Anniversaire de la résolution des Nations Unies sur la protection des femmes en situation de conflit.

Le 31 octobre 2000, le Conseil de Sécurité des Nations Unies adoptait la Résolution 1325 sur la protection des femmes en situation de conflit.

Les femmes sont en effet les premières cibles lors des conflits, mais elles restent pourtant exclues des processus de négociations ainsi que des processus de paix.

En Afghanistan, en République Démocratique du Congo, en Somalie, ainsi que dans de nombreux pays, cette résolution est couramment bafouée, et de nombreuses femmes continuent d’être victimes de violences basées sur le genre, telles que des viols ou d’autres formes de violences physiques ou morales.

A l’occasion du 31 octobre, plusieurs actions sont menées pour soutenir les droits des femmes en situation de conflit. Au Royaume-Uni par exemple, CARE organise au sein du réseau britannique Gender Action for Peace and Security (GAPS), une veillée à la bougie en soutien aux femmes d’Afghanistan en partenariat avec le réseau afghan Afghan Women Network (AWN). 10 ans après le début de l’intervention militaire dans le pays, une conférence internationale se tiendra le 5 décembre prochain à Bonn (Allemagne) pour discuter du futur de l’Afghanistan. Transition, engagement sur le long terme, paix et la réconciliation, seront les thèmes à l’ordre du jour de cette conférence. CARE est très engagé à travers plusieurs coalitions (notamment en Afghanistan, en Allemagne, en France et au Royaume-Uni) pour que les droits des afghans, et notamment les droits des femmes afghanes, ne soient pas laissés de côté lors des négociations de la conférence de Bonn.

Source : Site du CARE, association de solidarité internationale, non confessionnelle et apolitique, qui regroupe 14 associations nationales travaillant ensemble à la mise en œuvre de plus de 1000 projets d’urgence et de développement dans près de 70 pays en Afrique, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.

Cürük – The Pink Report, d’ Ulrike Böhnisch

Cürük – The Pink Report, d’ Ulrike  Böhnisch

Documentaire :  Allemagne – Turquie / VO Turc & Allemand sous-titré Français,  2010, Couleur, 75 min

curuk.png L’armée turque considère l’homosexualité comme un désordre mental et réforme les jeunes hommes gays du service militaire, mais exige également un diagnostic médical psychologique et des procédures humiliantes. Çürük (Pourris) raconte les histoires de plusieurs hommes homosexuels, qui ont fait divers choix : certains ont préféré nier leur homosexualité engendrant ainsi souffrances et graves traumatismes, d’autres ont fait leur coming out, et enfin certains ont choisi de s’installer à Berlin. Ce documentaire expose l’un des plus grands tabous de Turquie en recueillant les récits de ces jeunes hommes obligés de cacher leurs visages par manque de liberté d’expression. La réalisatrice a filmé leurs mains, ou des détails de leurs corps afin de symboliser la détresse intérieure de ces sans visage qui n’ont pas la possibilité de révéler leur véritable identité. 

Née à Leipzig, Ulrike Böhnisch a vécu en Équateur, au Pérou, en France, en Espagne et en Turquie. En 2008 et 2009, elle a étudié à l’Université Bilgi d’Istanbul où elle a réalisé le film d’animation Disabled (Dienstunfähig) qui traite du même sujet que Çürük 

CFP : Violence Studies Conference 2012

The Humanities Research Institute at the University of Newcastle invites academics from a wide a variety of disciplines — including anthropology, art, criminology, history, international relations, law, literature, psychology, philosophy, political science and sociology — to submit proposals for panels and individual papers at its conference, Histories of Violence, to be held in the city of Newcastle from 21-23 August 2012.

Plenary speakers: 

Arjun Appadurai, New York University

Rosemary Gartner, University of Toronto

Gyanendra Pandey, Emory University

The program committee welcomes panels and paper proposals that deal with the history of violence in the broadest sense, in all parts of the world, from the fifteenth century to the present day. In order to complement the Humanities Research Institute’s continuing strengths in the history of violence, the Committee encourages proposals that involve histories of gender and race, cultural history, and religious history.

The Committee also invites submissions from scholars working in war, murder, mass murder and atrocity.

We invite prospective participants to submit a presentation proposal for one of the following parallel session options: 30-minute panel presentations; a 90-minute workshop; or a jointly presented 90-minute round table session. For more information refer to Conference website.

