Allocation de thèse en histoire militaire et de la Défense de l’IRSEM 2012

Allocation de thèse en histoire militaire et de la Défense de l’IRSEM 2012

clôture des inscriptions le 15 février 2012

Conditions de candidature

L’IRSEM attribue pour l’année 2012, 10 allocations de thèses en histoire militaire et de la défense, allouées sur critère d’excellence, qui s’adressent à de jeunes chercheurs engagés dans une thèse inscrite dans cette discipline.

1 – Le montant annuel de l’allocation est de 10 000 € par allocataire. Peut être allocataire tout doctorant ayant déposé un dossier dûment complété dans les délais impartis par l’appel à candidature.

Les allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM s’adressent en priorité à des doctorants non-salariés.

Les candidatures de doctorants salariés seront examinées par le Conseil scientifique de la recherche historique de la défense qui tiendra compte de la nature de l’emploi et du temps de travail mensuel consacré à cette (ou ces) activité(s) salariée(s).

Ces allocations sont exclusives de toute autre aide à la recherche. Le cas échéant, les candidats doivent s’engager sur l’honneur à n’accepter qu’une seule de ces allocations.

Le montant de l’allocation est imposable et non assujetti au versement de charges sociales. L’allocation ne donne pas droit à des indemnités de chômage. A la demande expresse du bénéficiaire, l’IRSEM peut délivrer une attestation d’attribution d’une allocation de recherche.

2 Les allocations de thèse de l’IRSEM sont ouvertes à tout candidat inscrit en thèse au moment du dépôt du dossier de candidature. Les candidats en début de thèse seront privilégiés.

3 – Peuvent faire acte de candidature :

• Tout doctorant, sans distinction de nationalité, inscrit dans une université française et rattaché à un laboratoire français.

• Tout doctorant de nationalité française dans une université étrangère. Il peut exister une co-direction de thèse avec une autre université française ou étrangère.

4 Les dossiers de candidature sont soumis au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense, dont l’IRSEM assure le secrétariat, qui décide de l’attribution de ces allocations.

Les dossiers de candidature sont évalués et sélectionnés suivant les critères suivants :

• La valeur scientifique du projet de thèse

• L’intérêt de la recherche pour la défense

• La valeur du candidat

• La valeur du laboratoire d’accueil et la qualité de l’encadrement

5 – L’allocation est attribuée pour une durée d’un an. Elle peut être renouvelée deux fois, sur demande explicite du candidat. Le renouvellement n’étant pas automatique, le candidat doit établir chaque année un nouveau dossier de candidature comprenant un état des travaux effectués depuis sa précédente demande ; ce dossier est soumis une nouvelle fois au Conseil scientifique de la recherche historique de la défense qui évaluera l’évolution du travail du candidat.

6 – Chaque candidat ainsi que son directeur de thèse sont officiellement informés par courrier de la décision prise par le Conseil scientifique de la recherche historique de la défense.

7 – Un contrat de recherche est adressé par l’IRSEM à chaque bénéficiaire de l’allocation. Ce contrat est nominatif.

8 – Ce contrat est signé, d’une part, par l’allocataire, et d’autre part, par les autorités du ministère de la défense. Lorsque toutes les parties ont visé le contrat, ce dernier est notifié à l’allocataire qui en accuse réception. Ce contrat définit notamment les obligations imposées à l’allocataire.

9 – Le paiement intervient en deux versements après remise par l’allocataire des travaux exigés dans le contrat :

–  Un acompte de 5 000 € en juillet de l’année de candidature, après la remise un mois après la notification du contrat, par le doctorant, d’un état de l’avancement de la thèse sous la forme d’un plan, d’une note méthodologique et d’une bibliographie,

–  Le solde, de 5 000 €, en fin d’année de l’année de candidature, après la remise au 30 septembre 2012, par le doctorant, d’un volume de la thèse de 60 pages minimum ainsi qu’un point historiographique (pour les doctorants en première année) ou un compte rendu d’ouvrage (pour les autres doctorants).

Ce point historiographique ou le compte rendu d’ouvrage, destinés à être publiée dans les publications de l’IRSEM seront définis avec la direction scientifique de l’IRSEM et selon les thématiques de recherche du doctorant.

Un échéancier de remise de ces travaux est fourni au moment de la notification du contrat.

Les travaux demandés, justifiant le paiement de l’allocation, doivent être rédigés en français ou en anglais, selon les besoins de l’IRSEM et en accord avec le doctorant.

