Colloque : Nouveaux apports sur l’implication de la France dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Colloque

Nouveaux apports sur l’implication de la France

dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Organisé par France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations (FRG-EJR) sous le patronage de Jean-Claude LEFORT, ancien député et vice président  de la mission d’information parlementaire sur le Rwanda, et de Géraud de Geouffre de La Pradelle, professeur de droit et juriste international.

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h (entrée libre)

Espace Jean Dame 17, Rue Léopold Bellan 75002 Paris

Métro  :  Sentier

Table-ronde pour poursuivre les recherches

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP, 13  boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Métro : Strasbourg-Saint-Denis

Depuis la Commission d’enquête citoyenne (CEC) de 2004, aucune rencontre d’importance n’a  fait le point sur l’implication de la France dans le génocide des Tutsi en 1994. Pourtant d’importants apports ont été faits depuis : côté français avec, par exemple, la diffusion de documents provenant d’archives de l’Élysée, côté rwandais avec la publication des travaux des commissions Mucyo et Mutsinzi. D’autres documents ou témoignages, provenant du TPIR, d’autres procédures judiciaires ou de travaux de chercheurs, ont été publiés. Les écrits ou interviews de militaires français, qui s’attachent à dénier toute responsabilité dans ces événements sanglants, apportent également parfois  des informations inédites.

Le peu d’intérêt suscité par ces apports, tant dans les médias où sévit un négationnisme d’une virulence inconnue jusqu’alors, que dans la recherche universitaire, nous a incité à réunir historiens, journalistes, juristes, parlementaires, militants des Droits de l’homme, pour exposer le résultat de leurs travaux, confronter leurs conclusions et relancer le débat.

Le colloque vise à présenter les faits nouveaux concernant l’implication de l’appareil d’État français dans la préparation et la perpétration du génocide, et à récapituler les charges qui pèsent sur les responsables français. Il se propose aussi d’analyser comment l’application de la doctrine française de la guerre révolutionnaire et l’adhésion des autorités politiques et militaires françaises au  racisme anti-tutsi, fondement de l’État Rwandais depuis 1959, ont pu mener la France à soutenir l’extermination programmée des Tutsi rwandais. Il s’interrogera sur les manoeuvres de l’État français pour éluder sa responsabilité et les perspectives judiciaires possibles des plaintes en France de victimes du génocide. Il discutera de la situation matérielle, physique et morale des rescapés et de la manière dont ils pourraient obtenir le versement de réparations par la France.

Enfin il s’interrogera sur le silence de tous les candidats à l’élection présidentielle à propos de la participation de l’appareil d’État français à ce génocide ; il discutera des modalités qui permettraient de remettre dans le débat public la question des errements criminels de l’État français et des moyens d’y mettre un terme.

Programme provisoire

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h

1. Enquêtes

a. État des lieux et enquêtes en cours

– Bilan de la Commission d’Enquête citoyenne créée en 2004 et éléments nouveaux, par Emmanuel Cattier, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– Les indices de préparation du génocide, par Jean-François Dupaquier, journaliste, ancien rédacteur en chef au Quotidien de Paris et à L’Événement du Jeudi, Expert auprès du Tribunal Pénal pour le Rwanda, auteur de L’agenda du génocide, Ed. Karthala.

– « La guerre totale et très cruelle » du général Quesnot, par Jacques Morel, Membre de FRG-EJR, auteur de La France au coeur du génocide des Tutsi Ed. Izuba-L’Esprit Frappeur.

– Le criminologue Robardey, pistes d’enquête sur les listes françaises du génocide, par Bruno Boudiguet, Éditeur, membre  de FRG-EJR, collaborateur de la Revue La Nuit Rwandaise.

– Regard d’un journaliste engagé (sujet à préciser), par Jean Chatain, journaliste à L’Humanité.

– Retour à Bisesero : Les enseignements d’un complément d’enquête, par Jean-Luc Galabert, psychologue, éditeur, auteur de  Les enfants d’Imana. Histoire sociale et culturelle du Rwanda ancien, Ed. Izuba.

– La mort de François de Grossouvre et le Rwanda, par François Graner, physicien, Institut Curie, Paris.

b. Témoignages : quelle place dans la hiérarchie des preuves ?

– Témoignage de Pauline Kayitare, rescapée, auteur de Tu leur diras que tu es Hutu, André Versaille éditeur.

– Témoignage de Eric Nzabihimana, survivant de la résistance des Tutsi à Bisesero.

– Les enseignements d’un recueil de témoignages, par Cécile Grenier, réalisatrice, scénariste de la bande dessinée Rwanda 1994, résultat de plusieurs années de recherches dont 6 mois d’enquête au Rwanda.

– Faire face au négationnisme francophone, par Jean Mukimbiri, docteur de l’Université catholique de Louvain et conseiller en médiation, auteur de L’envers absolu de la médiation : quelle restauration après l’irrémédiable ? ed. Sion, et Représentations littéraires et orientations Interprétatives d’un Génocide en Afrique, UCL, 2007

2. Justice

– Les plaintes de femmes Tutsi contre des soldats de l’opération Turquoise, par Annie Faure, médecin pneumologue, à l’hôpital de Gahini à l’Est du Rwanda pendant le génocide, auteur de Blessures d’humanitaire, Balland, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– L’affaire de l’ETO ou l’abandon aux génocidaires des réfugiés de l’École Technique Officielle par les troupes belges de la MINUAR : Les enseignements d’un procès, par Philippe Lardinois, avocat au barreau de Bruxelles, défenseur de parties civiles rwandaises.

– La justice face à l’implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda, interview filmée de Géraud de la Pradelle.

– Structures idéologiques, doctrinales et organisationnelles du génocide des Tutsi : quelle spécificité, quelle place dans l’histoire et le droit des crimes d’État et de masse ? Par Gabriel Périès, docteur en sciences Politiques et David Servenay, journaliste, co-auteurs de Une guerre noire enquête sur les origines du génocide rwandais, ed La Découverte.

3. Réparations

Présentation du travail de la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (au Rwanda) dans le plaidoyer pour les rescapés  par Yolande Mukagasana (à confirmer)

Etat des lieux et perspectives de réparations pour les rescapés : table ronde avec Yolande Mukagasana et des acteurs de la solidarité avec les rescapés du génocide : Tito Mugrefya, psychologue, fondateur de l’association Mpore ; Roland Junod, enseignant à l’école des Hautes études de Genève, fondateur de l’association Les amis de Bisesero ; Bruce Clarke, artiste plasticien, membre de l’association Appui-Rwanda.

4. Synthèse

Les responsabilités françaises, individuelles et collectives, à l’épreuve des faits.

Table ronde avec Michel Sitbon, Jean-François Dupaquier, Jacques Morel

En guise de conclusion : Perspectives pour faire avancer les enquêtes, la justice et les réparations

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP (Coordination des intermittents et précaires)13 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

(Métro Strasbourg-Saint-Denis)

Table-ronde pour poursuivre les recherches

La table-ronde du Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30 proposera à toutes les personnes intéressées de débattre des « Perspectives et actions à mener pour la reconnaissance des responsabilités dans l’organisation et la mise en œuvre du génocide des Tutsi du Rwanda, pour la justice et les réparations envers les rescapés »

Cette table-ronde s’inscrit dans la poursuite de l’appel rédigé après le colloque de Genève organisé par France-Rwanda Génocide, la Communauté rwandaise de Suisse et Ibuka Suisse où a été acté la création d’un « Réseau International pour la Justice après le génocide des Tutsi du Rwanda. » dont les objectifs seraient :

• de poursuivre et démultiplier le travail de recueil des témoignages des rescapés et des témoins des crimes de génocide ;

• de soutenir les initiatives de recueil de témoignages entreprises au Rwanda;

• de protéger et de soutenir les témoins en créant un réseau de soutien et en démultipliant des parrainages ;

• de mettre en valeur les témoignages recueillis, par leur traduction, leur recension, leur indexation, le travail de recoupement aux fins de pouvoir être utilisés pour la reconnaissance des crimes, l’ouverture de poursuites judiciaires contre les génocidaires et l’exigence de réparations pour les rescapés et familles de victimes,  notamment de la part de l’État français ;

• d’identifier les gisements d’informations exploitables et de rendre possible leur accès et leur utilisation ;

• de poursuivre le travail de recensement des victimes du génocide ;

• de défendre le principe de préservation et d’accessibilité des archives du TPIR et de leur transfert au Rwanda après la cessation des activités du tribunal d’Arusha ;

• d’identifier les réseaux négationnistes et de lutter contre leurs entreprises.

L’association « France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations », organisatrice du colloque vise à :

–  réunir les informations nécessaires à la manifestation de la vérité sur la participation de la France à ce génocide ;

–  amener les dirigeants français, présumés responsables dans l’exécution du génocide des Tutsi du Rwanda en 1994 à répondre de leurs actes devant toute juridiction compétente.

–  aider les rescapés et les ayant-droits des victimes de ce génocide à obtenir  des réparations, en particulier de la part de l’État français .

