Journée d’Etudes : Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb et au Moyen-Orient (Paris, 20 juin 2012)

Laboratoire SEDET

Groupe de recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient (GREMAMO)

Université Paris 7 Diderot –

Journée d’Etudes

Réfugiés et déplacés en situation de conflits au Maghreb

et au Moyen-Orient  (Paris, 20 juin 2012)

 

Si les réfugiés et les déplacés suite à des conflits, internes ou externes, ne sont pas un phénomène nouveau, leur recrudescence liée aux situations de violence, notamment au cours de ces dernières décennies où l’on compte plus de 16 millions de réfugiés actuellement recensés dans le monde[1],  interpelle non seulement la communauté internationale mais également la communauté scientifique qui doit réfléchir et s’interroger sur cette propension et les conséquences induites.

Le Maghreb et le Moyen-Orient ne font pas exception, bien au contraire, et le phénomène, même s’il est ancien, s’est accéléré.

En effet, dès 1920, le démantèlement de l’Empire ottoman par les grandes puissances provoque l’écartèlement des Kurdes entre plusieurs pays de la région (Turquie, Iran, Irak et Syrie)  et ils deviennent même réfugiés sur leur propre territoire.

A la suite de la guerre israélo-arabe de 1948, les Palestiniens se réfugient au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Cisjordanie et  à Gaza mais nombreux également sont ceux qui s’exilent dans d’autres pays [2].

La guerre de libération algérienne qui a duré 7 ans va amener des milliers de réfugiés dans les pays voisins, le Maroc et la Tunisie. Quelques décades  plus tard, lors de la « décennie noire » (1992-2002), des milliers d’Algériens se réfugient à l’étranger parce que menacés par le GIA ou l’AIS. Même à l’intérieur du pays, des familles entières quittent leur village ou leur douar pour s’exiler en périphérie des grandes villes, dans des conditions souvent précaires, espérant une sécurité plus grande.

Les différentes guerres israélo-arabes (1969, 1973), la guerre du Liban (1975), puis les guerres du Golfe (1991, 2003) ont produit leurs lots de déplacés et fragilisé plus encore la situation des réfugiés palestiniens dans ces pays.

De même, la « Marche verte »  marocaine au Sahara occidental en 1975, ancienne colonie restituée par l’Espagne la même année, a généré là aussi son contingent de réfugiés dans des camps (sud algérien).

Les récentes « révolutions » en Tunisie, en Egypte, la guerre en Libye (2011), ont -elles aussi- vu des déplacements de population importants et la Tunisie, tout particulièrement, a eu à gérer des flux de réfugiés, de nationalités différentes, dans un contexte local déjà très perturbé.

Ce sont ces situations complexes et douloureuses qui méritent d’être questionnées, car si les conflits eux-mêmes et le théâtre des opérations ont fait l’objet d’une couverture médiatique parfois surabondante, la situation économique et sociale des réfugiés, leur statut et leur devenir sont restés peu ou pas abordés.

Cette Journée d’Etudes est pluridisciplinaire (histoire, géographie, droit, sciences politiques, sociologie, économie) et internationale. Y seront présentés, dans le temps long, des études de cas au Maghreb et au Moyen-Orient.

 

Les coordinateurs,

Chantal Chanson-Jabeur et Sid-Ahmed Souiah


[1] Cf. Amnesty International,  Réfugiés, un scandale planétaire, 10 propositions pour sortir de l’impasse, Paris, éd. Autrement, janvier 2012

[2] J.P. Chagnollaud, S.A. Souiah, Atlas des Palestiniens, Un peuple en quête d’un Etat, Paris, éd. Autrement, février 2011