Il est explicitement rappelé que les deux versements n’interviennent que si le bénéficiaire a rempli toutes les obligations inscrites dans le contrat.

10 – L’allocataire s’engage également à prendre part aux activités scientifiques et académiques de l’IRSEM,

– à participer au Séminaire Jeunes Chercheurs de l’IRSEM,

– à rédiger des notes, des fiches ou des articles pour les productions scientifiques de l’IRSEM,

– à présenter ses travaux dans le cadre des diverses activités mises en place par l’IRSEM,

– à mentionner le titre « Doctorant allocataire de l’IRSEM » dans toute publication et toute communication scientifique,

– à déposer un exemplaire de sa thèse au Bureau des Etudes et de la Recherche doctorale de l’IRSEM et au Centre de documentation de l’Ecole militaire, une fois celle-ci soutenue,

– à mentionner l’aide qu’il a reçue de l’IRSEM en cas de publication de sa thèse

Calendrier

• Décembre 2011 : Début de la campagne Allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM

• 15 février 2012 : Date limite de dépôt des dossiers de candidature (envoi des dossiers par voie postale – cachet de la poste faisant foi – ET voie électronique) • Avril 2012 : Commission de sélection des allocations de thèses en histoire militaire et de la défense de l’IRSEM

• Avril 2012 : Nomination des doctorants et Notification des contrats doctoraux

Remise par le doctorant d’un état de l’avancement de la thèse sous la forme d’un plan, d’une note méthodologique et d’une bibliographie

• Mai 2012 : Paiement de la première tranche

• 30 septembre 2012 : Remise par le doctorant d’un volume de la thèse de 60 pages minimum ainsi qu’un point historiographique (pour les doctorants en première année) ou un compte rendu d’ouvrage (pour les autres doctorants).

• Novembre 2012 : Paiement du solde

Pièces à joindre au dossier de candidature

Joindre impérativement (version papier et électronique) :

• le dossier de candidature dûment complété

• un curriculum vitae détaillé du candidat

• une liste des publications et des travaux du candidat

• un curriculum vitae détaillé du ou des directeur(s) de thèse

• une lettre d’appréciation rédigée et signée par le ou les directeur(s) de thèse

• un relevé d’identité bancaire ou postal / ou références bancaires avec un numéro d’IBAN et le logo de la banque

1) pour une première demande d’allocation de thèse  :

–  une copie de l’ensemble des diplômes avec relevés de notes du master 1 et 2 (version papier uniquement)

–  une attestation d’inscription en thèse (version papier uniquement)

–  un exemplaire du mémoire du master 2 (version papier uniquement)

2) pour un renouvellement de l’allocation de thèse :

–  une note (15 pages) de l’état d’avancement des travaux

Agreement elusive on women in combat

Rowan Scarborough :  » Agreement elusive on women in combat « ,

The Washington Times, 17 novembre 2011.

Top defense officials are grappling to find a unified position on whether to allow women in direct ground combat, as the Pentagon prepares a landmark report to Congress on the military’s coed future.

In the wake of two wars in which women have exchanged fire with the enemy, the Pentagon is being pressed to scrap the ban on women serving below the brigade level in units whose main mission is direct ground combat. That means women may not be infantry members or Green Berets.

« It is the subject of ongoing discussions but not yet fully resolved, » a senior Pentagon official said when asked whether Army Gen. Martin E. Dempsey, chairman of the Joint Chiefs of Staff, has a recommendation for Defense Secretary Leon E. Panetta.

The chiefs and Mr. Panetta are being pressed to present their views now because Congress passed a bill ordering the services to conduct a review and submit it this year.

Asked for Mr. Panetta’s position, a second defense official said: « I think the secretary is still weighing the ultimate recommendations that are being worked, and the report is not complete. So I’m not sure I can add to that at this point. »

Because the exclusion is a policy, not a law, Mr. Panetta could lift the restrictions on all or some jobs after notifying Congress.

The Obama administration needed congressional approval to remove the codified ban on open gays in the ranks, which happened Sept. 20.

Army Gen. Raymond T. Odierno, a Joint Chiefs member, has gone on record as saying he wants some restrictions lifted. He said he disagreed with the Army’s report, which was completed before he became chief and was submitted to Mr. Panetta. It apparently recommends the status quo.

