American Women Artists in Wartime, 1776-2010

Paula E. Calvin and Deborah A. Deacon, American Women Artists in Wartime, 1776-2010, Mc Farland, 2011, 222 p.

51RYClQ-b1L._SS500_-copie-1.jpg About the Book

For generations, men have left their homes and families to defend their country while their wives, mothers and daughters remained safely at home, outwardly unaffected. A closer examination reveals that women have always been directly impacted by war. In the last few years, they have actively participated on the front lines.

This book tells the story of the women who documented the impact of war on their lives through their art. It includes works by professional artists and photographers, combat artists, ordinary women who documented their military experiences, and women who worked in a variety of types of needlework. Taken together, these images explore the female consciousness in wartime.

Plus d’infos ici

Triangles roses, de Milorad Vicanovic-Maza et Michel Dufranne

Vicanovic-Maza Milorad et Dufranne Michel, Triangles roses,

Soleil Productions, 2011, BD.

9782302017238.jpg

Résumé :

Dessinateur de publicité et professeur de dessin, Andreas est homosexuel. Pas une “grande folle” travestie mais un homosexuel discret, joyeux et romantique, dans le Berlin des années 30. Mais la peste brune envahit peu à peu les rues, la cité, les institutions. Des lois sont promulguées. Andreas fait l’expérience de la violence, physique ou morale. On l’envoie en prison du fait de sa préférence sexuelle, puis dans un camp de concentration. Survivant aux mauvais traitements, la libération et l’après-guerre ne lui apporteront pas plus de repos. Fait prisonnier de droit commun, un nouveau combat s’engage pour sa réhabilitation. Ce combat, qui semble perdu d’avance, se gagnera par la résignation et la trahison de son identité. Comme beaucoup d’autres homosexuels, il travestira son histoire, se dira « triangle rouge » ; se conformera à la société civile en se mariant avec une lesbienne et éduquera l’enfant qu’elle eut (de force) avec un sous-officier nazi. Malgré le refoulement nécessaire, en état de survie durant de si longues années, Andreas n’oubliera jamais qu’il fut l’un des leurs. Devant les interrogations de son petit-fils, Andreas se livre enfin…

Mot de l’éditeur :

Dessinateur de publicité et professeur de dessin, Andreas est homosexuel. Pas une “grande folle” travestie mais un homosexuel discret, joyeux et romantique, dans le Berlin des années 30. Mais la peste brune envahit peu à peu les rues, la cité, les institutions. Des lois sont promulguées. Andreas fait l’expérience de la violence, physique ou morale. On l’envoie en prison du fait de sa préférence sexuelle, puis dans un camp de concentration. Survivant aux mauvais traitements, la libération et l’après-guerre ne lui apporteront pas plus de repos. Fait prisonnier de droit commun, un nouveau combat s’engage pour sa réhabilitation. Ce combat, qui semble perdu d’avance, se gagnera par la résignation et la trahison de son identité. Comme beaucoup d’autres homosexuels, il travestira son histoire, se dira « triangle rouge » ; se conformera à la société civile en se mariant avec une lesbienne et éduquera l’enfant qu’elle eut (de force) avec un sous-officier nazi. Malgré le refoulement nécessaire, en état de survie durant de si longues années, Andreas n’oubliera jamais qu’il fut l’un des leurs. Devant les interrogations de son petit-fils, Andreas se livre enfin…

Gender Profile of the Conflict in the Democratic Republic of the Congo

Les Congolaises, premières touchées par le conflit en RDC

Article disponible sur le site de l’Egalite des hommes et des femmes en Francophonie

Le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) publie un rapport intitulé Gender Profile of the Conflict in the Democratic Republic of the Congo, sur les conséquences du conflit congolais sur les femmes. Débuté en 1996 et officiellement terminé en 2003, les femmes en paient encore fréquemment les frais, en étant toujours aujourd’hui victimes d’abus, notamment sexuels. Par ailleurs, leurs droits sont bafoués quotidiennement.

