« Envoyé Spécial » : Les femmes brisent le silence dans l’armée française

Capture3Des femmes militaires dénoncent les violences et le harcèlement sexuel au cœur de l’armée française. Les journalistes d’Envoyé spécial ont donné la parole à trois d’entre elles.

Suite à la publication du livre coup de poing « La Guerre invisible«  de Leila Minano et Julia Pascual sur les violences subies par les femmes dans l’armée française, ces révélations ont provoqué une véritable prise de conscience au sein du gouvernement.

« Lutter contre toutes formes de harcèlement »

Fin février, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a dévoilé l’ouverture d’une enquête interne suivi le 15 avril de l’annonce d’une série de mesures…

Les lois genrées de la guerre

clio hfsClio n° 39 « Les lois genrées de la guerre », sous la direction de Fabrice Virgili

Responsable du numéro : Fabrice Virgili
1914-2014 : en cette année de centenaire, Clio, Femmes, Genre, Histoire portera son regard sur d’autres conflits. Depuis la fin du xxe siècle, leur étude a été renouvelée, d’un côté par une approche anthropologique du fait guerrier et une attention portée à l’intime, de l’autre par la focale mise sur les sorties de guerre. Par ailleurs, la guerre dans l’ex-Yougoslavie, puis le génocide des Tutsis au Rwanda, ont abouti à la constitution de tribunaux internationaux, le TPIY en 1991, puis le TPIR trois ans plus tard. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international et ces questions ont attiré l’attention des chercheurs. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on dénomme « les lois de la guerre ».

Dossier

  • Philippe Clancier, Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien
  • Sophie Cassagnes-Brouquet, Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle)
  • Mariana Muravyeva, “Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne
  • Régis Schlagdenhauffen, Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945)
  • Alain Blum & Amandine Regamey, Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000)
  • Christine Lévy, Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ?

Regards complémentaires

  • Annette Wieviorka, À propos des femmes dans les procès du nazisme

Actualités de la recherche

  • Françoise Thébaud, Penser les guerres du XXe siècle à partir des femmes et du genre : quarante ans d’historiographie
  • Isabelle Delpla, Les femmes et la justice pénale internationale

Documents

  • Alain Blum & Amandine Regamey, Plainte et enquête autour d’un viol (Lituanie soviétique, 1959)

Témoignage

  • Une communauté de femmes en prison pendant la guerre d’Algérie. Entretien avec Christiane Klapisch-Zuber par Michelle Zancarini-Fournel

Portrait

  • Marie-Claire Hoock-Demarle, Rita Thalmann – pionnière de l’histoire des femmes

Varia

  • Agustina Cepeda, Au temps du Test du crapaud. Justice et avortement (Argentine, mi-XXe siècle)
  • Rémy Pawin, Le genre du bonheur (France, 1945-années 1970)

Clio a lu (consultable sur http://clio.revues.org)

Armée française : les femmes autorisées à bord des sous-marins

A lire sur Le Monde aujourd’hui:

Voilà bien « une révolution, le dernier bastion tombe », admet un officier de marine. Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, devait annoncer mardi 15 avril que les sous-marins français allaient accueillir des femmes dans leurs équipages. Objectif : trois femmes à bord dans trois ans. L’avancée peut paraître minuscule. « La règle d’or, c’est la compétence, souligne-t-on à l’état-major qui a toujours refusé toute discrimination positive. On vérifie que ça fonctionne et on étend si ça marche. »

La suite ici.

 

La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française

La guerre invisibleMiñano Leila et Julia Pascual, La guerre invisible: révélations sur les violences sexuelles dans l’armée française, Paris, Les Arènes & Causette, 2014.

L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur ses 230 000 engagés.

En caserne, brigade ou opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels. Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux États-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu de l’ennemi », dénonçait ainsi un rapport interne, en Irak en 2004.

En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta.

