CFP : Children and War – Past and Present

Call for Papers

 

Children and War: Past and Present

 

Second international multidisciplinary conference to be held at the University of Salzburg, Austria, on 10-12 July 2013

 

Organized by the University of Salzburg and the University of Wolverhampton, in association with the United Nations Office of the Special Representative of the Secretary-General for Children and Armed Conflict.

 

This conference is planned as a follow-up to the first conference, which took place at the University of Salzburg in 2010. It will continue to build on areas previously investigated, and also open up new fields of academic enquiry.

 

All research proposals which focus on a topic and theme related to ‘Children and War’ are welcome, ranging from the experience of war, flight, displacement and resettlement, to relief, rehabilitation and reintegration work, gender issues, persecution, trafficking, sexual violence, trauma and amnesia, the trans-generational impact of persecution, individual and collective memory, educational issues, films and documentaries, artistic and literary approaches, remembrance and memorials, and questions of theory and methodology. Specific conference themes anticipated are:

– Children as victims, witnesses and participants in armed conflict
– Holocaust, genocide and forced labour
– Deportation and displacement, refugees and asylum seekers
– War crimes, trials and human rights

 

A special focus will be on the ‘Changing nature of armed conflict and its impact on children’. In the past two decades, UN reports, including the 1996 study by Graça Machel and its 10-year review, noted with concern that the character and tactics of armed conflict are changing, creating new and unprecedented threats to children. Characteristics of the changing nature of warfare include the blurring of lines between military and civilian targets, the use of new technologies and the absence of clear battlefields and identifiable opponents. Extensive research is needed to deal with challenges emerging from this context, including the use of children as suicide bombers, the deliberate targeting of traditional safe havens such as schools and hospitals, the detention and prosecution of children associated with armed groups, and terrorism and the use of counter-terrorism measures (for more information, please see the ‘Note by OSRSG-CAAC’ on our web site: http://wlv.ac.uk/childrenandwar2013).

 

Please send an abstract of 200-250 words, together with biographical background information of 50-100 words by 31 July 2012 to: J.D.Steinert@wlv.ac.uk. All proposals are subject to a review process. Successful candidates will be informed in October 2012 and will be asked to send in their papers by the end of April 2013 for distribution among conference participants on a CD. Further information will be made available in due time. The organizers intend to publish a selection of conference papers.

 

Conference language: English.

 

Fee for speakers: EUR 150. The fee includes admission to all panels, lunches, coffee and tea, and evening events.

 

Participants need to secure their own funding to participate in this conference. Depending on the outcome of applications, a limited number of grants to contribute to travel and accommodation costs will be made available for delegates unable to obtain own funding. As these grants will be on a refund-only basis after the conference, delegates are still required to pay the fee, travel and accommodation costs in the first instance.

 

The organising team: Wolfgang Aschauer (Salzburg), John Buckley (Wolverhampton), Helga Embacher (Salzburg), Darek Galasinski (Wolverhampton), Albert Lichtblau (Salzburg), Grazia Prontera (Salzburg), and Johannes-Dieter Steinert (Wolverhampton).

http://wlv.ac.uk/childrenandwar2013

 

Les « femmes de réconfort » de l’armée impériale japonaise

Les « femmes de réconfort » de l’armée impériale japonaise

La mémoire, entre discours idéologiques et enjeux politiques 

 

Durant la guerre du Pacifique, l’Armée impériale japonaise a enrôlé de force des dizaines de milliers de femmes, en majorité coréennes, pour assurer le « confort sexuel » de ses soldats. L’histoire des femmes dites « de réconfort » (ianfu) n’a été révélée au grand public que plusieurs décennies après les faits, au début des années 1990. L’historienne Christine Lévy analysera, à travers le combat des victimes pour la reconnaissance des faits, les enjeux éthiques, politiques, et plus généralement normatifs, qu’a mis en évidence cette irruption du passé. La discussion sera introduite par Annette Becker, historienne et spécialiste des questions mémorielles.

 

La rencontre se déroulera le vendredi 16 mars 2012, de 14h30 à 16h30, en salle Jean Monnet au CERI/Sciences Po : 56, rue Jacob 75006 Paris.

