Entre histoires et mémoires : la guerre au musée. Approches comparées

Plus d’informations ici

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Appel à contribution avant le jeudi 10 novembre 2011

Résumé

Du livre au cinéma, du théâtre aux manuels scolaires, sans oublier les arts plastiques, la danse, le théâtre, la chanson, il existe de très nombreux supports de transmission, de mémorisation, de mémorialisation et d’oubli des faits de guerre, de leurs effets et de leurs causes plus ou moins lointaines. À travers ce colloque, largement ouvert aux chercheurs des sciences humaines et sociales (doctorants compris), il s’agit d’analyser et de confronter les narrations et les mises en scènes de la guerre au XXe siècle dans différents types d’espaces muséaux tant français qu’étrangers. Dans la lignée des colloques du CRID 14-18, une place prédominante est réservée au traitement comparatiste de la Première Guerre mondiale dans les espaces muséaux français et étrangers. Toutefois, une place importante sera également attribuée à la comparaison nationale et internationale diachronique (guerres civiles, guerre d’Espagne, Deuxième Guerre mondiale, conflits de décolonisation…).

Présentation

Le colloque est organisé par le Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 (CRID 14-18) et le programme ANR-POP « Les Présents des Passés » (ANR-08-BLAN-0071-01-POP), en partenariat avec le Conseil général de l’Aisne, le Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines Et Sociales (EA 4424 C.R.I.S.E.S.) de l’Université Paul Valéry-Montpellier III et le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC) de l’Université de Nice-Sophia Antipolis.

Dans le cadre de ce colloque, le CRID 14-18 et l’ANR-POP proposent de porter l’attention sur les différents types d’espaces muséaux – entendus ici au sens le plus large de lieux d’expositions ouverts au public (musées, mémoriaux, historiaux, centres d’interprétation, etc.) – traitant des conflits contemporains par des expositions permanentes (de relativement longue durée) ou temporaires.

Il s’agira d’éviter l’approche monographique et surtout descriptive, et de faire au contraire resurgir des questionnements problématisés et comparatistes (sociologie des entrepreneurs, aménagement mémoriel du territoire, comparaison de morceaux critiques dans plusieurs discours d’exposition…). Pour ce faire, les musées seront analysés dans leur complexité, à la fois comme des objets politiques, sociaux, culturels, économiques… Toute monographie strictement descriptive sera donc écartée.

A contrario, une attention toute particulière sera portée à la démarche comparative, qu’elle consiste par exemple en une confrontation de différents espaces muséaux ou bien en la mise en regard de différentes strates muséographiques au sein d’un même ensemble. Ainsi comprises et encadrées, les analyses muséales seront conçues comme autant d’études de cas étayant l’argumentation critique du communicant et pouvant s’inscrire dans les problématiques listées ci-dessous :

Dimensions territoriales

Approche sociopolitique des entrepreneurs muséaux

Choix, modèles et contraintes scénographiques

Ligne éditoriale et choix narratifs

Projet politico-philosophique (objectifs, mises en leçon des passés…)