To defray costs for postgraduate students, the Humanities Research Institute is offering competitive scholarships.

All submissions should be electronic and should be submitted before 1 May 2012.

Participants will be notified by 1 June 2012. Please include the following information:

1. Panel title & short, one paragraph description.

2. Paper proposals for each paper (no more than half a page).

3. The CVs of all participants.

4.  Email address of designated contact person.

All inquiries and submissions should be sent to:

A/Prof Philip Dwyer, Philip.Dwyer@newcastle.edu.au

Prof. Lyndall Ryan, Lyndall.Ryan@newcastle.edu.au

  

Colloque : Nouveaux apports sur l’implication de la France dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Colloque

Nouveaux apports sur l’implication de la France

dans le Génocide des Tutsi du Rwanda

Organisé par France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations (FRG-EJR) sous le patronage de Jean-Claude LEFORT, ancien député et vice président  de la mission d’information parlementaire sur le Rwanda, et de Géraud de Geouffre de La Pradelle, professeur de droit et juriste international.

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h (entrée libre)

Espace Jean Dame 17, Rue Léopold Bellan 75002 Paris

Métro  :  Sentier

Table-ronde pour poursuivre les recherches

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP, 13  boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

Métro : Strasbourg-Saint-Denis

Depuis la Commission d’enquête citoyenne (CEC) de 2004, aucune rencontre d’importance n’a  fait le point sur l’implication de la France dans le génocide des Tutsi en 1994. Pourtant d’importants apports ont été faits depuis : côté français avec, par exemple, la diffusion de documents provenant d’archives de l’Élysée, côté rwandais avec la publication des travaux des commissions Mucyo et Mutsinzi. D’autres documents ou témoignages, provenant du TPIR, d’autres procédures judiciaires ou de travaux de chercheurs, ont été publiés. Les écrits ou interviews de militaires français, qui s’attachent à dénier toute responsabilité dans ces événements sanglants, apportent également parfois  des informations inédites.

Le peu d’intérêt suscité par ces apports, tant dans les médias où sévit un négationnisme d’une virulence inconnue jusqu’alors, que dans la recherche universitaire, nous a incité à réunir historiens, journalistes, juristes, parlementaires, militants des Droits de l’homme, pour exposer le résultat de leurs travaux, confronter leurs conclusions et relancer le débat.

Le colloque vise à présenter les faits nouveaux concernant l’implication de l’appareil d’État français dans la préparation et la perpétration du génocide, et à récapituler les charges qui pèsent sur les responsables français. Il se propose aussi d’analyser comment l’application de la doctrine française de la guerre révolutionnaire et l’adhésion des autorités politiques et militaires françaises au  racisme anti-tutsi, fondement de l’État Rwandais depuis 1959, ont pu mener la France à soutenir l’extermination programmée des Tutsi rwandais. Il s’interrogera sur les manoeuvres de l’État français pour éluder sa responsabilité et les perspectives judiciaires possibles des plaintes en France de victimes du génocide. Il discutera de la situation matérielle, physique et morale des rescapés et de la manière dont ils pourraient obtenir le versement de réparations par la France.

Enfin il s’interrogera sur le silence de tous les candidats à l’élection présidentielle à propos de la participation de l’appareil d’État français à ce génocide ; il discutera des modalités qui permettraient de remettre dans le débat public la question des errements criminels de l’État français et des moyens d’y mettre un terme.

Programme provisoire

Samedi 12 novembre 2011 de 13 h à 22 h

1. Enquêtes

a. État des lieux et enquêtes en cours

– Bilan de la Commission d’Enquête citoyenne créée en 2004 et éléments nouveaux, par Emmanuel Cattier, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– Les indices de préparation du génocide, par Jean-François Dupaquier, journaliste, ancien rédacteur en chef au Quotidien de Paris et à L’Événement du Jeudi, Expert auprès du Tribunal Pénal pour le Rwanda, auteur de L’agenda du génocide, Ed. Karthala.

– « La guerre totale et très cruelle » du général Quesnot, par Jacques Morel, Membre de FRG-EJR, auteur de La France au coeur du génocide des Tutsi Ed. Izuba-L’Esprit Frappeur.

– Le criminologue Robardey, pistes d’enquête sur les listes françaises du génocide, par Bruno Boudiguet, Éditeur, membre  de FRG-EJR, collaborateur de la Revue La Nuit Rwandaise.

