somalie (1994-2008), par

Nadine Puechguirbal

159 – Réponses publiques à un texte académique sur la rareté du viol dans le conflit israélo-palestinien, par Tal Nitsan

177 – La stigmatisation des enfants nés de viols lors de la guerre civile du Nigéria (1967-1970), par Daniel Ikuomola

189 – « Décisions spéciales » : les enfants nés des viols allemands abandonnés à l’Assistance publique pendant la Grande Guerre (1914-1918), par Antoine

Rivière

207 – Russes et Allemands : viols de guerre et mémoires postsoviétiques, par Norman M. Naimark

229 – Notes

261 – Les auteurs

267 – Remerciements