Un rapport de juin 2002 dénonce l’utilisation des violences sexuelles à l’encontre des femmes comme véritable “arme de guerre”, utilisée par la plupart des forces armées impliquées dans le conflit congolais : soldats de l’armée nationale congolaise, soldats rwandais, combattants des groupes rebelles, combattants Maï-Maï, groupes rebelles rwandais, burundais, tous ont eu massivement recours au viol… Lire la suite ici

Publication et Invitation : Viols en temps de guerre

A l’occasion de la sortie en librairie de Viols en temps de guerre aux éditions Payot, Fabrice Virgili et Raphëlle Branche sont heureux de vous inviter à la présentation du livre par les directeurs de l’ouvrage, avec la participation de plusieurs auteurs. Elle sera suivie d’un débat avec la salle. Jeudi 24 novembre à 18h : Institut historique allemand -8 rue du Parc royal -75003 Paris

9782228907033-1 Le livre

Ce livre pionnier éclaire la place et le sens des viols en temps de guerre. Parce que les victimes étaient majoritairement des civils et des femmes, les viols furent longtemps relégués au second plan, à la marge du champ de bataille. Ils étaient pensés entre butin et repos du guerrier, sans effet sur le cours de la guerre, marquant l’assouvissement de la pulsion sexuelle masculine. Vingt auteurs se penchent ici sur les différents conflits du XXe siècle, des guerres mondiales aux guerres civiles, de la Colombie à la Tchétchénie. Pour la première fois, ils retracent l’histoire de cette violence, en soulignent la complexité et l’ampleur, présentent la diversité des situations, le poids des imaginaires, les conséquences sociales et politiques, mais aussi intimes et émotionnelles. Voir table ci-dessous.

Parution le 2 novembre 2011, 272 pages, 20 €, ISBN : 978-2-228-90703-3

Les auteurs

RAPHAËLLE BRANCHE est historienne et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-1-Panthéon-Sorbonne.

ISABELLE DELPLA est maîtresse de conférences en philosophie à Montpellier III et membre de l’UMR CNRS 5206 Triangle.

ANNE GODFROID prépare une thèse de doctorat, sur l’occupation belge de la Rhénanie. Elle travaille au Musée royal de l’armée et d’histoire militaire à Bruxelles.

JOHN HORNE est professeur d’histoire européenne contemporaine à Trinity College Dublin (TCD) et membre de la Royal Irish Academy.

ADEDIRAN DANIEL IKUOMOLA enseigne la sociologie à l’Université Adekunle Ajasin (Akungba – Akoko, Etat de Ondo, Nigéria).

MAUD JOLY, ancienne pensionnaire de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid), est doctorante au Centre d’Histoire de Sciences-Po (Paris).

PIETER LAGROU enseigne l’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. De 1998 à 2003 il était chercheur à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS).

NAYANIKA MOOKHERJEE est maîtresse de conférences en anthropologie sociale à l’Université de Durham.

REGINA MÜLHAÜSER est historienne, chercheuse à la Fondation pour la promotion de la recherche et de la culture à Hambourg.

MARIANNA G. MURAVYEVA est professeure de droit à l’Université Herzen de Saint-Pétersbourg.

NORMAN M. NAIMARK est professeur d’histoire est-européenne à l’université de Stanford (chaire Robert and Florence McDonnell).

TAL NITSAN est doctorante en anthropologie à l’Université de Colombie britannique et chercheuse au Liu Institute for Global Issues.

DANIEL PALMIERI est chargé de recherches historiques auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

NADINE PUECHGUIRBAL, docteure en sciences politiques, a travaillé en tant que Conseillère Femmes et Guerre pour le Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

AMANDINE REGAMEY est maîtresse de conférences de russe à l’Université Paris-I et chercheuse rattachée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS/CNRS).

ANTOINE RIVIERE, professeur agrégé d’histoire, prépare à l’Université Paris-IV-Sorbonne une thèse de doctorat intitulée « La misère et la faute. Abandon d’enfants et mères abandonneuses à Paris (1880-1920) ».

ALEXANDRE SOUCAILLE est chercheur contractuel au CNRS, Paris. Il a un doctorat d’anthropologie sociale de l’université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

KATHERINE STEFATOS est doctorante en sciences politiques au Goldsmiths College, Université de Londres.