On the WUSA-TV program « This Week in Defense News, » Gen. Odierno said female intelligence and signal officers, for example, should be able to serve below the brigade level in combat battalions.

« We need them there. We need their talent, » the Army chief said. « This is about managing talent. We have incredibly talented females who should be in those positions. So I have to work toward us taking a better look at that.

« We have work to do within the [Defense Department] to get them to recognize and change. We did not get there at this time in this report, and I’m focused on this and I’m going to spend some time on it. »

Lire la suite ici

Voicing Conflict: Women and 20th Century Warfare / Les Voix du conflit : femmes et guerres au XXème siècle

« Voicing Conflict: Women and 20th Century Warfare / Les Voix du conflit : femmes et guerres au XXème siècle », Miranda, n°2, juillet 2010

 

Sommaire du numéro

Introduction. Karen MESCHIA

Front Line Voices / Voix sur la ligne de front

X-Ray Vision: Women Photograph War. Margaret R. HIGONNET

W.A.A.C.s : Crossing the line in the Great War. Claire BOWEN

Roles in Conflict: The Woman War Reporter. Maggie ALLISON

Home Front Voices / Voix du Home Front

New Slants on Gender and Power Relations in British Second World War Films. Elizabeth de CACQUERAY

« Careless Talk »: Word Shortage in Elizabeth Bowen’s Wartime Writing. Céline MAGOT

« A secret at the heart of darkness opening up » : de Little Eden-A Child at War (1978) à Journey to Nowhere (2008), les mots de la guerre ou les batailles du silence dans l’écriture autobiographique d’Eva Figes. Nathalie VINCENT-ARNAUD

Naomi the Poet and Nella the Housewife: Finding a Space to Write from. The Wartime Diaries of Naomi Mitchison and Nella Last. Karen MESCHIA

Conflict, Power and Gender in Women’s Memories of the Second World War: a Mass-Observation Study. Penny SUMMERFIELD

Voices for Peace / Voix pour la paix

Woman as Peacemaker or the Ambivalent Politics of Myth. Cyril SELZNER

Les Filles d’Athéna et des Amazones en Amérique. Nicole OLLIER

When Women Write the First Poem: Louise Driscoll and the « war poem scandal ». Jennifer KILGORE-CARADEC

H.D. and the Angelus Militans. Suzanne HOBSON

Articles hors-thème / Occasional papers

Nation and National Identity in Susan Glaspell’s Inheritors (1921). Emeline JOUVE

Self-Dispossessing Possessors. Businessmen and Salesmen in Eugene O’Neill’s Fictional America. Annalisa BRUGNOLI

An American Tragedy: Memory and History in Eugene O’Neill’s A Touch of the Poet and Mourning Becomes Electra. Aurélie SANCHEZ

Recensions / Reviews

Martin J.S. Rudwick, Worlds Before Adam: The Reconstruction of Geohistory in the Age of Reform. Laurence TALAIRACH-VIELMAS

Susan Redington Bobby (ed.), Fairy Tales Reimagined: Essays on New Retellings. Sylvie MAUREL

Ralph O’Connor, The Earth on Show: Fossils and the Poetics of Popular Science, 1802–1856. Laurence TALAIRACH-VIELMAS

La Colombie théâtre d’impunité pour les auteurs de violences sexuelles

Les violences sexuelles contre les femmes constituent une pratique habituelle, généralisée, systématique et invisible du conflit armé colombien » Cour constitutionnelle de Colombie (2008).
Agissez pour mettre fin l’impunité !  « Ici en Colombie, les rapports avec les autorités sont très compliqués. On ne parle pas des viols qui ont lieu dans le cadre de la guerre, du conflit interne qui se déroule ici. On ne parle que des morts et de la criminalité mais ils ne reconnaissent pas les violences sexuelles commises dans le contexte du conflit armé.

La suite ici

CFP: Terrorist Transgressions

CFP: Terrorist Transgressions

Call for papers

Terrorist transgressions: network on gendered representations of the terrorist.