Avec

Christine Lévy, chercheuse à la Maison Franco-japonaise de Tokyo

 
Introduction : Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche au CERI-Sciences Po


Discutante : Annette Becker, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

 

 

Nathalie Tenenbaum

Responsable du pôle Promotion et Développement

Développement stratégique et relation avec les entreprises

CFP : Mémoires algériennes en transmission : histoires, narration et performances postcoloniales

CFP : Mémoires algériennes en transmission : histoires, narration et performances postcoloniales

15-16 novembre 2012 MMSH, Aix-en-Provence

La colonisation et la guerre d’Algérie incarnent deux moments centraux de l’engouement mémoriel contemporain et s’inscrivent dans le rapport présentiste à un héritage historique dont l’écriture n’a pas su ou n’a pas encore pu trouver une expression apaisée et dépassionnée qui caractérise nos sociétés. Exemplaires à plus d’un titre, ces chronotopes mémoriels ne sont pas seulement associés aux guerres de mémoire (Liauzu 2000 ; Stora, 2010) et aux relations difficiles que les sociétés entretiennent avec leur passé et leur présent. Ils fournissent aussi une clé de lecture de la dialectique des affrontements, des tensions et des ajustements anachroniques que le passé produit dans le présent. Ilsdémultiplient mais surtout transnationalisent les figures du témoin, de la victime, et dans une moindre mesure celle du bourreau, ainsi que leurs narrations et leurs revendications.La mise en écriture des expériences passées relève ainsi d’une entreprise de pacification mémorielle instable, voire chimérique.

En France, la pluralité passionnelle des points de vue a fait l’objet, depuis les travaux pionniers de B. Stora (1991), d’un intérêt foisonnant de la part d’historiens, sociologues et anthropologues, engagés d’une part à retracer la parabole des mémoires algériennes dans l’espace public et médiatique français (Harbi, Stora, 2004) et d’autre part à relever les rapports complexes qu’elles entretiennent au sein du récit national et des relations franco- algériennes (Branche, 2005; Bucaille, 2010). Les recherches menées s’attachent principalement à retracer les généalogies collectives et familiales (Baussant, 2002 ; Fabbiano, 2011 ; Dosse, 2012), à discuter les usages publics et politiques des mémoires collectives (Savarese, 2008), les exigences de reconnaissance (Bancel, Blanchard, 2008 ; Thénault, 2005) avancées par les différents groupes (essentiellement harkis, pieds-noirs, immigrés, anciens combattants français et algériens, militants politiques…), les interrogations que l’enseignement de l’histoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie soulèvent (Falaize, 2010). L’(im)possibilité d’une écriture franco-algérienne de l’histoire (Dayan Rosenman, Valensi, 2004), l’éclatement des lieux et des récits de mémoire en Méditerranée (Crivello, 2010), les frictions autour de la commémoration et de la célébration des groupes de mémoire qui butent sur une narration partagée et ne s’accordent pas sur les dates à retenir, les tentatives maladroites d’institutionnalisation de la mémoire nationale de la colonisation sont encore d’autres dimensions mises en lumière.

Dans le cadre du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, ce colloque se propose de croiser les regards algérien et français autour de la pluralité des mémoires algériennes : pieds- noirs, juifs, harkis, tsiganes, émigrés, immigrés, anciens combattants – appelés, réservistes et engagés – messalistes, militants du FLN, militants politiques – chrétiens libéraux, communistes, socialistes, berbéristes – militants de la droite extrême – OAS, courants politiques Algérie française. L’objectif est de déplacer la réflexion du terrain hypermédiatisé et événementiel des revendications politiques à celui des transmissions intergénérationnelles et des recompositions mémorielles d’acteurs anonymes, héritiers d’un passé dont ils deviennent les témoins indirects. Le dialogue de chercheurs d’horizons différents (histoire, sociologie, anthropologie, sciences politiques, géographie, littérature, visual studies, colonial et postocolonial studies) contribuera, dans une perspective transdisciplinaire, à cartographier des deux côtés de la Méditerranée les mouvements et les singularités des narrations mémorielles des nouvelles générations ainsi que, le cas échéant, leurs points de contact ou de friction avec les récits collectifs (locaux, nationaux, transnationaux) véhiculés dans l’espace public et dans les univers associatif et artistique. En discutant et en historicisant les rapports ambigus et postcoloniaux entre mémoire individuelle et mémoire collective, il s’agira dès lors d’aller au-delà d’une approche essentialisée de la mémoire collective en tant que réalité aux traits autonomes pour s’intéresser aux individualités qui la façonnent et à leur travail d’arrangements, d’agencements, de branchements à chaque fois dynamique et sans cesse renouvelé. Relever le caractère dialectique, anachronique, hybride et parfois contradictoire des discours mémoriels des acteurs permettra de renouveler l’approche des mémoires collectives algériennes, en mettant à l’épreuve la lecture uniforme et cloisonnée qui en est donnée.

