Un viol toutes les 3 heures dans l’armée américaine

Un viol toutes les 3 heures dans l’armée américaine

Le problème du viol dans l’armée américaine a longtemps été passé sous silence et continue d’ailleurs à l’être, raconte le quotidien britannique The Guardian, pointant la présence d’une culture de l’ignorance et de la confidentialité chez les militaires. 

C’est l’histoire de Kate Weber, violée, après un bal, par un officier qui l’avait conduite vers l’issue de secours d’un bâtiment pour soi-disant lui parler de son travail; c’est aussi celle de Rick Tringale, qui a subi un viol collectif dans son dortoir lors de ses premières semaines d’entraînement. On estime que 37% des agressions sexuelles dans l’armée sont commises sur des soldats. Pour Mic Hunter, auteur de l’essai Honor Betrayed: Sexual Abuse in America’s Military, cité par Newsweek, ce sont bien souvent des héterosexuels qui commettent ce type d’agressions, non par pulsion sexuelle, mais pour «remettre les gens à leur place». Dans ce cas, «l’agression sexuelle n’est pas une question de sexe, mais de violence».

Lire la suite ici