An AHRC funded project  University of Reading and Birkbeck, University of London in association with the Royal Military Academy Sandhurst
Violence, horror and gender – Conference 28 and 29 January 2012. University of Reading
Proposals for conference papers, of about 20 minutes, are invited for a conference Terrorist transgressions: gendered representations of the terrorist in contemporary culture: Violence, horror and gender to be held at the University of  Reading on 28-29 January 2012.
The AHRC-funded Terrorist transgressions: network on gendered representations of the terrorist brings together an interdisciplinary group of scholars to investigate how the terrorist has been represented in the visual arts, film, photography and the media. It gives specific attention to the question of gender in imagery of the terrorist.
Modern discourses of the terrorist date from around 1945 and were given greater urgency after 2001 following terrorist attacks on America, London, Madrid and elsewhere. The horror experienced in Western societies was the appearance of a new sense of the vulnerability of the body politic, and therefore of the modern self with its direct dependency on security and property. The terrorist has been constructed as the epitome of transgression against economic resources and moral, physical and political boundaries. As Jameson has put it ‘the image of the « terrorist »… is one of the privileged forms in which an ahistorical society imagines radical social change’, displacing older images of criminals, revolutionaries and even the veteran.
Although terrorism, its contexts, histories and forms, has been the focus of intense academic activity in recent years, cultural representations of the terrorist have received less attention. Yet terrorism is dependent on spectacle and the topic is subject to forceful exposure in popular media. Dissident organisations produce images of the terrorist, for example as martyr, hero or avenger. Agencies, including national authorities, involved in combating terrorism, need to visualise the terrorist in order to give identity to the threat. While the terrorist is predominantly aligned with masculinity, women have been active in terrorist organisations since the late 19th century. Particularly since the 1980s, women have perpetrated suicidal terrorist attacks, including suicide bombing, where the body becomes a weapon. Such attacks have confounded constructions of femininity and masculinity, with profound implications for the gendering of violence and horror. The image of the terrorist, whether positive or negative, is always a gendered one. The primary aim of the Terrorist Transgressions network is to analyse the myths inscribed in these images and identify how agency is attributed to representation through invocations and inversions of gender stereotypes.
We welcome proposals for papers from all disciplines which address themes in the cultural representation of the terrorist and the question of gender.
A short abstract (250 words) together with details of your institutional affiliation should be submitted to Sue Malvern and Gabriel Koureas by 16 December 2011 through the project administrator Nicola Capo.n
email: N.R.Capon@pgr.reading.ac.uk
Notification of accepted proposals will be given by 22 December 2011

American Women Artists in Wartime, 1776-2010

Paula E. Calvin and Deborah A. Deacon, American Women Artists in Wartime, 1776-2010, Mc Farland, 2011, 222 p.

51RYClQ-b1L._SS500_-copie-1.jpg About the Book

For generations, men have left their homes and families to defend their country while their wives, mothers and daughters remained safely at home, outwardly unaffected. A closer examination reveals that women have always been directly impacted by war. In the last few years, they have actively participated on the front lines.

This book tells the story of the women who documented the impact of war on their lives through their art. It includes works by professional artists and photographers, combat artists, ordinary women who documented their military experiences, and women who worked in a variety of types of needlework. Taken together, these images explore the female consciousness in wartime.

Plus d’infos ici

Women as a Force for Peace

Women and girls are uniquely and disproportionately affected by armed conflict. In modern warfare, an estimated 90% of the casualties are civilians, and 75% of these are women and children.

Women are 80% of all refugees and displaced persons. Rape and sexual violence targeting women and girls are routinely used not only to terrorize women, but as strategic tools of war and instruments of genocide.

Importantly, women and girls are not only victims of war; they are also powerful peace-builders whose efforts to prevent conflict and secure peace have been critical, yet largely unrecognized, under-resourced, and not integrated into formal peace processes.

« Women, Peace and Security » encapsulates three areas of women’s experience of war: protection, participation, and prevention.

LIRE LA SUITE ICI

Avis de soutenance de thèse : Les jeunes premiers et les jeunes premières du cinéma français sous l’Occupation (1940-1944)

Delphine Chedaleux soutiendra sa thèse intitulée

« Les jeunes premiers et les jeunes premières du cinéma français

sous l’Occupation (1940-1944) »

Le lundi 14 novembre 2011 à 14h à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine [MSHA], Salle 2, Domaine universitaire, 10, Esplanade des Antilles, 33607 Pessac

Jury :

Pierre Beylot, Professeur, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, examinateur
Raphaëlle Moine, Professeure, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, examinatrice
Pascal Ory, Professeur, Université Panthéon Sorbonne Paris 1, rapporteur
Geneviève Sellier, Professeure, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, directrice de thèse
Ginette Vincendeau, Professeure, King’s College, Université de Londres, rapporteure

Résumé :

Cette thèse propose d’explorer le cinéma français produit pendant l’Occupation (1940-1944) à travers ses jeunes acteurs et actrices, plus couramment nommé-e-s jeunes premiers et jeunes premières. S’inspirant des théories et des méthodes issues des gender studies, des cultural studies et des star studies, ainsi que de l’histoire culturelle, ce travail vise à montrer comment ces figures de jeunes acteurs et actrices s’inscrivent dans le contexte socioculturel de l’Occupation, tant du point de vue des rapports de sexe que de génération.