En réunissant chercheurs de diverses disciplines, militants, citoyens en quête de vérité et de justice FRG-EJR souhaite favoriser leur mise en réseau, pour que le silence, le mensonge et l’oubli ne soit pas le seul linceul des victimes du génocide des Tutsi du Rwanda.

http://www.francerwandagenocide.org

http://www.demosphere.eu/node/26611

 

CFP : Violence Studies Conference 2012

The Humanities Research Institute at the University of Newcastle invites academics from a wide a variety of disciplines — including anthropology, art, criminology, history, international relations, law, literature, psychology, philosophy, political science and sociology — to submit proposals for panels and individual papers at its conference, Histories of Violence, to be held in the city of Newcastle from 21-23 August 2012.

Plenary speakers: 

Arjun Appadurai, New York University

Rosemary Gartner, University of Toronto

Gyanendra Pandey, Emory University

The program committee welcomes panels and paper proposals that deal with the history of violence in the broadest sense, in all parts of the world, from the fifteenth century to the present day. In order to complement the Humanities Research Institute’s continuing strengths in the history of violence, the Committee encourages proposals that involve histories of gender and race, cultural history, and religious history.

The Committee also invites submissions from scholars working in war, murder, mass murder and atrocity.

We invite prospective participants to submit a presentation proposal for one of the following parallel session options: 30-minute panel presentations; a 90-minute workshop; or a jointly presented 90-minute round table session. For more information refer to Conference website.

To defray costs for postgraduate students, the Humanities Research Institute is offering competitive scholarships.

All submissions should be electronic and should be submitted before 1 May 2012.

Participants will be notified by 1 June 2012. Please include the following information:

1. Panel title & short, one paragraph description.

2. Paper proposals for each paper (no more than half a page).

3. The CVs of all participants.

4.  Email address of designated contact person.

All inquiries and submissions should be sent to:

A/Prof Philip Dwyer, Philip.Dwyer@newcastle.edu.au

Prof. Lyndall Ryan, Lyndall.Ryan@newcastle.edu.au

  

CFP : Political violence in interwar Europe

Political violence in interwar Europe

Cardiff University, 19th-21st September 2012

From confrontations during strikes to the street battles of extremist groups, violence was a feature of interwar European politics.  As countries entered an age of mass politics, governments searched for ways to integrate their peoples into the political system.  Yet violence as a means of political expression and engagement persisted, even in democratic nations.  Violent political conflict preceded the establishment of fascist regimes in Italy and Germany, and civil war in Spain.  In Eastern Europe, the collapse of empire and the founding of new nation-states gave rise to violent political struggle.  In France and Britain, street fighting and rioting raised fears over the breakdown of order in the western democracies.  State authorities could respond with force themselves, or implicit approval directed at enemies.  Groups that resorted to violence, while embedded in particular national environments, were often part of broader international political phenomenon and organisations such as Communism and Fascism.  The development of the ideas and practices of such groups was subject to transfers across national boundaries. Yet most existing histories tend to focus on particular national contexts or countries where extremist governments came to power.  Furthermore, accounts take either the left or the right as their subject, but say little about common practices and attitudes.

This conference will examine multiple aspects of interwar European political violence, broadly defined.  Were understandings of acceptable conduct common to the left and the right?  What rules, explicit and unspoken, governed behaviour during violence?  What significance did violence have in the daily life of contemporaries? What role did political violence play in democratic societies?  Was violence a component of political competition in interwar democratic societies?  How was it viewed as a means of political competition?  What role did the State play in setting the parameters of political violence?  How did violent groups interpret the action of their foreign counterparts?  Were aspects of violent cultures transferred across national boundaries?

We invite the submission of twenty minute papers that explore these questions and others in any European country during the interwar years.  Please send a 300 word abstract and one-page CV by email to Chris Millington: millingtoncd@cardiff.ac.uk.

The deadline for submissions is 31st January 2012.

For and on behalf of the conference organisers: Chris Millington and Kevin Passmore.

Colloque : “Mobilités et Circuation des savoirs” – 17-19 novembre 2011

MOBILITÉS ET CIRCULATION DES SAVOIRS

2ème colloque international du Laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA337)

Université Paris Diderot – Paris 7

17 – 18 – 19 novembre 2011

Sites Buffon et Halle aux Farines (Paris Rive Gauche -13e)

Le colloque organisé en 2011 par l’ÉA “ICT” propose d’examiner la diversité des formes collectives (réseaux, sociabilités) et des rapports sociaux par lesquels se fait la mise en circulation des savoirs, ainsi que leur articulation avec de nouvelles constructions institutionnelles et de nouveaux rapports de pouvoir du Moyen Âge à nos jours, dans le cadre de cinq thématiques réparties en sessions parallèles :

1) Circulation des corps et savoirs sexués

Coordination : Gabrielle Houbre, Didier Lett

2) L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain

Coordination : Marie-Noëlle Bourguet, Harold Lopparelli (doctorant)

3) Mobilités et circulation des savoirs techniques

Coordination : Mathieu Arnoux, Arnaud Passalacqua, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Liliane Pérez

4) Circulation des savoirs et pouvoirs

Coordination : Anna Caiozzo, Florence Gauthier, Pilar Gonzalez-Bernaldo avec la collaboration d’Annick Lempérière (Université Paris 1-UMR MASCIPO)

5) Transferts et médiations : traductions et échanges scientifiques et épistolaires dans la circulation des savoirs

Coordination : Claudine Delphis, Michel Prum

Contact : labo.ict@univ-paris-diderot.fr 

PROGRAMME

PROGRAMME DETAILLE ICI 

Jeudi 17 novembre 2011 (SITE BUFFON) :accès par le 15, rue Hélène Brion

Amphi Buffon

09h45-10h15 : Accueil des participants

10h15 Allocutions d’ouverture  : Liliane Pérez (directrice d’ICT,), Florence Rochefort (Présidente de l’Institut Emilie du Châtelet)

10h30 : Conférence inaugurale de Daniel Roche, Professeur au Collège de France

12h30 – Déjeuner  Hall Buffon

14h30 – 17h30 :

Thème Transferts et médiations : traductions et échanges scientifiques et épistolaires dans la circulation des savoirs (salle RB18B – Institut Jacques Monod)

Discutante : Claudine Delphis (Université Paris Diderot, ICT)

Jean-Michel Servet (IHEID, Genève) : Retraduire Adam Smith : mobilité des idées économiques et biais de la traduction

Michel Prum (Université Paris Diderot, ICT) : Darwin traverse la Manche : la traduction-distorsion des textes de Darwin en France

Florence Binard (Université Paris Diderot, ICT) : Traduire le genre

Thème Mobilités et circulation des savoirs techniques : « Définir et identifier les circulations techniques » (Amphi Buffon)

Président  de séance : Mathieu Arnoux (Université Paris Diderot, EHESS)

Discutante : Corine Maitte (Université de Marne La Vallée)

Vincent Demont (Université Paris X) : Un savoir commercial aux marges du monde marchand : la comptabilité chez les joailliers dans l’Empire du XVIIe siècle

Sophie Desrosiers (EHESS) : Mobilités et circulation des savoirs techniques : ce que nous disent des objets comme les textiles

Sébastien Gardon (Université Lyon II) : Enquêter sur les circulations dans des espaces nationaux et transnationaux. Problèmes de méthodes et enjeux problématiques

Arnaud Passalacqua (Université Paris Diderot, ICT) : Un monde paradoxalement en concurrence : les agglomérations européennes, leurs transports urbains et l’influence des circulations techniques

Larissa Zakharova (EHESS, CERCEC) : Les défauts de nos systèmes peuvent être corrigés par les spécialistes soviétiques mieux qu’on ne le fait dans les firmes étrangères. L’utopie autarcique et la circulation des techniques de communication en URSS

Pause café vers 16h – Hall Buffon


Vendredi 18 novembre 2011 – 09h30/12h30 – SITE BUFFON : accès par le 4 rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé

Pause café vers 10h45 – Hall Buffon

Thème Transferts et médiations : traductions et échanges scientifiques et épistolaires dans la circulation des savoirs (salle RH02A–rdc haut)

Discutant : Michel Prum (Université Paris Diderot, ICT)

Claudine Delphis (Université Paris Diderot, ICT) : L’amitié Stephan Zweig – Jean- Richard Bloch, une correspondance inédite

Simon Taylor (Université Paris Diderot, ICT) : La circulation des savoirs juridiques dans l’Union européenne : obstacles et solutions

Patricia Cotti (Université Paris Diderot, UFR SHC) : Traduire Freud, difficultés et enjeux

Marie-Brunette Spire (agrégée, traductrice) : Zangwill revisité

Jean-Louis Bacqué-Grammont (CNRS) : Un vecteur de l’ouverture au monde de l’Empire ottoman : les langues de l’Europe occidentale et les effets en retour

Thème Circulation des savoirs et pouvoirs : « Entre miroirs au prince et vision du monde » (salle RH04A – rdc haut )

Présidente de séance : Faranirina Rajaonah (Université Paris Diderot, SEDET)

Discutant et synthèse : Julien Loiseau  (Université Aix en Provence, UMR 8167)

Introduction : Anna Caiozzo (Université Paris Diderot, ICT) : L’imaginaire de l’Inde et les transferts de savoirs de pouvoir en Orient médiéval : autour de Khusraw Anūshirvān

Aya Sakkal (Lettres et littérature arabes, Strasbourg) : Miroir des Princes entre pouvoir et images : Kalîla et Dimna d’Ibn al-Muqaffa

