Vient de paraître: Irène Eulriet, Women and the Military in Europe Comparing Public Cultures

Although the participation of women in the military has been the subject of attention in the social sciences since the 1970s, there has been no specific focus on this issue within the context of the
European Union. The aim of this book is to redress this imbalance. Exploring the policies adopted in the United Kingdom, Germany and France over the past 20 years, it situates them in the unique
context of the European Union. Through a survey of the political and legal dimensions of the wider recruitment of women into a professional milieu that has long remained a male stronghold, Irène
Eulriet traces variations between the three countries back to differences in their public cultures. In doing so, she exposes the complex frameworks within which national military institutions operate
and shows, on the basis of her European findings, that patterns of women’s military participation vary in shape and content beyond what is commonly assumed.

 

Genre et guerre : une perspective de l’intersectionnalité

6ème congrès international des recherches féministes francophones qui se tiendra à l’Université de Lausanne du 29 août au 2 septembre 2012 – Imbrication des rapports de pouvoir : Discriminations et privilèges de genre, de race, de classe et de sexualité

Thématique 10. Violences – Atelier 10.2

Genre et guerre : une perspective de l’intersectionnalité

La recherche féministe francophone a montré un intérêt croissant pour l’étude des rapports sociaux de sexe dans les conflits armés. À partir des ces travaux, nous avons appris comment les conflits avec leurs institutions/organisations de référence façonnent les identités de genre. Cependant, le genre n’agit jamais isolément. Cet atelier vise à complexifier notre regard sur les conflits, en interrogeant comment le genre s’entrecroise avec d’autres rapports de pouvoir. Nous proposons ici quelques axes de réflexion, sans exclure d’autres approches possibles.

Militarisation. Les conflits armés comportent toujours la mise en place d’une culture de guerre qui ordonne la société à travers les lignes de race/ethnicité et de classe. Quant à la sexualité, elle est réprimée ou imposée, exploitée ou mise à profit, mais toujours contrôlée. Comment basculent les rapports sociaux lorsque la guerre est vue comme l’unique solution possible ?

Organisations armées. Les guerres comportent l’organisation de la force par les identités et les corps. Comment l’identification de race, classe, âge, religion s’entrelace à la hiérarchisation des sexes dans les organisations armées ? Comment l’aptitude/inaptitude physique détermine l’inclusion/exclusion ou la proximité au pouvoir martial ?

Ennemis. Dans les conflits, l’espace entre nous et l’ « autre » (l’adversaire/l’ennemi, racial-racialisé/sexuel-sexualisé) est aussi celui de l’imbrication des rapports de pouvoir. Pourtant, cette distinction n’est pas toujours claire. Par exemple, des soldates américaines violées par leurs camarades considèrent les hommes de leur propre camp comme l’ennemi numéro un.

Violence. Comment et à quel moment des individus, auparavant marginaux dans un système de guerre (femmes, enfants), ont accès aux armes et à la violence ? L’accès aux armes constitue-t-il une transgression ou une adéquation aux normes de genre, race et classe ?

L’atelier sera ouvert à la réflexion autant théorique que méthodologique de chercheurs, doctorants ou militants.

Responsable : Ilaria Simonetti (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) – Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS), simchah08@gmail.com ).

Délai de soumission des communications : 31 janvier 2012. Modalités de soumission d’une proposition de communication. La longueur d’une proposition ne doit pas dépasser 300 mots (2000 signes, espaces compris). La soumission des propositions se fait en ligne : http://sphinx2.unil.ch/, cliquez sur « 6e congrès féministe ». Site web du congrès : http://www.unil.ch/rff2012