À travers cinq études de cas (Marie Déa, Micheline Presle, Odette Joyeux, Madeleine Sologne et Jean Marais), acteurs et actrices représentatifs du renouvellement des figures de la jeunesse dans le cinéma de cette période, ce travail montre que ces jeunes premier-e-s combinent des aspects rassurants et traditionnels avec des aspects contestataires et modernes. Cette réunion de caractéristiques contradictoires leur permet de trouver un public large et diversifié, aux intérêts, aux préoccupations et aux sensibilités politiques divergents, à une époque de strict encadrement idéologique, notamment à l’égard des femmes et des jeunes, mais aussi de remise en question des rapports hiérarchiques de sexe et de génération. Ce travail s’appuie sur l’analyse des films mais aussi sur leur réception critique ainsi que sur la construction de l’image des acteurs et actrices dans la presse populaire de l’époque.

Mots clés : cinéma, cinéma français, Occupation, jeunes premiers, jeunes premières, rapports sociaux de sexe, genre, jeunesse, gender studies, cutural studies, star studies.

Colloque : Sport, corps et totalitarisme

Colloque : Sport, corps et totalitarisme

Le 13 novembre 2011

Présentation

Colloque organisé par le Centre d’histoire de Sciences Po et le Mémorial de la Shoah dans le cadre de l’exposition « Berlin 1936 – Londres 1948 La décennie tragique du sport européen »

image002.gif Dimanche 13 novembre

Mémorial de la Shoah ( ATTENTION : INSCRIPTION OBLIGATOIRE )

Le corps et le sport totalitaires : généalogie, représentations et contrainte

> 10h00 -10h30 : Accueil et présentation, par Georges Bensoussan

1- Le corps et la modernité

Présidence : Georges Vigarello

> 10h30-11h45

* Le sionisme et l’invention d’un homme nouveau,  par Georges Bensoussan, Mémorial de la Shoah

* Le sport italien entre modernité et fascisme (1914-1943), par Paul Dietschy, université de Franche-Comté/Centre d’histoire de Sciences Po

>11h45-12h00 : pause

>12h00-13h15

* Les Juifs, outsiders des Etats-Unis de l’entre-deux-guerres : un point de vue sportif, par Jeffrey S. Gurock, Yeshiva University, New York

* Antiquité grecque, corps et sport national-socialiste, par Johann Chapoutot, université de Grenoble II

2 – Le sport au risque des régimes totalitaires

Présidence : Marie-Anne Matard Bonucci, université de Grenoble II

>14h30-15h45

* Football et stalinisme (1936-1945) : le cas du Spartak Moscou « l’équipe du peuple », par Robert Edelman, University of California, San Diego

* Le football allemand sous le nazisme, par Ulrich Pfeil, université de Metz

>15h45-16h00 : pause

>16h00-17h45

* Les mouvements sportifs juifs ouvriers dans la Pologne de l’entre-deux-guerres : Stern et Morgnshtern, par Jack Jacobs, University of New York City

* Les jeux olympiques nazis : un prélude à la Shoah, par Georges Eisen, William Patterson University, New Jersey

>17h45-18h00 : pause

>18h00-19h00 : visite et présentation de l’exposition par Patrick Clastres, Caroline François et Hubert Strouk, commissaires de l’exposition

Lundi 14 novembre

Centre d’histoire de Sciences Po (Entrée libre dans la limite des places disponibles)

3 – Sportifs et sportives entre liberté surveillée et résistance

Président de séance : Michel Dreyfus (Université Paris I)

>9h30-10h45

* Corps et pouvoir dans l’Italie fasciste : Mussolini, Carnera et les Italiens, par Daniele Marchesini, université de Parme

* Le champion comme incarnation de l’homme nouveau soviétique : genèse, étapes (1934-1953), Sylvain Dufraisse, université Paris I