Lydwine Scordia (Université de Rouen), Emmanuel Tixier du Mesnil (Université Paris X) : Entre Orient et Occident, circulation, versions et lectures du  Secret des secrets (XIe-XVe siècles)

Annie Vernay-Nouri (BNF, Conservatrice des manuscrits arabes) : La cartographie ottomane de Pir Reis : innovations et transpositions

Véronique Adam (Littérature comparée, Toulouse le Mirail, CRI Grenoble III) : Le savant alchimiste et le politique : pouvoir occidental et contre-pouvoir oriental

Frédéric Hitzel, (CNRS, CETOBAC) : Instructeurs français au service des premières écoles militaires turques de Constantinople (1774-1798)

Thème Mobilités et circulation des savoirs techniques : « Circulations des techniques, circulations marchandes » (salle RH02B – rdc haut)

Présidente  de séance : Marie-Louise Pelus-Kaplan (Université Paris Diderot, ICT)

Discutante : Catherine Verna (Université Paris 8)

Jacques Bottin (CNRS, IHMC) : Circulation des acteurs, diffusion des normes et des pratiques dans l’espace négociant de la façade atlantique européenne (1550-1650)

Isabelle Bretthauer (Université Paris Diderot, ICT) : Circulation des savoirs techniques des notaires du nord de la France à la fin du XIVesiècle : les registres de notaires comme traces des méthodes de travail

Christelle Rabier (EHESS Centre A. Koyré) : Les circulations techniques médicales, entre Europe et colonies, 1600-1800

Mau Chuan Hui (Université Tsing Hua, Taïwan) : Le marché de la soie et la recherche sur les vers séricigènes sauvages en France et en Chine

François Wassouni (Université de Maroua, Cameroun) : Mobilités, développement et circulations des savoirs techniques dans l’artisanat africain de la période précoloniale au XXIe siècle. L’exemple de l’artisanat camerounais

Thème L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain : « savoirs naturalistes » (salle RH04B – rdc haut)

Présidente de séance : Marie-Noëlle Bourguet (Université Paris Diderot, ICT)

Discutant : Kapil Raj (EHESS, Paris)

Brian W. Ogilvie (Université du Massachusetts, Amherst) : Merian’s Surinamese lantern fly : The coming into being and passing away of a scientific fact

Marianne Klemun (Université de Vienne) : “Austrian” Expeditions and the varying context of competition between botanists and gardeners.

Yuko Takigawa (Université de Kagawa, Japon) : Contrast of Japanese materials and knowledge used by Cuvier, Valenciennes and Siebold to describe Japanese fish and aquatic animals in the 19th century

12h45 – Déjeuner – Hall Buffon


Vendredi 18 novembre 2011 – 14h30/17h30 – HALLE AUX FARINES :accès par le Hall E / ascenseur F

Pause café vers 16h – Salle 574-5e

Thème Circulation des savoirs et pouvoirs (salle 580F–5e)

Présidente de séance : Pilar González-Bernaldo (Université Paris Diderot, ICT)

Discutant : Pierre-Yves Saunier (CNRS-UMR Environnement Ville Société, Lyon)

Lissel Queiroz Perez (Université de Rouen-MASCIPO) : El arte obstetriz. Les sages-femmes et la construction d’un savoir obstétrique dans le Pérou du XIXe siècle (1826-1900)

Javier Sabarros (Doctorant, Université Paris Diderot, ICT) : Circulation des savoirs et mobilité des savants dans la constitution d’une discipline historique en Argentine au début du XXe siècle

Ricardo Gonzalez Leandri (CSIC-Espagne) : Medical power, State knowledge and reconfiguration of the academic field. Argentina 1890-1930

Liliane Crips (Université Paris Diderot, ICT) : La circulation des théories raciales et la reconfiguration des savoirs disciplinaires en Allemagne et dans l’Europe occupée (1933-1945)

Mariano Ben Plotkin (IDES/CONICET-Untref-Argentine) : Psychoanalysis and Political Authoritarianism. Argentina in the 1960s and 70s

Thème L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain : «  Altérités » (salle 481F–4e)

Présidente de séance : Anne-Julie Etter (Doctorante, Paris Diderot, ICT)

Discutante : Isabelle Surun (Université Lille 3)

Boris Jeanne (EHESS) : Le laboratoire romain : transformations des savoirs missionnaires américains en données universelles au second XVIe siècle

April G. Shelford (American University, Washington D.C) : Civilizing Colonial Knowledge (18th century)

Véronique Larcade (Université de Polynésie) : L’hétérogénéité de la validation des savoirs sur Tahiti, clé possible de compréhension d’une paradoxale opacité (1771-1859)  SOUS RESERVE

Valérie CHANSIGAUD (Paris, Dr en sciences de l’environnement) : Le désir du gorille (1846-1910). La difficile constitution des savoirs lointains.

Thème Circulation des corps et savoirs sexués : « Identités de sexe et sexualités » (salle 472F–4e)

Présidente de séance : Gabrielle Houbre  (Université Paris Diderot, ICT)

Discutante : Sylvie Steinberg (Université de Rouen)

Régis Schlagendhauffen (Université de Strasbourg) : Réseaux et circulations des savoirs autour de l’homosexualité au tournant du XIXe Siècle en France et en Allemagne

Cathy Mc Clive (Durham University/GB) : La tournée de Michel-Anne Drouart ou apprendre à être un hermaphrodite

Rafael Mandressi (CNRS) : Définir la virilité : le savoir des médecins et le propre des hommes à l’époque moderne

Laurence Moulinier-Brogi (Université Lyon II) : A la recherche du corps féminin vu de l’intérieur


Samedi 19 novembre 2011 – 09h30/12h30 – HALLE AUX FARINES : accès par le Hall E / ascenseur F

Pause café vers 10h45

Thème Mobilités et circulation des savoirs techniques : «  Histoire politique des circulations techniques » (salle 476F – 4e)

Présidente  de séance : Sophie Coeuré (Université Paris Diderot, ICT)

Discutante : Irina Gouzévitch (EHESS, Centre Maurice Halbwachs)

Michèle Virol (Université de Rouen) : Mobilité des ingénieurs et circulation de savoirs techniques liés à la   fortification et à la poliorcétique. Europe et Amérique XVIIe-XVIIIe siècles

Ferruccio Ricciardi (EHESS, Centre Maurice Halbwachs) : La dimension politique des circulations techniques: diplomatie, relations commerciales, expertise (Etats-Unis/Italie, années 1950-1960)

Léonard Laborie (CNRS, UMR Irice 8138) : Aux frontières de la circulation des techniques télégraphiques. L’échec du projet d’école internationale d’ingénieurs spécialisés (1868-1874).

Marie-Clotilde Meillerand (ANR MOSARE – Laboratoire Triangle – UMR 5206 – ENS de Lyon) : Mobilisations d’expériences extra-métropolitaines au service de l’aménagement urbain. Le cas des membres des Organismes Régionaux d’Etudes d’Aires Métropolitaines (OREAM) (1966-1970)

Thème Circulation des savoirs et pouvoirs (salle 477F – 4e)

Présidente de séance : Nikita Harwich (Université de Nanterre-MASCIPO)

Discutant : Jean-Pierre Zuniga (EHESS)

Romy Sanchez (Université Paris 1 – MASCIPO) : Jorge Davidson : circulations atlantiques d’une possible bibliothèque abolitionniste

Annick Lempérière (Université Paris 1 – MASCIPO) : Le « droit administratif » : circulation et métamorphoses entre France et Mexique (mi-XIXe siècle)

Eduardo Zimmermann (Universidad de San Andrés, Argentina) : Between Politics and Administration. Towards a New Concept of Statehood in Argentina

Stefan Rinke (Freie Universität Berlin, Zentralinstitut Lateinamerika-Institut) : Transfers of knowledge between Germany and Argentina between the First World War and the Great Depression

Eduardo Manero (CNRS) : Flux menaçants, frontières et conflits de souveraineté en post guerre froide en Amérique latine

Thème L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain : “Des savoirs utiles” (salle 480F – 4e)

Président de séance : Harold Lopparelli (Doctorant, Université Paris Diderot, ICT)

Discutant : Simon Shaffer (Université de Cambridge, RU)

Samir Boumediene (Université Nancy 2) : L’acclimatation portuaire des savoirs sur le lointain : la validation des remèdes américains dans les ports de l’Europe méditerranéenne (XVIe-XVIIIe s.)

David Plouviez (Université de Nantes), Ressources coloniales et enjeux militaires. Construction, légitimation et rejet des savoirs sur les bois américains dans la communauté savante et technicienne maritime française, fin XVIIe -XVIIIe siècle.

Wu Huiyi (Doctorante Université Paris Diderot/SUM Italia) , Itinéraires multiples, savoir multiforme : quelques considérations préliminaires sur le corpus de traductions botaniques dans la Description de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise (Paris, 1735)

Ronald GUILLOUX (laboratoire S2HEP, Université Lyon 1-ENSL), La réception de l’acupuncture japonaise en France : histoire d’une invalidation (1683-1825).