NATALIA SUAREZ BONILLA est docteure en sociologie à l’EHESS et maîtresse de conférences à l’Université del Valle (Cali-Colombie).

FABRICE VIRGILI est historien, directeur de recherche au CNRS (IRICE / Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne).

Table

7 – INTRODUCTION. Écrire l’histoire des viols en temps de guerre, par Raphaëlle Branche, Isabelle Delpla, John Horne, Pieter Lagrou, Daniel Palmieri, Fabrice Virgili

25 – Le viol dans la législation militaire russe moderne (XVIe-XXe siècle), par Marianna G. Muravyeva

43 – La violence sexuelle des soldats allemands pendant la guerre d’anéantissement en Union Soviétique (1941-1945), par Regina Mühlhäuser

55 – La victimisation du corps et la politique du corps : viol et abus sexuel pendant la guerre civile grecque, par Kathrine Stefatos

71 – « Héroïnes de guerre » et hommes oubliés de la guerre de libération du Bangladesh, par Nayanika Mookherjee

83 – Viol, blâme et contrôle social : le cas des enclaves paramilitaires en Colombie, par Natalia Suarez Bonilla

95 – Une fureur « belgica » en Rhénanie occupée : réalité ou fantasme ? (1920-1930), par Anne Godfroid

107 – Pratiques de guerre, terreur et imaginaires : troupes maures et viols durant la Guerre d’Espagne, par Maud Joly

119 – Promettre le viol : milices privées contre guérilla maoïste dans l’État du Bihar (Inde), par Alexandre Soucaille

133 – Le poids des imaginaires : viols et légende des femmes snipers en Tchétchénie, par Amandine Regamey

145 – Lever le silence : nouvelles approches des conséquences du viol en Érythrée, République Démocratique du Congo, Rwanda, Somalie (1994-2008), par

Nadine Puechguirbal

159 – Réponses publiques à un texte académique sur la rareté du viol dans le conflit israélo-palestinien, par Tal Nitsan

177 – La stigmatisation des enfants nés de viols lors de la guerre civile du Nigéria (1967-1970), par Daniel Ikuomola

189 – « Décisions spéciales » : les enfants nés des viols allemands abandonnés à l’Assistance publique pendant la Grande Guerre (1914-1918), par Antoine

Rivière

207 – Russes et Allemands : viols de guerre et mémoires postsoviétiques, par Norman M. Naimark

229 – Notes

261 – Les auteurs

267 – Remerciements

Vient de paraître : Paix et Guerres au XXIe siècle

BATTISTELLA Dario, Paix et Guerres au XXIe siècle, Paris, Gallimard, 2011.

«  L’âge des guerres s’achèvera-t-il en une orgie de violence ou en un apaisement progressif ? » s’interrogeait Raymond Aron à la fin de Paix et Guerre entre les nations. Cinquante ans plus tard, Dario Battistella lui fait écho en analysant les relations internationales au XXIe siècle à travers le prisme de la guerre et de la paix….

Lire la suite ici.

A paraître : The Encycolpedia of War

The Encyclopedia of War

Available online or as a five-volume print set, this ground-breaking reference is a comprehensive resource covering the history of warfare from ancient times to the present day, across the entire globe. Arranged in A-Z format, the Encyclopedia provides an overview of the most important events, people, and terms associated with warfare, from the Punic Wars to the Mongol Conquest of China and the War against Terrorism; from the Ottoman Sultan Suleiman ‘the Magnificent’ to the Soviet Military Commander, Georgii Zhukov, and from the crossbow to chemical warfare.

Individual entries range from 1,000 to 6,000 words with the longer, essay-style contributions giving a detailed analysis of key developments and ideas. Drawing on an experienced and internationally diverse editorial board, the Encyclopedia is the first to offer readers at all levels an extensive reference work based on the best and most recent scholarly research. The online version is hosted on Wiley Online Library with its intuitive navigation, enhanced discoverability, expanded functionalities, and a range of personalization and alerting options that will add value to scholarly research.