>10h45-11h00 : pause

>11h00-13h00

* Le sport allemand sous le nazisme, entre adhésion et dissidence. Max Schmeling et Albert Richter : deux exemples de Resistenz ?, par Laura Fontana (Istituto per la Storia della Resistenza e dell’Italia contemporanea)

* Le réseau sport libre et la persécution des sportifs juifs sous l’occupation. La résistance face à l’antisémitisme d’Etat dans le sport, par Nicolas Kssis, Fédération Sportive et Gymnique du Travail

* Corps et éducation de Vichy à la Résistance, par Jean-François Muracciole, université de Montpellier I

4 – L’héritage des régimes autoritaires et totalitaires dans le sport d’après-guerre

Président de séance : Claude Boli, Musée National du sport

>14h30-15h45

* Le sport dans le Portugal de Salazar, un « instructeur social » ?, par Yves Léonard, Centre d’histoire de Sciences Po

* Des continuités sans ruptures ? L’héritage du système sportif fasciste dans l’Italie libérée, par Fabien Archambault, université de Limoges

> 15h45 – 16h : pause

> 16h-17h ->

* Les membres du comité international olympique (CIO) dans les années 30 et 40 : quelles cultures politiques ?, par Patrick Clastres, Centre d’histoire de Sciences Po

Conclusion par Paul Dietschy

Responsable(s) : Patrick Clastres et Paul Dietschy

Call for Papers : Don’t Ask, Don’t Tell: Evolution of Government Policy on Gays and Lesbians Serving in the U.S. Military

Call for Papers for Special Issue from Journal of Homosexuality

CALL FOR PAPERS

Journal of Homosexuality Special Issue : « Don’t Ask, Don’t Tell: Evolution of Government Policy on Gays and Lesbians Serving in the U.S. Military« 

Guest Editor: Jim Parco, Colorado College
Throughout history, homosexuality has been a complicating factor for men and women electing to serve in the United States armed forces. The right to serve became increasingly complicated when the Department of Defense responded to congressional legislation in 1993 by adopting a policy that later became known as “Don’t Ask, Don’t Tell.” DADT permitted homosexual members to serve so long as no evidence of homosexual behavior existed. The compromise policy would remain in force until Congress passed the Don’t Ask, Don’t Tell Repeal Act of 2010 and finally, in September 2011, the ban on gay men and lesbians serving openly in the US armed forces officially came to an end. Reflecting on the 20-year period governed by DADT, this issue will explore the history, culture, attitudes and impacts of the policy from its inception through its repeal. Submissions are welcome from any discipline.
This issue promises to not only provide insight to the scholarly field of how the most powerful institution in the world has viewed and dealt with homosexuality as it transitioned into the 21st century, but also is poised to become a seminal collection for researchers in the decades to come.
Manuscript deadline is Monday, January 2, 2012. Send Manuscripts to Guest Editor, Jim Parco at jim.parco@coloradocollege.edu. All manuscripts will be subjected to a peer review. Special issue expected publication date is December 2012.
Click here to visit the special issue call for papers website.

ABOUT THE JOURNAL The Journal of Homosexuality is committed to offering substantive,
accessible reading to researchers and general readers alike in the hope of:
spurring additional research offering ideas to integrate into educational programs at schools,
colleges & universities, or community-based organizations manifesting activism against sexual and gender prejudice (e.g., homophobia, biphobia and transphobia), including the promotion of sexual and gender justice. The journal aims to publish thought-provoking scholarship by researchers, community activists, and scholars who employ a range of research methodologies. Articles offer a variety of perspectives to continue shaping knowledge production in the arenas of lesbian, gay, bisexual, transgender (LGBT) studies and queer studies.
Visit the Routledge LGBT Studies Facebook at www.facebook.com/RoutledgeLGBTStudies
Visit the Gender Studies Twitter at www.twitter.com/RoutledgeGender
Visit the Gender and Sexuality Arena at www.gender-and-sexuality-arena.com
Explore the new Taylor and Francis Online: www.tandfonline.com

Journée d’étude : La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

Journée d’étude

Mercredi 09 novembre 2011

La construction sociale du « post-conflit » à travers les jeux d’acteurs

The social construction of « post-conflict » through the play of actors

Journée d’études organisée par des doctorants de l’atelier « Post-conflit » de l’Université Panthéon-Sorbonne, avec le soutien de l’École doctorale de science politique de l’Université Panthéon-Sorbonne et du Centre d’études des mondes africains (CEMAf). La journée d’études se déroulera le mercredi 9 novembre 2011 à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, salle 1 du Panthéon.