Thème Circulation des corps et savoirs sexués : (salle 481F – 4e)

Président de séance : Didier Lett (Université Paris Diderot, ICT),

Discutante : Sylvie Steinberg (Université de Rouen)

Cécile Treffort (Université de Poitiers) : Les manifestations féminines du deuil dans les funérailles médiévales : de la circulation d’un stéréotype à une « loi du genre » dans la mise en scène de l’ordre social

Dorothea Nolde (Université de Brême, Allemagne) : Autres pays, autres mœurs : les notions de genre dans les récits de voyage, à l’époque moderne

Irina Podgorny (Musée de la Plata-CONICET, Argentine) : Musées qui voyagent : les pathologies sexuelles dans les collections d’anatomie populaire à la fin du XIXe siècle

Elodie Jauneau (Université Paris Diderot, ICT) : Les Equipes Médico-Sociales Itinérantes pendant la guerre d’Algérie : la mission sociale, humanitaire et stratégique des “toubibas”

Thème Circulation des savoirs et pouvoirs : « Du droit naturel aux droits de l’homme: circulations atlantiques » (salle 473F – 4e)

Président de séance : Yannick Bosc (Université de Rouen)

Discutant : Antonio Annino (Université de Florence)

Nestor Capdevila (Université Paris X) : Las Casas, universalisme et sacrifice

Florence Gauthier (Université Paris Diderot-Paris 7, ICT) : La réapparition de Las Casas et des droits naturels universels à l’époque des Révolutions de France et de Saint-Domingue/Haïti, 1789-1804

Eric Millard (Université Paris X) : L’utilisation de l’argument du droit naturel comme justification des doctrines des juristes aux XIXe et XXe siècles


Samedi 19 novembre 2011 – 12h30/17h30 – SITE BUFFON : Accès par le 15 rue Hélène Brion

12h45 – Déjeuner – Hall Buffon

14h30-17h30 : Amphi Buffon

Session plénière : conclusions des travaux des ateliers et discussion générale.

7-9 décembre 2011 : Enfances en guerre – Témoignages d’enfants sur la guerre

Enfances en guerre -Témoignages d’enfants sur la guerre

Childhoods in the war – Testimonies of children about war

Résumé

Enfances en guerre. Témoignages d’enfants sur la guerre. Colloque international à l’UNESCO, du 7 au 9 décembre 2011, dans le cadre du programme de l’UNESCO pour l’éducation des enfants en détresse. Organisé dans le cadre du projet de l’ANR enfance violence exil porté par l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Présentation

Ce colloque International a été conçu par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs regroupés dans le projet Enfance- Violence-Exil de l’Agence Nationale pour la Recherche, piloté par l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand en coopération avec l’université de Picardie Jules Verne d’Amiens, l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS), l’Association Enfance Réseau Monde Services (France) et l’université de Regensbourg (Allemagne). A travers l’étude transdisciplinaire, allant de l’histoire de l’art à la psychologie et en traversant toutes les sciences humaines et sociales, ces travaux placent l’enfant au milieu des recherches scientifiques sur les cultures et violences guerrières. L’expérience enfantine en temps de guerre est généralement lue à travers le prisme du « traumatisme », où l’être traumatisé apparaît comme subissant et passif face à des événements sur lesquels il n’a aucune prise. Or, dans les situations de guerre où les enfants sont tout sauf préservés, que ce soit par l’expérience du départ ou de la mort des proches, des violences, de la faim, ils développent de nouveaux savoir-faire et font souvent montre d’une capacité d’adaptation supérieure à celle des adultes. Sans nier les évidentes souffrances physiques et psychologiques imposées par les guerres, l’étude des témoignages enfantins devient ainsi le moyen d’aborder leur capacité d’agir face à ces situations extrêmes.

Exposition itinérante : J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner : Dans le cadre du colloque, le 7 décembre à 18 heures, cette exposition de dessins d’enfants sera inaugurée en hommage à Françoise et Alfred Brauner pour le 100ème anniversaire de leur naissance. La collection établie par le couple Brauner réunit des témoignages enfantins allant de la guerre des Boers jusqu’aux conflits en ex-Yougoslavie. L’exposition présente toutes les facettes de l’expérience de guerre enfantine au XXème siècle, non pas illustrées mais véritablement incarnées ; elle donne à entendre des voix de papier. Alfred Brauner est né en 1910 à Saint-Mandé (France), et Fritzi Erna Riesel à Vienne (Autriche) en 1911. En 1937, Fritzi (devenue Françoise) et Alfred Brauner rejoignent les Brigades Internationales en Espagne, elle d’abord, comme médecin ; lui ensuite, avec la charge d’inspecter les centres pour enfants évacués. C’est dans ces foyers que les Brauner commencent à s’intéresser au dessin comme outil thérapeutique, mais aussi politique, servant à dénoncer les horreurs de la guerre. Cette première expérience humanitaire se prolonge à leur retour en France, avec des enfants juifs évacués d’Allemagne et d’Autriche, puis revenant des camps en 1945. Par la suite, la vie professionnelle des Brauner se tourne vers la réinsertion des enfants inadaptés. Mais leur engagement en faveur de ces « enfants qui ont vécu la guerre » ne se dément pas, que ce soit par l’action associative avec Enfants Réfugiés du Monde, ou par la collecte ininterrompue des dessins d’enfants en guerre, à travers le siècle et les continents – de la guerre du Liban au Guatemala, de l’Algérie au Vietnam. La richesse et la continuité de cette collection en font la singularité et l’intérêt.

Par la suite, l’exposition sera itinérante et pourra suivre les étapes des lieux de colloque du projet Enfance-Violence-Exil, Ville de Clermont-Ferrand (les 20-22 novembre 2013) à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, Bibliothèque nationale de France, Universités Regensburg, Hambourg (Allemagne), Historial de Péronne, etc.

Publication : J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner (ISBN 978-2-84516-527-4)  / I have Drawn Pictures of the War, The Eye of Françoise and Alfred Brauner. (ISBN 978-2-84516-549-6)

La publication des Presses Universitaire Blaise Pascal (2011), réalisée par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) et le Service Université Culture (SUC) de l’université Blaise Pascal, en collaboration avec l’université de Picardie Jules Verne d’Amiens et l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS), sera présentée au public. L’ouvrage l’histoire des conflits contemporains à travers les dessins d’enfants et permettra à tous les publics d’aborder les guerres contemporaines d’un point de vu exceptionnelle à « hauteur d’enfant ».

Programme du colloque

MERCREDI 7 DECEMBRE

9h30 Ouverture par Madame Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, Madame Pascale Auraix-Jonchière, Directrice du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS), Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, en présence de Monsieur Claude-Michel Brauner, Professeur émérite, Université Bordeaux 1, fils de Françoise et Alfred Brauner.

10h Introduction générale : Rose Duroux (Université Blaise Pascal, CELIS), Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal, CELIS, Institut d’Histoire du Temps Présent-CNRS)

10h30 A propos de Françoise et Alfred Brauner

10h30 Aurélienne Brauner, violoncelle

10h50 « Je m’appelle Alfred Brauner ».  Images de Guy Baudon

11h10 « La leçon d’enfance de Françoise et Alfred Brauner : jouer en temps de guerre et d’exil » Philippe Valls (Enfance Réseau Monde-Services),

11h30 « Fred Brauner, scénariste ». Viviane Alary (Université Blaise Pascal, CELIS)

14h Le dessin d’enfant comme objet d’étude

14h « Alfred Brauner au château de la Guette » Emilie Lochy (Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense)

14h20 « War and Its Aftermath: Children’s Sources from the Archives of the American Friends Service Committee » Donald Davis (American Friends Service Committee, Philadelphie)

14h40 « Le dessin d’enfant, quelle source pour l’historien ? » Manon Pignot (Université de Picardie Jules Verne, CHSSC),

16h-17h30 « Éducation et conflits armés » : table ronde sous la présidence de l’UNESCO

Radhika Coomaraswamy (Représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU pour les enfants et les conflits armés),

Alicia Alted (Centre d’Études des Migrations et Exils de l’Université Nationale d’Éducation à Distance, Madrid),

avec des experts de l’UNESCO et de l’UNICEF.

18h Inauguration de l’exposition « J’ai dessiné la guerre. Le regard de Françoise et Alfred Brauner », par Mme Irina Bokova, et en présence de Claude-Michel Brauner.

JEUDI 8 DECEMBRE

9h Le moment de la guerre d’Espagne

 

9h « Retours sur dessins. Fred/Alfred Brauner, 1938, 1946, 1976, 1991 » Célia Keren (EHESS, CRH) et Rose Duroux (Université Blaise Pascal, CELIS)

9h30 « Espagne que nous avons perdue, ne nous perds pas. L’histoire de l’exil écrite par les Niños de Rusia ». Verónica Sierra Blas (Université d’Alcalá, SIECE-Groupe de Recherche LEA-RedAIEP, Espagne)

9h50 « Au delà du script. Histoire(s) des enfants de la guerre d’Espagne en Grande-Bretagne » Alicia Pozo-Gutierrez (Université de Southampton, Grande-Bretagne)

10h40 Expériences enfantines des guerres et des guerres civiles (les guerres mondiales)

10h40 « Russes blancs et enfants de l’exil »  Catherine Gousseff (EHESS, CERCEC)

11h « Enfants de l’ennemi ou enfants de la guerre ? » Fabrice Virgili (Université Paris 1, IRICE-CNRS)

11h20 « Enfants déplacés après la Seconde Guerre mondiale »  Tara Zahra (Université de Chicago, Etats-Unis)

13h30 « Enfants palestiniens en exil » (Je suis né ici je suis né là-bas) Amina Rachid (Université du Caire, Égypte)

13h50 « Enfances tchétchènes à l’épreuve de la guerre : quelques éléments d’analyse » Aude Merlin (CEVIPOL, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

14h30-16h30 table ronde :

Laura Lee Downs (EHESS, CRH), modératrice,

Boris Cyrulnik (Université du Sud-Toulon-Var, psychiatre, éthologue à l’hôpital de Toulon),

Pierre Salignon (Directeur de Médecins du Monde) ;

Marie-Rose Moro (Université Paris Descartes, psychiatre, directrice de la Maison des Adolescents de Cochin).