– Regard d’un journaliste engagé (sujet à préciser), par Jean Chatain, journaliste à L’Humanité.

– Retour à Bisesero : Les enseignements d’un complément d’enquête, par Jean-Luc Galabert, psychologue, éditeur, auteur de  Les enfants d’Imana. Histoire sociale et culturelle du Rwanda ancien, Ed. Izuba.

– La mort de François de Grossouvre et le Rwanda, par François Graner, physicien, Institut Curie, Paris.

b. Témoignages : quelle place dans la hiérarchie des preuves ?

– Témoignage de Pauline Kayitare, rescapée, auteur de Tu leur diras que tu es Hutu, André Versaille éditeur.

– Témoignage de Eric Nzabihimana, survivant de la résistance des Tutsi à Bisesero.

– Les enseignements d’un recueil de témoignages, par Cécile Grenier, réalisatrice, scénariste de la bande dessinée Rwanda 1994, résultat de plusieurs années de recherches dont 6 mois d’enquête au Rwanda.

– Faire face au négationnisme francophone, par Jean Mukimbiri, docteur de l’Université catholique de Louvain et conseiller en médiation, auteur de L’envers absolu de la médiation : quelle restauration après l’irrémédiable ? ed. Sion, et Représentations littéraires et orientations Interprétatives d’un Génocide en Afrique, UCL, 2007

2. Justice

– Les plaintes de femmes Tutsi contre des soldats de l’opération Turquoise, par Annie Faure, médecin pneumologue, à l’hôpital de Gahini à l’Est du Rwanda pendant le génocide, auteur de Blessures d’humanitaire, Balland, membre de la Commission d’Enquête Citoyenne.

– L’affaire de l’ETO ou l’abandon aux génocidaires des réfugiés de l’École Technique Officielle par les troupes belges de la MINUAR : Les enseignements d’un procès, par Philippe Lardinois, avocat au barreau de Bruxelles, défenseur de parties civiles rwandaises.

– La justice face à l’implication française dans le génocide des Tutsi au Rwanda, interview filmée de Géraud de la Pradelle.

– Structures idéologiques, doctrinales et organisationnelles du génocide des Tutsi : quelle spécificité, quelle place dans l’histoire et le droit des crimes d’État et de masse ? Par Gabriel Périès, docteur en sciences Politiques et David Servenay, journaliste, co-auteurs de Une guerre noire enquête sur les origines du génocide rwandais, ed La Découverte.

3. Réparations

Présentation du travail de la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (au Rwanda) dans le plaidoyer pour les rescapés  par Yolande Mukagasana (à confirmer)

Etat des lieux et perspectives de réparations pour les rescapés : table ronde avec Yolande Mukagasana et des acteurs de la solidarité avec les rescapés du génocide : Tito Mugrefya, psychologue, fondateur de l’association Mpore ; Roland Junod, enseignant à l’école des Hautes études de Genève, fondateur de l’association Les amis de Bisesero ; Bruce Clarke, artiste plasticien, membre de l’association Appui-Rwanda.

4. Synthèse

Les responsabilités françaises, individuelles et collectives, à l’épreuve des faits.

Table ronde avec Michel Sitbon, Jean-François Dupaquier, Jacques Morel

En guise de conclusion : Perspectives pour faire avancer les enquêtes, la justice et les réparations

Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30

CIP (Coordination des intermittents et précaires)13 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris

(Métro Strasbourg-Saint-Denis)

Table-ronde pour poursuivre les recherches

La table-ronde du Dimanche 13 novembre de 9 h 30 à 12 h 30 proposera à toutes les personnes intéressées de débattre des « Perspectives et actions à mener pour la reconnaissance des responsabilités dans l’organisation et la mise en œuvre du génocide des Tutsi du Rwanda, pour la justice et les réparations envers les rescapés »

Cette table-ronde s’inscrit dans la poursuite de l’appel rédigé après le colloque de Genève organisé par France-Rwanda Génocide, la Communauté rwandaise de Suisse et Ibuka Suisse où a été acté la création d’un « Réseau International pour la Justice après le génocide des Tutsi du Rwanda. » dont les objectifs seraient :

• de poursuivre et démultiplier le travail de recueil des témoignages des rescapés et des témoins des crimes de génocide ;

• de soutenir les initiatives de recueil de témoignages entreprises au Rwanda;

