SALMI Nadia, « Mon grand-père était un soldat allemand, et ma mère une enfant de la honte »

SALMI Nadia, « Mon grand-père était un soldat allemand, et ma mère une enfant de la honte », sur le site du NovelObs

On a beau coloriser les images d’Hitler, il est une vision de la Seconde guerre mondiale qui est plus rare : celle des femmes tondues à la Libération, coupables d’avoir fauté avec l’ennemi. Difficile de vivre avec un tel poids, comme l’explique Nadia Salmi pour Le Plus et dans son livre « Des étoiles sombres dans le ciel ».

Ce n’est qu’à la mort de ma grand-mère, en 2005, que j’ai pu briser le secret porté par ma mère pendant 60 ans : elle était la fille d’un soldat allemand, prisonnier en France pendant la Seconde guerre mondiale.

J’entreprends alors de retrouver la trace de mon grand-père. Je veux savoir qui il est, ce qu’il fait, est-il encore en vie ? On n’avale pas le non-dit, on le subit. Jusqu’à l’écœurement. Par sa faute, ma mère est le fruit d’un péché originel et moi, le ver obligé de tisser la toile de la vérité. Le grand absent. Le point d’interrogation que je souhaite transformer en exclamation.

Vivre avec un fantôme

J’envoie des mails en anglais à des administrations allemandes, en m’appuyant sur les adresses postales contenues dans ses lettres, seuls indices que j’avais de lui. Après quelques échanges, je le retrouve enfin, alors que pendant 60 ans, ce « Hans K. » n’a été qu’un mystère, un inconnu, un simple nom.

J’apprends qu’il est décédé en 1962, soit quand ma mère avait 15 ans. Elle a vécu toute sa vie avec un fantôme. Je fais ces recherches pour trouver des réponses, je me retrouve avec davantage de questions. Je ne saurai jamais s’il avait entrepris des démarches de son côté pour retrouver ma mère. J’apprends que sa femme, en Allemagne, attend un deuxième enfant au moment même où ma grand-mère était enceinte.

Lire la suite ici