16h40 « Les dessins d’enfants d’après le 11 septembre » Donatella Caprioglio (Faculté de médecine de Bobigny, Paris 13, Venise, Italie)

VENDREDI 9 DECEMBRE

9h Expériences enfantines des génocides

9h « L’enfant comme topos de l’expérience et de la narration testimoniale » Philippe Mesnard (Université Blaise Pascal, CELIS – Fondation Auschwitz pour la mémoire)

9h20 « L’enfant du génocide » Catherine Coquio (Université de Paris 8)

9h40 « Avoir pour père un Arménien de quatorze ans pendant le génocide de 1915 » Janine Altounian (traductrice, essayiste, Paris)

10h30 « Les enfants du génocide : le Rwanda de demain » Marie-Odile Godard (Université de Picardie Jules Verne, SHSSC),

10h50 « Terreur au Guatemala : sur les traces des dessins d’enfants » Nicole Dagnino (Enfance Réseau Monde-Services)

11h30 Table ronde :

Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS, CRH) modérateur,

Lionel Bailly (Psychiatre des Hôpitaux, Unité de Psychopathologie de l’enfant, CH Sainte-Anne, Paris),

Richard Rechtman (EHESS, IRIS),

Esther Mujawayo (co-auteure de SurVivantes : Rwanda, dix ans après le génocide).

13h Clôture du colloque

Informations supplémentaires ici

Under pressure: gender ironies and performances in contexts of extreme uncertainty

Under pressure: gender ironies and performances in contexts of extreme uncertainty

http://www.nomadit. co.uk/easa/ easa2012/ panels.php5? PanelID=1303

Please submit your paper by using the link on the EASA website.

Convenors

Julie Billaud (Wissenschaftskolle g zu Berlin/Humboldt University)

Julie Castro (EHESS)

Short Abstract

This panel will investigate the ways in which actors caught in situations of extreme political and economic uncertainty routinely respond, through performance and irony, to different sources of pressure related to their gender.

Long Abstract

Contexts of armed conflict or chronic economic vulnerability together with the increased influence of global forces (militarization, economic crisis and the development of inequalities, hegemonic extension of development discourses and practices, etc.) deeply impact on gender identities, dynamics and relations. This panel will investigate the ways in which gendered actors caught in situations of extreme political and economic uncertainty routinely respond to these different sources of tension. How do ‘subaltern’ men and women resist or challenge or compose with the transformations of gender identities and relationships ? We are particularly interested in papers that highlight the ironic and performative dimensions of the ways people manage with local norms of gender and the global forces which attempt to reshape them, and how these unfold in everyday practices. Irony is intended here both as a way to capture and respond to the inconsistencies, contradictions, ambiguities generated by those encounters. Following Marcus (2001), we argue that the ethnographic situations where irony prevails exemplify and document with great acuteness the uncertainty that marks the contemporary world. Caught between local constructions and global politics, the ironies of gender appear to be very useful in the comprehension of the ways contemporary uncertainties reshape social realities.

Appel à com. : Résonances de guerre dans le monde contemporain

JOURNÉE D’ÉTUDES

PPEL À COMMUNICATIONS

Mercredi, 25 avril 2012

Maison des Sciences Humaines, Université d’Angers

Résonances de guerre dans le monde contemporain

L’objectif de cette journée est de réunir les doctorants notamment des écoles doctorales SCE, DEGEST, CEI et du PRES UNAM pour engager une réflexion autour d’une thématique commune, celle des résonances de la guerre dans l’espace contemporain.

Si sur le plan politique une guerre se conclut bien souvent par la signature d’un traité de paix et admet, en ce sens, une fin, il laisse presque toujours un certain nombre de traces qui sont susceptibles d’avoir un impact des années, voire des siècles plus tard. Ces traces peuvent prendre de multiples formes, politiques, géographiques, psychologiques, artistiques ou mémorielles.

L’espace géographique conserve souvent des séquelles d’un conflit. Alors que le paysage des campagnes et des villes se trouve transformé par les bombardements ou les tranchées puis les reconstructions, les frontières des États font parfois l’objet de profondes modifications. L’individu n’est pas non plus épargné par la guerre : aux blessures physiques, s’ajoutent les dommages psychiques qui eux aussi perdurent. La mémoire enfin, aussi bien individuelle que collective porte en elle les marques de l’histoire.

L’enjeu est de comprendre comment et pourquoi, dans les champs disciplinaires qui sont les nôtres (littérature, histoire, géographie, psychologie…), la guerre passée resurgit et résonne au présent. Si aucune limite spatiale ou temporelle n’est posée pour les conflits évoqués, la période de « résonance » couverte est celle du vingtième et du vingt et unième siècle.

Comité d’organisation :

Bataillé Mathilde (CERIEC, Université d’Angers)

Boivineau Pauline (CERHIO, Université d’Angers)

Guillemin Thomas (CERHIO, Université d’Angers)

Mueth Annabelle (CERIEC, Université d’Angers)

Scutaru Beatrice (CERHIO, Université d’Angers)

Nous restons à votre entière disposition pour tout complément d’information à l’adresse adhua49@yahoo.fr. Les propositions de communication (un résumé de 250-300 mots pour une communication de 20 minutes) sont à envoyer au plus tard le 15 janvier 2012, et devront être adressées à Thomas Guillemin:

Par courriel : guillemin.thomas@hotmail.fr (guillemin[point]thomas[at]hotmail[point]fr) ou

Par courrier : ADHUA (Association des doctorants en histoire de l’Université d’Angers) Maison des Sciences Humaines de l’Université d’Angers

5 bis boulevard Lavoisier

49045 Angers Cedex 01

CFP: Narratives and Visual Images of Slavery, Forced Labor, and Genocide

127th American Historical Association Meeting; New Orleans

Deadline-CFP: 1 févr. 2012

CALL FOR PAPERS

Multi-Session Workshop: Representing the Irrepresentable: Narratives and Visual Images of Slavery, Forced Labor, and Genocide

127th American Historical Association Meeting; New Orleans, January 3 – 6, 2013

Convened by Ana Lucia Araujo (Department of History; Howard University, Washington, DC)

This workshop will gather scholars working on written narratives (documents, autobiographies, personal journals, novels, etc.) and visual images (painting, drawings, photographs, engravings, movies, etc.) dealing with forced displacement, enslavement, slavery, forced labor, war, and genocide. The various participants will engage in understanding how the multiple dimensions of traumatic human experiences can be conveyed through images and narratives. How historians can examine written and visible representations of irrepresentable events? Can narratives and images provide reliable and/ or accurate information for historians to interpret traumatic dimensions of past and present human experience? How historians articulate the use of eyewitness accounts (visual and written) with fiction (novel, films) in order to represent past traumatic experiences? What are the limits, the challenges, and the possibilities faced by historians who employ narratives and images of trauma in their works? By focusing on various historical periods and geographical areas, scholars are invited to submit proposals addressing these questions and examining specific case studies. Papers focusing on the Atlantic slave trade and slavery, colonialism in Africa, the Holocaust, Nazi labor camps, the Armenian genocide, the Apartheid, the Rwandan genocide, the war in Darfur, contemporary slavery, and human trafficking, are welcome.

Please send your paper proposal no later than February 1st 2012 to:

aaraujo@howard.edu or analucia.araujo@gmail.com

Paper proposals must contain:

  • Paper’s title
  • Abstract (up to 300 words)
  • Biographical paragraph (up to 250 words, no curriculum vitae, please)
  • Correct mailing and e-mail address
  • Audiovisual needs, if any

Chairs and commentators, please send:

  • Biographical paragraph (up to 250 words, no curriculum vitae, please)
  • Correct mailing and e-mail addresses

Please note:

Abstracts of accepted proposals will be posted on the AHA program website. Papers must be submitted on December 1st 2012 for the panel commentators.

Ana Lucia Araujo, Associate Professor, Director of Graduate Studies

Howard University

Department of History

Frederick Douglass Memorial Hall

2441 6th Street N.W.

Room 316 B

Washington D.C.

United States

20059

 

Avis de soutenance de thèse : La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994)

Fanny Bugnon soutiendra sa thèse d’histoire “La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994)“, le mercredi 9 novembre 2011 à 14h, salle Frida Kahlo à la Maison des Sciences Humaines de l’Université d’Angers (campus de Belle-Beille, voir plan).