• de protéger et de soutenir les témoins en créant un réseau de soutien et en démultipliant des parrainages ;

• de mettre en valeur les témoignages recueillis, par leur traduction, leur recension, leur indexation, le travail de recoupement aux fins de pouvoir être utilisés pour la reconnaissance des crimes, l’ouverture de poursuites judiciaires contre les génocidaires et l’exigence de réparations pour les rescapés et familles de victimes,  notamment de la part de l’État français ;

• d’identifier les gisements d’informations exploitables et de rendre possible leur accès et leur utilisation ;

• de poursuivre le travail de recensement des victimes du génocide ;

• de défendre le principe de préservation et d’accessibilité des archives du TPIR et de leur transfert au Rwanda après la cessation des activités du tribunal d’Arusha ;

• d’identifier les réseaux négationnistes et de lutter contre leurs entreprises.

L’association « France-Rwanda-Génocide, Enquêtes, Justice et Réparations », organisatrice du colloque vise à :

–  réunir les informations nécessaires à la manifestation de la vérité sur la participation de la France à ce génocide ;

–  amener les dirigeants français, présumés responsables dans l’exécution du génocide des Tutsi du Rwanda en 1994 à répondre de leurs actes devant toute juridiction compétente.

–  aider les rescapés et les ayant-droits des victimes de ce génocide à obtenir  des réparations, en particulier de la part de l’État français .

En réunissant chercheurs de diverses disciplines, militants, citoyens en quête de vérité et de justice FRG-EJR souhaite favoriser leur mise en réseau, pour que le silence, le mensonge et l’oubli ne soit pas le seul linceul des victimes du génocide des Tutsi du Rwanda.

http://www.francerwandagenocide.org

http://www.demosphere.eu/node/26611

 

Publication et Invitation : Viols en temps de guerre

A l’occasion de la sortie en librairie de Viols en temps de guerre aux éditions Payot, Fabrice Virgili et Raphëlle Branche sont heureux de vous inviter à la présentation du livre par les directeurs de l’ouvrage, avec la participation de plusieurs auteurs. Elle sera suivie d’un débat avec la salle. Jeudi 24 novembre à 18h : Institut historique allemand -8 rue du Parc royal -75003 Paris

9782228907033-1 Le livre

Ce livre pionnier éclaire la place et le sens des viols en temps de guerre. Parce que les victimes étaient majoritairement des civils et des femmes, les viols furent longtemps relégués au second plan, à la marge du champ de bataille. Ils étaient pensés entre butin et repos du guerrier, sans effet sur le cours de la guerre, marquant l’assouvissement de la pulsion sexuelle masculine. Vingt auteurs se penchent ici sur les différents conflits du XXe siècle, des guerres mondiales aux guerres civiles, de la Colombie à la Tchétchénie. Pour la première fois, ils retracent l’histoire de cette violence, en soulignent la complexité et l’ampleur, présentent la diversité des situations, le poids des imaginaires, les conséquences sociales et politiques, mais aussi intimes et émotionnelles. Voir table ci-dessous.

Parution le 2 novembre 2011, 272 pages, 20 €, ISBN : 978-2-228-90703-3

Les auteurs

RAPHAËLLE BRANCHE est historienne et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Paris-1-Panthéon-Sorbonne.

ISABELLE DELPLA est maîtresse de conférences en philosophie à Montpellier III et membre de l’UMR CNRS 5206 Triangle.

ANNE GODFROID prépare une thèse de doctorat, sur l’occupation belge de la Rhénanie. Elle travaille au Musée royal de l’armée et d’histoire militaire à Bruxelles.

JOHN HORNE est professeur d’histoire européenne contemporaine à Trinity College Dublin (TCD) et membre de la Royal Irish Academy.

ADEDIRAN DANIEL IKUOMOLA enseigne la sociologie à l’Université Adekunle Ajasin (Akungba – Akoko, Etat de Ondo, Nigéria).

MAUD JOLY, ancienne pensionnaire de la Casa de Velázquez (EHEHI, Madrid), est doctorante au Centre d’Histoire de Sciences-Po (Paris).

PIETER LAGROU enseigne l’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles. De 1998 à 2003 il était chercheur à l’Institut d’Histoire du Temps Présent (CNRS).

NAYANIKA MOOKHERJEE est maîtresse de conférences en anthropologie sociale à l’Université de Durham.