Military Sexual Trauma in Men : A Review of Reported Rates

Military sexual trauma (MST) has historically been associated with female service members, but it is also experienced by male service members. This article reviews reported prevalence and incidence rates of men’s MST in 29 studies. Sources for these studies included the Department of Defense, the U.S. military service academies, and the Department of Veterans Affairs. There is significant variability in reported rates of men’s MST. Averaging across studies covering the past 30 years, we found that MST is reported by approximately 0.09% of male service members each year, with a range of 0.02% to 6%. MST is reported by 1.1% of male service members over the course of their military careers, with a range of 0.03% to 12.4%. Determining prevalence and incidence rates for both men’s and women’s MST is fraught with limitations, including (a) cross-study variations in sample, method, definitions, and assessment and (b) barriers to reporting MST. Each of these limitations is reviewed with an eye toward identifying male-specific issues.

A paraître : Histoire de la Virilité (13 octobre 2011)

CORBIN Alain, VIGARELLO Georges et COURTINE Jean-Jacques dir., Histoire de la Virilité, 3 tomes, Paris, Seuil, 2011

Histoire-de-la-Virilite-copie-1.jpg

Mot de l’éditeur :

Tome 1

La virilité possède une tradition immémorielle : elle n’est pas simplement le masculin, mais sa nature même, sa part la plus “noble”.

La virilité serait vertu. Elle viserait le « parfait », fondant sur un idéal de domination masculine une des caractéristiques des sociétés occidentales. Une puissance a été inventée, de la force physique au courage moral, imposant ses codes, ses rituels, sa formation.

Tradition plus complexe pourtant, elle ne saurait en rien figer la virilité dans une histoire immobile. Les qualités se recomposent avec le temps. La société marchande ne saurait avoir le même idéal viril que la société militaire. Le courtisan ne saurait avoir le même idéal viril que le chevalier. La cour et la ville inventent des modèles décalés. Ce sont ces différences et ces changements que retrace ce premier volume, de l’Antiquité jusqu’aux Lumières, introduisant de l’histoire dans ce qui semble ne pas en avoir.

Tradition sévère aussi, la perfection serait toujours menacée de quelque insuffisance : la force ne peut ignorer la fragilité. Reste une rupture marquante avec les Lumières : celle visant la domination elle-même. Une virilité nouvelle s’y affirme. L’ancienne ascendance est condamnée, les pères peuvent apparaître en « tyrans », alors même que rien ne conteste encore la domination sur le féminin.

Tome 2

La période concernée par ce deuxième volume correspond à l’emprise maximale de la vertu de virilité. Le système de représentations, de valeurs et de normes qui la constitue s’impose alors avec une telle force qu’il ne saurait être véritablement contesté.

La multiplication des lieux de l’entre-soi masculin ? le collège, le pensionnat, le séminaire, le caveau de la société chantante, le bordel, la salle de garde, la salle d’armes, le fumoir, nombre d’ateliers et de cabarets, en attendant la réunion politique et la société de chasse ? constituent autant de théâtres de l’inculcation et de l’épanouissement des traits qui dessinent la figure de l’homme viril.

Au XIXe siècle, la virilité, qui a partie liée avec la mort ? mort héroïque sur le champ de bataille ou le pré carré du duel, mort provoquée par la fatigue du travailleur, mort d’épuisement de l’homme par la femme ? ne constitue pas une simple vertu individuelle. Elle ordonne, irrigue la société dont elle sous-tend les valeurs. Elle induit des effets de domination. Elle structure la représentation du monde.

Tome 3

En ce début de XXIe siècle, la rumeur enfle en Occident : les hommes ne seraient plus des hommes, des « vrais ». De ce malaise dans la part masculine de la civilisation, la virilité reste un indicateur crucial. Car c’est bien sur cet idéal de force physique et de puissance sexuelle, de maîtrise et de courage que s’est historiquement construit dans la culture ce qui passe pour la « nature » de l’homme. Et demeure le socle la domination masculine.

Or une crise se propage, semble-t-il, dans l’Empire du mâle : les carnages guerriers ont élimé l’étoffe des héros, le retour cyclique des dépressions économiques érodé la fierté du travailleur, la montée des conformismes tari les goûts d’aventure. L’éveil et les progrès de l’égalité entre les sexes, les avancées du féminisme sont venus contester d’anciens privilèges et d’inacceptables violences.