Le jury sera composé de :

Christine Bard, Professeure, Université d’Angers, directrice de thèse

Yves DENECHERE, Professeur, Université d’Angers, examinateur

Isabelle GARCIN-MARROU, Professeure, Institut d’Etudes Politiques de Lyon, rapporteure

Heinz-Gerhard HAUPT, Professeur, Institut Universitaire Européen, rapporteur

Isabelle SOMMIER, Professeure, Université Paris I, examinatrice

Résumé de la thèse

Cette thèse interroge l’expérience de la violence politique née dans le sillage de la contestation de la fin des années 1960, observée dans la plupart des pays occidentaux. À ce premier phénomène s’en ajoute un second, lui aussi relié aux transformations sociales en cours, incarnées notamment par le féminisme : l’implication explicite de femmes. Cette thèse analyse ce double objet sur le plan du discours social à travers sa médiatisation, entre 1970 et 1994. À partir d’un corpus de journaux français de sensibilités différentes, elle s’attache à cerner les normes en vigueur et la façon dont sont appréhendées les transgressions, sur le double plan pénal et sexué. Croisant des points de vue distincts (journalistes, militants, policiers, personnalités politiques ou intellectuelles), elle dessine un récit dans lequel la présence des femmes, perçue comme une caractéristique de la violence révolutionnaire, concentre une part importante de l’attention. La violence s’affirme ainsi comme un objet médiatique traversant trois décennies, des premiers attentats aux derniers procès, oscillant entre surexposition et mise en silence. Cette thèse contribue ainsi, du point de vue du genre, à l’histoire du phénomène révolutionnaire violent, tel qu’il se décline en France dans le dernier tiers du XXe siècle. Dans un premier temps, la radicalisation marque la décennie 1970 avec l’apparition d’organisations aux pratiques et référentiels idéologiques proches. La presse concentre ensuite son attention sur une seule organisation, Action directe, aussi bien pour sa période d’activité clandestine (1979-1987) que lors du feuilleton judiciaire qui fait suite à une série d’arrestations (1987-1994). 

Avis de soutenance de thèse : La féminisation de l’armée française pendant les guerres (1938-1962) : enjeux et réalités d’un processus irréversible

Elodie Jauneau soutiendra sa thèse d’histoire “La féminisation de l’armée française pendant les guerres (1938-1962) : enjeux et réalités d’un processus irréversible“, le lundi 14 novembre à 14h, salle salle des thèses dans les locaux de l’UFR GHSS de Paris 7 (Immeuble Montréal – Dalle des Olympiades, Paris 13e, voir plan).

Le jury sera composé de :

M. Luc Capdevila : professeur d’Histoire (Université Rennes II) – Rapporteur

Mme Odile Goerg : professeure d’Histoire (Université Paris Diderot-Paris 7)

Mme Gabrielle Houbre : maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches en Histoire (Université Paris Diderot-Paris 7) – Directrice de thèse

M. Fabrice Virgili : directeur de recherche (CNRS) – Rapporteur

Mme Danièle Voldman : directrice de recherche (CNRS)

Résumé de la thèse

Du 11 juillet 1938, date de la loi Paul-Boncour qui permet pour la première fois une mobilisation légale et officielle des femmes, à la fin de la guerre d’Algérie, les effectifs des personnels féminins de l’armée ne cessent d’augmenter. Entre 1939 et 1962, la France est en guerre sans discontinuer.

Présentes sur tous les fronts dès 1939, les femmes obtiennent peu à peu un statut de militaires par le prisme des guerres qui se succèdent en Europe, puis en Indochine et en Algérie. Bravant les lois du genre qui leur interdisaient le port de l’uniforme militaire, les femmes devancent les textes législatifs et contraignent ainsi les institutions à promulguer des lois leur permettant d’accéder à la carrière militaire.

Toutefois, cette avancée considérable demeure une avancée en demi-teinte car, au terme de trois guerres, les femmes restent en marge de la Grande Muette qui limite leurs opportunités professionnelles. Malgré le statut du 15 octobre 1951 qui leur garantit des perspectives de carrière sur le long terme, les obstacles culturels restent encore nombreux et les femmes soldats sont loin de faire l’unanimité dans l’inconscient collectif. L’image de ces femmes exerçant un métier d’homme aux vertus traditionnellement masculines de virilité, courage et force, renvoie continuellement aux spectres de la dénaturation de leur sexe biologique. Le poids des traditions et des assignations de genre limitent considérablement leur acceptation dans la mémoire combattante. Pour autant, en choisissant l’armée pour servir la France de la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, ces pionnières ont ouvert la voie à la féminisation de l’armée qui n’a jamais ralenti depuis.

Arrachés et déplacés. Réfugiés politiques, prisonniers de guerre, déportés

Arrachés et déplacés. Réfugiés politiques, prisonniers de guerre, déportés. Europe et espace colonial 1789-1918
Clermont-Ferrand, 15-17 octobre 2012
APPEL A CONTRIBUTIONS

Comité scientifique
Annette Becker (Paris Ouest Nanterre-IUF), Philippe Bourdin (UBP), Simon Burrows (Leeds), Jordi Canal (EHESS), Jean-Claude Caron (UBP-IUF), Alan Forrest (York), Heather Jones (LSE), Jean-Philippe Luis (UBP), François Weil (EHESS), Karine Rance (UBP), Nicolas Beaupré (UBP-IUF)
Organisation : Karine Rance et Nicolas Beaupré
Lors de ce colloque, il s’agira de traiter conjointement trois grands types d’expériences a priori dissemblables, celles des réfugiés, des prisonniers de guerre et des déportés, ceci au cours du « long XIXe siècle ». Ces expériences sont radicalement distinctes en regard du droit international de la guerre qui se construit progressivement au cours du siècle et qui implique un traitement différencié des civils et des militaires en temps de conflit. Elles sont cependant comparables à bien des égards. Ces trois formes de circulation transnationale contrainte sont caractérisées par un moment d’arrachement qui se déroule dans un contexte de violence (guerre, révolution, crise), suivi d’une migration forcée et d’une implantation provisoire ou définitive. Ces déplacés subissent alors une marginalisation et leur séjour dans le pays d’accueil n’induit le plus souvent aucune demande ni exigence d’intégration (sauf à sortir de la condition qui est la leur). Leur arrivée peut participer ainsi à la définition des frontières, des confins, des identités . Ces trois expériences partagent un autre point commun : la possibilité du retour est conditionnée par les Etats dont les acteurs dépendent, dans le pays d’origine et dans le pays d’accueil, ainsi que par l’éventualité d’une sortie de crise ou de conflit.
Les frontières entre les trois statuts sont en outre souvent brouillées à cette époque : certains prisonniers de guerre disposent d’une liberté relative alors que des réfugiés peuvent être parfois astreints à résidence. Ces expériences s’accompagnent en effet dans certains cas d’un enfermement. Enfin ces « éprouvés », pour reprendre le terme de Victor Hugo , sont tous des vaincus (sur le plan militaire et/ou politique) et tendent à devenir des réprouvés.
Ce colloque vise à comparer ces situations qui ont fait l’objet de recherches récemment renouvelées, mais qui continuent à se côtoyer plus qu’à se croiser.

Il s’articulera autour de cinq thèmes :

1. Histoire de concepts, histoire de statuts
Alors que le statut de réfugié politique semble émerger juridiquement au cours de la Révolution française, les progrès de l’identification, la structuration des administrations et la mise en place progressive d’une politique d’assistance appellent à une distinction de plus en plus nette entre les statuts de réfugiés, de prisonniers de guerre et de déportés. Il s’agit aussi d’aboutir à une définition clarifiée de la responsabilité de chaque pays à l’égard de ses ressortissants dans le contexte de la formation des Etats-nations et d’une massification des mouvements migratoires . A quel rythme sont précisés ces statuts dans les différents Etats européens et selon quels principes de réciprocité ? Comment les catégories sont-elles utilisées et comment les pratiques évoluent-elles au sein des administrations nationales ? Comment et pourquoi le droit international s’en empare-t-il ? Les statuts de réfugiés ou de prisonniers de guerre sont temporaires et peuvent être modifiés à l’occasion de bouleversements politiques. Comment, dans un même Etat, est envisagé et négocié le passage d’un statut à un autre ? Quelles sont enfin les modalités de la sortie de ces catégories, lorsqu’un individu décide de rester dans le pays dans lequel il s’est trouvé déplacé ?

2. Des expériences de violence : l’arrachement
Cette expérience est centrale car c’est elle qui rassemble finalement des expériences en apparence si différente. Elle structure tout le reste notamment dans la trame narrative des récits qui sont faits de ces expériences. Les réflexions s’articuleront autour des pratiques de violence rattachées à cette expérience et notamment à la capture et à l’expulsion ainsi qu’aux affects et émotions qui s’y rattachent aussi bien du côté des « éprouvés » – comme le sentiment de honte par exemple – que des acteurs mettant en œuvre les violences d’arrachement. La mise en récit testimoniale et littéraire de ces expériences sera examinée dans la mesure où elle contribue aussi à la désignation et à la narration de celles-ci.

