La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française

La guerre invisibleMiñano Leila et Julia Pascual, La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française, Paris, Les Arènes & Causette, 2014.

L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur ses 230 000 engagés.

En caserne, brigade ou opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels. Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux États-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu de l’ennemi », dénonçait ainsi un rapport interne, en Irak en 2004.

En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta.

Vient de paraître. Viol(s) comme arme de guerre

FARGNOLI Vanessa, viol(s) comme arme de guerre, Paris, L’Harmattan, 2012.

Comment le viol a-t-il été qualifié d’arme de guerre et construit dans la catégorie de crime contre l’humanité ? Ce livre analyse cette forme de mobilisation autour du viol afin de mieux cerner les tensions qu’elles suscitent et qui les traversent. Il tente aussi de traiter du viol comme une problématique qui va au-delà du simple contexte de guerre.

Site de L’Harmattan

Les « femmes de réconfort » de l’armée impériale japonaise

Les « femmes de réconfort » de l’armée impériale japonaise

La mémoire, entre discours idéologiques et enjeux politiques 

 

Durant la guerre du Pacifique, l’Armée impériale japonaise a enrôlé de force des dizaines de milliers de femmes, en majorité coréennes, pour assurer le « confort sexuel » de ses soldats. L’histoire des femmes dites « de réconfort » (ianfu) n’a été révélée au grand public que plusieurs décennies après les faits, au début des années 1990. L’historienne Christine Lévy analysera, à travers le combat des victimes pour la reconnaissance des faits, les enjeux éthiques, politiques, et plus généralement normatifs, qu’a mis en évidence cette irruption du passé. La discussion sera introduite par Annette Becker, historienne et spécialiste des questions mémorielles.

 

La rencontre se déroulera le vendredi 16 mars 2012, de 14h30 à 16h30, en salle Jean Monnet au CERI/Sciences Po : 56, rue Jacob 75006 Paris.

Avec

Christine Lévy, chercheuse à la Maison Franco-japonaise de Tokyo

 
Introduction : Karoline Postel-Vinay, directrice de recherche au CERI-Sciences Po


Discutante : Annette Becker, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

 

 

 

Nathalie Tenenbaum

Responsable du pôle Promotion et Développement

Développement stratégique et relation avec les entreprises

«Le viol des hommes»: analyse de commentaires

Par Marc Le Pape, sociologue, membre du Crash

Dans la note précédente  «Viols d’hommes en temps de guerre: les hommes aussi», j’ai évoqué l’article de Will Storr, «The rape of men», publié par The Observer le 17 juillet 2011.
L’article est résumé ainsi par la rédaction: «In this harrowing report, Will Storr travels to Uganda to meet traumatised survivors, and reveals how male rape is endemic in many of the world’s conflicts». Au centre du reportage, l’histoire d’un jeune Congolais, violé, au Kivu (RD Congo), par douze hommes d’une bande armée. Il réussit à fuir et se réfugie en Ouganda (à Kampala) où il est pris en charge médicalement par le Refugee Law Project (Makerere University), dont le directeur est un médecin anglais, le docteur Chris Dolan. Interviewé, Dolan met en cause l’usage restrictif de la notion de genre adopté par nombre d’organisations qui considèrent que seules les femmes sont victimes de violences sexuelles. Manifestement Will Storr adhère à cette critique.

LA SUITE ICI