Il y a donc un paradoxe de la virilité contemporaine : comment comprendre que cette représentation hégémonique de la puissance masculine ait fini par apparaître aussi incertaine ? Les hommes d’aujourd’hui entendent-ils porter longtemps encore cette charge millénaire,ou vont-ils souhaiter sentir s’en alléger le poids ? Quitte à renoncer à ses avantages…

MILQUET Sophie et FREDERIC Madeleine coord.

Femmes en guerres, Editions de l’Université de Bruxelles, coll. « Sextant » (n°28), 2011. 

La guerre est habituellement considérée comme une affaire d’hommes, où les femmes n’occuperaient que des rôles secondaires. Bien qu’actrices et témoins de l’histoire, elles voient en permanence leur expérience dévalorisée. 

Pourtant, face à l’ampleur des conflits des 19 et 20èmes siècles, c’est l’ensemble de la population qui a été touché. Les femmes s’étant mobilisées de diverses manières, il apparaît important de promouvoir une lecture du phénomène guerrier selon le prisme du genre. Cet ouvrage s’inscrit dans cette perspective. En rassemblant des contributions d’historiens et de littéraires, il décrit tant la complexité des expériences féminines de guerre que leurs représentations dans la littérature.

Table des matières

  • Femmes en guerres : histoire(s), Sophie Milquet
  • Identités de genre et événement guerrier : des expériences féminines du combat, Luc Capdevila

  • De la corporéité de la guerre: corps de femmes et violence-spectacle dans la Guerre Civile espagnole, Maud Joly

  • Écrire l’expérience féminine de la Guerre civile espagnole : Imaginaires du corps dans l’œuvre d’Agustin Gomez-Arcos, Sophie Milquet

  • Un regard féminin sur la médecine : L’hygiène sexuelle dans la Guerre civile espagnole, Dolores Martín Moruno

  • Raconter la guerre civile espagnole au féminin : des témoignages à la postmémoire, Beatriz Calvo Martín

  • María Lejárraga, attachée commerciale de la République espagnole à Berne pendant la Guerre d’Espagne, Allison Taillot

  • Louis Guilloux et les libérateurs dans O.K., Joe, Michèle Touret

  • Les identités de genre en guerre, Justine Feyereisen

A paraître : Basch Françoise, Ilona, ma mère et moi Une famille juive sous l’Occupation. 1940-1944

Basch Françoise, Ilona, ma mère et moi Une famille juive sous l’Occupation. 1940-1944, Paris, Ixe, 2012, 128 p.

Mot de l’éditeur :

“C’est aux femmes de ma famille, tout particulièrement à ma mère, que j’ai voulu ici rendre justice. Ce texte tente de retracer leur parcours courageux – et, j’ose le mot, leurs exploits au fil des années de guerre, ainsi que leur influence sur mon propre destin”, écrit Françoise Basch en conclusion de ce récit personnel et lucide. Enfant pendant la Deuxième Guerre mondiale, Françoise Basch a vécu l’exode, l’absence de son père, une vie de lycéenne à Lyon où s’étaient réfugiés ses grands-parents, Ilona et Victor Basch, et les rencontres toujours trop brèves avec sa mère, Marianne, médecin, obligée de s’installer deux cents kilomètres plus au sud. En 1944, l’assassinat d’Ilona et de Victor par la Milice convainc Marianne d’organiser la fuite de ses deux enfants vers la Suisse.

Pour ce livre voulu en hommage à Marianne, qui assura leur survie à tous en ces temps périlleux et à Ilona, figure féminine plus traditionnelle, Françoise Basch a puisé dans les correspondances familiales en confrontant ce qu’elles restituent de la réalité à ses souvenirs d’enfance. Son travail de mémoire exigeant rend justice à ces femmes, qui en « héroïnes ordinaires » surent déployer d’immenses ressources d’ingéniosité, de courage et d’ironie face au brutal rétrécissement de leurs horizons.

Contribution à l’histoire du genre par l’évocation précise des rôles nouveaux alors assumés par les femmes, Ilona, ma mère et moi revient aussi sur la complexité du rapport personnel à la judéité. 

Mots-clés : guerre et genrecorrespondances privées2e guerre mondiale