Les communications attendues présenteront des recherches avancées ou en cours sur les enjeux de la transmission intergénérationnelle et de l’appropriation de la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie de la part des descendant-e-s des acteurs historiques. Elles pourront s’inscrire dans une des thématiques, non limitatives, indiquées ci-dessous et seront attentives à mettre en perspective les narrations mémorielles individuelles et les situations collectives de production et performance.

Les contextes mémoriels

La transmission et la narration mémorielles des acteurs ne sauraient se comprendre en dehors de la gestion mémorielle française et algérienne, qui oppose une situation d’aphasie à un détournement épique hypercélébré. Dans quelles mesures les modalités de transmission et d’appropriation du passé au sein des familles, des générations et des fratries se révèlent-elles imprégnées par ce paradoxe de l’expérience historique ? Et comment la mise en récit du passé restitue, le cas échéant, la plasticité offusquée par la réécriture cristallisée de l’histoire de part et d’autre de la Méditerranée ?

Les généalogies mémorielles

La narration mémorielle de la période coloniale n’est pas indépendante de la relation plus extensive que les acteurs entretiennent au passé familial et collectif, à sa profondeur historique, à ses blessures ainsi qu’à sa transmissibilité. A partir de récits assez souvent fragmentaires, comment les héritiers du système colonial construisent le regard qu’ils portent sur l’histoire et plus particulièrement sur le moment de la guerre ? Quelles sont les sources qu’ils privilégient et qu’ils mobilisent ? Comment se structurent des trajectoires mémorielles et quelle place trouvent-elles au sein des prises de parole publiques ?

Les pratiques mémorielles

Au-delà d’une représentation passionnée de mémoires antagonistes qui ravivent les séquelles du passé, des acteurs œuvrent au quotidien pour un dépassement des frontières et des clivages. Comment au sein des mêmes espaces de résidence est-il vécu l’héritage colonial par des individus appartenant à des groupes qui furent en opposition (par exemple : harkis et immigrés algériens, immigrés algériens et pieds-noirs)? Quelle forme est susceptible de prendre, dans le devenir postcolonial, la traduction quotidienne d’un passé assumé par procuration ?

Les performances mémorielles

Les mondes associatif et artistique ont, depuis les années quatre-vingt, joué un rôle important dans le travail de remémoration collective et de transmission des événements liés à la colonisation et à la guerre d’Algérie dans l’espace public. Quels récits ont-il contribué à façonner ? Emerge-t-il une narration partagée par l’ensemble des figures historiques engagées ou au contraire se réaffirme-t-il une vision nationale et qui plus est partielle et partiale qui ne saurait respecter la pluralité des points de vue ? Comment au sein des mises en scène mémorielles sont gérées les questions, parfois épineuses, liées aux espace-temps de la commémoration ?

Modalités de soumission

Les propositions de communication ne devront pas dépasser les 400 mots et devront comporter les éléments suivants :

– Titre de la communication

– Auteur

– Appartenance institutionnelle

Date limite de réception des propositions : 10 avril 2012 (acceptation des propositions début mai 2012), à envoyer à Giulia Fabbiano (gfabbiano@hotmail.com)

Dates du colloque : 15 et 16 novembre 2012
Lieu du colloque : MMSH, 5 rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence

Comité d’organisation

GIULIA FABBIANO, Docteure en anthropologie et en sociologie, Postdoctorante EHESS- CADIS, chercheuse associée à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative, (Idemec) – Université de Provence.

NASSIM AMROUCHE, Doctorant à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative, (Idemec) – Université de Provence.

ABDERAHMEN MOUMEN, Docteur en histoire, chercheur associé au Centre de recherches historiques sur les sociétés méditerranéennes (CRHiSM) – Université de Perpignan.

Comité scientifique

MICHELE BAUSSANT (LESC, Université de Paris 10) ; MARYLINE CRIVELLO, (TELEMME, Université de Provence) ; CLAIRE ELDRIDGE (Université de Southampton, Grande-Bretagne) ; GILLES MANCERON (LDH, Paris) ; AMAR MOHAND AMER (CRASC, Oran) ; ABDERRAHMANE MOUSSAOUI (IDEMEC, Université de Provence) ; HASSAN REMAOUN (CRASC, Oran) ; BENOIT FALAIZE (Université de Cergy Pontoise/Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Paris).