Création d’une liste de diffusion sur l’Algérie

Pour celles et ceux qui travaillent sur l’Algérie à l’époque coloniale et/ou sur la guerre d’indépendance algérienne, une liste de diffusion vient d’être créée, afin de centraliser les informations relatives à l’actualité de la recherche sur ces questions. Elle est accessible en cliquant sur le lien suivant: http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/de-colonisation.algerie

N’hésitez pas à vous y inscrire et à y poster vos annonces de parution, colloques, journées d’études, séminaires, soutenances, etc., en passant par l’adresse suivante: de-colonisation.algerie@rezo.net

The place of women in war 1914-2014

La première conférence de Women in War www.womeninwar.org in Sarajevo

Women in war’s first conference www.womeninwar.org  in Sarajevo

with/avec the Gender iInstitute of the University of Sarajevo

The place of women in war 1914-2014

Sarajevo June 7th and 8th 2014.

The Women in War inaugural conference will take place in Sarajevo on June 7th and  8th, with the support of the University of Sarajevo’s Gender department.

2014 marks the centennial of the start of World War One and a greater visibility of women in armed conflict.

As well as the numerous commemorative events and conferences that will be taking place, this centennial is a unique opportunity to assess the experience and consequences of war on women twenty years after the war in the ex-Yugoslav area (1991-1995), with a look towards the past as well as at conflicts of the same period, namely Rwanda.

This conference is the first academic one of its kind to be held in Sarajevo, we invite proposals for papers in the following or related areas. Although the focus is Bosnia, the examples can be taken from other regions of the world.

  • Gender and Armed Conflict
  • Women in and around the Military
  • War time rape
  • Gender and Nationalism
  • Gender and Post-war reconstruction
  • Men, Masculinity and War
  • Gendered Memories of War and Political Violence

Abstracts of max. 350 words should be submitted by April 12 to carolmann33@gmail.com and nermina.trbonja@gmail.com

Authors of abstracts (selected or not) will be informed by May 1st 2014

Keynote speakers:

Cynthia Cockburn (to be confirmed)

Elissa Helms (confirmed) Gender Studies at the Central European University in Budapest, Hungary

Stef Jansen, University of Manchester (to be confirmed)

Les femmes dans l’entre-deux-guerres: 1918-1938 – De l’armistice à une nouvelle avant-guerre, que deviennent les femmes?

cahierCe colloque se déroulera les 18 et 19 septembre 2014 à la Médiathèque d’Orléans.

Les propositions sont à envoyer avant le 20 mars 2014.

Les éditions précédentes ont successivement mis en lumière les femmes du XVIIème, celles de la Belle Epoque et les Savantes femmes; la quatrième édition rendra visibles les femmes de l’entre-deux-guerres.
De 1918 à 1938, de l’armistice à une nouvelle avant-guerre, que deviennent les femmes? Et par quels chemins avancent-elles?
Elles ont investi tous les domaines de l’économie pendant la Grande Guerre. Mais ensuite? Sur les voies multiples des héritages, des appropriations et des conquêtes, nous nous interrogerons sur la diversité des parcours féminins, du cinéma à la médecine, de la littérature à la chanson, de la mode aux sciences et techniques. Au-delà des voies originales et flamboyantes, de la variété des approches, il sera bon de réfléchir sur les contradictions sous-jacentes, les évolutions dynamiques ou avortées, les mythes en devenir, voire la spécificité des créations.
Nous souhaitons que ce colloque fasse connaître des romancières, des artistes,des chercheuses, des techniciennes dont la postérité n’a pas retenu le nom ou que nous connaissons peu. Nous souhaitons aussi que, loin d’un catalogue de monographies, ce colloque favorise la perception de l’entre-deux guerres par le croisement de diverses perspectives: historique, sociologique, esthétique. Ces dernières devraient permettre de mieux percevoir les assises sur lesquelles les générations suivantes de femmes se sont identifiées et construites.
Les propositions de communications et quelques éléments biographiques sont à adresser pour le 20 mars 2014 à: dominique.brechemier@gmail.com et lavalturpin@yahoo.fr

Revue historique des armées, « Aux armes citoyennes! »

couv_rha272-small200
Crédits: SHD / Droits d’auteur © Revue historique des armées

La revue historique des armées a intitulé son dernier numéro « Aux armes citoyennes! ».

