Women as a Force for Peace

Women and girls are uniquely and disproportionately affected by armed conflict. In modern warfare, an estimated 90% of the casualties are civilians, and 75% of these are women and children.

Women are 80% of all refugees and displaced persons. Rape and sexual violence targeting women and girls are routinely used not only to terrorize women, but as strategic tools of war and instruments of genocide.

Importantly, women and girls are not only victims of war; they are also powerful peace-builders whose efforts to prevent conflict and secure peace have been critical, yet largely unrecognized, under-resourced, and not integrated into formal peace processes.

« Women, Peace and Security » encapsulates three areas of women’s experience of war: protection, participation, and prevention.

LIRE LA SUITE ICI

Anniversaire de la résolution des Nations Unies sur la protection des femmes en situation de conflit.

Le 31 octobre 2000, le Conseil de Sécurité des Nations Unies adoptait la Résolution 1325 sur la protection des femmes en situation de conflit.

Les femmes sont en effet les premières cibles lors des conflits, mais elles restent pourtant exclues des processus de négociations ainsi que des processus de paix.

En Afghanistan, en République Démocratique du Congo, en Somalie, ainsi que dans de nombreux pays, cette résolution est couramment bafouée, et de nombreuses femmes continuent d’être victimes de violences basées sur le genre, telles que des viols ou d’autres formes de violences physiques ou morales.

A l’occasion du 31 octobre, plusieurs actions sont menées pour soutenir les droits des femmes en situation de conflit. Au Royaume-Uni par exemple, CARE organise au sein du réseau britannique Gender Action for Peace and Security (GAPS), une veillée à la bougie en soutien aux femmes d’Afghanistan en partenariat avec le réseau afghan Afghan Women Network (AWN). 10 ans après le début de l’intervention militaire dans le pays, une conférence internationale se tiendra le 5 décembre prochain à Bonn (Allemagne) pour discuter du futur de l’Afghanistan. Transition, engagement sur le long terme, paix et la réconciliation, seront les thèmes à l’ordre du jour de cette conférence. CARE est très engagé à travers plusieurs coalitions (notamment en Afghanistan, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni) pour que les droits des afghans, et notamment les droits des femmes afghanes, ne soient pas laissés de côté lors des négociations de la conférence de Bonn.

Source : Site du CARE, association de solidarité internationale, non confessionnelle et apolitique, qui regroupe 14 associations nationales travaillant ensemble à la mise en œuvre de plus de 1000 projets d’urgence et de développement dans près de 70 pays en Afrique, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.

Journée d’étude : La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

Journée d’étude

Mercredi 09 novembre 2011

La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

The social construction of « post-conflict » through the play of actors

Journée d’études organisée par des doctorants de l’atelier « Post-conflit » de l’Université Panthéon-Sorbonne, avec le soutien de l’École doctorale de science politique de l’Université Panthéon-Sorbonne et du Centre d’études des mondes africains (CEMAf). La journée d’études se déroulera le mercredi 9 novembre 2011 à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, salle 1 du Panthéon.

Abondamment et indifféremment employée par et pour les acteurs comme les observateurs, la catégorie post-conflit est l’objet de cette journée d’études. Cette dernière conclut le cycle 2010-2011 de l’atelier éponyme de l’Ecole Doctorale de Science Politique de l’Université Panthéon-Sorbonne, où, depuis deux ans, la confrontation des terrains et des objets manipulés par un groupe de doctorants, organisateurs de cette manifestation, a mis en évidence l’importance d’une normalisation méthodologique de cette catégorie.

L’utilisation, et surtout la systématisation de celle-ci, dans la littérature scientifique, apparaissent problématiques : le risque existe pour les chercheurs en sciences sociales, travaillant sur les processus de sortie de crise, de participer à son objectivation. En effet, les caractéristiques des contextes dits « post-conflictuels », disqualifiant l’aspect formel, performatif et temporel de cette dénomination, sont connues [Richards, 2005]. Par ailleurs, un nombre croissant de travaux, s’inscrivant dans une « approche par le bas », questionnent, l’émergence et l’utilisation – à des fins de légitimation – de cette catégorie. Enfin, si la nécessité d’interroger le post-conflit d’un point de vue épistémologique est clairement posée, l’enjeu de cette journée d’études est de déconstruire la catégorie, moins en tant que norme ou label, que comme un ensemble de pratiques et de techniques spécifiques à un espace social [Berger et Luckmann, 1986].

A partir d’une approche comparatiste, de terrains variés et de perspectives méthodologiques novatrices, les communications s’attacheront à mettre en avant la logique interactionniste à l’oeuvre dans la constitution d’un espace social et d’une expertise professionnelle entre acteurs du post-conflit. Elles souligneront donc l’enchevêtrement des dynamiques exogènes et endogènes, institutionnelles et informelles, provenant de divers secteurs encore largement autonomes et structurés (élites politiques, armées, diplomaties, groupes belligérants, organisations internationales et confessionnelles, ONG, bailleurs de fonds, experts, industriels, universitaires, historiens, entrepreneurs de mémoire…).

L’organisation scientifique de cette journée se présente sous la forme de trois ateliers complémentaires, dont les axes ont précisément été conçus pour rendre compte de quelques-unes de ces interactions.