Références bibliographiques sélectives

Liauzu Claude, 2000, « Décolonisations, guerres de mémoires et histoire », Annuaire de l’Afrique du Nord, XXXVII, pp. 25-45.

Bancel Nicolas, Blanchard Pascal, 2008, « La colonisation : du débat sur la guerre d’Algérie au discours de Dakar », in Blanchard Pascal et Veyrat-Masson Isabelle, Les guerres de mémoires. La France et son histoire. Enjeux politiques, controverses historiques, stratégies médiatiques, Paris, La Découverte, pp. 137-154.

Baussant Michèle, 2002, Pieds-noirs, mémoires d’exils, Paris, Stock.

Branche Raphaëlle, 2005, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, Seuil.

Bucaille Laetitia, 2010, Le pardon et la rancœur, Paris, Payot.

Crivello Maryline (dir.), 2010, Les échelles de la mémoire en Méditerranée, Arles. Actes Sud.

Dayan Rosenman Anny et Valensi Lucette (dir.), 2004, La guerre d’Algérie dans la mémoire et l’imaginaire, Paris, Bouchene.

Dosse Florence, 2012, Les héritiers du silence. Enfants d’appelés en Algérie, Paris, Stock, 2012.

Fabbiano Giulia, 2011, « Mémoires postalgériennes : la guerre d’Algérie entre héritage et emprunts », in Grandjean Geoffrey et Jamin Gérôme (dir.), La concurrence mémorielle, Paris, Armand Colin, pp. 131-147.

Falaize Benoît (dir.), 2010, « L’enseignement de l’histoire à l’épreuve du postcolonial. Entre histoire et mémoires », in Bancel Nicolas, Bernault Florence, Blanchard Pascal, Boubeker Ahmed, Mbembe Achille, Vergès Françoise (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, pp. 279-292.

Harbi Mohammed, Stora Benjamin (dir.), 2004, La guerre d’Algérie. 1954-2004 la fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont.

Savarese Eric (dir.), 2008, L’Algérie dépassionnée. Au-delà du tumulte des mémoires, Paris, Editions Syllepse.

Stora Benjamin, 1991, La gangrène ou l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte.

Stora Benjamin, 2010, « Entre la France et l’Algérie, le traumatisme (post)colonial des années 2000», in Bancel Nicolas, Bernault Florence, Blanchard Pascal, Boubeker Ahmed, Mbembe Achille, Vergès Françoise (dir.), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, pp. 328-343.

Thénault Sylvie, 2005, « France-Algérie. Pour un traitement commun du passé de la guerre d’indépendance », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 85, pp. 119-128.

«Le viol des hommes»: analyse de commentaires

Par Marc Le Pape, sociologue, membre du Crash

Dans la note précédente  «Viols d’hommes en temps de guerre: les hommes aussi», j’ai évoqué l’article de Will Storr, «The rape of men», publié par The Observer le 17 juillet 2011.
L’article est résumé ainsi par la rédaction: «In this harrowing report, Will Storr travels to Uganda to meet traumatised survivors, and reveals how male rape is endemic in many of the world’s conflicts». Au centre du reportage, l’histoire d’un jeune Congolais, violé, au Kivu (RD Congo), par douze hommes d’une bande armée. Il réussit à fuir et se réfugie en Ouganda (à Kampala) où il est pris en charge médicalement par le Refugee Law Project (Makerere University), dont le directeur est un médecin anglais, le docteur Chris Dolan. Interviewé, Dolan met en cause l’usage restrictif de la notion de genre adopté par nombre d’organisations qui considèrent que seules les femmes sont victimes de violences sexuelles. Manifestement Will Storr adhère à cette critique.

LA SUITE ICI

Call for Papers « Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities »

Call for Papers « Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities »

Deadline for submissions 15 May 2012

The Languages and Cultures Circle of Manitoba and North Dakota (LCMND) and the University of Manitoba invite to the 2012 interdisciplinary and international conference on

“Languages and Cultures of Conflicts and Atrocities”

in Winnipeg, Manitoba (Canada), October 11-13, 2012

Keynote Speakers

James Dawes (Macalester College): Dr. Dawes, a scholar of American and Comparative Literature, is Director of the Program in Human Rights and Humanitarianism at Macalester College and specializes in literary and aesthetic theory, international law and human rights, trauma, and war studies. He is the author of That the World May Know: Bearing Witness to Atrocity (Harvard UP 2007) and The Language of War (Harvard UP 2002).