Son contenu est disponible en ligne.

Retrouvez ci-dessous son sommaire:

« Femmes et guerres, one person crying »

CaptureLe centre de la mémoire présente : « Femmes et guerres : One person crying, Women and war ».

À l’aide de plus de 90 photographies noir et blanc, Marissa Roth, photoreporter américaine, aborde les effets immédiats et durables de la guerre sur les femmes.

Le voyage de la photographe débute à Novi Sad en Yougoslavie en 1984 et se conclut à Oradour en 2013. Les photographies couvrent une dizaine de conflits mondiaux au long d’une période de travail de 28 années qui commence avec l’histoire personnelle de Marissa Roth en tant que fille de réfugiés de l’Holocauste.

L’exposition inclut des panneaux qui fournissent des références historiques et reviennent sur le déroulement des guerres abordées par la photographe. Un ensemble de projections (témoignages, documentaires), d’ouvrages, d’archives se rapportant aux violences faites aux femmes lors des guerres complète le travail photographique de Marissa Roth.

« Il n’y a pas de sang ni d’armes dans ces images, juste le souvenir de ces vies passées dans un après-guerre sans fin comme toile de fond » Marissa Roth

Dossiers pédagogiques Femmes et guerres

Plus d’infos

Conference: The Gender Dimensions of Armed Violence

Conference: The Gender Dimensions of Armed Violence

lundi 25 février 2013, 09:15-18:00

The Gender Dimensions of Armed Violence

Auditorium Jacques-Freymond, 132 rue de Lausanne

The gender dimensions of social conflict, armed violence and peacebuilding are multifaceted and complex. Quantitative research has demonstrated a strong correlation between levels of gender inequality and war, suggesting that women’s subordination and vulnerability is a significant predictor of armed violence. Women and girls often bear the brunt of violence, insecurity and impoverishment. Consequently, women tend to be portrayed as passive victims whose agency in social conflict remains ignored. Yet, the war-related transformation of gender roles offers women opportunities of economic empowerment and political leadership that is often reversed once violent conflict ends, leaving women again in a state of insecurity. The exploratory workshop panels are organised around three main questions: (1) How is gender (equality) linked to armed conflict? (2) How and why is violence against civilians gendered? (3) What role does gender play in processes of violence prevention and peacebuilding?

Programme

9:15 Welcome

  • Elisabeth  Prügl, The Graduate Institute, Director of the Programme on Gender and Global Change
  • Jana Krause, The Graduate Institute and German Institute of Global and Area Studies

9:45-11:45 Panel 1: Gender Equality and Armed Conflict

Chair: Rahel Kunz, Université de Lausanne

  • Cynthia Cockburn, City University London
  • Theodora-Ismene Gizelis, University of Essex
  • Marsha Henry, London School of Economics and Political Science
  • Åshild Kolås, Peace Research Institute Oslo

Discussants: Daisy Onyge, Port Harcourt University; Elisabeth Prügl, The Gradute Institute

12:00 Lunch

13:30-15:30 Panel 2: The Gender Dimensions of Violence against Civilians

Chair: Bina d’Costa, Australian National University

  • Maria Stern, University of Gothenburg
  • Ragnhild Nordaas, Peace Research Institute Oslo
  • Meghan Foster Lynch, Temple University
  • Laura Sjoberg, University of Florida

Discussants: Keith Krause, The Graduate Institute, Small Arms Suvey and Centre on Conflict, Peacebuilding and Development; Arifah Rahmawati, Gadjah Mada University