REGINA MÜLHAÜSER est historienne, chercheuse à la Fondation pour la promotion de la recherche et de la culture à Hambourg.

MARIANNA G. MURAVYEVA est professeure de droit à l’Université Herzen de Saint-Pétersbourg.

NORMAN M. NAIMARK est professeur d’histoire est-européenne à l’université de Stanford (chaire Robert and Florence McDonnell).

TAL NITSAN est doctorante en anthropologie à l’Université de Colombie britannique et chercheuse au Liu Institute for Global Issues.

DANIEL PALMIERI est chargé de recherches historiques auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

NADINE PUECHGUIRBAL, docteure en sciences politiques, a travaillé en tant que Conseillère Femmes et Guerre pour le Comité International de la Croix-Rouge (CICR).

AMANDINE REGAMEY est maîtresse de conférences de russe à l’Université Paris-I et chercheuse rattachée au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS/CNRS).

ANTOINE RIVIERE, professeur agrégé d’histoire, prépare à l’Université Paris-IV-Sorbonne une thèse de doctorat intitulée « La misère et la faute. Abandon d’enfants et mères abandonneuses à Paris (1880-1920) ».

ALEXANDRE SOUCAILLE est chercheur contractuel au CNRS, Paris. Il a un doctorat d’anthropologie sociale de l’université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense.

KATHERINE STEFATOS est doctorante en sciences politiques au Goldsmiths College, Université de Londres.

NATALIA SUAREZ BONILLA est docteure en sociologie à l’EHESS et maîtresse de conférences à l’Université del Valle (Cali-Colombie).

FABRICE VIRGILI est historien, directeur de recherche au CNRS (IRICE / Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne).

Table

7 – INTRODUCTION. Écrire l’histoire des viols en temps de guerre, par Raphaëlle Branche, Isabelle Delpla, John Horne, Pieter Lagrou, Daniel Palmieri, Fabrice Virgili

25 – Le viol dans la législation militaire russe moderne (XVIe-XXe siècle), par Marianna G. Muravyeva

43 – La violence sexuelle des soldats allemands pendant la guerre d’anéantissement en Union Soviétique (1941-1945), par Regina Mühlhäuser

55 – La victimisation du corps et la politique du corps : viol et abus sexuel pendant la guerre civile grecque, par Kathrine Stefatos

71 – « Héroïnes de guerre » et hommes oubliés de la guerre de libération du Bangladesh, par Nayanika Mookherjee

83 – Viol, blâme et contrôle social : le cas des enclaves paramilitaires en Colombie, par Natalia Suarez Bonilla

95 – Une fureur « belgica » en Rhénanie occupée : réalité ou fantasme ? (1920-1930), par Anne Godfroid

107 – Pratiques de guerre, terreur et imaginaires : troupes maures et viols durant la Guerre d’Espagne, par Maud Joly

119 – Promettre le viol : milices privées contre guérilla maoïste dans l’État du Bihar (Inde), par Alexandre Soucaille

133 – Le poids des imaginaires : viols et légende des femmes snipers en Tchétchénie, par Amandine Regamey

145 – Lever le silence : nouvelles approches des conséquences du viol en Érythrée, République Démocratique du Congo, Rwanda, Somalie (1994-2008), par

Nadine Puechguirbal

159 – Réponses publiques à un texte académique sur la rareté du viol dans le conflit israélo-palestinien, par Tal Nitsan

177 – La stigmatisation des enfants nés de viols lors de la guerre civile du Nigéria (1967-1970), par Daniel Ikuomola

189 – « Décisions spéciales » : les enfants nés des viols allemands abandonnés à l’Assistance publique pendant la Grande Guerre (1914-1918), par Antoine

Rivière

207 – Russes et Allemands : viols de guerre et mémoires postsoviétiques, par Norman M. Naimark

229 – Notes

261 – Les auteurs

267 – Remerciements

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

La paix, une affaire de femmes ? (La Voix du Nord)

Trois parcours, trois combats, un seul genre : des femmes. Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee, Tawakkol Karman. Une présidente, une militante, une journaliste.

Leur point commun : la recherche de la paix. Et, à la clé, le prix Nobel qui lui rend hommage.