Alison Landsberg (George Mason University): Dr. Landsberg, a scholar in History and Art History, specializes in memory studies and U.S. history, including early cinema, race and self-making, museums and the installation of memory. She is the author of Prosthetic Memory: The Transformation of American Remembrance in the Age of Mass Culture (Columbia UP 2004)

Jill Scott (Queen’s University): Dr. Scott, a scholar of German and Comparative Literature, specializes in studies in conflict resolution, forgiveness and reconciliation, the social dynamics of mourning and grief, transitional and restorative justice, as well as in law and literature. She is the author of A Poetics of Forgiveness (Palgrave 2010) and of Electra after Freud (Cornell UP 2005).

The conference encourages papers which seek to understand how to represent war, racial and ethnic conflict, genocide and other atrocities, terrorism and human rights can be expressed, represented and remembered. Possible topics include:

  • collective, national, and transnational memory of war and violent conflicts
  • the representation and remembrance of wars and genocides from antiquity to the present
  • the remembrance of the Holocaust and World War II (its influence on the representation of other wars and genocides)
  • the representation of human rights and human rights violations
  • indigenous rights and right violations / indigenous genocide
  • relation between representation and transitional / restorative justice
  • learning through representation
  • aspects of witnessing, victimhood, and perpetratorship
  • expression of individual and collective trauma
  • knowledge and truth about conflicts and atrocities: possibilities and limitations
  • authenticity in representing conflicts and atrocities
  • immersive experiences of violence and atrocities

Papers are welcomed that discuss representations in literature, film, photography, museums, memorial culture, architecture, autobiography, the Internet and other digital media, oral and written history, everyday practices and rituals.

Scholars from all disciplines across the Humanities and Social Sciences are invited to participate in the conference. Sessions will be organized in English and French. As per LCMND tradition, papers on other topics will be considered.

Graduate students are welcome. The conference organizers intend to establish a small travel grant fund for graduate students on a competitive basis (approx. $200 per student).

Selected papers will be invited to contribute to a publication after the conference.

Please submit your proposal electronically to jaeger@umanitoba.ca by 15 May 2012. It should contain the title and an approx. 250-300-word abstract of the paper you are proposing; your name, institutional affiliation, and email address; and a brief statement (no more than 100 words) listing your academic background and publications.

There will be an anonymous peer-review of all proposals by an interdisciplinary committee of University of Manitoba and University of Winnipeg experts. Participants will be notified by 15 June 2012.

All inquiries and submissions should be sent to:

Dr. Stephan Jaeger, Department of German and Slavic Studies, University of Manitoba, jaeger@umanitoba.ca

Conference venue: University of Manitoba (Fort Garry Campus) and Inn at the Forks (conference hotel), right next to the building of the Canadian Museum for Human Rights

The Conference will begin on Thursday early evening (Oct. 11) with a keynote address and end on Saturday (Oct. 13) around 3:30 p.m.

Conference Committee

-Adina Balint-Babos (French Studies, University of Winnipeg)
-Elena Baraban (Slavic Studies, University of Manitoba)
-Catherine Chatterley (History, University of Manitoba)
Stephan Jaeger (German Studies, University of Manitoba), chair / LCMND President
-Adam Muller (English and Comparative Literature and Film, University of Manitoba)
-Andrew Woolford (Sociology, University of Manitoba)

Conference Website

Women as a Force for Peace

Women and girls are uniquely and disproportionately affected by armed conflict. In modern warfare, an estimated 90% of the casualties are civilians, and 75% of these are women and children.

Women are 80% of all refugees and displaced persons. Rape and sexual violence targeting women and girls are routinely used not only to terrorize women, but as strategic tools of war and instruments of genocide.

Importantly, women and girls are not only victims of war; they are also powerful peace-builders whose efforts to prevent conflict and secure peace have been critical, yet largely unrecognized, under-resourced, and not integrated into formal peace processes.

« Women, Peace and Security » encapsulates three areas of women’s experience of war: protection, participation, and prevention.

LIRE LA SUITE ICI