15:30 Coffee Break

16:00-18:00 Panel 3: The Gender Dimensions of Violence Prevention and Peacebuilding

Chair: Anna Alvazzi del Frate, Small Arms Survey

  • Carol Cohn, University of Massachusetts
  • Susanne Buckley-Zistel, Philipps Universität Marburg
  • Antonia Potter Prentice, European Peacebuilding Liaison Office
  • Donna Pankhurst, University of Bradford

Discussants: Wening Udasmoro; Gadjah Mada University; Mimidoo Achakpa, WREP Abuja

This event is organised by the Programme on Gender and Global Change in collaboration with

CFP: De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés

The return from war. Women, natives and ethnic minorities: crossed perspectives

81e Congrès de l’Acfas

81st Acfas congress

*  *  *
Publié le jeudi 20 décembre 2012 par Elsa Zotian
RÉSUMÉ
Comment l’armée en tant qu’expérience sociale colore-t-elle les épreuves qui jalonnent le retour à la vie civile des militaires ? Du point de vue historique et contemporain, ce colloque s’intéressera en particulier aux groupes minoritaires au sein de l’armée, mais occupant, depuis quelques années, une place importante dans l’historiographie militaire. Les femmes, les autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ? L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.
ANNONCE

Argumentaire

Ce colloque portera sur le retour à la vie civile de groupes minoritaires au sein de l’armée (femmes, Autochtones et minorités ethniques) des points de vue historique et contemporain. Alors que les périodes de post-conflits sont de manière générale le théâtre d’une unité nationale retrouvée (Bucaille, 2006), la participation des minorités ethniques ou des Autochtones à l’effort de guerre, au Canada, est longtemps demeurée inavouée (Macfarlane et Moses, 2006). Par exemple, les témoignages des vétérans autochtones engagés dans les grands conflits mondiaux du XXe siècle mettent l’accent sur l’expérience de l’égalité et l’absence de distinction ethnique à l’intérieur de l’armée. Or, au retour de l’armée et de la guerre, les vétérans autochtones firent face à de nombreuses discriminations. Le retour au Canada cimenta ainsi leur conscience d’appartenir à une minorité dont l’horizon commun était la domination et de la discrimination; la guerre jouant le rôle d’« agent d’autochtonisation » (Martin, 2009). D’un point de vue contemporain, la fin de la conscription transforme l’armée en tant qu’institution sociale. Celle-ci tend aujourd’hui, au Canada, à être, non plus au service de la nation, mais à l’image de celle-ci. La multiplication, par exemple des programmes pour enrôler au sein des forces armées des membres des minorités témoigne de ce processus de rapprochement entre l’armée et la société canadienne. De quelle manière agissent les « nouveaux » vétérans après avoir fait l’expérience d’une armée qui valorise la diversité et reconnaît désormais les individus comme porteurs d’une identité collective ?
Le retour à la vie civile ne se pose pas qu’en termes d’acteurs historique ou politique, individuel ou collectif. Le problème de la déstructuration, de la destruction et de la violence auxquelles ont été confrontés les militaires pèsent sur le retour à la vie civile et sur la capacité des individus à affronter les épreuves de la société qu’ils ont quittée parfois pendant de nombreuses années. L’abondance des travaux de psychiatrie sur les traumatismes de guerre en témoigne (Crocq, 1999). L’expérience du retour à la vie civile des anciens combattants ou des vétérans demeure relativement méconnue si ce n’est au travers des représentations médiatiques de jeunes vétérans meurtris physiquement, en détresse psychique ou de héros de guerre commémorant le souvenir de leurs camarades. Pour le dire autrement, les figures de la victime ou du héros s’imposent et révèlent en creux les enjeux de la construction d’un récit national. Afin d’explorer ces enjeux, ce colloque s’organisera selon deux axes distincts.