3. Trajets/trajectoires, identités transitoires/identités transformées
L’expérience initiale de l’arrachement, puis celle du déplacement, marquées du sceau de la violence, sont fondamentales dans la redéfinition des identités qui suit la défaite militaire et/ou politique et l’arrivée à l’étranger dans des conditions matérielles et sanitaires souvent très précaires. Les recompositions identitaires qui en découlent se font à la fois dans le contexte du renforcement des identités nationales (mais qui sont loin de s’imposer systématiquement face aux identités territoriales ) et dans celui de l’affirmation européenne de courants politiques (libéraux, légitimistes, socialistes…). Ne peuvent-elles également favoriser les hybridations, les métissages culturels des identités transnationales vécues  alors comme définitives ou transitoires ?
Quel regard est porté sur ces déplacés : sont-ils perçus comme des hommes et des femmes « sans histoire »  ou ne sont-ils pas au contraire saturés d’histoire ? Sont-ils considérés déjà comme des éprouvés ou encore comme des réprouvés ? Des solidarités politiques transnationales l’emportent-elles sur le rejet de l’étranger/ennemi ? Ces hommes et ces femmes déplacés constituent aussi une force de travail utilisable sous certaines conditions : comment se fait l’entrée sur un marché du travail segmenté ? Y sont-ils perçus comme des concurrents ou des partenaires ?
Les femmes, quoique minoritaires, sont bien présentes dans ces groupes, qu’elles soient directement impliquées dans un combat politique, qu’elles aient été déplacées ou qu’elles soient épouses de prisonniers de guerre autorisées à les suivre ou à les rejoindre. Quelle place leur est réservée dans ces identités construites essentiellement au masculin ?

4. Temps suspendu, temps perdu
Le temps passé à l’étranger est avant tout celui de l’attente du retour au pays. Comment les déplacés perçoivent-ils le temps et comment l’occupent-ils ? L’équilibre n’est-il maintenu – au niveau du groupe comme au niveau individuel – qu’à la condition de continuer d’adhérer à la logique (politique ou militaire) qui a conduit au déplacement ? Des institutions sont-elles mises en place, au sein du groupe, pour assurer l’allégeance aux autorités « légitimes » ? Quel rôle joue le maintien de la croyance en sa cause politique pour l’exilé , la préservation de l’obéissance et de la hiérarchie militaires pour le soldat ? Quelle est l’ampleur des cas de rébellion contre ceux qui sont jugés responsables de l’échec : les ennemis, mais également les officiers pour les soldats, les leaders politiques pour les réfugiés, les compagnons d’exil masculins pour certaines réfugiées politiques ? Dans quelle mesure, dans la durée, les expériences de l’exil ou de la captivité se traduisent-elles par un renforcement des liens de solidarité ou au contraire par des dissensions, des divisions, des conflits au sein des groupes déplacés ? La sortie du groupe peut se traduire par un retour au pays – ou par le refus du retour selon les cas –, par des troubles psychiques comme la maladie des barbelés ou par le suicide. Peut-on en estimer l’ampleur ?

5. Des expériences réfléchies
Il s’agit ici d’étudier l’expérience intellectuelle que représente le déplacement pour bon nombre de ces acteurs, mais aussi l’intellectualisation rétrospective à laquelle il donne lieu.
L’exil est lieu de rencontre, de formation et de production politiques et littéraires pour certains prisonniers de guerre et pour la plupart des réfugiés : des réseaux sont tissés, renforcés, au-delà parfois des appartenances politiques ou nationales initiales. Quels en sont les effets sur la circulation des idées en Europe ? Comment se fait la transmission, selon quels canaux ? Le déplacement favorise-t-il un regard distancié ou fige-t-il au contraire les idées et les principes ? Quelle place pour les transferts culturels dans un tel contexte ? Quelles formes prennent-ils alors ?
Enfin, nous interrogerons les remémorations de l’expérience. Quels en sont les supports matériels ? Peut-on identifier des topoï mémoriels communs aux trois formes de déplacement envisagées ? Quel rôle joue l’oubli, volontaire ou non, dans la mémoire collective de ces expériences ? Une forme de récit collectif se dégage-t-elle ? Est-elle destinée à assurer la cohésion de la cité, entre amnistie et amnésie , ou est-elle au contraire destinée à solder les comptes ?

Ce colloque aura lieu à Clermont-Ferrand en octobre 2012. Les langues de travail du colloque seront le français et l’anglais.

Les propositions sont à envoyer pour le 30 novembre 2011 à : nicolas.beaupre@univ-bpclermont.fr. Votre proposition ne devra pas excéder une page. Merci d’indiquer votre université de rattachement et vos fonctions académiques.

CFP : Women’s Organizations and Female Activists in the Aftermath of the First World War

Date limite : 15 décembre 2011

Call for papers.
Women’s Organisations and Female Activists in the Aftermath of the First World War:
Moving Across Borders.
An interdisciplinary, international conference to be held at Hamline University, St Paul, Minnesota, USA
Memorial Day Weekend: 26th to 28th May 2012

Recent developments in the social and cultural history of modern warfare have done much to shed new light on the experience of the First World War, and in particular how that experience was communicated in popular and high culture, and in acts of remembrance and commemoration after 1918. The post-war period (ca 1918-1923) is distinctive, both within individual nations and as a point of international comparison. It is characterised by the often troubled transition from a wartime to a peacetime society, continued conflicts over the repatriation of refugees and POWs; revolutionary and counter- revolutionary violence in parts of central Europe; and new ethnic and national conflicts arising from the collapse of the former Russian, German, Austro-Hungarian, and Ottoman empires, and the cultural anxieties that surrounded these events. Within this context, the role of organised women’s movements and female activists in the post-war period takes on a new importance.
The aim of this conference is to explore major comparative themes such as citizenship, suffrage, nationalism, and women’s desire to respond to extremes of need in the post-war era (dislocation, internment, violence and hunger) from a national, international and transnational perspective. It will examine the work of organisations and individuals able to move across international borders, such as the Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) or the journalist Eleanor Franklin Egan, who reported on social conditions throughout post-war Europe. The role of such women and organisations in bringing about reconciliation and facilitating cooperation between former enemy nations (cultural demobilisation, ‘the dismantlement of the mindsets and values of wartime’—John Horne) will also be examined, as will the role of nationalist women’s organisations in perpetuating discourses of war and in facilitating the rise of new forms of ethno-nationalism and racial intolerance (‘cultural remobilisation’) during the period 1918-1923. This conference is the third in a series. The first conference, The Gentler Sex: Responses of the Women’s Movement to the First World War, 1914-1919, London, held in 2005, was followed in 2008 with Aftermaths of War: Women’s Movements and Female Activists 1918-1923, Leeds. Publications arising from the earlier conferences include special issues of Minerva: Journal of Women and War and two edited volumes: Fell, A.S. and Sharp, I.E. (eds) (2007) The Women’s Movement in Wartime. International Perspectives 1914-1919. Palgrave Macmillan and Sharp, I.E and Stibbe, M (eds) (2011) Aftermaths of War: Women’s Movements and Female Activists, 1918-1923 (Brill).
The Hamline Conference builds on this work and is supported by a network grant from the UK-based Arts and Humanities Research Council (AHRC). It will be followed by a fourth international conference in Budapest, Hungary with an emphasis on Eastern and Central Europe. Two special issues of a peer-reviewed journal and a volume of comparative essays are planned for 2014.
Attendees will be invited to visit sites and events of interest, including Victory Memorial Parkway in Minneapolis (a boulevard and collection of monuments dedicated in 1921 to the servicemen and nurses of Hennepin County who died in the First World War) and the Memorial Day Program at Fort Snelling National Cemetery.

Confirmed speakers include:

Keynote speaker: Susan R. Grayzel, Professor of History and Interim Director of the Sarah Isom Center for Women and Gender Studies, University of Missisippi. Author of Women’s Identities at War: Gender, Motherhood, and Politics in Britain and France during the First World War (University of North Carolina Press, 1999), which won the British Council Prize from the North American Conference on British Studies in 2000, and Women and the First World War (Longman, 2002), a global history. She has two forthcoming books: At Home and Under Fire: Air Raids and Culture in Britain from the Great War to the Blitz. (Cambridge) and The First World War: A Brief History with Documents (Bedford St. Martins) Dr Erica Kuhlmann, Director Women’s Studies Program, Idaho State University, author of Of Little Comfort: War Widows, Fallen Soldiers and the Remaking of the Nation after the Great War New York University Press (forthcoming 2012); Reconstructing Patriarchy after the Great War. Women, Gender and Postwar Reconciliation, Palgrave Macmillan 2008; Petticoats and White Feathers: Gender Conformity, Race, the Progressive Peace Movement, and the Debate over War, 1895-1919, Greenwood Press 1997 and co-editor (with Kimberley Jensen) of Women and Transnational Activism in Historical Perspective Dordrecht, Republic of Letters, 2010
Dr Kimberley Jensen, History and Gender Studies Program, Western Oregon, Co-editor (with Erica Kuhlman) of Women and Transnational Activism in Historical Perspective Dordrecht, Republic of Letters, 2010 and author of Mobilizing Minerva: American Women in the First World War University of Illinois Press 2008
Professor Matthew Stibbe, author of Germany 1914-33: Politics, Society and Culture Longman 2010; British Civilian Internees in Germany: The Ruhleben Camp Manchester University Press 1914-1918 and Co-editor (with Ingrid Sharp) Aftermaths of War: Women’s Movements and Female Activists, 1918-1923 Brill, 2011
Dr Judit Acsády (Hungarian Academy of Sciences, Budapest); Professor Gabriella Hauch (University of Linz, Austria); Ms Ingrid Sharp (Leeds, UK); Professor Olga Shyrnova (Ivanonvo State University, Russia); Dr David Hudson (Hamline University, US); Dr Nikolai Vukov (Bulgarian Academy of Sciences, Sofia).
Proposals for papers and/or panels that deal with the work of women’s organisations or female activists during the period under investigation are invited, with particular interest in the following areas:
• cultural demobilisation and remobilisation;
• transnational organisations and activities, transcending the nation state;
• peace-building and reconstruction: a discourse of human rights
• on-going campaigns for suffrage and women’s organisations post-suffrage;
• revolutionary and counter-revolutionary violence;
• dislocation, disability, internment, social instability and poverty;
• cultural reflections of post-war society in art, literature and film (NB: these may appear at a later date than the period under investigation)

Contributions are welcome from any field or discipline, including literary and cultural studies, sociology and social anthropology, women’s and gender studies, peace and war studies, as well as history itself.
Please send abstracts (500 words) to Ms Ingrid Sharp i.e.sharp@leeds.ac.uk and Dr David Hudson, dhudson@gw.hamline.edu by December 15.