Abondamment et indifféremment employée par et pour les acteurs comme les observateurs, la catégorie post-conflit est l’objet de cette journée d’études. Cette dernière conclut le cycle 2010-2011 de l’atelier éponyme de l’Ecole Doctorale de Science Politique de l’Université Panthéon-Sorbonne, où, depuis deux ans, la confrontation des terrains et des objets manipulés par un groupe de doctorants, organisateurs de cette manifestation, a mis en évidence l’importance d’une normalisation méthodologique de cette catégorie.

L’utilisation, et surtout la systématisation de celle-ci, dans la littérature scientifique, apparaissent problématiques : le risque existe pour les chercheurs en sciences sociales, travaillant sur les processus de sortie de crise, de participer à son objectivation. En effet, les caractéristiques des contextes dits « post-conflictuels », disqualifiant l’aspect formel, performatif et temporel de cette dénomination, sont connues [Richards, 2005]. Par ailleurs, un nombre croissant de travaux, s’inscrivant dans une « approche par le bas », questionnent, l’émergence et l’utilisation – à des fins de légitimation – de cette catégorie. Enfin, si la nécessité d’interroger le post-conflit d’un point de vue épistémologique est clairement posée, l’enjeu de cette journée d’études est de déconstruire la catégorie, moins en tant que norme ou label, que comme un ensemble de pratiques et de techniques spécifiques à un espace social [Berger et Luckmann, 1986].

A partir d’une approche comparatiste, de terrains variés et de perspectives méthodologiques novatrices, les communications s’attacheront à mettre en avant la logique interactionniste à l’oeuvre dans la constitution d’un espace social et d’une expertise professionnelle entre acteurs du post-conflit. Elles souligneront donc l’enchevêtrement des dynamiques exogènes et endogènes, institutionnelles et informelles, provenant de divers secteurs encore largement autonomes et structurés (élites politiques, armées, diplomaties, groupes belligérants, organisations internationales et confessionnelles, ONG, bailleurs de fonds, experts, industriels, universitaires, historiens, entrepreneurs de mémoire…).

L’organisation scientifique de cette journée se présente sous la forme de trois ateliers complémentaires, dont les axes ont précisément été conçus pour rendre compte de quelques-unes de ces interactions.

PROGRAMME

8h : Accueil des participants

8h30-8h45 : Introduction de la journée : Richard Banégas (Paris 1, CEMAF)

Atelier n° 1. Diffusion et circulation des expertises et des ingénieries pacificatrices

9h-10h30

Modérateur : Grégory Daho (Paris 1, CESSP)

Discutant : David Ambrosetti (ISP-Nanterre)

Delphine Lecombe (Science Po Paris, CERI), La mobilisation pour la loi des victimes en Colombie : sociologie d’une coalition hétéroclite.

Juliana Lima (Paris 1, CEMAF), L’absence de justice de transition en Angola : pistes de recherche sur la fabrique sociale et politique de la paix.

Pause

Atelier n° 2. « Trajectoires combattantes »: les dynamiques de reconversion individuelle

11h-12h30

Modérateur : Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Discutante : Marielle Debos (ISP-Nanterre)

Valéria Alfieri (Paris I, CEMAF), Le Palipehutu-Fnl au Burundi. Evolution du contexte et changement des modes et motivations de recrutement

Aude Merlin (Université libre de Bruxelles-CEVIPOL), Les combattants nord-caucasiens, des profils en mutation dans un contexte de ‘ni guerre, ni paix’

Pause

Atelier n° 3. Mémoires des confits, conflits de mémoires. Luttes symboliques et identitaires autour des passés violents

14h30-16h30

Modérateur : Juan E. Serrano-Moreno (Paris 1, CESSP)

Discutante : Sarah Gensburger (CNRS, ISP)

Karine Vanthuyne (EHESS-Ottawa), D’une « concurrence des victimes » à la renégociation d’un vivre-ensemble au quotidien.

Cécile Jouhanneau (Science Po Paris, CERI), Au delà de la « guerre des mémoires ». Eléments pour une sociologie de l’expression des souvenirs de la guerre de 1992-1995 en Bosnie-Herzégovine.

Renaud Hourcade (Sciences Po Rennes-CRAPE), Violence du passé et luttes du présent à Liverpool. Les relations raciales et la mémoire de l’esclavage dans un ancien port négrier.