Axe 1 : L’expérience sociale de l’armée et l’épreuve du retour

Quels rapports les vétérans entretiennent-ils désormais avec les institutions sociales desquelles leur mission ou la garnison les a tenus éloignés ? Comment après avoir fait l’expérience sociale de l’institution militaire et de la guerre construisent-ils leur identité personnelle, leur identité collective et appréhendent-ils l’Autre ? Nous privilégierons dans cet axe, les contributions qui mettent l’accent d’une part sur la manière dont l’expérience de l’armée colore et influence les épreuves (Martuccelli, 2006) auxquelles sont confrontées les vétérans au retour de la guerre et d’autre part sur la reconstruction identitaire des individus (Wieviorka, 2005). Les femmes, les Autochtones ou les minorités ethniques font-ils face à des épreuves singulières ?

Axe 2 : La place des vétérans dans l’historiographie militaire et le récit national

On s’interrogera ici de manière plus large sur la place qu’occupent ces vétérans minoritaires dans l’armée dans l’historiographie militaire et la construction de la mémoire collective. En quoi la participation de ces groupes aux grands conflits mondiaux du XXe siècle leur a-t-elle permis de sortir de l’invisibilité ou d’acquérir un nouveau statut social ? Au Canada par exemple, quels sont les enjeux qui entourent la reconnaissance de ces groupes dans l’histoire militaire ? L’intérêt pour la place des femmes, des Autochtones ou des minorités ethniques éclairent ainsi les mutations de l’institution militaire dont la fonction n’est plus d’être au service de la nation, mais à l’image de celle-ci (Winslow, 2003). Cette reconnaissance des vétérans permet-elle pour autant la reconnaissance plus large des groupes auxquels ils appartiennent ?
Le retour à la vie civile dans les périodes de post-conflits a fait l’objet de nombreuses recherches tant sur le point historique que contemporain, mais au Québec, il demeure un objet mal connu. À ce titre, on pourra s’interroger sur les rapports que les minorités nationales entretiennent avec leurs vétérans. La question des Autochtones nous intéressera particulièrement dans la mesure où s’ils constituent une population minoritaire au sein de l’armée le nombre d’engagés volontaires fut et est bien plus nombreux comparativement à la population canadienne toutes proportions gardées.

Conditions de soumission

La proposition comportera un titre (180 signes espaces compris), un résumé de 1500 signes (espaces compris) et cinq mots-clefs au maximum.
Veuillez également indiquer votre prénom, nom, statut, affiliation, courriel et coordonnées.
Les critères d’évaluation porteront sur la qualité de la réflexion scientifique proposée; la pertinence scientifique et / ou sociale du sujet présenté.
Merci d’envoyer vos propositions à Brieg Capitaine (briegc@ehess.fr)

avant le 25 janvier.

Un courriel de confirmation de réception vous sera envoyé, mentionnant les dates de réponse du comité d’évaluation.
Le colloque se tiendra la 7 mai 2013 à l’Université Laval, Québec (QC).

Responsables scientifiques

  • Brieg Capitaine Ph.D.
Chercheur postdoctoral
Chercheur associé au CADIS (EHESS-CNRS)
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales
Université du Québec en Outaouais
briegc@ehess.fr
(1) 819 595 3900 (2051)
 
  • Thibault Martin Ph.D.
Professeur et Titulaire,
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire
Département des sciences sociales
Université du Québec en Outaouais
Thibault.martin@uqo.ca
(1) 819 595 3900 (2210)