Les deux premières ont participé à la pacification du Liberia, en proie à une guerre civile au début des années 2000. Gbowee a initié la «  grève du sexe », tant que les hommes ne renonçaient pas aux violences. Sirleaf, élue démocratiquement, a pris la succession du dictateur Charles Taylor en 2005 et oeuvre pour la réconciliation. Aujourd’hui, le Liberia ne fait plus la guerre et refait l’amour.

Karman, elle, vit au Yémen. Elle a mené, avec d’autres, la révolte entamée en janvier contre le président Saleh. Ce dernier s’accroche toujours au pouvoir, au prix d’une sanglante répression. À travers cette journaliste, c’est tout le printemps arabe qui est salué, de Sidi Bouzid en Tunisie à Homs en Syrie.

Mais en désignant trois femmes, le comité d’Oslo a surtout mis l’accent sur cette moitié de l’humanité porteuse d’espoirs en Afrique, dans le monde arabe et sur les au-tres continents. Par son geste, le jury du Nobel paraphrase en quelque sorte Aragon : « La femme est l’avenir de l’homme ».

C’est déjà le pari fait par certaines banques de microcrédit. Leur sensibilité serait-elle aussi bénéfique en politique ? En Birmanie, Aung San Suu Kyi, Prix Nobel 1991, tient la dragée haute à la junte au pouvoir.

La guerre n’est pas la tasse de thé de ces dames, dit-on. L’art militaire, en effet, à en considérer ses auteurs, est essentiellement une affaire d’hommes.

Les troupes comptent plus de lieutenants que de « lieutenantes ». Le sexe dit faible ne représente que 15 % du personnel militaire en France.

Le combat serait alors masculin et la paix féminine. Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait. Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes. Une répartition mal représentée par le prix Nobel de la paix, qui ne compte que quinze femmes parmi ses lauréats depuis 1901.

La guerre des sexes n’a cependant pas sa place dans la bienfaisance. L’époque ne sourit pas aux Nobel de la paix, qui ont perdu, il y a dix jours, Wangari Maathai (2004). Si Madame Aung San retrouve un peu de liberté ces derniers mois, Liu Xiaobo (2010) subit la répression chinoise au fond de sa cellule. Et le dalaï lama (1989) se voit refuser l’entrée en Afrique du Sud pour fêter l’anniversaire de Desmond Tutu (1984).

Qu’elle soit portée par un homme ou une femme, la liberté dérange. Raison de plus pour continuer à la partager.

Cette théorie des genres serait bien commode si elle se confirmait.

Mais les bonnes intentions, comme les mauvaises, sont partagées entre les deux sexes.

CFP : Political violence in interwar Europe

Political violence in interwar Europe

Cardiff University, 19th-21st September 2012

From confrontations during strikes to the street battles of extremist groups, violence was a feature of interwar European politics.  As countries entered an age of mass politics, governments searched for ways to integrate their peoples into the political system.  Yet violence as a means of political expression and engagement persisted, even in democratic nations.  Violent political conflict preceded the establishment of fascist regimes in Italy and Germany, and civil war in Spain.  In Eastern Europe, the collapse of empire and the founding of new nation-states gave rise to violent political struggle.  In France and Britain, street fighting and rioting raised fears over the breakdown of order in the western democracies.  State authorities could respond with force themselves, or implicit approval directed at enemies.  Groups that resorted to violence, while embedded in particular national environments, were often part of broader international political phenomenon and organisations such as Communism and Fascism.  The development of the ideas and practices of such groups was subject to transfers across national boundaries. Yet most existing histories tend to focus on particular national contexts or countries where extremist governments came to power.  Furthermore, accounts take either the left or the right as their subject, but say little about common practices and attitudes.

This conference will examine multiple aspects of interwar European political violence, broadly defined.  Were understandings of acceptable conduct common to the left and the right?  What rules, explicit and unspoken, governed behaviour during violence?  What significance did violence have in the daily life of contemporaries? What role did political violence play in democratic societies?  Was violence a component of political competition in interwar democratic societies?  How was it viewed as a means of political competition?  What role did the State play in setting the parameters of political violence?  How did violent groups interpret the action of their foreign counterparts?  Were aspects of violent cultures transferred across national boundaries?

We invite the submission of twenty minute papers that explore these questions and others in any European country during the interwar years.  Please send a 300 word abstract and one-page CV by email to Chris Millington: millingtoncd@cardiff.ac.uk.

The deadline for submissions is 31st January 2012.

For and on behalf of the conference organisers: Chris Millington and Kevin Passmore.