16h30-17h : Conclusions

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Comité d’organisation de la journée d’études :

Mehdi Belaid (Paris I, CEMAF)

Grégory Daho (Paris I, CRPS/CESSP)

Juliana Lima (Paris I, CEMAF)

Ariane Nougoua (Paris I, CRPS/CESSP)

Juan E. Serrano-Moreno (Paris I, CRPS/CESSP)

Sandrine Vinckel (Paris I, CEMAF)

Pour tout renseignement : postconflitparis1@yahoo.fr

Lieu : Paris (75000) (Université Paris I Panthéon-Sorbonne (salle 1 du Panthéon))

Contact : Comité d’organisation de la journée d’étude sur le « post-conflit »

Gender Profile of the Conflict in the Democratic Republic of the Congo

Les Congolaises, premières touchées par le conflit en RDC

Article disponible sur le site de l’Egalite des hommes et des femmes en Francophonie

Le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) publie un rapport intitulé Gender Profile of the Conflict in the Democratic Republic of the Congo, sur les conséquences du conflit congolais sur les femmes. Débuté en 1996 et officiellement terminé en 2003, les femmes en paient encore fréquemment les frais, en étant toujours aujourd’hui victimes d’abus, notamment sexuels. Par ailleurs, leurs droits sont bafoués quotidiennement.

Un rapport de juin 2002 dénonce l’utilisation des violences sexuelles à l’encontre des femmes comme véritable « arme de guerre », utilisée par la plupart des forces armées impliquées dans le conflit congolais : soldats de l’armée nationale congolaise, soldats rwandais, combattants des groupes rebelles, combattants Maï-Maï, groupes rebelles rwandais, burundais, tous ont eu massivement recours au viol… Lire la suite ici

Triangles roses, de Milorad Vicanovic-Maza et Michel Dufranne

Vicanovic-Maza Milorad et Dufranne Michel, Triangles roses,

Soleil Productions, 2011, BD.

9782302017238.jpg

Résumé :

Dessinateur de publicité et professeur de dessin, Andreas est homosexuel. Pas une “grande folle” travestie mais un homosexuel discret, joyeux et romantique, dans le Berlin des années 30. Mais la peste brune envahit peu à peu les rues, la cité, les institutions. Des lois sont promulguées. Andreas fait l’expérience de la violence, physique ou morale. On l’envoie en prison du fait de sa préférence sexuelle, puis dans un camp de concentration. Survivant aux mauvais traitements, la libération et l’après-guerre ne lui apporteront pas plus de repos. Fait prisonnier de droit commun, un nouveau combat s’engage pour sa réhabilitation. Ce combat, qui semble perdu d’avance, se gagnera par la résignation et la trahison de son identité. Comme beaucoup d’autres homosexuels, il travestira son histoire, se dira « triangle rouge » ; se conformera à la société civile en se mariant avec une lesbienne et éduquera l’enfant qu’elle eut (de force) avec un sous-officier nazi. Malgré le refoulement nécessaire, en état de survie durant de si longues années, Andreas n’oubliera jamais qu’il fut l’un des leurs. Devant les interrogations de son petit-fils, Andreas se livre enfin…

Mot de l’éditeur :

Dessinateur de publicité et professeur de dessin, Andreas est homosexuel. Pas une “grande folle” travestie mais un homosexuel discret, joyeux et romantique, dans le Berlin des années 30. Mais la peste brune envahit peu à peu les rues, la cité, les institutions. Des lois sont promulguées. Andreas fait l’expérience de la violence, physique ou morale. On l’envoie en prison du fait de sa préférence sexuelle, puis dans un camp de concentration. Survivant aux mauvais traitements, la libération et l’après-guerre ne lui apporteront pas plus de repos. Fait prisonnier de droit commun, un nouveau combat s’engage pour sa réhabilitation. Ce combat, qui semble perdu d’avance, se gagnera par la résignation et la trahison de son identité. Comme beaucoup d’autres homosexuels, il travestira son histoire, se dira « triangle rouge » ; se conformera à la société civile en se mariant avec une lesbienne et éduquera l’enfant qu’elle eut (de force) avec un sous-officier nazi. Malgré le refoulement nécessaire, en état de survie durant de si longues années, Andreas n’oubliera jamais qu’il fut l’un des leurs. Devant les interrogations de son petit-fils, Andreas se livre enfin…