Bibliographie

  • Bucaille L. (2006), « Introduction. Récits de l’après-conflit », Revue internationale des sciences sociales, vol. 3, n° 189, p. 459-466.
  • Crocq L. (1999), Les traumatismes psychiques de guerre, Paris : Odile Jacob.
  • Macfarlane J. et J. Moses (2005) « Le son d’un autre tambour : la culture autochtone et les forces armées canadiennes, 1939-2002 »,Revue militaire canadienne, n° 2, p. 25-32.
  • Martin T. (2009) « L’expérience d’Eddy Weetaltuk dans le contexte de la participation des Autochtones aux guerres canadiennes » dans Weetaltuk E., E9-422. Un nuit de la toundra à la guerre de Corée, Paris : Carnet Nord, 2009. p. 331-384.
  • Martuccelli D. (2006) Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris : Armand Colin.
  • Wieviorka M. (2005) « Les problèmes de la reconstruction identitaire », Le Coq-Héron, n° 180, p. 122-131.
  • Winslow D. (2003) « La société canadienne et son armée de terre »,Revue militaire canadienne, hiver 2003-2004, p. 11-24.
LIEUX
  • 844 Rue Paradis, Sainte-Foy
    Quebec City, Canada (G1V 4J5)
DATES
  • vendredi 25 janvier 2013
MOTS-CLÉS
  • vétérans, guerre, minorités, épreuves, histoire militaire, témoignages
CONTACTS
  • Brieg Capitaine
    courriel : briegc [at] ehess [dot] fr
URLS DE RÉFÉRENCE
SOURCE DE L’INFORMATION
  • Brieg Capitaine
    courriel : briegc [at] ehess [dot] fr
POUR CITER CETTE ANNONCE
« De retour de la guerre. Femmes, autochtone et minorités ethniques : regards croisés », Appel à contribution , Calenda, Publié le jeudi 20 décembre 2012,http://calenda.org/233106

Entre Lutte Armée Et Féminisme: Quelques Reflexions À Propos Des Femmes Combattantes En Colombie (The Armed Struggle and Feminism: Some Insights About Women Combatants in Colombia)

Carolina Vergel Tovar


Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F

December 17, 2012

Revista Derecho del Estado No. 29, 2012
Abstract:
Cet article aborde la question de la situation de femmes combattantes à partir du cas colombien. En reprenant ce que les femmes démobilisées disent, ce que l’on dit d’elles ou ce qu’on leur fait dire, l’analyse proposée vise à exposer les difficultés propres au contexte colombien dans le contexte où la compréhension de cette problématique peut sembler utile à une politique de démobilisation non discriminatoire, ainsi qu’à la mise en oeuvre des mesures du droit international de promotion et de protection des femmes à l’occasion des confrontations armées.

This article adresses the situation of women in combat in Colombia. Based on what the demobilized women say, what it has been said about them, or what they are told to say, the proposed analysis intends to show the difficulties that arose in the understanding of these issues in the Colombian context. Thus, it can be useful for a non discriminatory demobilized policy, as well as for implementing measures in the international law for the promotion and protection of women under the armed conflict.

Disponible sur:
http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=2190456

Note: Downloadable document is in French.

Number of Pages in PDF File: 31

Keywords: Women condition, army, feminism, human international law, equality men-women

Vient de paraître: Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme

Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme. Avant-propos de Jules Falquet, Paris, Editions iXe, 2012.

Mot de l’éditrice:

Pionnière des études sur le rôle et la place des femmes dans la famille et dans la société, féministe de la première heure, Andrée Michel est l’une des rares, en France, à travailler sur l’articulation du pouvoir d’État avec le puissant lobby de l’armement. Elle analyse la « culture de guerre » qui en découle en prenant en compte les dimensions de la classe et du sexe, ce qui l’amène à qualifier l’industrie de l’armement de « formation sociale aggravée du patriarcat ». Un modèle qui a pour conséquences inéluctables une extension des conflits armés et une aggravation des pauvretés qui frappent les hommes comme les femmes mais stigmatisent durablement les secondes. Les viols de guerre et la prostitution au service des armées ne sont que les exemples les plus connus, les plus frappants, des violences exercées à leur encontre.

Composé en deux parties – « la guerre contre les femmes » et « résistances féministes » – le recueil Féminisme et Antimilitarisme rassemble, à côté d’articles de fond publiés dès les années 1980, les textes inédits d’interventions dans des colloques internationaux, notamment en Colombie, à l’invitation d’organisations féministes.