Entre histoires et mémoires : la guerre au musée. Approches comparées

Plus d’informations ici

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Appel à contribution avant le jeudi 10 novembre 2011

Résumé

Du livre au cinéma, du théâtre aux manuels scolaires, sans oublier les arts plastiques, la danse, le théâtre, la chanson, il existe de très nombreux supports de transmission, de mémorisation, de mémorialisation et d’oubli des faits de guerre, de leurs effets et de leurs causes plus ou moins lointaines. À travers ce colloque, largement ouvert aux chercheurs des sciences humaines et sociales (doctorants compris), il s’agit d’analyser et de confronter les narrations et les mises en scènes de la guerre au XXe siècle dans différents types d’espaces muséaux tant français qu’étrangers. Dans la lignée des colloques du CRID 14-18, une place prédominante est réservée au traitement comparatiste de la Première Guerre mondiale dans les espaces muséaux français et étrangers. Toutefois, une place importante sera également attribuée à la comparaison nationale et internationale diachronique (guerres civiles, guerre d’Espagne, Deuxième Guerre mondiale, conflits de décolonisation…).

Présentation

Le colloque est organisé par le Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 (CRID 14-18) et le programme ANR-POP « Les Présents des Passés » (ANR-08-BLAN-0071-01-POP), en partenariat avec le Conseil général de l’Aisne, le Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines Et Sociales (EA 4424 C.R.I.S.E.S.) de l’Université Paul Valéry-Montpellier III et le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC) de l’Université de Nice-Sophia Antipolis.

Dans le cadre de ce colloque, le CRID 14-18 et l’ANR-POP proposent de porter l’attention sur les différents types d’espaces muséaux – entendus ici au sens le plus large de lieux d’expositions ouverts au public (musées, mémoriaux, historiaux, centres d’interprétation, etc.) – traitant des conflits contemporains par des expositions permanentes (de relativement longue durée) ou temporaires.

Il s’agira d’éviter l’approche monographique et surtout descriptive, et de faire au contraire resurgir des questionnements problématisés et comparatistes (sociologie des entrepreneurs, aménagement mémoriel du territoire, comparaison de morceaux critiques dans plusieurs discours d’exposition…). Pour ce faire, les musées seront analysés dans leur complexité, à la fois comme des objets politiques, sociaux, culturels, économiques… Toute monographie strictement descriptive sera donc écartée.

A contrario, une attention toute particulière sera portée à la démarche comparative, qu’elle consiste par exemple en une confrontation de différents espaces muséaux ou bien en la mise en regard de différentes strates muséographiques au sein d’un même ensemble. Ainsi comprises et encadrées, les analyses muséales seront conçues comme autant d’études de cas étayant l’argumentation critique du communicant et pouvant s’inscrire dans les problématiques listées ci-dessous :

Dimensions territoriales

Approche sociopolitique des entrepreneurs muséaux

Choix, modèles et contraintes scénographiques

Ligne éditoriale et choix narratifs

Projet politico-philosophique (objectifs, mises en leçon des passés…)

Conscripted Realities: Military and Society in Israel

Conscripted Realities – Program

October 11 – 13, 2011, Amsterdam

During three days of discussions, exhibitions and film screenings, gate48 would like to introduce innovative perspectives on the militarization of Israeli society and culture. Militarism is part of everyday life in Israel, closely linked to the ongoing reality of armed conflict and occupation. As a result, militaristic approaches to the conflict have become dominant, while feminist critiques and other alternative voices have been ignored or dismissed. Conscripted Realities aims to bring forth these voices in order to examine how the military and civil society interact in the formation of the national subject.

Academics and activists from Israel will discuss the topic from various angles, including the economic aspects of militarization, the militarization of education and media, and the effects of militarization on gendered and ethnic minorities in their struggles for equality. The symposium is accompanied by a digital exhibition “Making Militarism Visible”, curated by the Israeli feminist organization “New Profile”. The exhibition reveals the subtle but strong influence of militarism on Israeli popular culture.

The symposium also marks the opening of the exhibition “Breaking the Silence: Video Testimonies of Israeli Soldiers”, created by Breaking the Silence* and presented at the Melkweg gallery. Conscripted Realities: Military and Society in Israel endeavors to contextualize this powerful exhibition within a broader socio-cultural perspective.

*Breaking the Silence is an organization of Israeli ex-military combatants who seek to reveal the reality of everyday life in the Occupied Palestinian Territories. The exhibition at the Melkweg gallery is co-organized by gate48.

Tuesday, October 11

Opening event: CREA – Theaterzaal, Turfdraagsterpad 17

20:00-20.15  Opening Remarks

Dr. Erella Grassiani, VU University Amsterdam, gate48

20.15-22.00  Noam Hayut, co-founder of Breaking the Silence

Breaking the Silence: Testimonies of Soldiers from the Israeli Occupation

Discussant: Dr. Orna Sasson-Levy, Chair of the department of Sociology and Anthropology, Bar-Ilan University

Wednesday, October 12

Symposium: University of Amsterdam – VOC-zaal (Bushuis/OIH), Kloveniersburgwal 48

 9:00 – 9:30 Gathering and coffee

Screening of the New profile exhibition “Making Militarism Visible””; ongoing throughout the day.

 9:30 – 9:45  Opening Remarks

Noa Roei, University of Amsterdam, gate48

 9:45 – 11:15 Session I: The Making of Military Minds: Militarism in Education and Media

Abir Kopty, activist, media analyst and consultant

Militarism, Patriarchy and elitism in Israeli media

 Rela Mazali, author and independent scholar, co-founder of the New Profile movement to demilitarize Israel, co-founder of the arms control project “Gun Free Kitchen Tables”

Disappearing Choice or How I Was Educated to Believe There Wasn’t Any

 Chair and discussant: Robin Celikates, Associate Professor of Political and Social Philosophy, University of Amsterdam

 11:15 – 11:30  Coffee break

 11:30 – 13:00  Session II: Equal Duties, Equal Rights? Gender Politics in a Militarized Society

 Dr. Orna Sasson-Levy, Chair of the department of Sociology and Anthropology, Bar-Ilan University

Militarism from a Gendered Perspective: The Meaning of Military Service in Israeli Women’s Life Course

 Inna Michaeli, Coalition of Women for Peace

From “No Pride in the Occupation” to the Current “Pinkwashing” Debate: LGBT Politics and Militarism in Israel

 Chair and discussant: Aylin Kuryel, PhD candidate at the Amsterdam School for Cultural Analysis, University of Amsterdam

 13:00 – 14:00  Lunch

 14:00 – 15:30  Session III: The Security Business: Soldiers without Uniforms

 Galit Gelbort, PhD researcher and writer, Israel

Evolutions of Israeli Control of the Palestinian Population: From Checkpoint to the New Privatized Crossing

 Dr. Erella Grassiani, VU University Amsterdam, gate48

How to use Occupation Skills for a Profit: Israeli Combatant Experience as a Brand

 Chair and discussant: Rela Mazali, author and independent scholar

 15:30 – 16:00  Roundtable and Concluding remarks

Melkweg – Mediaroom, Lijnbaansgracht 234a

17:00  Drinks and the opening of the exhibition:

Breaking the Silence: Video Testimonies of Israeli Soldiers

The exhibition will be on display between October 13th and November 13th.

Thursday, October 13

Humanity House, Prinsegracht 8, Den Haag

17:00  Breaking the Silence: Testimonies of Soldiers from the Israeli Occupation

Discussion with Noam Hayut, co-founder of Breaking the Silence

Final Event: Mezrab, Domselaerstraat 120, Amsterdam

The Political Consequences of Militarization

 19:30  Doors open, food and drinks available

 20:30 Introduction: Itamar Shachar, gate48

 20:40 Film screening: “A Million Bullets in October”

(Israel 2007, 47 min., Hebrew with English subtitles)

Director: Moish Goldberg

This documentary film describes how the Israeli public was convinced with the outbreak of the second Intifada in October 2000 that ‘there is no partner for negotiation on the Palestinian side’, and therefore a military assault on the Palestinians is unavoidable. Testimonies of Israeli politicians, journalists and ex-military officers reveal how Israeli consciousness was shaped through disinformation spread by the military and by uncritical journalists, while cabinet members allowed the army to lead the way and dictate policy.

21:30 Discussion with Abir Kopty, activist, media analyst and consultant

Moderator: Pejman Jafari, PhD candidate at the department of political science, University of Amsterdam, board member of Mezrab