PROGRAMME

8h : Accueil des participants

8h30-8h45 : Introduction de la journée : Richard Banégas (Paris 1, CEMAF)

Atelier n° 1. Diffusion et circulation des expertises et des ingénieries pacificatrices

9h-10h30

Modérateur : Grégory Daho (Paris 1, CESSP)

Discutant : David Ambrosetti (ISP-Nanterre)

Delphine Lecombe (Science Po Paris, CERI), La mobilisation pour la loi des victimes en Colombie : sociologie d’une coalition hétéroclite.

Juliana Lima (Paris 1, CEMAF), L’absence de justice de transition en Angola : pistes de recherche sur la fabrique sociale et politique de la paix.

Pause

Atelier n° 2. « Trajectoires combattantes »: les dynamiques de reconversion individuelle

11h-12h30

Modérateur : Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Discutante : Marielle Debos (ISP-Nanterre)

Valéria Alfieri (Paris I, CEMAF), Le Palipehutu-Fnl au Burundi. Evolution du contexte et changement des modes et motivations de recrutement

Aude Merlin (Université libre de Bruxelles-CEVIPOL), Les combattants nord-caucasiens, des profils en mutation dans un contexte de ‘ni guerre, ni paix’

Pause

Atelier n° 3. Mémoires des confits, conflits de mémoires. Luttes symboliques et identitaires autour des passés violents

14h30-16h30

Modérateur : Juan E. Serrano-Moreno (Paris 1, CESSP)

Discutante : Sarah Gensburger (CNRS, ISP)

Karine Vanthuyne (EHESS-Ottawa), D’une « concurrence des victimes » à la renégociation d’un vivre-ensemble au quotidien.

Cécile Jouhanneau (Science Po Paris, CERI), Au delà de la « guerre des mémoires ». Eléments pour une sociologie de l’expression des souvenirs de la guerre de 1992-1995 en Bosnie-Herzégovine.

Renaud Hourcade (Sciences Po Rennes-CRAPE), Violence du passé et luttes du présent à Liverpool. Les relations raciales et la mémoire de l’esclavage dans un ancien port négrier.

16h30-17h : Conclusions

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Comité d’organisation de la journée d’études :

Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Grégory Daho (Paris I, CRPS/CESSP)

Juliana Lima (Paris I, CEMAF)

Ariane Nougoua (Paris I, CRPS/CESSP)

Juan E. Serrano-Moreno (Paris I, CRPS/CESSP)

Sandrine Vinckel (Paris I, CEMAF)

Pour tout renseignement : postconflitparis1@yahoo.fr

Lieu : Paris (75000) (Université Paris I Panthéon-Sorbonne (salle 1 du Panthéon))

Contact : Comité d’organisation de la journée d’étude sur le « post-conflit »

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

Trois parcours, trois combats, un seul genre : des femmes. Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee, Tawakkol Karman. Une présidente, une militante, une journaliste.

Leur point commun : la recherche de la paix. Et, à la clé, le prix Nobel qui lui rend hommage.

Les deux premières ont participé à la pacification du Liberia, en proie à une guerre civile au début des années 2000. Gbowee a initié la «  grève du sexe », tant que les hommes ne renonçaient pas aux violences. Sirleaf, élue démocratiquement, a pris la succession du dictateur Charles Taylor en 2005 et oeuvre pour la réconciliation. Aujourd’hui, le Liberia ne fait plus la guerre et refait l’amour.

Karman, elle, vit au Yémen. Elle a mené, avec d’autres, la révolte entamée en janvier contre le président Saleh. Ce dernier s’accroche toujours au pouvoir, au prix d’une sanglante répression. À travers cette journaliste, c’est tout le printemps arabe qui est salué, de Sidi Bouzid en Tunisie à Homs en Syrie.

Mais en désignant trois femmes, le comité d’Oslo a surtout mis l’accent sur cette moitié de l’humanité porteuse d’espoirs en Afrique, dans le monde arabe et sur les au-tres continents. Par son geste, le jury du Nobel paraphrase en quelque sorte Aragon : « La femme est l’avenir de l’homme ».

C’est déjà le pari fait par certaines banques de microcrédit. Leur sensibilité serait-elle aussi bénéfique en politique ? En Birmanie, Aung San Suu Kyi, Prix Nobel 1991, tient la dragée haute à la junte au pouvoir.

La guerre n’est pas la tasse de thé de ces dames, dit-on. L’art militaire, en effet, à en considérer ses auteurs, est essentiellement une affaire d’hommes.

Les troupes comptent plus de lieutenants que de « lieutenantes ». Le sexe dit faible ne représente que 15 % du personnel militaire en France.

Le combat serait alors masculin et la paix féminine. Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait. Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes. Une répartition mal représentée par le prix Nobel de la paix, qui ne compte que quinze femmes parmi ses lauréats depuis 1901.

La guerre des sexes n’a cependant pas sa place dans la bienfaisance. L’époque ne sourit pas aux Nobel de la paix, qui ont perdu, il y a dix jours, Wangari Maathai (2004). Si Madame Aung San retrouve un peu de liberté ces derniers mois, Liu Xiaobo (2010) subit la répression chinoise au fond de sa cellule. Et le dalaï lama (1989) se voit refuser l’entrée en Afrique du Sud pour fêter l’anniversaire de Desmond Tutu (1984).

Qu’elle soit portée par un homme ou une femme, la liberté dérange. Raison de plus pour continuer à la partager.

Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait.

Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes.